Reconnaissance et Equivalences de diplômes et autres certificats étrangers formation professionnelle

Reconnaissance de diplômes
et autres certificats étrangers
Equivalences

A l'heure où les frontières s'estompent, les personnes désirant exercer une activité professionnelle dans notre pays, mais également leurs nouveaux employeurs, doivent pouvoir évaluer correctement les qualifications et les expériences acquises au lieu de travail précédent. C'est à cette fin que des équivalences sont établies.

Globus

L'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) est l'autorité compétente pour l'évaluation des équivalences avec des titres suisses, dans tout le domaine de la formation professionnelle, y compris les hautes écoles spécialisées. L'OFFT n'est toutefois pas compétent pour le domaine des universités, des écoles polytechniques fédérales et de la formation des enseignants (cf. liens). Il n'est pas compétent non plus pour délivrer des autorisations d'exercer une profession.

Voici un formulaire pour vous faciliter la vie, vous pouvez en effet posez vos questions en ligne et si vous laissez votre adresse email je vous répondrais directement.

Service Online-Internet-Formation - Developpé par Johann Lüthi




Formation professionnelle

L'OFFT décide de l'équivalence des diplômes et certificats étrangers sanctionnant une formation professionnelle, qui peuvent correspondre au niveau de l'attestation de formation professionnelle, du certificat fédéral de capacité, de la maturité professionnelle, du brevet de l'examen professionnel, du diplôme de l'examen professionnel supérieur et du diplôme des écoles supérieures.

Documents

Contact

Nicole Haenni, Centre de prestation "Formation professionnelle"
nicole.haenni@bbt.admin.ch, tél. 031 323 75 71


Hautes écoles spécialisées:
Reconnaissance des filières de formation étrangers

Reconnaissance des diplômes CH-UE (professions réglementées): Voir Reconnaissance des diplômes des pays de l'UE/AELE

En vertu de l'art. 7, al. 5, de la loi fédérale du 6 octobre 1995 sur les hautes écoles spécialisées et de l'art. 5 de l'ordonnance du 11 septembre 1996 concernant l'admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes, le département peut prononcer l'équivalence générale de diplômes étrangers et l'office fédéral peut établir des équivalences au cas par cas.

L'OFFT n'établit pas d'équivalence pour des études postgrades.

  • Graphique (PDF16KB) Informations générales sur l'équivalence des diplômes de niveau "haute école" (hautes écoles spécialisées, université/EPF) dans les différents domaines d'études HES
  • Explications (PDF33KB) équivalences de diplômes étrangers avec les diplômes HES
  • Formulaire (ZIP/RTF 268KB) Demande d'équivalence de diplômes étrangers avec les diplômes des hautes écoles spécialisées (HES)

Contact

Katharina Burkhard, Centre de prestations Hautes écoles spécialisées, Tél. 031 323 24 08

 

 

Chroniques et points de vue

Présentation de l'éditeur
Transformer son expérience en diplôme, est-ce si simple ? Toute expérience peut-elle vraiment être transformée en diplôme ? Quelle est la procédure ? Est-ce automatique ou y a-t-il un examen à passer ? Oui évalue l'expérience, comment, et sur quels critères ? Comment monter son dossier pour répondre aux attentes du jury ? Comment le présenter physiquement ? À l'aide de conseils et d'outils, ce livre vous permet de tirer parti du dispositif de la VAE, analyser vos acquis, monter votre dossier, convaincre le jury. Ce guide pratique est destiné à tous ceux qui veulent prendre en main leur avenir et visent un changement de poste, une promotion, un changement d'entreprise ou veulent simplement se prémunir des aléas professionnels en faisant reconnaître leurs connaissances et aptitudes. Il intéressera aussi les conseillers en gestion de carrière, privés et institutionnels, les professionnels de la GRH en entreprise et leurs prestataires extérieurs, ainsi que les spécialistes en gestion de la connaissance et des compétences.

Quatrième de couverture
Ce guide pratique est destiné à tous ceux qui veulent prendre en main leur avenir et visent un changement de poste, une promotion, un changement d'entreprise ou veulent simplement se prémunir des aléas professionnels en faisant reconnaître leurs connaissances et aptitudes.
Il intéressera aussi les conseillers en gestion de carrière, privés et institutionnels, les professionnels de la GRH en entreprise et leurs prestataires extérieurs, ainsi que les spécialistes en gestion de la connaissance et des compétences.

Biographie de l'auteur
Thierry Berthet du Prat-Mirail a alterné les fonctions d'encadrement opérationnel et de direction avec les prestations de conseil en recrutement, formation, accompagnement et reclassement de cadres. Il est aujourd'hui responsable de la validation des acquis à l'Université Multiculturelle Internationale.

L'auteur vu par l'éditeur
Thierry Berthet du Prat-Mirail a alterné les fonctions d'encadrement opérationnel et de direction avec les prestations de conseil en recrutement, formation, accompagnement et reclassement de cadres. Il est aujourd'hui responsable de la validation des acquis à l'Université Multiculturelle Internationale.


 

Témoignage d'une validation d'acquis en Suisse

Pour la Suisse et après pour la France

En suisse voir le site de l'association valida.ch  http://www.valida.ch

Vous trouverez aussi des éléments sur la validation d'acquis en France

 

Liens et infos sur France

http://www.travail.gouv.fr/dossiers/vae/index.html

http://eduscol.education.fr/index.php?./D0077/accueil.htm

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2401.xhtml

La validation des acquis de l'expérience (VAE) est désormais un droit inscrit dans le Code du travail qui permet à toute personne, quel que soit son âge, son niveau d'études, son statut, de demander la validation de son expérience professionnelle.

La VAE permet :
 d'obtenir, en totalité ou en partie, un des diplômes, titres ou certificats de qualification inscrits dans le répertoire national des certifications professionnelles.
 d'accéder directement à un cursus de formation sans justifier du niveau d'études ou des diplômes et titres normalement requis.

Tout le monde a droit à la reconnaissance de son expérience : les salariés, les non-salariés (membres de profession libérale, exploitants agricoles, artisans, commerçants), les demandeurs d'emploi indemnisés ou non, les personnes ayant exercé des activités sociales ou bénévoles…

La seule condition requise est d'avoir exercé une activité d'une durée de trois ans en rapport avec la finalité du diplôme visé.

La loi de modernisation sociale (flèche lien Journal Officiel du 18 janvier 2002) élargit les possibilités de validation diplômante des acquis de l'expérience dans l'enseignement supérieur. L'université peut reconnaître et valider les compétences acquises dans la vie professionnelle pour faciliter l'accès aux diplômes et titres de l'enseignement supérieur.

 Pour en savoir plus

La validation des acquis de l'expérience (enseignement scolaire - diplôme professionnel à bac+2) sur Eduscol site pédagogique du ministère

La validation des acquis de l'expérience pour l'accès aux diplômes et titres de l'enseignement supérieur

Le site du ministère du travail flèche lien www.travail.gouv.fr/dossiers/vae

Le code du travail est en ligne sur le site Légifrance

 À qui s'adresser

Les centres d'information VAE (enseignement scolaire - diplôme professionnel à bac+2)
flèche lien http://www.eduscol.education.fr/D0077/carte-acad.htm

Pour les diplômes de l'enseignement supérieur
Les centres d'information VAE par université
flèche lien http://www.dep.u-picardie.fr/confdir/vae/visit-annu/annuairevisit.htm

Sites et liens utiles

Ministère de la Jeunesse de l'Éducation nationale et de la Recherche http://www.eduscol.education.fr 

Liste des diplômes de l'enseignement professionnel (actualisation tous les 15 jours) http://www.onisep.fr/nantes/site/metform/diplomes.htm 

Il existe, dans chaque région, des cellules inter-services, relayées sur le terrain par des antennes, les « points relais d'information conseil » qui ont pour mission d'informer le grand public sur la VAE. Pour avoir les coordonnées de ces organismes, consultez le site de la commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) :

Répertoire national des certifications professionnelles http://cncp.gouv.fr 

VAE de l'enseignement supérieur http://www.dep.u-picardie.fr/fcu 

Enseignement supérieur, liste des centres valideurs universitaires http://www.education.gouv.fr/sup/vaep/accueil.htm  ou http://www.dep.u-picardie.fr/confdir/vae/visit-annu/visit-affich-toutes-univ.asp    

Centre-inffo http://www.centre-inffo.fr/maq100901/dispositif/vae.htm 

CNAM http://www.cnam.fr/home/acquis/ 

CNDP http://www.cndp.fr 

CNED http://www.cned.fr 

Ministère de l'agriculture http://www.educagri.fr/cnpr/offre/btsval.htm 

Service public http://vosdroits.service-public.fr 

Diplômes de troisième cycle, contenu (savoir, savoir-faire) des DEA, DESS, DRT... http://lisidip.univ-lille1.fr


 

FORMATION EDUCATION
FORUM EMPLOI
DOSSIERS FORMATION
OFFRES D'EMPLOI
ACTUALITES EDUCATION
CONSULTANT SOCIO-EDUCATIF
SELECTION SITES EDUCATION
ADRESSES INSTITUTIONS
INFOS FORMATIONS
LISTE EDUC
LISTE EDUCH




FORMATION
FORMATION PROFESSIONNELLE
FORMATIONS SOCIALES
PREPARATION CONCOURS
CONCOURS SOCIAL
FORMATION EDUCATEUR
CFC-SOCIAL-SANTE
FORMATION PSYCHOLOGUE
FORMATION ASSISTANT SOCIAL
FORMATION ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF
FORMATION A DISTANCE
EDUCATRICE PETITE ENFANCE
MONITEUR SOCIO-PROFESSIONNEL
FORMATION SOCIALE SUISSE
FORMATION EDUCATEUR SPECIALISE
FORMATION EDUCATRICE
FORMATION EDUCATION SPECIALISEE
FORMATION EDUCATEUR SOCIAL
FORMATION CFC SOCIAL
ADRESSES IRTS
ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF
FORMATION CESF
FORMATION MSP
FORMATION TRAVAIL SOCIAL
FORMATION CFC SOCIAL
ANIMATEUR SOCIAL
CONSEILLER CONJUGAL
CONSEILLER EN PLANNING FAMILIAL
FORMATION ERGOTHERAPEUTE
FORMATION ENSEIGNANT SPECIALISE
STAGE ET STAGIAIRE
FORMATION CONCOURS AMP
BACHELOR MASTER EDUCATIF
FORMATION OSTEOPATHE
FORMATION LOGOPEDISTE
FORMATION SOINS INFIRMIER
FORMATION KINESITHERAPIE
VALIDATION D'ACQUIS
FORMATION SUPERVISION
UNIVERSITE ONLINE
FORMATION PRATICIEN FORMATEUR
FORMATION THERAPIE BREVE
FORMATION-EMPLOI-QUESTIONS
FORMATION ART-THERAPIE
FORMATION SYSTEMIQUE
MEDIATION FAMILIALE
ESPACE ERIC STERN
SHIATSU EDUCATION
ESPACE GROUPE
ANCIEN SITE
FORMATION MONITEUR
SITES INTERNET EDUCATION
ESPACE EDUCATION
ESPACE DEONTOLOGIE
UNIVERSITE SUISSE
FORMATION STAGE
BACHELOR-MASTER-EDUCATION
FORMATION GUIDE PATRIMOINE


OUTILS EDUCATIFS
FORUM PRATIQUES EDUCATIVES
APPROCHES THERAPEUTIQUES
FORMATION CONTINUE
APPROCHES EDUCATIVES
FORMATION ART-THERAPIE
FORMATION PNL
FORMATION MASSAGE
FORMATION JUNG
DESSIN ET ENFANCE
ATELIER INFORMATIQUE
FORMATION HYPNOSE CLINIQUE
GALERIE DE PHOTOS
FORMATION PETANQUE
FORMATION JARDIN
EDUCATION DELAFONTAINE
ASTRONOMIE ONLINE
FORMATION ECHEC
EDUCATION DAUPHINS
ENFANCE EN MARCHE
ETHIQUE DEONTOLOGIE VALEURS
FORMATION METHODOLOGIE
FORMATION TRANSE
MOTS D'ENFANTS
ERZIEHUNG AUSBILDUNG
COURS ET ECOLE
FAMILLE D'ACCUEIL
FORMATION-PNL
BIBLIOGRAPHIE EDUCATION
ADRESSES INSTITUTION
FORMATION MUSICOTHERAPIE
METHODE TOMATIS
LOGOTHERAPIE FRANKL FORMATION
FORMATION PARENT
RAPPORT STAGE
RAPPORT STAGE JUNG
FORMATION PARENT
GESTION DU STRESS


