Ajouter un sujet

question sur les conditions pour travailler en suisse

pauline

française,je fais depuis deux mois des démarches pour aller travailler en suisse . j'ai envoyé de nombreux cv et lettres de motivation et pour l'instant je n'ai eu que des réponses négatives. dans une de ces réponses, on me dit que je dois être en possession d'un cfc de 3 ans minimum ou titre jugé équivalent et que je dois être suisse ou détenteur d'un permis c. je ne comprends pas , ce qu'est un cfc et ce qu'est le permis c. merci de me renqseigner quand à ces deux questions que je me poàsa. a bientôt

Répondre

philop

posté le 30.11.-0001
Actuellement la situation évolue tres vite en suisse le cfc est un cap en fait le permis c un permis de travailler jettez un oeil sur le site car j'ai mis pas mal d'article a ce sujet
Répondre


posté le 30.11.-0001
TRAVAILLER EN SUISSE ÉCONOMIE Malgré sa superficie restreinte et l'absence de ma-tières premières, la Suisse connaît un succès éco-nomique remarquable dans les domaines de l’industrie et de la finance. Plusieurs entreprises multinationales possèdent leur siège en Suisse en raison des conditions économiques et politiques favorables. Le pays reste cependant largement tri-butaire de l'importation de matières premières, de produits semi-ouvrés, de produits finis, d'énergie et de denrées alimentaires. L'industrie se distingue par des réalisations de haute qualité. Les grands groupes internationaux côtoient les petites et moyennes entreprises, lar-gement majoritaires. Une partie importante des produits industriels est exportée. Parmi les bran-ches industrielles et artisanales les plus importan-tes, on trouve la construction d'appareils, la trans-formation des métaux, l'industrie horlogère, chimi-que et pharmaceutique. Les branches les plus représentatives de l'industrie des machines et des appareils sont la construction de machines-outils, d’installations de production d’énergie et d'instruments de précision. Les nou-velles technologies (antipollution, microélectroni-que, nanotechnologie, etc.) occupent un nombre croissant d'entreprises. Le secteur des services est extrêmement dévelop-pé. Les banques et les assurances suisses, soli-dement implantées, offrent leurs services dans le monde entier. Le système bancaire est très bien développé. Le tourisme occupe aussi une place importante. La diversité des paysages, les sites propices à la pratique du sport et un accueil de qualité font de la Suisse une destination de vacan-ces appréciée. La Suisse est tellement bien intégrée dans le commerce international qu’actuellement, presque un franc sur deux est gagné à l'étranger. Les prin-cipaux partenaires commerciaux de la Suisse sont les pays de l'UE/AELE, les Etats-Unis et le Japon. De nouveaux marchés se développent dans la zone du Pacifique, notamment en Chine, qui se profile comme un partenaire commercial considé-rable. Au cours des dernières années, l’économie suisse n’a que très peu progressé. En 2002, le produit in-térieur brut (PIB) s’élevait à 427 milliards de francs, soit une progression de 0,8% par rapport à 2001. Info Secrétariat d’Etat à l’économie : www.seco.admin.chInfo Fédération des entreprises suisses : www.economiesuisse.chMARCHÉ DU TRAVAIL Chômage : la Suisse présente un taux de chô-mage très bas par rapport aux pays qui l’entourent. Au mois de mai 2005, il était de 3,7 % (4 % au 31 décembre 2004), ce qui représente 145’370 per-sonnes inscrites au chômage. En 1991, la Suisse a adopté la politique des trois cercles pour le recrutement et l’admission des tra-vailleurs étrangers. Ce modèle favorise les ressor-tissants des Etats membres de l’UE/AELE et des pays de recrutement traditionnels en dehors de cette zone. Les ressortissants étrangers d’autres pays sont exceptionnellement autorisés s’ils pré-sentent des qualifications particulières ou dans le cadre de leur formation professionnelle. La politi-que des trois cercles a été remplacée par un sys-tème binaire en 1998 en vue des futurs accords bi-latéraux avec l’UE. L’accord sur la libre circulation des personnes en vigueur depuis le 1er juin 2002 accorde la priorité à la main d’oeuvre provenant de l’UE/AELE. Cet accord entraîne une politique d’admission restrictive envers les travailleurs quali-fiés et spécialisés des pays non membres de l’UE (Etats tiers). Info Secrétariat d’Etat à l’économie : www.seco.admin.ch >Travail RECHERCHE D’EMPLOI Les places d’emploi vacantes sont mises au concours dans la presse quotidienne et les revues spécialisées. Les agences de placement de per-sonnel sont souvent chargées de recruter les ca-dres. Les annonces du marché de l’emploi parais-sent généralement le mercredi, le jeudi et dans les éditions de fin de