ESPACE PETANQUE LA PÉTANQUE OFFRE UNE EXCELLENTE ACTIVITÉ. AVEC LES ENFANTS. A LA BERALLAZ, NOUS ALLONS OUVRIR UN ESPACE PÉTANQUE. DONNER A CE JEUX UNE PLACE, C'EST UN OBJECTIF QUE JE POURSUIS ACTUELLEMENT.Je pense que la pétanque comme le ping pong le yatzee sont des activités à développer dans le cadre de nos activités d'éducateurs spécialisés.

REGLEMENT INTERNATIONAL

DE PETANQUE

ARTICLE 1 - Ordre du jeu

La pétanque est un jeu qui oppose :

  • 3 joueurs à 3 joueurs (triplettes)
  • 2 joueurs à 2 joueurs (doublettes)
  • 1 joueur à 1 joueur (tête à tête)

    En triplettes, chaque joueur dispose de 2 boules. En doublettes, chaque joueur dispose de 3 boules. En tête à tête, chaque joueur dispose de 3 boules.

    Toute autre formule opposant des joueurs entre eux est interdite.

    ARTICLE 2 - Caractéristiques permis des boules

    Le jeu de pétanque se joue avec des boules agréées par la Fédération et répondant aux caractéristiques suivantes:

    a) les boules doivent être en métal. b) les boules doivent avoir un diamêtre compris entre 7,05 cm. (minimum) et 8 cm. (maximum). c) les boules doivent avoir un poids compris entre 0,650 kg. (minimum) et 0,800 kg (maximum). Le LABEL (marque du fabricant) et le chiffre du poids doivent être gravés sur les boules et être toujours lisibles. d) les boules ne doivent être ni plomblées, ni sablées et, de facon générales, ne doivent pas être truquées, ni subir aucune trans- formation ou modification après usinage par les fabricants agréés de la Fédération. Toutefois les nom et prénom du joueur (ou initiales) peuvent y être gravés.

    Le joueur coupable des infractions prévues a l'alinea d) est imméd- iatement exclu de la compétition ainsi que son ou ses partenaires.

    Les deux cas suivants peuvent se présenter:

    1. Boules dites "truquées" : le joueur s'expose au retrait de sa licence pour une période de 8 ans minimum sans préjudice d'autres sanctions infligées par la Commission Nationale de Discipline.
    2. Boules dites "recuites" : le joueur s'expose au retrait de sa licence pour une durée de 2 ans et de 3 à 5 ans d'interdiction de participer aux épreuves qualificatives aux championats nationaux et internationaux.

    Dans l'un ou l'autre de ces deux cas, si les boules ont été prètées et que le propriétaire est connu, ce dernier se verra infliger une suspension de 2 ans.

    Si une boule non truquée, mais usagée ou de fabrication défectueuse, ne subit pas avec succès les examens de controle ou ne répond pas aux normes imposées en a),b),c), le joueur doit la changer.

    Les réclamations relatives aux alinéas a,b, et c, faites par les jou- eurs des deux équipes, ne sont recues qu'avant le début de la partie. Dès lors ces derniers ont intérèt a s'assurer que leurs boules et cell es de leurs adversaires répondent aux normes imposées.

    A compter de la 3e mène, s'il s'avère qu'une réclamation vis-à-vis des boules de l'adversaire est sans fondement, le joueur, ou l'équipe est pénalisé de 3 points qui s'ajouteront au score de l'adversaire.

    Dans le cas de boules qui ont été ouvertes, la responsabilité du réc- lamant est engagée. Si les boules sont régulières ce dernier sera tenu de les rembourser ou de les remplacer, mais en aucun cas il ne pourra lui être demandé le paiement de dommages et intérèts.

    L'arbitre et le jury peuvent toujours, et à tout moment du jeu, procéder au controle des boules d'un ou plusieurs joueurs.

    Les réclamations relatives au controle des boules ne sont recues qu'entre deux mènes. Faites après la fin de la partie, elle ne sont plus admises.

    Les buts sont exclusivement en bois. Leur diamêtre doit être compris entre 25 mm. (minimum) et 35 mm. (maximum). Les buts en bois peints (quelle que soit la couleur) permettant une meilleure visibilité sur le terrain sont autorisés.

    ARTICLE 3 - Licences

    Avant le début d'une compétition, chaque joueur doit présenter sa licence. Il doit aussi la présenter sur demande de l'arbitre ou, en début de partie, à la demande de l'adversaire.