COACHING SUPERVISION
FORUM COACHING
INFOS COACHING
COACHING HYPNOSE
FORMATION COACHING
COACHING ET CNV
FORMATION COACHING PNL
COACHING ET HYPNOSE
COACH ANALYSE TRANSACTIONNELLE
COACHING BENEVOLAT
FORMATION LIFE COACHING
COACHING MOBBING
COACHING CONTES
COACHING BURNOUT
SUPER NANNY COACHING
COACHING HYPNOSE
COACHING EDUCATIF
COACHING BURNOUT
COACHING SOCIO-EDUCATIF
COACHING ONLINE EDUCATION
COACHING-PREVENTION-ADOS
CONSEIL EDUCATIF


ENFANCE ET ANOREXIE
ENFANCE ET AUTISME
ENFANCE ET HYPERACTIVITE
ENFANCE ET DYSLEXIE
ENFANCE ET BOULIMIE
ADOLESCENCE ET SUICIDE
PREVENTION SUICIDE
ENFANCE ET SURDOUANCE
ENFANCE ET TROUBLES SOMATIQUES


ANPE FORMATION
EMPLOI FORMATION
ANPE EMPLOI
ANPE-FORMATION
CV ANPE
ANNONCES INTERIM

GUIDE INTERNET FORMATION
FORMATION BOURSE TRADING
FORMATION DAY-TRADING
FORMATION NEW-TRADING
BROKER TRADING ONLINE
FORMATION INTERNET
FORMATION-SWISS
FORMATION E-LEARNING
ANALYSE TECHNIQUE
INFORMATIQUE EDUCATION

EDUCATION FORMATION ENG
HYPNOSIS ENGLISH
ERZIEHUNG AUSBILDUNG
EDUCATION FORMATION
ERZIEHUNG AUSBILDUNG
BERALLAZ PRESENTATION
TOURISME SUISSE BALLENBERG
EXPOSITION NATIONALE 02
FORMATIONS PROFESSIONNELLE
EDUCATION SPECIALISEE HTM
COACHING EMPLOI HTML
COACHING INFORMATIONS
EDUCATION DESIR ET RESPONSABILITE
LIENS GENERAUX
LIENS SOCIAL
OFFRES EMPLOI
OFFRES EMPLOI SUISSE
FORUM SOCIAL
REFERENTIEL DE COMPETENCES
REFERENTIEL DE COMPETENCES
SONDAGES EDUCATION


Formations sociales adresses
cours formations éducation

 

   

 

Processus en Suisse

Principes

Les trois types de reconnaissance sur lesquels repose le système Valida sont: la reconnaissance personnelle (auto-évaluation), la reconnaissance institutionnelle (évaluation externe) et la validation des acquis. Cela correspond aux définitions en usage actuellement au niveau international.

L’originalité du système Valida réside dans le fait que les processus de reconnaissance et validation des acquis sont bien définies et que leurs liens sont clairement démontrés.

Il ne peut y avoir en effet de validation des acquis non formels, sans qu’il y ait préalablement les deux autres formes de reconnaissance. De même , il ne peut y avoir de reconnaissance institutionnelle sans reconnaissance personnelle. Par contre cette dernière peut se concevoir de manière isolée. Une personne peut tout à fait entreprendre une reconnaissance personnelle sans pour autant souhaiter aller plus loin dans un processus de reconnaissance institutionnelle ou de validation des acquis.

Les trois niveaux du système Valida

     

Niveau

   
     

Document

   

 
   

 Reconnaissance personnelle     
 Auto-évaluation

   

Portfolio

 
 

 
 

 Reconnaissance institutionnelle
 Evaluation externe

 

Attestation

 

 
 

 

 Validation
 

Certificats, diplômes

     
 

La reconnaissance personnelle des acquis

La reconnaissance personnelle est le processus par lequel une personne reconnaît et se réapproprie ses acquis non formels. Il permet à la personne d’avoir une meilleure image d’elle-même, de lui ouvrir de nouvelles pistes d’orientation, d’élaborer un projet. C’est une démarche d’autoévaluation Elle se concrétise par la réalisation d’un portfolio. La personne est accompagnée par un professionnel formé à ces approches.

La reconnaissance personnelle des acquis non formels, s’adresse à toute personne, quelque soit son niveau de formation, ou sa fonction, qu’elle soit salariée ou demandeuse d’emploi qui souhaite élaborer un projet personnel ou entreprendre professionnel, ou une démarche de reconnaissance institutionnelle ou de validation des acquis.

La reconnaissance institutionnelle des acquis

La reconnaissance institutionnelle des acquis non formels est le processus par lequel une instance officielle (services cantonaux de l’emploi, services cantonaux de la formation professionnelle, services cantonaux de l’orientation scolaire et professionnelles, collectivités publiques, associations professionnelles) atteste que la personne a réellement fait preuve de l’acquisition de certaines compétences dans des domaines précis. Cette forme de reconnaissance repose sur une démarche de reconnaissance personnelle complétée par une évaluation externe. Elle débouche généralement sur une attestation de qualifications qui peut faciliter la recherche d’un emploi ou la gestion de sa carrière professionnelle. Les modalités de reconnaissance institutionnelle des acquis non formels sont prévues dans des directives ou règlements.

La reconnaissance institutionnelle des acquis non formels s’adresse particulièrement aux personnes qui ont besoin d’une reconnaissance institutionnelle pour faciliter leur démarche d’insertion, de gestion de carrière, ou d’accès à une formation. Cette démarche est surtout utile pour celles et ceux qui n’ont pas de diplômes professionnels ou qui travaillent dans des champs professionnels non couverts par des système de certification.

La validation des acquis

La validation des acquis non formels est un acte officiel qui établit des liens entre les acquis non formels et les exigences liées à des certifications. Elle a pour but de donner à la personne tout ou partie de l’équivalence d’un diplôme sur la base uniquement des acquis de l’expérience. La validation des acquis non formels est effectuée sous le contrôle et la responsabilité directe des instances qui délivrent les diplômes (confédération, cantons, associations professionnelles). Elle peut aboutir à l’obtention de tout ou partie du diplôme. Dans le système Valida, la validation des acquis non formels est toujours précédée d’une démarche de reconnaissance institutionnelle et personnelle.

La validation des acquis doit reposer sur une base légale ou réglementaire. Comme pour la reconnaissance institutionnelle, la validation des acquis implique un important travail de réseau.

La validation des acquis non formels est une mesure qui s’adresse en priorité aux personnes qui exercent des activités professionnelles mais sans avoir le diplôme correspondant. C’est donc une mesure visant à faciliter l’accès à la qualification professionnelle pour les publics non qualifiés. C’est également un moyen d’encourager les personnes faiblement qualifiées à se former, puisqu’en général la validation ne permet d’obtenir qu’une partie du diplôme.

Les trois niveaux du système Valida:
définitions, partenaires, finalités

Etape

Quoi?

 

 

Qui?

 

A quelles fins?


 Reconnaissance personnelle
Identification et prise de conscience des compétences personnelles
Autoévaluation

 

Personne concernée

-Evolution personnelle
-Orientation  
 
professionnelle
-Formation continue
-Recherche d’emploi
-Mobilité
 professionnelle
 

 


 Reconnaissance institutionnelle
Evaluation extérieure
 


 

Institution publique d’orientation, de formation, d’emploi,
associations professionnelles

-Mobilité
 professionnelle
-Réinsertion
-Accès à une
 formation

 

 
 


 

 Validation
Légitimation officielle


 

Confédération
Cantons
Associations professionnelles

-Diplôme
-Brevet
-Certificat

 

 

 

 


 

Quelles sont les activités ou professions réglementées en Suisse ?
Quels sont les niveaux de formation exigés ?
Comment et qui atteste l´équivalence des diplômes ?

 

 

1.    Avertissement

L´objet de l´Accord CH-UE est la reconnaissance des diplômes et certificats de capacité et non pas la reconnaissance réciproque des autorisations d´exercer les diverses professions. Cette reconnaissance n´est donc pas admise ipso jure, mais suppose une procédure administrative. Exemple : l´exigence d´une maîtrise fédérale pour l´exercice du métier de ramoneur oblige les autorités suisses à examiner l´équivalence des diplômes de ramoneur qui viennent des pays de l´UE.

 

       L´exigence d´une autorisation d´exercer suppose, dans la plupart des cas, l´obligation d´annonce.

 

       Il s´agit donc de distinguer

  • la procédure en vue d´obtenir l´autorisation d´exercer une profession ou une activité en Suisse (licence, patente)
  • la procédure visant à obtenir la reconnaissance (ou l´équivalence) des diplômes, certificats ou autres titres obtenus dans un pays de la Communauté européenne (qualification professionnelle).

 

 

2.    Professions réglementées

       La Suisse pratique à une large échelle le principe de la liberté de commerce et d´industrie. L´exercice de la plupart des professions est donc libre.

 

       Les professions dont l´exercice est réglementé sont relativement peu nombreuses. On dénombre en tout 9 professions réglementées qui concernent le secteur de l´artisanat et des métiers dans les 3 cantons lémaniques. Il s´agit des professions suivantes : architecte, ingénieur, ramoneur, réviseur de citerne, restaurateur, hôtelier, guide de montagne/moniteur de ski, chauffeur de taxi, moniteur auto-école, pêcheur professionnel.

 

       Pour d´autres professions, il peut être exigé soit un titre (diplôme, CFC, examen spécifique) soit une autorisation d´exercer… ou les deux conditions. Des professions telles que l´enseignement, les professions sociales et de la santé, relèvent souvent de la compétence des cantons.

 

       Une liste des professions réglementées, ainsi que leurs exigences et les autorités auprès desquelles il faut s´adresser, peut être consultée auprès de l´Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT, Effingerstrasse 27, CH 3003 Berne). Cette liste, disponible sur le site Internet www.bbt.admin.ch , n´est cependant qu´un outil de travail qui n´a rien d´officiel. Il convient donc de vérifier l´information au cas par cas. Cette liste donne cependant une bonne vue d´ensemble des professions et des autorités concernées. 

3.    Reconnaissance des diplômes

       Lorsqu´une profession n´est pas réglementée, il n´est pas nécessaire de faire procéder à un examen d´équivalence de diplôme. Une autorisation de travail est suffisante. Par exemple, en Suisse, chacun peut exercer la profession de coiffeur ou de réviseur comptable.

 

       C´est l´Office fédéral de la formation professionnelle (OFFT), à Berne qui est, en principe, compétent en matière des reconnaissances des diplômes et certificats étrangers. L´OFFT doit se prononcer uniquement si l´activité que le requérant aimerait exercer en Suisse est une profession réglementée, c´est-à-dire une profession dont l´exercice est lié à la détention d´un diplôme. A noter en outre que la réglementation de professions telles que l´enseignement, les professions sociales et de la santé, relève souvent de la compétence des cantons.

 

       La demande de reconnaissance de diplômes et certificats doit être adressée à l´Office fédéral de la formation professionnelle et technologie OFFT, formation professionnelle, Effingerstrasse 27, 3003 Berne, tél. 0041 31 322 28 26, site Internet : www.bbt.admin.ch . La demande doit être accompagnée du formulaire que l´on peut télécharger sur le site de l´OFFT.

 

 

4.    Equivalence des titres – système de formation suisse et français

         Le problème de l´équivalence des diplômes intéresse les employeurs qui souhaitent situer le niveau professionnel des travailleurs engagés. La solution consisterait ici à établir une sorte d´étalonnage des diplômes professionnels en prenant comme référence la classification en vigueur dans les conventions collectives de travail.

 

       Montrer l´équivalence des titres suisses et français demeure cependant un exercice très aléatoire. A titre purement indicatif, nous reproduisons ci-après un schéma de comparaison des diplômes applicables dans le secteur de la mécatronique, qui peut donner une idée de la hiérarchisation de titres de part et d´autre de la frontière. Mais attention : ce schéma n´a aucune valeur officielle ni de recommandation pour une échelle de salaires, une comparaison des niveaux de compétences ou une quelconque classification de détenteur de titre.

 

       Une autre approche de cette problématique consiste à comparer les systèmes de formation en Suisse et en France, en se référant aux deux schémas qui sont présentés ci-après :

 

 

En france au travers de L'afpa

 
L’AFPA est au cœur du dispositif de la Certification et de la Validation des Acquis de l’Expérience du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement.