semaine, ainsi que sur Internet. Les principales agences de placement sont Adec-co, Manpower et Mercuri. Elles possèdent leurs propres sites Internet, à l’instar de bien d’autres services de placement en ligne. Les grandes entreprises (Nestlé, ABB, etc.) pu-blient la liste de leurs postes vacants sur leurs pro-pres sites. N’hésitez pas à tirer le meilleur parti des possibilités offertes par Internet pour la recherche d’emploi. Dans le cadre des accords bilatéraux et de l’accord sur la libre circulation des personnes conclus avec l’UE, la Suisse a adopté le système général de re-connaissance des diplômes de l’UE. Les requé-rants doivent s’adresser en premier lieu au point de contact suisse de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie. L’OFFT peut délivrer des brevets, certificats de ca-pacité et diplômes d’études supérieures suisses équivalents aux diplômes de fin d’études étran-gers. Il indique les autorités compétentes aux re-quérants. Les documents importants suivants doi-vent être traduits dans l’une des langues nationa-les et éventuellement authentifiés : TRAVAILLER EN SUISSE PAGE 13 • formulaire de candidature dûment rempli • copie d’une pièce d’identité ou du passeport • diplôme et attestation de pratique professionnelle • évt preuve d’honorabilité, certificat médical et de bonnes moeurs • preuve d’absence de faillite Info Recherche d’emploi en ligne : www.jobpilot.ch et www.jobwinner.ch et www.monster.chInfo Reconnaissance des diplômes : www.bbt.admin.ch > Dossiers CONDITIONS DE TRAVAIL Contrat de travail : il est recommandé d’établir le contrat de travail par écrit. Du point de vue de la loi, le contrat de travail ne doit pas prendre une forme particulière. Seules certaines formes contractuelles sont légalement prescrites (p. ex. contrat d’apprentissage, contrat de travail dans le cadre de la location de services). Voici les points importants d’un contrat de travail : • le temps d’essai ne doit pas dépasser trois mois • le contrat de travail ne doit pas contenir de tâ-ches immorales ou illégales • le délai de résiliation doit être précisé La convention collective de travail (CCT) est une convention écrite entre un ou plusieurs employeurs ou leurs représentants et les associations de tra-vailleurs (syndicats). Elle contient des dispositions portant sur les rapports de travail entre l’employeur et l’employé ainsi que des dispositions destinées aux parties contractantes de la CCT. Une CCT doit être respectée lorsque employé et employeur font partie d’une association ou d’un syndicat signataire de la CCT ou que l’applicabilité a été convenue d’une autre manière. Si elle a été déclarée de portée générale par l’autorité compétente, elle est appliquée pour l’ensemble de la branche concernée, indépen-damment de l’appartenance à une association ou à un syndicat. Dans la mesure où la CCT ne pré-voit pas le contraire, seules des dispositions plus favorables au travailleur peuvent être ajoutées au contrat individuel de travail. Salaires : la loi suisse ne prescrit aucun salaire mi-nimum. Il arrive que la CCT de certaines branches fixe des salaires minimums, comme dans la res-tauration et l’hôtellerie. Le travail de nuit, le diman-che et les jours fériés donnent lieu à une rétribu-tion spéciale. Pour le travail de nuit régulier, la loi sur le travail prévoit une compensation obligatoire en temps de 10%. Système salarial : aujourd’hui en Suisse, les salai-res sont encore souvent fixés selon le principe de l’ancienneté. Dans le secteur public comme dans le secteur privé, les employeurs adoptent de plus en plus le système du salaire au mérite. Quant à la rémunération des femmes, elle reste en règle gé-nérale inférieure à celle des hommes, quel que soit le niveau de qualification considéré. Le monde po-litique et les partenaires sociaux travaillent toute-fois d’arrache-pied pour aplanir cette différence. Temps de travail : la loi suisse fixe la durée maxi-male du temps de travail à 45 heures par semaine pour les travailleurs occupés dans des entreprises industrielles ainsi que pour le personnel de bureau, le personnel technique et les autres employés, y compris le personnel de vente des grandes entre-prises de commerce de détail. Pour tous les autres travailleurs, la limite est fixée à 50 heures. En 2002, la durée moyenne du travail dans les entre-prises suisses était de 41,5 heures hebdomadaires (source : Office fédéral de la statistique). Vacances : la durée minimale fixée par la loi s’élève à : • quatre semaines pour les travailleurs et les ap-prentis âgés de plus de 20 ans ; • cinq semaines pour les travailleurs et les appren-tis jusqu’à l’âge de 20 ans révolus. Congé maternité : La loi suisse prévoit un certain nombre