    La licence doit être signée par le Président de la Société et par le titulaire. Elle doit être munie d'une photographie récente estampi- llée par le cachet de l'autorité qui l'a delivrée. Ce cachet doit obligatoirement chevaucher sur la licence. Cette dernière doit en outre comporter au verso le tampon de la Fédération ou d'une des subdivisions géographiqes qui lui sont rattachées.Elle doit aussi comporter la signature du titulaire.

    Tout joueur dont la licence n'est pas en règle avec ces prescriptions est exclu de la compétition.

    ARTICLE 4 - Changement des boules; rupture des boules ou du but

    Il est interdit aux joueurs de changer de boules ou de but en cours de partie, sauf dans les cas suivants:

    1. La boule est introuvable
    2. Le but est introuvable
    3. Si une boule se casse en deux ou plusieurs morceaux, le plus gros compte seul pour la marque s'il n'y a plus de boules à jouer. Le remplacement de la boule cassée par une boule identique ou par un autre jeu de boules est obligatoire à partir de la mène suivante. S'il y a des boules à jouer, le plus gros morceau est immédiatement remplacé, après mesure faite, par une boule de diamêtre analogue ou avoisinant de celle qui a été cassée.
    4. >Les mêmes règles s'appliquent pour le but.

    ARTICLE 5 - Terrain et dimensions

    Le jeu de Pétanque se pratique sur tous terrains. Cependant par décis- ion du Comité d'Organisation ou de l'arbitre les équipes peuvent être tenues de se rencontrer sur un terrain délimité. Dans cette éventual- ité ce dernier doit avoir les dimensions minima suivantes : 4 m. de largeur et 15 m. de longueur pour les Championnats nationaux et les compétitions internationales.

    Pour les autres concours, les Fédérations pourront accorder des déro- gations relatives à ces dimensions.

    Les parties se jouent en 13 points, avec possibilité de faire disputer celles des poules et de cadrage en 11 points.

    ARTICLE 6 - Commencement du jeu; règlement du cercle

    Les joueurs doivent se rendre sur le terrain de jeu qui leur a été affecté et tirent au sort l'équipe qui doit lancer le but.

    N'importe quel joueur de l'équipe à qui échoit le lancer du but, choisit le point de départ et trace sur le sol un cercle tel que les pieds puissent s'y poser entièrement (0,35 m. à 0,50 m. de diamêtre) et à 1 m. de tout obstacle ou de la limite d'un terrain interdit.

    Les pieds doivent être à l'intérieur du cercle, ne pas mordre sur celui-ci, et ne doivent en sortir, ou quitter entièrement le sol, que lorsque la boule lancée a touché celui-ci. Aucune autre partie du corps ne doit toucher le sol à l'extérieur du cercle. Les mutilés d'un membre inférieur sont exceptionnellement autorisés à ne placer qu'un pieds à l'intérieur du cercle.

    Le lancer du but par un joueur d'une équipe n'implique pas qu'il soit dans l'obligation de pointer le premier.

    En cas d'affectation d'un terrain de jeu à deux équipes adverses, celle-ci ne peuvent s'affronter sur un autre terrain sans l'autoris- ation de l'arbitre.

    ARTICLE 7 - Règlements de distance du jeu

    Pour que le but lancé par un joueur soit valable, il faut:

    1. Que la distance le séparant du bord le plus rapproché du cercle de lancement soit de : 4 mêtres minimum et 8 mêtres maximum pour les MINIMES. 5 mêtres minimum et 9 mêtres maximum pour les CADETS. 6 mêtres minimum et 9 mêtres maximum pour les JUNIORS. 6 mêtres minimum et 10 mêtres maximum pour les SENIORS.
    2. Que le cercle de lancement soit à un mêtre minimum de tout obstacle et de la limite d'un terrain interdit.
    3. Que le but soit à un mêtre minimum de tout obstacle et de la lim- ite la plus proche d'un terrain interdit.
    4. Qu'il soit visible du joueur dont les pieds sont placés aux extr- émités intérieures du cercle et dont le corps est absolument droit. En cas de contestation sur ce point, l'arbitre décide sans appel si le but est visible.

    A la mène suivante, le but est lancé à partir d'un cercle tracé autour du point ou il se trouvait à la mène précédente. Sauf dans les cas suivants: Le cercle se situerait ainsi à moins d'un mêtre d'un obstacle ou de la limite d'un terrain interdit.

    Le lancer du but ne pourrait se faire à la distance réglementaire.

    Dans le premier cas, le joueur trace le cercle à la limite régle- mentaire de l'obstacle ou du terrain interdit.

    Dans le deuxième cas, le joueur peut reculer, dans l'alignement ou se situait le but, jusqu'à obtenir la distance maximum de lancement. Cette possibilité n'est offerte que si le but ne peut être lancé, dans une direction quelconque, à la distance maximum.