Vous pouvez obtenir un Titre professionnel (équivalent diplôme) par la Formation Professionnelle Continue ou par la Validation des Acquis de l’Expérience :

1. Par la Formation Professionnelle Continue :

• Votre parcours est exclusivement composé de périodes de formation dans un centre AFPA ou dans un centre agréé : à la fin de celui-ci, vous avez un entretien avec un jury composé de professionnels. Il se prononce sur l’attribution du Titre professionnel (équivalent diplôme) à partir de votre dossier attestant de votre pratique professionnelle, des résultats de vos évaluations de formation et d’une épreuve finale qui vérifie que vous avez acquis le cœur de métier.

• Votre parcours est composé d’une succession de périodes discontinues de formation et de périodes d’emploi. Vous avez obtenu obligatoirement votre premier Certificat de Compétence Professionnelle (CCP) à l’issue d’une période de formation. Vous souhaitez acquérir le titre professionnel par le cumul des CCP en alternant périodes d’emploi et/ou formation. Le jury se prononce lors d’un entretien sur l’attribution du Titre professionnel à partir de votre dossier comportant tous vos Certificats de Compétences Professionnelles ( capitalisés dans la limite de cinq ans après l’obtention du premier CCP) et la fiche récapitulative de votre parcours professionnalisant.


2. Par la Validation des Acquis de l'Expérience - la VAE - depuis la loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002.

• Votre parcours est composé de votre expérience personnelle et professionnelle. Vous pouvez obtenir un Titre par la prise en compte de votre Expérience Professionnelle d’au moins trois ans. Le cumul de tous les CCP d’un métier se fait sur une période maximale de cinq ans après l’obtention du premier CCP. Le jury se prononce lors d’un entretien final sur l’attribution du Titre professionnel à partir de votre dossier comportant tous les Certificats de Compétences Professionnelles.

Dans les trois cas, si les résultats sont positifs, vous recevez alors le Titre professionnel du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement délivré par le Directeur Départemental du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Ce titre atteste de votre maîtrise des compétences, des aptitudes et connaissances permettant l’exercice d’activités professionnelles qualifiées.

La Validation des Acquis de l’Expérience permet d’obtenir tout ou partie d’un Titre (équivalent diplôme) à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification.
Elle favorise aussi l’accès à un parcours de formation, sans avoir à justifier du niveau d’études ou des diplômes ou titres normalement requis.

Qui est concerné ?

Toute personne, sans qualification reconnue, désirant l’acquérir, la compléter ou l'adapter afin de reprendre une activité.

- Vous êtes salariés (CDI, CDD, Intérim…) :
La loi prévoit un droit à la Validation des Acquis de l’Expérience. Ce droit peut être mis en œuvre dans le cadre d’un congé individuel et financé par les OPCA ou les OPACIF (organismes paritaires collecteurs agréés).
Des entreprises proposent également à leurs salariés de valider leurs acquis lors d’opérations collectives qui peuvent être financées dans le cadre du plan de formation.

- Vous êtes demandeurs d’emploi :
L’inscription dans le processus de validation s’effectue à l’Agence Locale pour l’Emploi (ANPE). Les conseillers de l’agence peuvent guider le demandeur d’emploi dans le choix des titres professionnels qui feront l’objet de la validation. La VAE peut être alors financée par l’Etat, l’Assedic, les Conseils Régionaux.

- Vous êtes artisans, travailleurs indépendants, Professions libérales…
Le financement peut être pris en charge par leurs Organismes Collecteurs.

- Vous êtes agents publics (titulaires ou non) : l’Administration ou les Etablissements Publics inscrivent la VAE dans leurs plans de formation.

- bénévoles dans une association ou un syndicat… : contactez un centre de validation.


En résumé :

La Validation des Acquis de l’Expérience s’adresse à toute personne active : salarié(e) ou non, demandeur d’emploi… qui par l’exercice d’une activité (rémunérée ou bénévole) a acquis des savoir-faire et des compétences à un niveau attendu en situation professionnelle.
La validation des acquis de l’expérience offre ainsi la possibilité à toute personne sans qualification reconnue, d’obtenir tout ou partie d’un titre (équivalent diplôme) et d’attester ainsi la maîtrise des compétences, aptitudes et connaissances permettant l’exercice d’une ou de plusieurs des activités correspondant au titre visé.

LEXIQUE A L’USAGE DE LA CERTIFICATION

Certifier et valider les compétences
Une qualification professionnelle peut être reconnue par un Titre Professionnel du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement. Un titre est composé d'unités constitutives, sous forme de certificats de compétences professionnelles, descriptifs de votre autonomie dans les activités de votre emploi. Pour chaque titre et pour chacune des unités qui la constituent lui sont associées des modalités d'évaluation permettent de vérifier la maîtrise effective de vos compétences.

Titre professionnel
A l'issue d'une formation qualifiante, vous pouvez obtenir après une épreuve finale un Titre professionnel (TP) identifié par domaine et par niveau dans le Répertoire National de Certification Professionnelle. Le titre professionnel atteste votre maîtrise des compétences, des aptitudes et des connaissances permettant l'exercice d'activités professionnelles.

Certificat de Compétences Professionnelles
Le Certificat de Compétences Professionnelles (CCP) est une unité constitutive du titre professionnel. Un Certificat de Compétences Professionnelles a une durée de validité maximale de cinq ans pour se présenter devant le jury professionnel du titre.

Certificat Complémentaire de Spécialisation
Un certificat complémentaire de spécialisation (CCS) peut être associé à un titre professionnel. Il peut être obtenu :

par la formation professionnelle continue dans un centre AFPA ou un centre agrée,
par la Validation des Acquis de l’Expérience dans un centre AFPA ou un centre agrée.
Jurys :

Pour le Titre professionnel : les membres du jury sont des professionnels du secteur d'activité. Ils sont désignés par le Directeur Départemental du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, sur la base des propositions des organisations professionnelles et syndicales.
Pour les Certificats de Compétences Professionnelles (et les CCS) : c'est un binôme d’évaluateurs - un professionnel du jury et un formateur du secteur d'activité. Ils ne doivent pas avoir de lien avec vous - soit professionnel - soit au titre de la formation.
Certifier et valider les compétences
Une qualification professionnelle peut être reconnue par un Titre Professionnel du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement. Un titre est composé d'unités constitutives, sous forme de Certificats de Compétences Professionnelles, descriptifs de votre autonomie dans les activités de votre emploi. Pour chaque titre et pour chacune des unités qui le constituent lui sont associées des modalités d'évaluation permettant de vérifier la maîtrise effective de vos compétences.
La VAE repose sur une mise en situation professionnelle devant des évaluateurs. Le cumul de plusieurs certificats de compétences professionnelles, dans un délai de 5 ans, permet d'obtenir un titre professionnel (équivalent diplôme). La délivrance du titre professionnel est précédée d'un entretien avec le jury professionnel du titre.

Etape par étape :
Vous avez été informé(e) des possibilités de validation des acquis de l'expérience par l'ANPE (ou tout autre organisme compétent) ou un responsable des ressources humaines. Vous avez choisi le dispositif de validation du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement :

Etape 1 : Constituez votre dossier de demande de validation

Comment ? Adressez-vous au centre AFPA le plus proche. Nos collaborateurs vous aideront à :
• Analyser votre expérience professionnelle,
• Déterminer si vos compétences sont en relation avec le titre visé,
• Repérer avec vous les informations pertinentes permettant de constituer un dossier recevable.

Vous pouvez aussi constituer votre dossier seul(e), en complétant le > formulaire de demande et en rassemblant toutes les pièces nécessaires.

Où l’envoyer ? Par lettre recommandée avec accusé de réception à la Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) de votre domicile.

Etape 2 :
- Le Directeur Départemental du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle répond dans les deux mois favorablement à votre dossier de validation. L’absence de réponse passé ce délai signifie que votre dossier est accepté : vous êtes alors contacté et informé des lieux, dates et conditions de l'évaluation.

Etape 3 : Obtention de CCP
- Pour obtenir un ou plusieurs CCP, vous êtes convoqué(e) et mis en situation de réaliser une situation représentative du métier devant deux évaluateurs (un membre du jury et un formateur du secteur).
- A la fin de la session, les évaluateurs donnent les résultats :
> Soit les compétences professionnelles du CCP présenté sont validées et le certificat est obtenu,
> Soit les compétences professionnelles du CCP présenté ne sont pas toutes validées et les évaluateurs vous indiquent les possibilités d’acquérir les compétences insuffisamment maîtrisées et de représenter ce CCP.
- Une notification individuelle signée par les évaluateurs vous est remise .

La Cellule Technique de Validation Intersectorielle Départementale (CTV-ID) de votre département enregistre la réalisation de votre parcours de validation jusqu’à l’obtention du titre professionnel.

Etape 4 : Obtention du Titre professionnel
- Pour obtenir le titre professionnel, vous êtes convoqué(e) à une session de validation. Le jury, composé d’au moins deux professionnels du secteur, décide au vu du dossier des CCP cumulés, de la recevabilité de la demande par la DDTEFP et à l’issue d’un entretien final, de l’obtention du titre.
- En cas d’échec au titre, le jury vous précise les compétences, connaissances et aptitudes devant faire l’objet d’un nouvel entretien, dans la limite de cinq ans à compter de la date d’obtention du premier CCP.

 

La Validation des Acquis de l’Expérience permet d’obtenir tout ou partie d’un Titre (équivalent diplôme) à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification.
Elle favorise aussi l’accès à un parcours de formation, sans avoir à justifier du niveau d’études ou des diplômes ou titres normalement requis.

Qui est concerné ?

Toute personne, sans qualification reconnue, désirant l’acquérir, la compléter ou l'adapter afin de reprendre une activité.

- Vous êtes salariés (CDI, CDD, Intérim…) :
La loi prévoit un droit à la Validation des Acquis de l’Expérience. Ce droit peut être mis en œuvre dans le cadre d’un congé individuel et financé par les OPCA ou les OPACIF (organismes paritaires collecteurs agréés).
Des entreprises proposent également à leurs salariés de valider leurs acquis lors d’opérations collectives qui peuvent être financées dans le cadre du plan de formation.

- Vous êtes demandeurs d’emploi :
L’inscription dans le processus de validation s’effectue à l’Agence Locale pour l’Emploi (ANPE). Les conseillers de l’agence peuvent guider le demandeur d’emploi dans le choix des titres professionnels qui feront l’objet de la validation. La VAE peut être alors financée par l’Etat, l’Assedic, les Conseils Régionaux.

- Vous êtes artisans, travailleurs indépendants, Professions libérales…
Le financement peut être pris en charge par leurs Organismes Collecteurs.

- Vous êtes agents publics (titulaires ou non) : l’Administration ou les Etablissements Publics inscrivent la VAE dans leurs plans de formation.

- bénévoles dans une association ou un syndicat… : contactez un centre de validation.


En résumé :

La Validation des Acquis de l’Expérience s’adresse à toute personne active : salarié(e) ou non, demandeur d’emploi… qui par l’exercice d’une activité (rémunérée ou bénévole) a acquis des savoir-faire et des compétences à un niveau attendu en situation professionnelle.
La validation des acquis de l’expérience offre ainsi la possibilité à toute personne sans qualification reconnue, d’obtenir tout ou partie d’un titre (équivalent diplôme) et d’attester ainsi la maîtrise des compétences, aptitudes et connaissances permettant l’exercice d’une ou de plusieurs des activités correspondant au titre visé.

LEXIQUE A L’USAGE DE LA CERTIFICATION

Certifier et valider les compétences
Une qualification professionnelle peut être reconnue par un Titre Professionnel du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement. Un titre est composé d'unités constitutives, sous forme de certificats de compétences professionnelles, descriptifs de votre autonomie dans les activités de votre emploi. Pour chaque titre et pour chacune des unités qui la constituent lui sont associées des modalités d'évaluation permettent de vérifier la maîtrise effective de vos compétences.

Titre professionnel
A l'issue d'une formation qualifiante, vous pouvez obtenir après une épreuve finale un Titre professionnel (TP) identifié par domaine et par niveau dans le Répertoire National de Certification Professionnelle. Le titre professionnel atteste votre maîtrise des compétences, des aptitudes et des connaissances permettant l'exercice d'activités professionnelles.

Certificat de Compétences Professionnelles
Le Certificat de Compétences Professionnelles (CCP) est une unité constitutive du titre professionnel. Un Certificat de Compétences Professionnelles a une durée de validité maximale de cinq ans pour se présenter devant le jury professionnel du titre.