de dispositions destinées à protéger les femmes durant leur grossesse et la période qui suit l’accouchement : temps octroyé pour l’allaitement, interdiction de discriminer, aménagement de l’horaire de travail, protection contre le licencie-ment, etc. En ce qui concerne l’assurance-maternité, nous vous prions de vous reporter au chapitre correspondant à la page 12. Contrat de travail de durée déterminée : ce type de contrat, dont la durée est limitée dans le temps et fixée par les deux parties contractantes (employeur et employé), prend fin à l’échéance de la période convenue, sans forcément entraîner un congé. Si après l’expiration de la période convenue, le contrat est reconduit tacitement, il passe au statut de contrat de durée indéterminée. En règle géné-rale, un contrat de durée déterminée n’est pas rési-liable avant échéance. Contrat de travail de durée indéterminée : ce type de contrat, dont la durée n’a pas été fixée, peut être résilié par l’une des deux parties, pour autant que le délai et le terme de résiliation soient respec-tés. La partie qui donne le congé doit motiver sa décision par écrit si l’autre partie le demande. En outre, employeur et travailleur peuvent en tout temps convenir de mettre fin à leurs rapports de travail. On parle alors d’un contrat de résiliation d’un commun accord. Délais de congé : pendant la période d’essai, cha-cune des parties peut résilier le contrat de travail à tout moment, moyennant un délai de congé de sept jours. Des dispositions différentes peuvent cependant être prévues par accord écrit, contrat-type de travail ou convention collective. Après la période d’essai, le contrat peut être résilié pour la fin d’un mois, moyennant un délai de congé d’un TRAVAILLER EN SUISSE PAGE 14 mois pendant la première année de service, de deux mois de la deuxième à la neuvième année de service et de trois mois ultérieurement. Ces délais peuvent être modifiés par accord écrit, contrat-type de travail ou convention collective. Protection contre le harcèlement sexuel : la loi fé-dérale sur l’égalité entre femmes et hommes, en vigueur depuis le 1er juillet 1996, condamne fer-mement tout comportement discriminatoire. Par comportement discriminatoire, la loi entend tout comportement importun de caractère sexuel ou tout autre comportement fondé sur l’appartenance sexuelle, qui porte atteinte à la dignité de la per-sonne sur son lieu de travail, en particulier le fait de proférer des menaces, de promettre des avan-tages, d’imposer des contraintes ou d’exercer des pressions en vue d’obtenir des faveurs sexuelles. Un tribunal a récemment rendu un jugement qui précise que le harcèlement sexuel ne se limite pas à des attouchements et à l’exercice de pressions à l’encontre d’une personne employée. Sont désor-mais également considérés comme du harcèle-ment une ambiance de travail chargée de sous-entendus sexuels et les attaques verbales à carac-tère sexuel. Représentation des travailleurs: en cas de ques-tion sur les conditions de travail et les salaires mi-nimums, il est recommandé de s’adresser aux or-ganisations professionnelles d’employeurs ou de travailleurs, ainsi qu’aux offices cantonaux du tra-vail. La protection des travailleurs incombe en premier lieu à l’inspection cantonale du travail. Les travailleurs de nombreuses branches se sont regroupés en associations professionnelles ou syndicats. Ces organisations sont chargées de la défense des intérêts de leurs membres en fonction du contexte économique. En Suisse, les grèves sont rares grâce aux conventions sociales et par-tenariales. Info Secrétariat d’Etat à l’économie : www.seco.admin.chInfo Union syndicale suisse : www.uss.ch Info Fédération des entreprises suisses : www.economiesuisse.chInfo Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hom-mes : www.equality-office.chInfo Fédération de l’hôtellerie et de la restauration : www.gastrosuisse.ch ADRESSES INTERNET Administration fédérale : www.admin.chFondation suisse pour la culture : www.pro-helvetia.chMoteur de recherche suisse : www.swissguide.chMoteur de recherche suisse : www.search.chOffice fédéral des migrations (ODM) : www.bfm.admin.chPlate-forme d’information sur la Suisse : www.ch.chPortail de la science en Suisse : www.swiss-science.orgPortail Internet suisse : www.bluewin.ch Sites officiels du secteur public : www.gov.chSwissworld : www.swissworld.orgSuisse Tourisme : www.myswitzerland.comSwissinfo/ Radio Suisse Internationale : www.swissinfo.org ADRESSES INTERNET PAGE 15
Répondre

Pierre-Alain

posté le 11.10.2007
pas mal comme reponse non ?
Répondre

Messages similaires

Messages suivant de la categorie

Messages par odre chronologique

Derniers sujets

Dernières réponses

Forums