    Si, après 3 jets consécutifs par la même équipe, le but n'a pas été lancé dans les conditions réglementaires ci-dessus définies, il est remis a l'équipe adverse qui dispose également de 3 essais et qui peut reculer le cercle dans les conditions prévues à l'alinéa précé- dent. Dans ce cas, le cercle ne peut plus être changé si cette équipe ne réussit pas ses 3 jets.

    En tout état de cause, l'équipe qui a perdu le but après 3 premiers jets, conserve la priorite pour jouer la première boule.

    ARTICLE 8 - Déflection du but

    Si le but lancé est arrèté par l'arbitre, un joueur, un spectateur, un animal ou tout objet mobile, il n'est pas valable et doit être relancé sans que ce jet compte pour les 3 auxquels l'équipe ou le joueur a droit.

    Si,après le jet du but, une première boule est jouée, l'adversaire a encore le droit de contester sa position réglementaire. Si l'objec- tion est reconnue valable, le but est relancé et la boule rejouée.

    Si l'adversaire a également joué une boule, le but est définitivement considéré comme valable et aucune réclamation n'est admise.

    ARTICLE 9 - Annulement du but

    Le but est nul dans les 5 cas suivants:

    1. Quand, après avoir été lancé, le but ne se trouve pas dans les limites prévues à l'article 7.
    2. Quand, au cours d'une mène, le but est déplacé en terrain inter- dit. Le but à cheval sur la limite d'un terrain interdit est bon. Il n'est que nul qu'après avoir dépassé entièrement la limite du terrain interdit ou la ligne de perte. Si cette ligne est matér- ialisée par un fil, le but ou la boule est nul dès que le fil est franchi. Est considéré comme terrain interdit, la flaque d'eau sur laquelle le but flotte librement.
    3. Quand, se trouvant en terrain autorisé, le but déplacé n'est pas visible du cercle, suivant article 7. Toutefois, le but masqué par une boule n'est pas nul. L'arbitre est autorisé à enlever momentanément une boule pour constater si le but est visible.
    4. Quand le but est déplacé à plus de 20 mêtres ou à moins de 3 mêtres du cercle de lancement.
    5. Quand le but déplacé est introuvable.

    ARTICLE 10 - Déplacement des obstacles

    Après avoir lancé le but, il est formellement interdit aux joueurs de supprimer, déplacer ou écraser un obstacle quelconque (pierre, sable, feuille, etc...) se trouvant sur le terrain de jeu. Toutefois, le joueur qui s'apprète à jouer peut, ou non, boucher le trou qui aurait été fait par la boule jouée précédemment.

    Pour non-observation des régles précédentes, les joueurs encourent les sanctions suivantes :

    1. Avertissement.
    2. Annulation de la boule jouée ou à jouer
    3. Une mène de suspension au joueur fautif.
    4. Disqualification de l'équipe fautive.
    5. Disqualification des deux équipes en cas de connivence.

    ARTICLE 11 - Déplacement du but par la Nature, des Personnes ou des Animaux

    Si, au cours d'une mène, le but est inopinément masqué par une feuille d'arbre ou un morceau de papier, ces objets sont enlevés.

    Si le but arrèté vient à se déplacer, en raison du vent ou de l'incli- naison du terrain par exemple, il est remis à sa place primitive.

    Il en va de même si le but est déplacé accidentellement par l'arbitre, un joueur, un spectateur, une boule ou un but provenant d'un autre jeu, un animal ou par tout objet mobile.

    Pour éviter toute contestation, les joueurs doivent marquer le but. Aucune réclamation ne sera admise pour les boules ou le but non marqués.

    Le but qui se trouve dans une flaque d'eau est valable, dès lors qu'il ne flotte pas librement (voir ARTICLE. 9).

    ARTICLE 12 - Déplacement du but dans un autre terrain

    Si, au cours d'une mène, le but est déplacé sur un autre terrain de jeu, limité ou non, le but est bon, sous réserve des dispositions de l'article 9.

    Les joueurs utilisant ce but attendront, s'il y a lieu, la fin de la mène commencée par les joueurs se trouvant sur l'autre terrain de jeu, pour finir leur mène.

    Les joueurs concernés par l'application de cet article doivent faire preuve de patience et de courtoisie.

    ARTICLE 13 - Règlement quand le but est nul

    Si, au cours d'une mène, le but est nul, 3 cas se présentent:

    1. Il reste des boules à jouer à chaque équipe. Alors la mène est nulle.
    2. Il reste des boules à une seule équipe. Alors cette équipe marque autant de points qu'elle détient de boules à jouer.
    3. Les deux équipe n'ont plus de boules en main. Alors la mène est nulle.