Certificat Complémentaire de Spécialisation
Un certificat complémentaire de spécialisation (CCS) peut être associé à un titre professionnel. Il peut être obtenu :

par la formation professionnelle continue dans un centre AFPA ou un centre agrée,
par la Validation des Acquis de l’Expérience dans un centre AFPA ou un centre agrée.
Jurys :

Pour le Titre professionnel : les membres du jury sont des professionnels du secteur d'activité. Ils sont désignés par le Directeur Départemental du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, sur la base des propositions des organisations professionnelles et syndicales.
Pour les Certificats de Compétences Professionnelles (et les CCS) : c'est un binôme d’évaluateurs - un professionnel du jury et un formateur du secteur d'activité. Ils ne doivent pas avoir de lien avec vous - soit professionnel - soit au titre de la formation.
Certifier et valider les compétences
Une qualification professionnelle peut être reconnue par un Titre Professionnel du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement. Un titre est composé d'unités constitutives, sous forme de Certificats de Compétences Professionnelles, descriptifs de votre autonomie dans les activités de votre emploi. Pour chaque titre et pour chacune des unités qui le constituent lui sont associées des modalités d'évaluation permettant de vérifier la maîtrise effective de vos compétences.

 

 

La VAE repose sur une mise en situation professionnelle devant des évaluateurs. Le cumul de plusieurs certificats de compétences professionnelles, dans un délai de 5 ans, permet d'obtenir un titre professionnel (équivalent diplôme). La délivrance du titre professionnel est précédée d'un entretien avec le jury professionnel du titre.

Etape par étape :
Vous avez été informé(e) des possibilités de validation des acquis de l'expérience par l'ANPE (ou tout autre organisme compétent) ou un responsable des ressources humaines. Vous avez choisi le dispositif de validation du Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement :

Etape 1 : Constituez votre dossier de demande de validation

Comment ? Adressez-vous au centre AFPA le plus proche. Nos collaborateurs vous aideront à :
• Analyser votre expérience professionnelle,
• Déterminer si vos compétences sont en relation avec le titre visé,
• Repérer avec vous les informations pertinentes permettant de constituer un dossier recevable.

Vous pouvez aussi constituer votre dossier seul(e), en complétant le > formulaire de demande et en rassemblant toutes les pièces nécessaires.

Où l’envoyer ? Par lettre recommandée avec accusé de réception à la Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) de votre domicile.

Etape 2 :
- Le Directeur Départemental du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle répond dans les deux mois favorablement à votre dossier de validation. L’absence de réponse passé ce délai signifie que votre dossier est accepté : vous êtes alors contacté et informé des lieux, dates et conditions de l'évaluation.

Etape 3 : Obtention de CCP
- Pour obtenir un ou plusieurs CCP, vous êtes convoqué(e) et mis en situation de réaliser une situation représentative du métier devant deux évaluateurs (un membre du jury et un formateur du secteur).
- A la fin de la session, les évaluateurs donnent les résultats :
> Soit les compétences professionnelles du CCP présenté sont validées et le certificat est obtenu,
> Soit les compétences professionnelles du CCP présenté ne sont pas toutes validées et les évaluateurs vous indiquent les possibilités d’acquérir les compétences insuffisamment maîtrisées et de représenter ce CCP.
- Une notification individuelle signée par les évaluateurs vous est remise .

La Cellule Technique de Validation Intersectorielle Départementale (CTV-ID) de votre département enregistre la réalisation de votre parcours de validation jusqu’à l’obtention du titre professionnel.

Etape 4 : Obtention du Titre professionnel
- Pour obtenir le titre professionnel, vous êtes convoqué(e) à une session de validation. Le jury, composé d’au moins deux professionnels du secteur, décide au vu du dossier des CCP cumulés, de la recevabilité de la demande par la DDTEFP et à l’issue d’un entretien final, de l’obtention du titre.
- En cas d’échec au titre, le jury vous précise les compétences, connaissances et aptitudes devant faire l’objet d’un nouvel entretien, dans la limite de cinq ans à compter de la date d’obtention du premier CCP.

http://www.titres.cnefad.com/rech.asp titre que l'on peut obtenir en France au travers d'une VAE
 

Témoignage d'une valaisanne ayant accomplis un processus de validation d'acquis dans le domaine de la petite enfance

Bonjour,
 
Je vous autorise à diffuser mon témoignage, je suis persuadée que mon expérience peut enrichir les personnes qui en ont besoin. J'espère avoir été claire et précise quant au cheminement parcouru. Il se pourrait que je sois  au début d'une longue liste de professions susceptibles d'être valorisées de cette façon, tout comme les professions de la vente

Bonjour,
 
Je vous autorise à diffuser mon témoignage, je suis persuadée que mon expérience peut enrichir les personnes qui en ont besoin. J'espère avoir été claire et précise quant au cheminement parcouru. Il se pourrait que je sois  au début d'une longue liste de professions susceptibles d'être valorisées de cette façon, tout comme les professions de la vente, les professions manuelles ou ouvrières...
 
Le coût de cette formation reste vague aussi. Et qui prend en charge ce coût?
Le candidat, la commune, le Canton, la Confédération? Vers qui se tourner pour obtenir une participation financière?
Juste une précision encore : je n'ai rien demandé, c'est l'État du Valais qui a mentionné que mon diplôme n'était plus reconnu, (alors qu'il l'était depuis 1990, date d'ouverture de la structure), et que si je ne faisais pas cette validation d'acquis, je ne serais plus autorisée à fonctionner au cœur de la garderie, qu'on mettrait quelqu'un d'autre à ma place, alors que c'est moi qui ait créer cette structure). D'où le sentiment de révolte engendré.
Mais je l'ai fait, je suis allée au bout de toutes les démarches demandées. J'ai entendu également le fait suivant : "c'est pour éviter que tout soit fait et n'importe comment". Je n'ai jamais eu le sentiment de faire les choses n'importe comment ; au contraire, ce serait d'en faire trop. Maintenant, je me suis calmée, dans le sens, où j'apprends à avoir du recul par rapport aux situations rencontrées, par des rencontres et des demandes spécifiques avec le nouveau président de la commune...
 
La réalité à présent est que, de plus en plus de familles ont le besoin d'obtenir une ou plusieurs places en crèche-garderie et que le nombre de places disponibles n'y répond pas. D'où le fait d'uniformiser tous les postes de directrices de structures sur le même plan et ainsi d'augmenter le nombre de structure et le nombre de places disponibles.
 
Voilà pour les dernières précisions, je suis volontiers à votre disposition pour d'éventuelles questions.
Bien sincèrement,
Bonsoir,
 
suite à votre message et concernant la validation d'acquis, secteur éducation de la petite enfance, cette formation s'est passée en plusieurs phases, à savoir ;
 
- Suite à un contrôle, de la part de l'Office Cantonal des Mineurs, en mars 2004, concernant ma propre structure accueillant des enfants de 2 à 6 ans, j'ai été informée que ma formation française, sanctionnée par un Brevet d'Enseignement Professionnel, préparatoire aux carrières sanitaires et sociales, avec l'option sociale, n'était plus aux normes de l'État du Valais, (il était recommandé la vadidation d'acquis, c'est quoi ça?) et ceci après 14 ans de fonctionnement en tant que responsable au cœur de la garderie. C'est aussi pour que toutes les structures d'accueil soient sur le même pied d'égalité.
 
- Contacts, et diverses rencontres avec un conseiller du CIO, ainsi qu'avec les responsables d'institutions et associations de professionnelles de la petite enfance,
 
- Séances d'informations au cœur d'une institution communale, avec des échanges auprès de professionnelles diplômées et, ou en formation,
 
- Établissement de toutes les compétences, (si ça vous intéresse, je peux vous envoyer le document auquel il est possible de se référer pour l' établissement  d'un(e) futur(e) candidat(e) à la validation d'acquis,
 
- Étude de cas de visu et par écrit, d'un enfant fréquentant la structure, et présentant des troubles du comportement,
 
- Approfondissement des connaissances de base d'informatique, recherches grâce à divers supports, (internet, bibliothéques des HES),
 
- Rédaction d'informations et de comptes-rendus, de bilans,
 
- Évaluation pendant un entretien d'une durée d'une heure et demie, où toutes les notions sont évaluées les unes après les autres, et où les experts notent d'une croix correspondant à leur appréciation (très bien, bien, satisfaisant). Il n'y a pas de point négatif.
 
Après plus d'un mois suivant cet examen, il me reste encore plusieurs questions auxquelles je ne trouve pas de réponse. Je sais que c'est nouveau, et qu'il reste des points à éclaircir. Les différentes personnes rencontrées ne se prononcent pas non plus ou restent vagues.
 
Pour ma part, j'ai effectué tout ce que l'on m'a demandé, bien qu'au début, ce fut un peu la révolution, mais je ne regrette rien, je me sens fière d'être arrivée jusqu'au bout. Je crois qu'il n'y a pas d'âge pour apprendre. Je pourrais même encourager toutes les personnes comme moi à faire cette validation d'acquis, secteur petite enfance. Je suis sortie de mon cocon, j'ai rencontrée des gens très intéressants, j'ai progressé à une vitesse grand V, et tout ça en six mois, car les démarches ont commencé en août 2004 et fini fin février2005.
Pour le salaire, je posséde l'échelle de l'État du Valais, mais le problème, c'est où se situer par rapport aux années d'expérience, aux responsabilités et difficultés rencontrées et surtout pour le titre obtenu.
De plus, je crois qu'il n'existe pas de conventions collectives pour le secteur de la petite enfance en Valais. Tout reste à faire...
Merci pour votre écoute, meilleures salutations,

 

 

