L'obésité ne doit pas être traitée à la légère

Partager : facebook
L

L'obésité ne doit pas être traitée à la légère

Aujourd'hui, 1 belge sur 2 est trop gros ; 36% sont en surcharge pondérale et 12% obèses. Pour la moitié de la population belge, il ne s'agit plus de se peser et d'essayer des régimes ou autres produits miracles pendant le printemps, mais bien de se surveiller régulièrement d'être accompagné par un médecin dans une démarche complexe.

 

 

Ces dernières années, les Belges n'ont jamais reçu autant d'informations sur les régimes équilibrés, les conseils en alimentation, les livres sur le bien manger et le bien maigrir se multiplient... et pourtant les Belges n'ont jamais été aussi gros.

Mais qu'est-ce que l'obésité ?

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a adopté une norme internationale pour mesurer l'excès de poids et l'obésité. Il s'agit de l'indice de masse corporelle (IMC) défini par le poids (en kg) divisé par le carré de la taille (en m) : kg/m2.

Les classes suivantes d'indice de masse corporelle permettent d'évaluer l'obésité dans les populations adultes :

  • IMC 25kg/m2 pour l'excès de poids (pré-obèse : IMC 25-29,9 kg/m2);
  • IMC 30 kg/m2 pour l'obésité :
      Obèses de classe I : IMC 30-34,9 kg/m2
      Obèses de classe II : IMC 35-39,9 kg/m2
      Obèses de classe III : IMC 40 kg/m2.

D'où une classification de l'excès de poids et évaluation
du degré de risque pour la santé par l'OMS :

 

  • Poids normal : IMC de 18,5 à 24,9 - risque de co-morbidité bas
  • Surcharge pondérale : IMC de 25 à 29,9- risque moyen

Obésité de classe I (moderée) : IMC de 30 à 34,9 - risque élevé
Obésité de classe II (sévère) : IMC de 35 à 39,9 - risque élevé
Obésité de classe III (très sévère) : IMC +40 - risque très élevé

 

Un Forum Obésité

Deux spécialistes belges de l'obésité, le Professeur Kutnowski, Chef de clinique adjoint et coordinateur de la Clinique interdisciplinaire du traitement de l'obésité (CITO) au Centre hospitalier Brugmann - et le Professeur Van Gaal - Département d'endocrinologie et de diabétologie de l'UZA - se sont mobilisés pour recadrer le débat : la perte de poids est une démarche complexe et difficile qui demande un accompagnement médical personnalisé. Au vu des chiffres sur le poids de la population belge qui commence à dangereusement flirter avec ceux des Etats-Unis, il est temps de bouger et de stopper les comportements irréfléchis sur notre poids qui nuisent à notre santé.

Ces deux spécialistes ont lancé un Forum Obésité, afin de réunir tous ceux qui, en Belgique, luttent contre l'obésité, et œuvrer ensemble, d'une même voix, dans la même direction : contribuer à inverser la courbe de poids de notre population. Les fondements de cette initiative sont clairs :
 

  • une information de qualité sur l'obésité est essentielle dans la gestion de cette maladie;
  • l'obésité est une maladie chronique à part entière et doit être traitée comme telle;
  • l'obésité est une menace grandissante pour la santé publique;
  • le rôle de médecin généraliste dans la lutte contre l'excès de poids est primordial et il convient de le soutenir dans ce rôle.

En effet, il y a encore quelques années, on ne parlait pas du tout de cette maladie. Il y a donc un réel besoin d'information et de formation. Et telles seront les missions du Forum. L'ensemble de ces activités s'adressera au grand public, aux professionnels de la santé et aux autorités politiques au travers de campagnes de sensibilisation, d'éducation, de prévention et de la réalisation d'outils d'information.

Ses missions se déclineront en 5 grands thèmes :
 

  • la centralisation et la diffusion d'une information actualisée et de qualité, et ce tout au long de l'année: connaissance de la surcharge pondérale, de l'obésité et de leurs conséquences sur la santé;
  • l'information sur les traitements et l'importance de l'accompagnement médical;
  • la formation des médecins;
  • les médias, relais privilégié vers les cibles du Forum;
  • les autorités politiques dont l'attention devra être attirée sur une problématique qui touche l'ensemble de ses concitoyens, dès le plus jeune âge.

Le Forum Obésité a reçu le soutien du Professeur Lins, du Comité belge contre l'Hypertension ainsi que des Associations de Médecins Généralistes. "L'obésité constitue une réelle menace nationale contre la santé publique, et nous souhaitons réunir tous ceux qui sont déjà impliqués ou qui souhaitent s'impliquer en Belgique dans cette lutte" a déclaré le Professeur Kutnowski.

L'épidémie de l'obésité n'est pas une problématique isolée : de nombreuses études ont confirmé que l'obésité représente un facteur indépendant de risque pour toute une série de maladies.

 

Les maladies qui découlent d'une surcharge pondérale

Elles sont nombreuses, graves et souvent mortelles. On peut citer notamment :
 

  • l'hypertension, qu'on appelle le tueur silencieux;
  • le diabète, fréquent chez les obèses, et qui entraîne de nombreuses maladies;
  • les dyslipidémies qui se manifestent par une augmentation du mauvais cholestérol et une diminution du bon cholestérol;
  • les maladies coronariennes comme l'angine de poitrine et l'infarctus;
  • l'apnée du sommeil;
  • la formation de calculs (pierres) à la vésicule biliaire;
  • l'arthrose qui se manifeste surtout aux genoux et aux hanches;
  • le cancer dont certains types sont plus fréquents chez l'obèse : chez les hommes, le cancer du colon et de la prostate; chez les femmes, le cancer de l'utérus, du col de l'utérus, des ovaires, de la vésicule biliaire et du sein chez la femme postménopausée;
  • l'infertilité, l'irrégularité menstruelle et les kystes ovariens;
  • l'incontinence urinaire;
  • les troubles psychologiques.

L'obésité est une maladie chronique qui demande une approche médicale de long terme, tenant compte de 4 facteurs indispensables : une modification de l'alimentation, une augmentation de l'activité physique, des adaptations du mode de vie et un traitement médicamenteux sous contrôle médical. Il est urgent de considérer les problématiques de perte de poids sous cet angle, et non plus exclusivement sous un angle saisonnier et léger.

L'obésité est coûteuse pour notre société puisqu'elle engendre des coûts directs (consultations médicales additionnelles, traitements, traitement des complications médicales liées à l'obésité) ou indirects (perte de productivité, chômage, taux d'absentéisme accru, pension prématurée, décès prématuré).

 

Secrétariat du Forum Obésité

Tél. 02.545.65.64 ou 63.
Site web : www.obesitasforum.be

Partager l'article : L'obésité ne doit pas être traitée à la légère

Partager : facebook