    Est considéré comme nul le but qui n'a pas été retrouvé cinq minutes après avoir été égaré.

    ARTICLE 14 - Placement du but après interférence

    1. Si le but, frappé, est arrèté par un spectateur ou par l'arbitre, il conserve sa position.
    2. Si le but, frappé, est arrèté par un joueur, l'adversaire de celui qui l'a arrèté à le choix entre :
    • a) laisser le but à sa nouvelle place.
    • b) remettre le but à sa place primitive.
    • c) placer le but dans le prolongement d'une ligne allant de sa place primitive à l'endroit ou il se trouve, mais uniquement en terrain de jeu autorisé, et de facon que la mène puisse se pour- suivre.

    Les alinéas b) et c) ne peuvent être appliqués que si le but a été préalablement marqué. Si tel n'est pas le cas, le but restera ou il se trouve.

    ARTICLE 15 - Disposition du jeu après que le but sort du terrain designé

    Lorsque, au cours d'une mène, le but a été déplacé hors du terrain designé, il est relancé, à la mène suivante, du point ou il se trou- vait lorsqu'il a été déplacé sous reserve que : (art. 7).

    • a) le cercle puisse être tracé à 1 m. de tout obstacle et de la limite d'un terrain interdit.
    • b) le lancer du but puisse se faire à la distance réglementaire.

    ARTICLE 16 - Jet de la première boule

    La première boule d'une mène est lancée par un joueur de l'équipe qui a gagné le tirage au sort ou la mène précédende.

    Le joueur ne doit s'aider d'aucun objet, ni tracer de trait sur le sol, pour porter sa boule ou pour marquer sa donnée. Lorsqu'il joue sa dernière boule, il lui est interdit de disposer d'une boule supplé- mentaire dans l'autre main.

    Il est interdit de mouiller les boules ou le but.

    Si la première boule jouée se trouve en terrain interdit, c'est l'adversaire de jouer et ce alternativement tant qu'il n'y aura pas de boule en terrain autorisé.

    Si, à la suite d'un tir ou d'un pointage, il ne se trouve plus aucune boule en terrain autorisé, il appartiendra à l'équipe ayant joué en dernier de rejouer.

    ARTICLE 17 - Conduite des joueurs et spéctateurs pendant le jeu

    Pendant le temps réglementaire donné à un joueur pour lancer sa boule, les spectateurs et les joueurs doivent observer le plus grand silence. Les adversaires ne doivent ni marcher, ni gesticuler, ni rien faire qui puisse déranger le joueur. Seuls, ses partenaires peuvent se tenir entre le but et le cercle de lancer, pour montrer la donnée.

    Les adversaires doivent se tenir du coté du but ou en arrière du joueur et sur le coté, et à une distance de 2 mêtres au moins de l'un ou de l'autre.

    Les joueurs qui n'observeraient pas ces prescriptions peuvent être exclus de la compétition si, après avertissement de l'arbitre, ils persistent dans leur manière de faire.

    ARTICLE 18 - Boules arrêtées, déviées ou sorties du terrain

    Toute boule lancée ne peut être rejouée. Toutefois, doivent être rejouées les boules arrètées, ou deviées involontairement dans leur course entre le cercle de lancement et le but, par une boule ou un but provenant d'un autre jeu, par un animal, par tout objet mobile (ballon, etc...) et dans le cas prévu à l'article 8, deuxième para- graphe.

    Nul ne peut, pour essai, lancer sa boule dans le jeu.

    Lorsque les terrains de jeu ont été tracés par les organisateurs, le but doit être lancé dans celui qui a été désigné à chaque équipe. En cours de mène les boules sortant des terrains tracés sont bonnes (sauf disposition de l'article 19). Il en va de même pour le but (sauf disposition de l'article 9). A la mène suivante les équipes continuent sur le terrain qui leur a été affecté.

    Lorsque les terrains de jeu sont clos par des barrières, celle-ci doivent se trouver au-delà de la ligne de perte et à une distance minimum de 0,30 m. de cette dernière . La ligne de perte ceinturera extérieurement les terrains de jeu à une distance maximum de 4 m.

    Ces dispositions sont, bien entendu, applicables dans les carrés d'honneur.

    ARTICLE 19 - Annullement des boules

    Toute boule est nulle dès qu'elle emprunte un terrain interdit, ou qu'elle y est projetée.

    Si la boule revient ensuite en terrain de jeu, soit par la pente du terrain, soit parce qu'elle est renvoyée par un obstacle, mobile ou immobile, elle est immédiatement enlevée du jeu, et tout ce qu'elle a pu déplacer, après son passage en terrain interdit, est remis en place.