Sommaire
Validation des Acquis de l’Expérience - VAE -
Qu’est-ce qui a changé avec la nouvelle loi ?
La validation des acquis était, jusqu’à présent,
régie par deux lois :
• La loi n° 84-52 du 27 janvier 1984
• la loi n° 92-678 du 20 juillet 1992
La loi de modernisation sociale qui vient d’être votée va plus loin :
Parce que toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire
valider les acquis de son expérience en vue de l’acquisition d’un diplôme,
d’un titre à finalité professionnelle, ou d’un certificat de qualification figurant
sur une liste établie par une commission paritaire nationale de l’emploi,
enregistrés dans le Répertoire national des certifications professionnelles.
Qu’est-ce que la Validation des
Acquis de l’Expérience - VAE ?
Les conditions de validation des acquis sont assouplies
et ses effets sont étendus :
» La VAE a vocation à s’appliquer à l’ensemble des diplômes et titres
à finalité professionnelle et des certificats de qualification.
» Le jury de validation peut accorder la totalité de la certification.
» Les compétences professionnelles acquises au travers d’activités
bénévoles sont prises en compte.
» La durée minimale de l’expérience exigée est abaissée de 5 ans à 3 ans.
Afin de permettre aux candidats potentiels et aux entreprises
d’avoir une appréciation exacte des certifications qui les intéressent,
le système de certification doit être cohérent et lisible.
La loi crée un Répertoire national des certifications professionnelles.
L’ensemble des diplômes et des titres à finalité professionnelle
ainsi que les certificats de qualification ont vocation à y être inscrits.
Le Répertoire national est géré par une commission nationale
réunissant les ministères concernés et des représentants du monde
économique et social.
Un droit désormais inscrit
au livre IX du Code du travail et
dans le Code de l’éducation. Un acte officiel par lequel les compétences
acquises par l’expérience sont reconnues.
Une procédure de vérification, d’évaluation
et d’attestation des connaissances et
des compétences du candidat, par un jury
indépendant et comportant des professionnels.
1
2
3
I
II
1
2
I
II
La Validation des Acquis de l’Expérience - VAE -
1
2
3
I
1
2
I
II
Le Répertoire national
des certifications professionnelles
4 5
la VAE c'est :
La VAE permet d’obtenir tout ou partie d’un diplôme ou titre à finalité
professionnelle ou d’un certificat de qualification.
Que permet la VAE ?
d’accéder à un cursus de formation, sans justifier du niveau d’études
ou des diplômes et titres normalement requis.
Le jury d’un diplôme ou d’un titre à finalité professionnelle délivré
au nom de l’État, ou par des établissements publics ayant une mission
de formation peut dispenser un candidat désirant l’acquérir, des titres
ou diplômes requis pour le préparer. Cette dispense doit se fonder
sur les compétences professionnelles acquises par le candidat.
La VAE permet aussi :
La validation peut être totale…
»Gilbert P., 34 ans,
titulaire d’un CAP Tourneur, travaille depuis 13 ans dans une entreprise de production
et de conditionnement de produits cosmétiques comme technicien de fabrication,
responsable d’un ensemble d’automates. Il souhaite évoluer dans son entreprise.
Après avoir évalué son capital de compétences et de connaissances, le jury a pu
se prononcer pour l’attribution du baccalauréat professionnel “pilote de systèmes
de production automatisée”.
Gilbert est aujourd’hui responsable de production.
»François M., 43 ans,
titulaire d’un CAP Vendeur, salarié dans
diverses sociétés, et pendant 15 ans délégué
syndical puis conseiller prud’hommal,
a été autorisé par le jury à s’inscrire
en licence en droit et s’est vu prescrire
un cursus individualisé. Il a obtenu
la licence en droit au bout d’un an.
»Sylvie T., 32 ans,
titulaire d’un BTS, adjointe au chef
du personnel dans une direction
des ressources humaines d’une grande
entreprise depuis 10 ans, est autorisée
par le jury à s’inscrire à un DESS
Ressources Humaines.
… ou partielle
»Manuel B., 35 ans,
intérimaire depuis 6 ans, souhaite obtenir un titre de Carreleur de niveau V
du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité. La cellule de validation du centre
AFPA de Toulouse, après entretien et positionnement lui conseille de demander
la validation des acquis de son expérience pour deux certificats de compétences
sur les quatre certificats constitutifs du titre.
Manuel se présente aux sessions de validation. Le jury se prononce
favorablement et lui octroie deux certificats de compétences.
Manuel sait qu’il dispose d’un délai de 5 ans pour acquérir les deux autres
certificats constitutifs du titre et pour passer l’entretien final ; au-delà il perdrait
le bénéfice de la validation partielle. Manuel négocie avec son employeur la
prise en compte d’un module de formation afin d’obtenir le troisième certificat
constitutif du titre. Par ailleurs, il demande à son employeur des missions
correspondant aux activités exigées pour obtenir le quatrième et dernier
certificat. Manuel se présente ensuite à une cellule de validation de l’AFPA
à Paris, lieu où il réside désormais. Il obtient le dernier certificat et passe
l’entretien final avec le jury du titre.
Manuel aura mis au total 3 ans pour obtenir son titre, tout en continuant
à exercer son activité professionnelle.
6 7
Tous les publics sont visés par la VAE.
Qui est concerné ?
Les salariés
(en CDI, CDD, intérimaires…)
»Philippe R., 44 ans,
titulaire d’un BEPC, a été 5 ans sous-officier dans l’armée (chiffreur) puis 4 ans
opérateur pupitreur, 4 ans analyste programmeur puis chef de projet junior,
8 ans ingénieur “maison”, 1 an chef de projet.
Après validation de ses acquis, il a été admis à s’inscrire en DESS “SIAD” (systèmes
informatiques d’aide à la décision), qu’il prépare dans le cadre d’un congé individuel
de formation.
8 9
Les non-salariés
(membres d’une profession libérale, exploitants agricoles, artisans, commerçants,
travailleurs indépendants…)
»Luc P., 26 ans,
artisan plombier, titulaire d’un CAP Plomberie, désire étendre son activité
au carrelage et fait valider son expérience pour obtenir un CAP Carrelage Mosaïque.
Les agents publics titulaires ou non
»Marc H., 35 ans,
bachelier, fonctionnaire de catégorie C, 13 ans d’expérience, va obtenir une licence
d’administration publique, nécessaire pour s’inscrire aux concours de catégorie A.
»Delphine P., 30 ans,
analyste programmeur au Trésor depuis sept ans, souhaite faire valider son
expérience en vue d’obtenir un diplôme d’ingénieur maître et de postuler ensuite
dans une société de service informatique privée.
Les demandeurs d’emploi indemnisés ou non
»Sophie D., 27 ans,
niveau BTS, licenciée pour cause économique après avoir assuré pendant 8 ans
le secrétariat de la direction d’une PME souhaite obtenir par la VAE le titre
(enregistré dans le Répertoire national) “d’adjoint de direction d’entreprise niveau II”
afin de retrouver un emploi dans un cabinet d’avocats d’affaires.
Toute personne, avec ou sans qualification reconnue, désirant en
acquérir une, la compléter ou l’adapter afin de reprendre une activité
»Michèle N., 45 ans,
titulaire d’un “bac philo” assiste son époux, artisan tapissier, tient la comptabilité
de l’entreprise, gère les commandes et assure la liaison avec la clientèle.
Elle craint pour l’avenir de l’entreprise et décide d’obtenir une qualification
professionnelle au cas où elle devrait chercher un emploi. Elle va pouvoir faire
valider son expérience et obtenir un BTS d’assistant(e) de Gestion de PME-PMI.
Les bénévoles ayant une expérience associative ou syndicale
»Anne D., 30 ans,
souhaite reprendre une activité professionnelle en tant qu’éducatrice sportive. Elle a
encadré bénévolement pendant 6 ans dans un club de gymnastique pour adultes et
s’est occupée de jeunes. Elle souhaite faire valider son expérience par le Brevet
d’Etat d’éducateur sportif.
Les acquis, pouvant donner lieu à une validation, sont l’ensemble
des compétences professionnelles issues d’une activité salariée, non salariée
ou bénévole exercée, en continu ou non, pendant une durée totale cumulée
d’au moins trois ans et en rapport avec la certification visée.
Ne sont pas pris en compte dans la durée d’expérience requise :
• les périodes de formation initiale ou continue, quel que soit le statut
de la personne,
• ainsi que les stages et les périodes de formation en milieu professionnel
effectués pour la préparation d’un diplôme ou d’un titre.
Quelle expérience
est prise en compte ?
Il revient au jury de validation d’apprécier le caractère professionnel
des compétences acquises et leur lien avec celles exigées par le référentiel
du diplôme du titre ou du certificat visé.
»Nadia B.,
mère de famille, si elle sait s’occuper de jeunes enfants, n’a pas pour autant toutes
les compétences professionnelles nécessaires pour exercer l’activité d’assistante
maternelle dans une école, dans la mesure où son expérience n’est pas directement
transposable dans une situation professionnelle.
Les jurys peuvent prendre en compte également les études supérieures
accomplies à l’étranger.
»Jérome P., 35 ans,
est titulaire d’un diplôme allemand d’ingénieur (Fachhochschule) en technologie
mécanique. De retour en France, il souhaite se positionner à un autre niveau sur le
marché du travail, en postulant pour le titre d’ingénieur d’une grande école française
de mécanique qui couvre un spectre plus large. L’école française lui demande de ne
passer que les compléments qui lui manquent.
10 11
Quelle certification viser ?
La VAE a vocation à s’appliquer à l’ensemble des diplômes,
titres et certificats de qualification enregistrés dans le Répertoire national
des certifications professionnelles.
Pourront ainsi être obtenus par la validation de l’expérience :
dès lors qu’ils seront inscrits dans le Répertoire national
et que le règlement d’obtention ne l’interdit pas (notamment pour
des raisons liées à la santé, à la sécurité ou à la défense nationale).*
* Attention, le Répertoire national va s’enrichir progressivement.
Il est recommandé aux personnes qui informent le public de vérifier, par exemple,
si la certification visée était déjà accessible avant 2002 au titre de la loi de 1992
ou de mesures expérimentales.
• un diplôme ou titre professionnel délivré par l’Etat,
• un diplôme délivré au nom de l’Etat,
par un établissement d’enseignement supérieur,
• le titre d’un organisme de formation
consulaire ou privé,
• un certificat de qualification paritaire,
NB : Ces dispositions ne sont pas exclusives des équivalences d’études
ou de diplômes existant pour certains domaines professionnels.
Comment y accéder ?
Selon le projet du candidat à la VAE, les étapes diffèrent.
Aide au choix d’une certification
Lorsque le candidat à la VAE ne sait pas encore quelle nouvelle orientation
donner à sa vie professionnelle, il peut s’adresser à l’un des conseillers
des différents organismes ayant une mission générale d’information et
d’orientation professionnelles : ANPE, CIO, SCUIO, PAIO, CIDJ, mission locale, etc…
Il trouvera auprès de lui des informations sur la VAE, sur la réglementation
des diplômes, des titres et des certificats de qualification ainsi que sur ses droits
en matière de formation professionnelle continue. Enfin, une aide lui sera apportée
pour élaborer son projet professionnel.
A ce stade, le conseiller peut lui proposer de faire un bilan de compétences pour
l’aider à mieux définir son projet.
Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?
Le bilan de compétences a pour objet de permettre à une personne ayant un emploi
ou non de définir un projet professionnel et le cas échéant, un projet de formation.
Au cours du bilan, les activités de la personne seront analysées afin de :
• faire le point sur ses expériences professionnelles et personnelles,
• déceler ses potentialités inexploitées,
• recueillir et mettre en forme les éléments permettant d’élaborer
un projet professionnel ou personnel,
• gérer au mieux ses ressources personnelles,
• organiser ses priorités professionnelles,
• mieux utiliser ses atouts dans des négociations d’emploi
ou dans des choix de carrière.
12 13
La demande de validation
Lorsque le candidat à la VAE sait quel type de diplôme, titre ou certificat
de qualification il veut obtenir, il s’adresse directement à l’institution ou
à l’organisme qui le délivre dans les délais et les conditions que celle-ci ou
celui-ci a préalablement fixés et rendus publics. Les modalités de la demande,
ses documents constitutifs, ainsi que les critères de recevabilité sont fixés par arrêté
du ou des ministre(s) compétent(s) pour les diplômes et les titres délivrés au nom
de l’Etat, ou par décision de l’organisme qui délivre la certification.
La constitution du dossier de VAE
Le candidat peut être accompagné dans la constitution de son dossier.
L’accompagnateur aide le candidat à la VAE à décrire les activités qu’il a exercées
et à mettre en relation ses compétences avec celles exigées par le référentiel
de la certification visée.
Il s’agit d’apporter au candidat une méthode d’analyse de son expérience
et une manière de la traduire dans des termes qui en facilitent la validation.
Si l’accompagnateur juge que les compétences professionnelles du candidat
à la VAE sont insuffisantes au regard de la certification visée et des exigences
demandées, il l’en avertira. Toutefois, il revient au seul candidat de décider
de faire une demande de VAE ou non.
A qui faut-il s’adresser ?
L’institution ou l’organisme compétent pour renseigner les candidats à la VAE
est fonction de la certification visée.
Ministère de l’Agriculture : auprès du service de formation de la DRAF et/ou
des établissements d’enseignement supérieur agricole.
Ministère de l’Education Nationale : pour les diplômes de l’enseignement
technologique et professionnel, auprès d’un CIO, d’un GRETA ou du service académique
de validation des acquis au rectorat.
Dans l’enseignement supérieur, auprès du SCUIO et ou du service commun de formation
continue de l’établissement.
Ministère de la Jeunesse et des Sports : auprès de la DDJS ou d’un CREPS.
Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, secteur travail, emploi et formation
professionnelle : auprès de la DRTEFP, de la DDTEFP ou d’un centre AFPA.
Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, secteur Affaires Sociales : auprès de
la DDASS et dans les centres de formation privés ou publics habilités.
Organismes consulaires : auprès des Chambres d’Agriculture, Chambres de
Commerce et d’Industrie, Chambres des Métiers et des établissements de formation
qui leur sont rattachés.
Branches professionnelles : auprès d’une organisation paritaire de la branche.
Organismes privés : auprès de l’organisme qui délivre la certification.
14 15
La recevabilité de la demande
L’autorité qui délivre la certification notifie au candidat la recevabilité de sa demande
ou son rejet motivé.
La demande de VAE et les documents qui l’accompagnent sont soumis
à un jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions
régissant la certification visée.
Le jury vérifie si les acquis dont le candidat fait état correspondent aux
compétences, aptitudes et connaissances exigées par le référentiel de la certification.
Les modalités et les critères d’évaluation des compétences professionnelles
du candidat à la VAE sont fixés par l’institution ou l’organisme qui délivre
la certification : examen sur pièces, entretien, mise en situation
du candidat ou tout autre moyen d’évaluation jugé adéquat et prévu par
la réglementation de la certification.
Le jury est souverain.
Il se prononce pour une validation totale…
Si les acquis du candidat correspondent aux compétences, aptitudes
et connaissances exigées pour obtenir la certification visée, le jury propose
l’attribution du diplôme, du titre ou du certificat de qualification.
… ou pour une validation partielle
En revanche, si les acquis du postulant ne correspondent pas entièrement
aux compétences, aptitudes et connaissances exigées pour obtenir
la certification visée, le jury prend une décision de validation partielle et
se prononce sur la nature des connaissances et compétences devant
faire l’objet d’un contrôle complémentaire nécessaire à l’obtention
du diplôme, du titre ou du certificat de qualification.
Contrôle complémentaire
Lorsqu’un contrôle complémentaire est nécessaire pour l’obtention
de la certification, le jury indique au candidat les connaissances, aptitudes,
et compétences dont il devra apporter la preuve lors de ce nouveau
contrôle.
Dans tous les cas c’est l’autorité qui délivre la certification qui notifie
au candidat sa décision de délivrance du diplôme, du titre ou du certificat
de qualification.
16 17
Qui finance la VAE ?
La VAE s’inscrit dans le livre IX du Code du travail.
Elle fait partie du champ de la formation professionnelle continue.
La VAE peut donc faire l’objet d’une prise en charge par les différents acteurs qui
participent aux dépenses de la formation professionnelle continue, dans le cadre des
dispositifs qu’ils financent : Etat, Régions, UNEDIC, entreprises, OPCA et FONGECIF.
Le coût de la VAE comprend les frais liés à la prestation et à la rémunération
éventuelle du candidat.
Les entreprises peuvent imputer sur leurs dépenses de formation le coût de la VAE
de leurs salariés.
Lorsque la VAE s’inscrit dans le cadre d’un des dispositifs légaux de formation
(plan de formation, CIF, PARE-PAP…), le candidat à la VAE peut bénéficier
d’un financement selon les règles propres à chaque dispositif.
Publics Financeurs Cadre du financement
Salariés
(en CDI, CDD, intérim…) Entreprises Dans le cadre du plan de formation
OPCA
Dans le cadre des fonds mutualisés
OPACIF
Agents publics
(titulaires ou non-titulaires) Administration,
Etablissements publics Dans le cadre du plan de formation
Non-salariés
(professions libérales, Organismes collecteurs Dans le cadre de la prise en charge
exploitants agricoles, (AGEFICE, FIF-PL, FAFEA…) prévue par ces organismes
artisans, commerçants,
travailleurs indépendants…)
Demandeurs d’emploi Assedic, Etat, Dans le cadre du PARE
(indemnisés ou non) Conseils régionaux (plan d’aide au retour à
l’emploi), du PAP (projet
d’action personnalisé).
Toute personne souhaitant • L’intéressé lui-même • En tant que stagiaire
acquérir une certification, • L’intéressé avec l’aide de l’Etat de la formation
la compléter ou l’adapter. ou de la Région dans certaines professionnelle
conditions
Laurence a 38 ans. Titulaire d'un BEP Administration Commerciale et Comptable,
obtenu près de vingt ans auparavant, elle a commencé son parcours
professionnel comme secrétaire dans un grand hôtel.
» Le monde de l'hôtellerie et de la restauration, qu'elle ne connaît guère au début de
sa carrière, suscite chez elle un grand intérêt. Elle découvre notamment la diversité
des activités de ce secteur professionnel. Ses talents d'organisatrice, appréciés
par ses employeurs, lui permettent d'accéder à des fonctions qui, progressivement,
exigent de sa part la maîtrise de techniques et de connaissances nouvelles.
» Lorsque l'occasion se présente d'accéder à de plus amples responsabilités
dans l'entreprise, elle n'hésite pas à accepter l'emploi d'adjoint au responsable
du restaurant de cette importante structure hôtelière.
» Elle occupe ainsi un poste d'encadrement dans lequel elle est chargée
de l'organisation du restaurant. Elle supervise les activités du personnel
et est responsable de la formation de celui-ci. Elle gère le restaurant,
veille au respect des normes en vigueur et assure la tenue de la comptabilité.
Elle doit également participer à la mise en place d'actions commerciales
notamment en direction de la clientèle étrangère et des tours-opérateurs.
» Mais le projet professionnel de Laurence évolue. Désormais, elle souhaite changer
d'entreprise et devenir directrice d'un restaurant au sein d'une grande chaîne.
Or, son expérience dans l'hôtellerie et la restauration n'est sanctionnée par aucun
diplôme et elle constate que cela limite ses perspectives de mobilité professionnelle.
» Alors qu'elle s'informe auprès d'un Centre d'information et d'orientation (CIO)
sur les diplômes de son secteur professionnel, un conseiller évoque la possibilité
de valoriser ses compétences acquises par la démarche de validation des acquis
d'expérience. Il oriente Laurence vers le Dispositif Académique de Validation
des Acquis (DAVA) de sa région.
» Au DAVA, Laurence est accueillie et informée précisément sur la démarche
de validation des acquis de l'expérience. A sa demande, elle bénéficie
d'un entretien personnalisé qui l'aide à déterminer le diplôme qui correspond
à son expérience et à identifier les unités de ce diplôme qu'elle peut envisager
d'obtenir. Le DAVA lui propose également un accompagnement dans la production
du dossier dans lequel elle devra décrire les emplois et les activités professionnelles
qui sont en rapport avec le diplôme.
» Le diplôme choisi est le Brevet de Technicien Supérieur (BTS)
“Hôtellerie-restauration", option "mercatique et gestion hôtelière".
A l'issue de l'accompagnement, Laurence décide de demander la validation
de ses acquis pour obtenir six des huit unités que comporte le BTS.
» Elle constitue son dossier de validation des acquis et se présente à l'une des sessions
organisées dans l'académie. Le jury, composé d'enseignants et de professionnels,
a étudié le dossier de Laurence. Il la convoque pour un entretien afin d'approfondir
l'analyse de son expérience. Les six unités lui sont accordées.
» Il lui reste deux épreuves à préparer pour lesquelles elle suit une formation adaptée.
Elle peut se présenter ainsi à l'examen qu'elle passe avec succès.
» Laurence est aujourd'hui titulaire du Brevet de Technicien Supérieur.
1
2
3
I
II
1
2
I
II
18 19
Histoires de vie professionnelle
20 21
1
2
3
I
II
2
I
II
Histoires de vie professionnelle
La société D. s’est engagée, il y a trois ans, dans une politique
de développement des compétences qui visait à accompagner
les salariés face aux transformations des métiers et des techniques
et à valoriser leur évolution. Elle a passé un accord avec l’AFPA pour
une campagne de validation des acquis des salariés les moins qualifiés.
Elle a également mis en place des actions de formation pour faciliter
les adaptations nécessaires.
» Après avoir participé à une réunion d’information et rencontré
son responsable de groupe, Denis G., 32 ans, salarié depuis 8 ans
dans cette entreprise d’exploitation d’équipements thermiques,
y a vu une occasion de mettre à niveau sa qualification. Son CAP
de conducteur de chaufferie avait été obtenu à l’issue de sa formation initiale
qui lui paraissait déjà lointaine.
» En outre, il était intéressé par la possibilité de faire valider ses compétences
acquises dans la société D. par un titre qui pourrait lui servir, soit pour progresser
dans l’entreprise, soit pour une éventuelle mobilité professionnelle.
» La définition de l’emploi de technicien correspondait bien aux activités
et aux responsabilités qu’il exerçait dans l’entreprise et lui paraissait porteuse
d’avenir.
» Il a donc choisi de postuler le titre de Technicien de Maintenance
en Génie Climatique (TMGC) de niveau IV du Ministère de l’Emploi
et de la Solidarité, et pris contact avec la cellule de validation rattachée
au Centre AFPA de Douai-Cantin dans le Nord.
» Après un entretien et un positionnement au cours duquel on a comparé
son capital personnel de compétences avec les exigences du référentiel du titre,
il lui a été conseillé de demander à valider les acquis de son expérience pour
deux certificats de compétences professionnelles sur les quatre constitutifs du titre.
Un planning a été établi avec son entreprise.
» Denis s’est présenté aux sessions de validation la même année,
à deux mois d’intervalle. La première session s’est déroulée en situation
reconstituée dans l’atelier du centre AFPA ; la deuxième dans son entreprise,
à partir de paramètres que l’entreprise a acceptés. Dans les deux cas,
les évaluateurs étaient des professionnels et des formateurs extérieurs
à l’entreprise et au centre. Denis a obtenu ces deux certificats de compétences.
Il disposait d’un délai de 5 ans pour acquérir les deux certificats nécessaires
à l’obtention du titre.
» Lors de l’entretien annuel d’évaluation avec son supérieur direct, il a demandé à
suivre un module de formation pour obtenir le certificat qui lui paraissait le plus
difficile, et obtenu une évolution de son emploi au cours de l’année suivante
correspondant aux activités exigées pour obtenir le quatrième et dernier certificat.
» Denis s’est présenté le mois dernier à une session organisée par la cellule
de validation. Il a obtenu le dernier certificat et passé l’entretien final
avec le jury.
» Le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle
vient de lui remettre le titre de “TMGC”.
Notes
22