    Toute boule nulle doit être immédiatement retirée du jeu. A défaut, elle sera considérée comme bonne dès qu'une autre boule aura été jouée.

    ARTICLE 20 - Boules soumises à interférence

    Toute boule jouée, arrêtée par un spectateur ou par l'arbitre, con- serve sa position à son point d'immobilisation.

    Toute boule jouée, arrêtée par un joueur de l'équipe à laquelle elle appartient est nulle.

    Toute boule pointée, arrêtée par un adversaire peut, au gré du joueur, être rejouée ou laissée à son point d'immobilisation.

    Si une boule, tirée ou frappée, est arrêtée par un joueur, l'adver- saire de celui qui a commis la faute peut :

    • a) La laisser à son point d'immobilisation.
    • b) La placer dans le prolongement d'une ligne, qui irait de la place primitive ou se trouvait l'objet frappé (boule ou but) à l'endroit ou elle se trouve, mais uniquement en terrain jouable, à condition que cet objet ait été marqué.

    Le joueur arrêtant volontairement une boule en movement est immédi- atement disqualifié, ainsi que son équipe, pour la partie en cours.

    ARTICLE 21 - Temps permis pour jouer

    Dès que le but est lancé, tout joueur dispose d'une durée maximum d'une minute pour lancer sa boule. Ce délai court dès l'arrêt du but ou de la boule jouée et , si la mesure d'un point doit avoir lieu, dès que celle-ci a été effectuée.

    Ces mêmes prescriptions s'appliquent pour le lancer du but après chaque mène.

    Le joueur ne respectant pas ce délai, encourt les pénalités prévues à l'article 10.

    ARTICLE 22 - Déplacement des boules par la Nature, des Personnes ou des Animaux

    Si une boule arrêtée vient à se déplacer en raison du vent ou de l'inclinaison du terrain par exemple, elle est remise en place. Il en va de même pour toute boule déplacée accidentellement par un joueur, un spectateur, un animal ou par tout objet mobile.

    Pour éviter toute contestation, les joueurs doivent marquer les boules et le but. Aucune réclamation ne sera admise pour une boule ou pour un but non marqué et l'arbitre ne statuera qu'en fonction de l'emplacement des boules et du but sur le terrain.

    ARTICLE 23 - Joueurs jouant des boules autre que les siennes

    Le joueur qui joue une boule autre que la sienne reçoit un avertisse- ment. La boule jouée est néanmoins valable mais elle doit être immédi- atement remplacée.

    En cas de récidive au cours d'une partie, la boule du joueur fautif est annulée et tout ce qu'elle a déplacé est remis en place.

    Avant de lancer sa boule, le joueur doit enlever de celle-ci toute trace de boue ou de dépot quelconque, sous peine des sanctions prévues à l'article 10.

    Les joueurs ne doivent pas ramasser les boules jouées avant la fin de la mène.

    ARTICLE 24 - Placement non réglementaire des boules

    Toute boule lancée dans les conditions non réglementaires est nulle et tout ce qu'elle a déplacé dans son parcours est remis en place. Il en va de même pour toute boule jouée d'un cercle autre que celui d'où a été lancé le but.

    Toutefois, l'adversaire a le droit de faire appliquer la règle de l'avantage et déclarer qu'elle est valable. Dans ce cas, la boule pointée ou tirée est bonne et tout ce qu'elle a déplacé demeure à sa nouvelle position.L'équipe qui doit lançer le cochonnet doit effacer aucun cercle préalable proche au nouveau cercle.

    ARTICLE 25 - Déplacement des boules afin de les mesurer

    Pour la mesure d'un point, il est autorisé de déplacer momentanément, après les avoir marqués, les boules et les obstacles situés entre le but et les boules à mesurer. Après mesure, les boules et les obstacles enlevés sont remis à leur place. Si les obstacles ne peuvent être retirés, la mesure du point est faite à l'aide d'un compas.

    ARTICLE 26 - Conditions de mesurage

    La mesure d'un point incombe au joueur qui a joué le dernier ou à l'un de se coéquipiers. Les adversaires ont toujours le droit de mesurer après l'un de ces joueurs. Quel que soit le rang des boules à mesurer, et le moment de la mène. l'arbitre peut être consulté et sa décision est sans appel.

    Les mesures doivent être effectués avec de l'equipement adapté à la tache, que chaque équipe est obligé de posseder. Il est, par example, defendu de faire des mesures avec les pieds. Les joueurs non observants à ces régles seront exclus de la compétition si, après avoir été averti par l'arbite, ils persistent à leur conduite.

    ARTICLE 27 - Boules enlevées a la fin d'une mène

    A la fin d'une mène, toute boule enlevée avant le décompte des points est nulle si elle n'a pas été marquée. Aucune réclamation n'est admi- se à ce sujet.

    ARTICLE 28 - Déplacement des boules ou du but pendant mesurage

    Le point est perdu pour une équipe si l'un de ses joueurs, effectuant une mesure, déplace le but ou l'une des boules litigieuses.

    Si, lors de la mesure d'un point, l'arbitre remue ou déplace le but ou une boule, et si, après une nouvelle mesure, le point demeure à la boule estimée primitivement plus proche du but, l'arbitre se prononce en toute équité. Il en va de même dans l'hypothèse ou, après une nouvelle mesure, le point ne demeure pas à la boule estimée primiti- vement gagnante.

    ARTICLE 29 - Les boules à égale distance du but

    Lorsque deux boules appartenant chacune à une équipe sont à égale distance du but ou le touchent, le résultat de la mène est nul s'il ne reste plus de boules à jouer et le but appartient à l'équipe qui a marqué à la mène précédente.

    Si une équipe est seule à disposer de boules, elle les joue et marque autant de points que de boules finalement plus proches du but.

    Si les deux équipes disposent de boules, il appartient à celle qui a joué la dernière boule de rejouer, puis à l'équipe adverse, et ainsi de suite alternativement jusqu'à ce que le point soit gagné par l'une d'elles. Quand une équipe reste seule à posséder des boules, les disp- ositions du paragraphe précédent s'appliquent.

    Si, en fin de mène, aucune boule ne se trouve en terrain autorisé, la mène est nulle.

    ARTICLE 30 - Enlèvement des corps étranger

    Tout corps étranger qui adhère à la boule ou au but doit être enlevé avant la mesure du point.

    ARTICLE 31 - Disputes et réclamations

    Pour être admise, toute réclamation doit être faite à l'arbitre. Déposée après que le résultat de la partie a été aquis, elle n'est pas prise en considération.

    Chaque équipe est responsable de la surveillance de l'équipe adverse (licences, catégorie, terrain de jeu, boules, etc...).

    ARTICLE 32 - Pénalités pour l'absence des équipes ou joueurs

    Au moment du tirage au sort des rencontres et de la proclamation des résultats de ce tirage, les joueurs doivent être présents à la table de controle. Un quart d'heure après la fin de la proclamation de ces résultats, l'équipe absente du terrain de jeu est pénalisée un point, qui est à porter au crédit de l'équipe adverse.

    Passé ce délai d'un quart d'heure, la pénalité s'accroit d'un point par cinq minutes de retard.

    Ces mêmes pénalités s'appliquent en cours de compétition après chaque tirage au sort et en cas de reprise des parties à la suite d'une inter- ruption pour un motif quelconque.

    Est déclarée battue par forfait, l'équipe qui ne s'est pas présentée sur le terrain de jeu dans l'heure qui suit la fin de la proclamation des résultats du tirage au sort.

    Une équipe incomplète a la faculté de commencer la partie sans attendre son joueur absent; toutefois elle ne dispose pas des boules de celui-ci.

    ARTICLE 33 - Arrivée des joueurs absents

    Si, après le début d'une mène, le joueur absent se présente, il ne participe pas à cette mène. Il est admis dans le jeu seulement à partir de la mène suivante.

    Si le joueur absent se présente plus d'une heure après le début d'une partie, il perd tout droit de participer à celle-ci.

    Si son ou ses coéquipiers gagnent cette partie, il pourra participer à celle qui suit, sous réserve que l'équipe soit nominativement inscrite.

    Si la compétition se déroule par poules, il pourra participer à la seconde partie quel que soit le résultat de la première.

    Une mène est considérée comme commencée lorsque le but a été placé en terrain de jeu, de façon réglementaire.

    ARTICLE 34 - Remplacement d'un joueur

    Le remplacement d'un joueur est admis tant que la compétition n'a pas débuté.

    ARTICLE 35 - Temps adverses et autres problèmes

    En cas de pluie, toute mène commencée doit être terminée, sauf décis- ion contraire de l'arbitre qui est seul habilité, avec le jury, pour décider de son arrèt, ou de son annulation pour cas de force majeure.

    Si, après l'annonce du début d'une nouvelle phase de la compétition (2e tour, 3e tour, etc...), certaines parties ne sont pas terminées, l'arbitre, après avis du Comité d'organisation, peut prendre toutes dispositions ou décisions qu'il juge nécéssaires pour la bonne marche du concours.