 

visitez le nouveau document d'art thérapie cliquez ici

Document exemple d'aide pour remplir votre demande de validation d'acquis en France livret 2

 

Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé et plus particulièrement le livret de présentation des acquis de l’expérience (Livret 2).

Elle est constituée de deux principales parties :

1 - Un ensemble d’informations générales relatives au métier d’éducateur spécialisé et à la validation des acquis de l’expérience

2 - Un guide pratique pour renseigner votre livret de présentation des acquis de l’expérience (Livret 2)

Vous pouvez parallèlement, et de manière facultative, bénéficier d’un accompagnement afin de vous aider dans votre démarche de validation des acquis de l'expérience.

Sommaire

1 - Informations générales page 3

1.1 - Le métier d’éducateur spécialisé page 4

1.2 - L’accès au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé
par le biais de la validation des acquis de l’expérience page 4

1.3 - Qu’est-ce que la validation des acquis de l’expérience ? page 6

1.4 - Quelles sont les principales étapes d’une démarche
de validation des acquis de l’expérience ? page 6

1.5 - Quels en sont les principaux supports ? page 7

1.6 - Quelle exploitation fera le jury de votre livret 2 ? page 7

2 - Guide pratique pour renseigner votre Livret 2 page 8

2.1 - Première étape : Appropriation du Livret 2
et du référentiel professionnel page 9

2.2 - Deuxième étape : Première analyse de votre expérience page 9

2.3 - Troisième étape : Constitution de votre Livret 2 page 10














Informations générales

Le métier d’éducateur spécialisé


L’éducateur spécialisé concourt à l’éducation d’enfants et d’adolescents ou au soutien d’adultes présentant des déficiences physiques, psychiques ou des troubles du comportement ou qui ont des difficultés d’insertion.

Par le soutien qu’il apporte et par les projets qu’il élabore, il aide les personnes en difficulté à restaurer ou à préserver leur autonomie. Il favorise également les actions de prévention.

Son intervention se situe aussi bien dans le champ de l’éducation spécialisée, dans le champ social que dans le champ scolaire, celui de la santé ou encore de la protection judiciaire de la jeunesse. Il est également de plus en plus appelé à intervenir dans le cadre de projets de développement local.

L’exercice du métier d’éducateur spécialisé :

- contribue à assurer une mission de service public définie par l’Etat et précisée par un ensemble de textes législatifs et réglementaires qui visent à prendre en compte l’évolution des problématiques socio-éducatives,
- répond à une commande sociale éducative exprimée par différents donneurs d’ordre et financeurs, en fonction des champs de compétences qui sont les leurs dans le cadre de la décentralisation : mesure individuelle, collective ou territorialisée,
- se fait dans un cadre institutionnel : établissements ou services relevant du secteur public ou associatif.


L’accès au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé par la
Validation des Acquis de l’Expérience


Le diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé est accessible par la Validation des Acquis de l’Expérience (cf arrêté du 12 mars 2004, Journal officiel du 1er avril 2004).

Un référentiel professionnel de l’éducateur spécialisé est annexé à la réglementation générale du diplôme (cf Bulletin officiel santé social n°2004/17).

Il constitue pour vous un document de travail indispensable pour vous aider dans la constitution de votre dossier de demande de Validation des Acquis de l'Expérience, notamment dans le choix des expériences et situations à décrire.

Il rend compte des principales fonctions que doivent être en capacité d’exercer les titulaires du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé :

 Fonction 1 - Etablissement d’une relation, diagnostic éducatif
 Fonction 2 - Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe
 Fonction 3 - Conception et conduite d’une action socio-éducative au sein d’une
équipe
 Fonction 4 - Construction d’un cadre d’analyse et d’une expertise des
pratiques éducatives et sociales

Chaque fonction est déclinée en un ensemble de compétences. Pour chacune de ces compétences sont notamment précisés les savoir-faire et savoirs de référence dont la maîtrise est exigée pour une pratique efficace du métier d’éducateur spécialisé.

Il s’agira pour vous de rendre compte de votre expérience en prenant appui, régulièrement, sur ce référentiel et ses exigences.

Référentiel fonctions / activités du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé


Fonction 1 - Etablissement d’une relation, diagnostic éducatif

1.1 - Appropriation et analyse d’informations concernant la commande sociale et la
situation de la personne ou du groupe
1.2 - Etablissement d’une relation éducative avec la personne, la famille ou le groupe
1.3 - Elaboration d’un diagnostic éducatif, d’une hypothèse d’intervention socio-
éducative et préfiguration d’un projet individuel adapté à la situation de la
personne (ou du groupe) et en cohérence avec le projet institutionnel ou le
mandat

Fonction 2 - Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe

2.1 - Mobilisation des ressources de l’environnement de la personne ou du groupe
2.2 - Mobilisation des ressources de la personne ou du groupe et développement de
ses capacités
2.3 - Exercice d’une fonction symbolique permettant la distinction des rôles et places
dans une société. Position de rappel des lois et règles sociales permettant à la
personne ou au groupe de s’y inscrire en tant que citoyen
2.4 - Accompagnement de la personne ou du groupe dans la construction de son
identité et de sa singularité dans le respect le plus large possible de ses choix et
de son intimité

Fonction 3 - Conception et conduite d’une action socio-éducative au sein d’une équipe

3.1 - Co-construction d’une intervention adaptée aux attentes et/ou aux besoins de la
personne (ou du groupe) en cohérence avec la commande sociale et le projet
institutionnel
3.2 - Réalisation et ajustement de projets sociaux et éducatifs dans un système
d’acteurs multiples
3.3 - Intervention en qualité de « référent » de la personne ou du groupe
vis-à-vis de l’institution dans un rôle de régulation
3.4 - Contribution à la mise en œuvre du projet : gestion logistique et financière
d’activités, ou de séquences collectives, de nature socio-éducative
3.5 - Evaluation des actions menées dans le cadre du projet social ou éducatif, ou des
mesures individuelles assurées

Fonction 4 - Construction d’un cadre d’analyse et d’une expertise des pratiques éducatives et sociales

4.1 - Implication dans une structure sociale ou au sein d’une équipe éducative et dans
un travail pluridisciplinaire et coopératif de personnes relevant de
professionnalités différentes
4.2 - Echange d’informations nécessaires aux besoins d’un milieu professionnel au
sein duquel la communication est à la fois institutionnelle et informelle
4.3 - Veille et attention permanente par rapport à l’évolution des connaissances
techniques et théoriques du champ social ou éducatif afin de maintenir une
pratique adaptée à ses évolutions
4.4 - Capitalisation permanente des acquis de l’expérience individuelle et collective par
une formalisation de ceux-ci, en vue de faire progresser et de faire partager son
propre savoir professionnel


Qu’est-ce que la Validation des Acquis de l’Expérience ?

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est définie dans la loi 2002-73 du
17 janvier 2002 de modernisation sociale et ses décrets d’application :

« Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification (…) enregistrés dans le répertoire national des certifications professionnelles (…).

« Peuvent être prises en compte, au titre de la validation, l’ensemble des compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapport direct avec le contenu du diplôme ou du titre. La durée minimale d’activité requise ne peut être inférieure à trois ans.

« La validation est effectuée par un jury (…) qui peut attribuer la totalité du titre ou diplôme. A défaut, il se prononce (…) sur la nature des connaissances et aptitudes devant faire l’objet d’un contrôle complémentaire.

« Le jury se prononce au vu d’un dossier constitué par le candidat, à l’issue d’un entretien (…).


Quelles sont les principales étapes d’une démarche de
Validation des Acquis de l’Expérience ?






Quels en sont les principaux supports ?

Deux livrets constituent les supports principaux de votre demande de Validation des Acquis de l’Expérience.

 Le Livret 1, qui a pour objectif d’étudier la recevabilité de votre demande en regard des exigences réglementaires.

En effet, pour que votre demande de VAE en vue de l'obtention du diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé soit déclarée recevable par les services du Rectorat, vous devez justifier de l'exercice d'une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapport direct avec le contenu du diplôme. La durée totale d'activité cumulée exigée est de trois ans. Le livret 1 est à remettre en double exemplaires accompagnés des justificatifs et de 4 enveloppes affranchies.

 Le Livret 2, qui a pour objectif d’analyser votre expérience en regard des exigences du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé.

Vous serez, sur la base de ce Livret 2, convié à un entretien avec le jury. Cet entretien vous donnera, notamment, la possibilité d’approfondir des aspects de votre expérience qui n’auraient pas été suffisamment explicités dans votre écrit ou illustrés par des documents annexés.

Quelle exploitation fera le jury de votre Livret 2 ?

Le jury procédera à un travail d’identification des compétences que vous maîtrisez à partir de l’exposé que vous aurez fait de votre expérience au sein de ce livret 2.

Votre Livret 2 devra en conséquence fournir au jury une information suffisamment précise pour mettre votre expérience en regard du référentiel professionnel et pour procéder à un travail de repérage des compétences, aptitudes et connaissances que vous maîtrisez. Il sera également le support de votre entretien avec le jury.














Guide pratique pour
renseigner votre Livret 2


Nous vous proposons, pour renseigner efficacement votre Livret 2, de suivre la démarche suivante.


Première étape - Appropriation du Livret 2 et du référentiel
professionnel


Lisez attentivement ce Livret 2, afin d’en maîtriser la structure.

Lisez attentivement le référentiel professionnel du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé, afin :

- de vous faire une représentation complète des fonctions et activités susceptibles d’être mises en œuvre par un éducateur spécialisé diplômé,

- d’identifier les exigences du métier, s’agissant notamment des savoir-faire et savoirs de référence.



Deuxième étape - Première analyse de votre expérience


Procédez à une première analyse de votre expérience (votre parcours dans sa globalité), afin de repérer les expériences significatives dont vous rendrez compte dans votre Livret 2.

Pour cela, nous vous suggérons la démarche qui suit.

 Mettre à plat votre expérience

Lister les différents emplois (et fonctions bénévoles) que vous avez exercés jusqu’à ce jour, même s’ils n’ont pas de relations directes avec le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé

 Identifier vos expériences ayant un lien direct avec le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé

Ce premier travail de mise à plat doit vous permettre d’identifier, par comparaison avec le référentiel professionnel, une ou des expériences (emploi ou fonction bénévole) pertinente(s) en regard du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé.

 Choisir une première expérience professionnelle (un emploi ou une fonction bénévole)

Il vous faut maintenant choisir une expérience, principale, qui constituera une part importante de votre Livret 2. En effet, vous serez invité(e) dans ce Livret 2 à la décrire de la page 9 à la page 29. Cette expérience doit évidemment avoir un rapport direct avec le diplôme visé. Pour vous aider dans ce choix, prenez appui sur le référentiel professionnel. Il est également souhaitable que cette expérience soit la plus récente possible.

 Choisir une autre expérience (un emploi ou une fonction bénévole), voire plusieurs autres expériences

Choisissez, si votre parcours personnel et professionnel vous le permet et si vous le souhaitez, une seconde expérience (emploi ou fonction bénévole), qui pourra être décrite dans le livret 2 de la page 30 à 35.

Une troisième expérience pourra éventuellement être relatée de la page 36 à 41.

Un critère essentiel doit vous guider dans le choix de ces autres expériences : elles doivent compléter l’expérience principale décrite en apportant une information nouvelle au jury.

Plus précisément, ces expériences devront, dans la mesure du possible, vous permettre :
- de couvrir une ou plusieurs fonction(s) ou des activités, susceptibles d’être mises en œuvre par un éducateur spécialisé diplômé, que votre expérience principale n’aurait pas mises en lumière,
- de mettre en évidence une intervention auprès d’un public différent de celui auquel vous faites référence dans l’expérience préalablement décrite, qu’il s’agisse des caractéristiques de ce public, ou des problématiques traitées.


Troisième étape - Constitution de votre Livret 2


Ce Livret 2 comporte 7 chapitres.

1 - Vos motivations (page 5)

L’expression de vos motivations devra permettre au jury de comprendre les raisons de votre démarche et de votre choix de diplôme, en les référant à votre projet professionnel ou personnel.

2 - Vos expériences (pages 6 et 7)

Il s’agira de fournir un aperçu de vos expériences, en distinguant, dans les tableaux proposés, votre parcours professionnel et les activités bénévoles éventuellement exercées.

3 - Votre parcours de formation (page 8)

Vous devrez également fournir au jury un aperçu des différentes formations que vous avez pu suivre, en mentionnant notamment le(s) diplôme(s) obtenu(s). Vous joindrez les justificatifs nécessaires à votre livret 2.

4 - Expérience n° 1 (page 9)

La description se fera sous 3 angles :
 4.1 - Présentation du cadre de votre intervention professionnelle ou bénévole
 4.2 - Description de situations de travail significatives en lien, dans la mesure
du possible, avec tout ou partie des 4 fonctions qui structurent le
référentiel professionnel du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé
 4.3 - Analyse globale de cette expérience.
4.1 - Présentation du cadre de votre intervention (pages 10 à 16)

Cette première partie (présentation du cadre de votre intervention) permettra au jury de comprendre le contexte dans lequel s’inscrit l’expérience que vous avez choisie de décrire.

Elle comporte 6 rubriques :

4.1.1 - Votre emploi ou votre fonction bénévole
4.1.2 - L’environnement institutionnel de votre structure
4.1.3 - Votre structure
4.1.4 - Votre position dans la structure
4.1.5 - Vos activités
4.1.6 - Le public avec lequel vous travaillez

A chaque rubrique, à l’exception de la première pour laquelle le questionnement est fermé, une consigne vous est proposée.

S’agissant de la rubrique 5 (page 15 du Livret 2), relative aux activités que vous mettez en œuvre dans le cadre de l‘expérience choisie, nous vous suggérons de procéder de la façon suivante :

- D'abord, lister sur un papier libre l’ensemble des tâches que vous réalisez, sans souci d’organisation ou de hiérarchisation,

- Ensuite, procéder ensuite à des regroupements de tâches, de manière à retenir les 5 à 10 activités principales qui structurent votre emploi ou votre fonction bénévole,

- Enfin, estimer en pourcentage et approximativement le temps régulièrement consacré à chacune de ces activités (sur une semaine, ou un mois, ou une année).


4.2 - Description de situations de travail significatives en lien avec les 4
fonctions du référentiel professionnel (pages 17 à 25)


Dans cette seconde partie, vous devrez présenter et décrire quelques situations de travail significatives et caractéristiques de l’expérience que vous avez choisie de relater.

Il ne s’agit pas de rendre compte de l’ensemble de votre expérience, mais de quelques situations de travail qui, cumulées, couvrent tout ou partie du référentiel professionnel du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé. A titre indicatif, il vous est proposé dans ce Livret 2 de décrire 4 situations de travail.

Un principe simple et efficace peut vous être suggéré :

- La première situation de travail (pages 18 et 19) pourra correspondre à la fonction 1 du référentiel professionnel (établissement d’une relation, diagnostic éducatif)

- La deuxième situation de travail (pages 20 et 21) pourra correspondre à la fonction 2 du référentiel professionnel (accompagnement éducatif de la personne ou du groupe)

- La troisième situation de travail (pages 22 et 23) pourra correspondre à la fonction 3 du référentiel professionnel (conception et conduite d’une action socio-éducative au sein d’une équipe)

- La quatrième situation de travail (pages 24 et 25) pourra correspondre à la fonction 4 du référentiel professionnel (construction d’un cadre d’analyse et d’une expertise des pratiques éducatives).

A titre indicatif, un espace de 2 pages vous est proposé pour décrire chaque situation retenue. Vous pouvez utiliser davantage de pages si nécessaire.

Des indications sur la forme que peut prendre votre récit, pour chacune des 4 fonctions, vous sont proposées en annexe.

Votre récit pourra également faire référence, à chaque fois que vous le jugerez utile, à des éléments de preuve, ou documents, que vous produirez en annexe et que vous classerez en ayant le souci de montrer, dans le tableau de synthèse qui figure à la page 43 de votre Livret 2, à quelle(s) fonction(s) cet élément renvoie.

Un même document pourra, le cas échéant, être référé à plusieurs fonctions.

Pour vous aider dans le choix de ces documents, il vous est proposé de limiter à 2 ou 3 le nombre de documents fournis par situation décrite, donc par fonction visée. Il s’agit d’une indication, non d’une exigence. Plus que le nombre, c’est la diversité et la pertinence de ces documents qui importe.

Deux principaux critères pourront vous guider dans vos choix :

- vous les avez conçus dans le cadre de votre action ou avez pleinement contribué à leur réalisation (comptes-rendus, …),

- ils témoignent, directement ou indirectement, de votre activité (articles de presse locale, …).

Si vous le jugez utile et si cela vous est possible, vous pourrez faire attester ces documents par qui de droit.

Pour chaque fonction, une liste non exhaustive de documents vous est proposée en annexe, susceptible d’orienter votre sélection.