    Aucun joueur ne peut s'absenter d'une partie ou quitter les terrains de jeu sans l'autorisation de l'arbitre. Si celle-ci n'a pas été accordée, il est fait application des dispositions des articles 32 et 33.

    ARTICLE 36 - Partage des indemnités

    Le partage des indemnités et récompenses est formellement interdit.

    Les équipes qui disputeraient les parties finales, ou toute autre partie, en faisant preuve de manque de sportivité et de respect envers le public, dirigeants ou arbitres, seront exclues de la compét- ition. Cette exclusion peut entrainer la non homologation des résul- tats éventuellement obtenus, ainsi que l'application des sanctions prévues à l'article 37 suivant.

    ARTICLE 37 - Incorrection

    Le joueur qui se rend coupable d'incorrection et, à plus forte raison, de violence envers un dirigeant, un arbitre, un autre joueur ou un spectateur encourt l'une ou plusieurs des sanctions suivantes selon la gravité de la faute.

    1. Exclusion de la compétition
    2. Retrait de la licence
    3. Confiscation ou restitution des indémnités et récompenses.

    La sanction prise à l'égard du joueur fautif peut être appliquée à ses coéquipiers.

    Les sanctions 1 et 2 sont infligées par l'arbitre.

    La sanction 3 est appliquée par le Comité d'organisation qui, sous 48 heures, fait parvenir, avec son rapport, les indemnités et récompenses retenues, à l'organisme fédéral qui décide de leurs destinations.

    En tout état de cause, le Comité Directeur fédéral statue en dernier ressort.

    ARTICLE 38 - Devoir des arbitres

    Les arbitres désignés pour diriger les compétitions sont chargés de veiller à la stricte application des règlements de jeu et règlements administratifs qui les complètent. Ils ont autorité pour exclure de la compétition tout joueur ou toute équipe qui refuserait de se conf- ormer à leur décision.

    ARTICLE 39 - Composition et devoir du Jury

    Tout cas non prévu par le règlement est soumis à l'Arbitre qui peut en référer au Jury du concours. Ce Jury comprend 3 membres au moins et 5 au plus. Les décisions prises en application du présent paragraphe par le Jury sont sans appel. En cas de partage des voix, celle du président du Jury est prépondérante.

    Une tenue correcte est exigée de chaque joueur (le torse nu et les pieds nus ne sont pas admis). Tout joueur qui n'observerait pas ces prescriptions serait exclu de la compétition après avertissement de l'Arbitre

Pétanque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 
Boule et cochonnet

Boule et cochonnet

La pétanque est un jeu de boules dérivé du jeu provençal. C'est le sixième sport en France par le nombre de licenciés (380 000 joueurs recensés), mais on compte de nombreuses fédérations dans le monde (596 000 membres répartis dans 69 pays en 2006, de l'Algérie au Vietnam). À ces chiffres, il convient de rajouter les pratiquants occasionnels, en vacances notamment, c'est-à-dire plusieurs millions d'amateurs.

C'est un sport principalement masculin (seulement 14 % des licenciés sont des femmes en France). Néanmoins, c'est l'un des rares sports où des compétitions mixtes sont organisées.

Sommaire

[masquer]

Historique [modifier]

Le jeu de boules est aussi ancien que la civilisation des loisirs, passant d'Egypte en Grèce et aurait été introduit en Gaule par les romains. Les boules ont d'abord été en argile, en pierre, puis en bois et enfin en acier. Mais, après les "bouleurs" du Moyen âge, l'âge d'or des boules en tous genres fut certainement la Renaissance où la noblesse s'empare du jeu au même titre que le bilboquet et le jeu de paume (qui deviendra le tennis). Pour des raisons obscures, il semblerait que le jeu de boules ait été interdit au peuple de 1629 à la révolution.

En 1850, la première société officielle, "le Clos Jouve", fut fondée dans la région de Lyon puis, en 1906, la Fédération Lyonnaise et Régionale ouvre la voie en 1933 à la Fédération Nationale des Boules qui deviendra Fédération Française de Boules en 1942. Bien que regroupant nombre de jeux de boules ("boule des berges", "boule en bois", "jeu provençal"), la FFB fut dominée par le jeu de boule lyonnaise (128 000 joueurs en 1945), jusqu'au début du 20ème siècle.

Au 19ème siècle, alors que chaque région, ou presque, introduit une variante d'usage, les méridionnaux se passionnent pour la longue ou jeu provençal avec des règles simplifiées, le libre choix du terrain, mais où les tireurs font trois pas de course pour prendre leur élan. C'est ce jeu élégant et acrobatique que Marcel Pagnol décrit dans ses souvenirs d'enfance (Le temps des amours) et qui fut intégré dans le film Le château de ma mère.