4.3 - Analyse globale de cette expérience (pages 26 à 29)

Cette partie est organisée en 6 thèmes :

4.3.1 - Principes d’action et objectifs
4.3.2 - Sources d’information et de documentation
4.3.3 - Participation au fonctionnement collectif de la structure
4.3.4 - Degré d’autonomie et d’initiative
4.3.5 - Evaluation de votre intervention
4.3.6 - Compétences mises en œuvre

Pour chaque thème, une consigne vous est proposée, afin d’orienter votre récit.

Il s’agira pour vous de rester centré sur l’expérience principale que vous avez choisie de décrire, en apportant au jury une information complémentaire à celle déjà fournie dans les pages précédentes (pages 9 à 25).

En effet, cette analyse globale devra permettre au jury de comprendre comment cette expérience vous a permis de mobiliser, d'acquérir et / ou d'actualiser vos compétences professionnelles.


5 - Décrire dans le Livret 2 une expérience n° 2 (page 30 à 35) …

Ce chapitre (expérience n° 2) de votre Livret 2 n’est bien sûr pas obligatoire. Il suppose en effet que vous ayez effectivement eu une expérience autre que celle décrite précédemment en lien avec le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé.

Si tel est le cas, cette expérience pourra avoir été exercée préalablement à l’emploi (ou à la fonction bénévole) évoqué dans les pages 9 à 29 du Livret 2, ou être exercée parallèlement.
Si vous n’exercez plus l’emploi (ou la fonction bénévole) évoqué dans les pages 9 à 29, cette expérience n° 2 pourra, bien sûr, être postérieure à celui-ci.

Pour mémoire, cette expérience doit compléter l’expérience principale décrite en apportant une information nouvelle au jury.

Plus précisément, elle devra, dans la mesure du possible, vous permettre :

- de couvrir tout ou partie d’une fonction, que votre expérience principale n’aurait pas mise en lumière,

- de mettre en évidence une intervention auprès d’un public différent de celui auquel vous faites référence dans l’expérience préalablement décrite, qu’il s’agisse des caractéristiques de ce public, ou des problématiques traitées.

Outre une présentation de l’emploi ou de la fonction bénévole dont il est question et une présentation succincte du cadre de votre intervention, il vous est proposé de décrire 2 situations de travail significatives. Vous veillerez à mentionner, parmi les 4 fonctions du référentiel professionnel, celles auxquelles ces situations renvoient.

Votre récit pourra s’appuyer sur les conseils proposés précédemment pour l’expérience principale.


6 - … et, éventuellement, une expérience n° 3 (page 36 à 41)

Les indications fournies pour l’expérience n° 2 s’appliquent également à cette éventuelle expérience n° 3.

7 - Renseigner, pour conclure, le tableau de synthèse des documents
annexés à votre Livret 2 (page 43)









La rédaction de votre Livret 2 peut être manuscrite.

Toutefois, si vous choisissez d’utiliser l’outil informatique, vous veillerez à vous rapprocher de la mise en page proposée dans le livret original afin d’en faciliter l’appropriation par le jury.

Quelle que soit la forme choisie, nous vous invitons à respecter les consignes suivantes :

 Insistez sur votre implication personnelle (vous pouvez vous aider
d’une rédaction à la première personne du singulier)

 Mettez en avant votre contribution personnelle dans le cadre
d’activités menées collectivement

 Utilisez de préférence le présent de narration : je réalise, plutôt que j’ai réalisé

 Décrivez votre activité dans le détail, de manière la plus précise possible

 Choisissez, à chaque fois que la situation s’y prête, un mode de description chronologique, du début à la fin de l’activité, sans oublier l’évaluation

 Evitez absolument les fiches d’activités ou de projets anonymes (sur lesquels vous ne figurez pas), les listes de tâches

 Enfin, il est indispensable de préserver l'anonymat des usagers ainsi que des personnes avec lesquelles vous travaillez ou avez travaillé.




ANNEXE


Forme que peut prendre votre récit
et liste non exhaustive de documents associés, pour chaque fonction



Fonction 1 : Etablissement d’une relation, diagnostic éducatif

 Forme possible de votre récit

 Vous devrez décrire et analyser vos pratiques relatives :
- à l'établissement d'une relation avec des personnes ou des groupes,
- aux modalités d’élaboration de diagnostics éducatifs.
 Deux cas significatifs de personnes (ou de groupes) avec lesquels vous avez été amené à travailler pourront servir de fil conducteur à votre récit et à vos analyses.
 Sur cette base, vous pourrez décrire les caractéristiques des diagnostics éducatifs que vous avez établis ou contribué à établir et leurs conséquences sur l'élaboration de projets éducatifs. De même, vous pourrez mettre en avant leurs conséquences sur votre action personnelle auprès des personnes ou des groupes concernés.
 Le cas échéant, vous pourrez préciser :
- les supports d’information consultés,
- les personnes interrogées (collègues, partenaires, …),
- les personnes rencontrées (environnement de la personne ou du groupe).
 Vous pourrez également exposer comment vous avez procédé pour établir une première relation avec ces personnes ou ces groupes.

 Proposition de documents susceptibles d’être annexés à votre Livret 2

 Des comptes-rendus (ou documents préparatoires) de réunions ou de visites rédigés
par vous-même à destination :
- de votre hiérarchie,
- de la personne ou du groupe,
- de vos collègues,
- d’experts, de personnes appartenant à l’environnement de la personne ou du groupe.
 Des messages ou écrits pour alerter ou signaler une difficulté particulière.
 Des comptes-rendus de situation ou d’observation (cahier de liaison).
 Des grilles d’observation utilisées.
 Des grilles de relevés d’observation sur la personne (ou le groupe) et son
environnement.
 Des rapports ou synthèses sur la recherche de stages dans le cas de personnes en
insertion.
 Rédaction d’articles dans un journal d’établissement en lien avec le travail éducatif.
 La préfiguration d’un projet lié à une situation particulière.



Fonction 2 : Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe

 Forme possible de votre récit

 Vous décrirez et analyserez vos pratiques en matière d'accompagnement éducatif d'une personne ou d'un groupe.
 Pour cela, vous pourrez prendre appui sur une situation, ou un cas, qui vous paraît rendre compte de la façon dont vous avez assuré la mobilisation des ressources d’une personne ou d’un groupe.
 Vous pourrez, sur cette base et de manière synthétique :
- expliquer si l’environnement a été facilitant par rapport au projet ou si, au contraire, il a constitué un frein,
- exposer comment vous avez pu discerner les potentialités de l’environnement et la façon dont vous les avez éventuellement transformées en ressources,
- décrire éventuellement un mode de mobilisation et de coopération bénéfiques à l’accompagnement de la personne (ou du groupe) dont vous vous êtes occupé.
 Vous pourrez décrire votre intervention sous les angles éthique, déontologique et psychologique.
 Vous pourrez situer les différents plans (affectif, intellectuel, relationnel, …) sur lesquels vous effectuez votre accompagnement et la façon dont vous faites varier, ou exploitez, les types de situation dans lesquelles se situe la personne ou le groupe.
 Vous pourrez montrer les effets réciproques de votre réflexion sur votre action et mettre en évidence les rapports entre votre activité effective, le but que vous poursuivez et les moyens que vous mettez en œuvre.
 Vous pourrez montrer comment, en fonction des contextes, vous adaptez le sens de votre message et les repères que vous cherchez à acquérir, ainsi que votre mode de communication.

 Proposition de documents susceptibles d’être annexés à votre Livret 2

 Comptes-rendus d’activités et d’entretien.
 Documents indiquant des résultats obtenus auprès de personnes ou de
groupes.
 Etudes de terrain.
 Extraits du « journal de bord » utilisé dans une institution.
 Rapports rédigés par vos soins.
 Descriptif de situations problèmes.
 Notes de lecture.
 Relevés d’observations ou prises de notes en réunion sur ce thème.
 Rapports effectués à partir des outils (histoire de vie, …) utilisés.



Fonction 3 : Conception et conduite d’une action socio-éducative au sein d’une équipe

 Forme possible de votre récit

 Vous décrirez et analyserez votre contribution à la conception et la conduite d’une action socio-éducative au sein d’une équipe.
 Pour cela, vous pourrez vous appuyer sur deux projets, de nature différente, à la conception desquels vous avez contribué et préciserez le champ de votre propre contribution.
 Dans la mesure du possible, vous pourrez :
- faire ressortir les variations et l’évolution de votre participation
- décrire vos interventions pour réguler ou résoudre des conflits et problèmes
- expliquer dans quelles situations et comment vous avez été amené à jouer le rôle référent de la personne ou du groupe
- présenter votre contribution à l’organisation logistique et financière d’une activité collective socio-éducative
- présenter les bilans de ces projets ou activités

 Proposition de documents susceptibles d’être annexés à votre Livret 2

 Dossier descriptif de projet socio-éducatif.
 Dossier de présentation d’une activité organisée dans le cadre d’un projet
incluant des éléments de logistique et de gestion.
 Courriers, comptes-rendus et notes préparatoires à des partenariats ou
accords de collaboration.
 Dossier de suivi de projet.
 Comptes-rendus de réunion de suivi de projet ou de synthèse.
 Comptes-rendus de réunion de médiation (conseil de la vie sociale, conseil
d’établissement).
 Bilans rédigés pour différents interlocuteurs.



Fonction 4 : Construction d’un cadre d’analyse et d’une expertise des pratiques éducatives et sociales

 Forme possible de votre récit

 Vous décrirez et analyserez la façon dont vous concourrez à la construction d’un cadre d’analyse ou au développement d’une expertise des pratiques éducatives et sociales.
 Vous pourrez, par exemple :
- préciser, dans cet objectif, quelles sont vos relations avec d’autres professionnels
- présenter des sources, supports et circuits d’information (formels et informels) qui vous sont utiles ainsi que les modes de communication que vous privilégié avec vos collègues
- identifier les retombées du travail pluri-professionnel sur votre pratique et sur celles des autres professionnels
- décrire différents vecteurs utilisés pour réactualiser ou faire progresser vos connaissances techniques et théoriques liées à votre métier
- préciser les thèmes ou décrire les sujets sur lesquels vous avez plus particulièrement travaillé et mettre en évidence ce que vous estimez être votre propre démarche de recherche
- expliquer comment vous procédez pour garder mémoire de votre expérience, faire évoluer votre façon d’agir ou contribuer aux évolutions de votre équipe

 Proposition de documents susceptibles d’être annexés à votre Livret 2

 Descriptifs d’organisation.
 Présentation des relations d’un usager avec les différents professionnels d’une
institution ou d’un service.
 Support de communication réalisés par vos soins ou à la conception desquels
vous avez contribué.
 Présence dans des comités de lecture.
 Présence dans des conférences.
 Participation à des expérimentations.
 Rédaction d’articles dans des journaux de l’institution.
 Rapports d’expérience.
 Synthèse rédigée sur les principaux points du métier tel que vous le vivez.


Le livret 2 est à remettre en 4 exemplaires


 

Pour recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre email.

Sondage
job etudiant geneve job etudiant fribourg formation de auxiliaire de la petite enfance geneve place d apprentissage dans assistante socio educatif job etudiant valais offre d emploi educatrice de la petite enfance veilleur de nuit dans un home pour personnes agees ou handicapees couple pour intendance d une ecole recherche de poste de psychologue clinicien en suisse garderie lausanne cherche stagiaire pour une annee salaire assistante socio educatif veilleuse de nuit en maison de retraite hospital auxiliaire de puericulture geneve recherche un poste d auxiliaire petite enfance geneve quel est le salaire d un educateur specialise en suisse foyer st louis fribourg veilleur ou veilleuse remplacante en ems offre d emploi ase cherche poste d assistante en soins et sante communautaire recherche poste d intendant ge suis le promoteur d une ecole passa rdc qui cherche un financement pour la construction d un batiment pour la bonne encadrement des enfants technicienne d intervention sociale et familiale salaire ambulancier assistant socio educatif geneve salaire auxiliaire rapport de stage en plomb erie stage d observation en psychologie clinique non remunere min100h recherche poste d educateur de jeunes enfants ville de quebec un poste d aide jardinier offre d emploi dans creche en suisse place d apprentissage comme assc professionnelle de l enfance poste d assc veilleuse place d apprentissage assc recherche place d apprentissage d ase emploi creche geneve responsable de formation technicien en salle d operation educateur social geneve cr che vaud recherche poste d infirmier dans service de p professeur d activite physique adaptee cherche maitre d apprentissage en fleuriste poste d auxiliaire educatrice en garderie urgent cherche aide soignant domicile pour sympathique personne gee recherche d emploi dans une creche halte garderie ecole maternelle cherche emploi d assistante en medecine veterinaire un educateur de groupe therapeutique d internat offre d emploi veilleur de nuit cours par correspondance suisse petit boulot sur lausanne