En 1904, un alsacien du nom de Félix Rofritsch entreprit la fabrication des premières "boules cloutées" (en bois recouvert d'une carapace de métal, formée de clous) dans son atelier de la rue des Fabres, à Marseille, sous le label de "La Boule Bleue".

Le jeu provençal donnera naissance en 1907 à la pétanque, lors de la partie historique à La Ciotat où un champion de jeu provençal, Jules Hugues dit « le Noir », ne pouvant plus jouer à son jeu préféré à cause de ses rhumatismes, s’est mis un jour, à tracer un rond, envoyer le but à 5-6 m, et, les « pieds tanqués », à jouer ses boules pour se rapprocher du cochonnet. Ceci se passait sur le terrain de boules d’un café dont les propriétaires s'appelaient Ernest et Joseph Pitiot. Les deux frères comprirent vite l'intérêt de ce sport, notamment Ernest qui s'appliqua à en finaliser les règles. La pétanque était née!

Il faudra néanmoins attendre le premier concours officiel à La Ciotat en 1910 pour que le mot soit officialisé. Le terme vient des mots de l'occitan provençal "pied" et tanca "pieu", donnant en français régional l'expression "jouer à pétanque" ou encore "pieds tanqués", c'est à dire avec les pieds joints et ancrés sur le sol, par opposition au jeu provençal où le joueur peut prendre de l'élan.

Les innovations sont les suivantes :

  • On joue sur un terrain plus court
  • le joueur lance sa boule sans élan
  • les pieds joints, à partir d'un cercle tracé au sol.

Ainsi, une idée généreuse et humanitaire (on songe aux paralympiques!), allait faire le tour du monde, même si son succès est probablement lié à la simplicité des règles.


La première boule en acier aurait été fabriquée en 1927 à Saint-Bonnet-le-Château, qui abrite à présent le Musée International Pétanque et Boules. La même année, les règles de la pétanque furent codifiées, mais ce n'est qu'en 1930 que les traditionnelles boules en bois cloutées furent remplacées par celles en acier. C'est à Jean Blanc que l'on doit cette évolution, et la marque J.B. existe toujours. En 1955, apparaissent également les premières boules Obut, bien connues.

La Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal (FFPJP) voit le jour le 31 juillet 1945 quand, forte de ses 10 000 membres, elle peut enfin quitter la section provençale de la FFB. Quant à la Fédération Internationale, elle fut fondée le 8 mars 1958 à Marseille, même si c'est en Belgique, à Spa, que ses premières bases furent jetées, un an plus tôt.

 

Championnats du Monde [modifier]

Les Championnats du Monde de pétanque ont été disputés 41 fois en Seniors, 10 fois en catégorie Jeunes et 9 fois en catégorie Féminines depuis le début à Spa (Belgique) en 1959. Tous les championnats se déroulent en triplettes. La France a gagné plus de 20 fois avec 45 médailles. Les Championnats du Monde de tir de précision se disputent depuis 2000.

Palmarès seniors :

  • 23 fois France: 1959, 1961, 1963, 1972, 1974, 1976, 1977, 1985, 1988, 1989, 1991 à 1996, 1998, 2001 à 2006 ;
  • 4 fois Suisse: 1965, 1966, 1973, 1980 ;
  • 3 fois Italie: 1975, 1978, 1979 ;
  • 3 fois Maroc: 1984, 1987, 1990 ;
  • 3 fois Tunisie: 1983, 1986, 1997 ;
  • 2 fois Belgique: 1981, 2000 ;
  • 1 fois Algérie: 1964 ;
  • 1 fois Espagne: 1971 ;
  • 1 fois Madagascar: 1999 ;
  • 1 fois Monaco: 1982 ;

Palmarès seniors, tir de precision :

Les 42èmes championnats mondiaux seniors ont eu lieu à Grenoble, en France du 20 au 24 Septembre 2006, et la France remporta la finale 15 à 3 face a la Tunisie

Palmarès jeunes :

Palmarès jeunes, tir de precision : Danemark: 2001 ; Belgique: 2003 ; France: 2005 ;

Palmarès féminines :

Palmarès féminines, tir de précision : Espagne: 2002 ; Thaïlande: 2004 ; France 2006 (Angélique Papon)

 

Équipement [modifier]

  • Des boules en métal (acier), d’un diamètre compris entre 70,5 et 80 mm
  • Une boule en bois, appelé but (ou familièrement le cochonnet), d’un diamètre compris entre 25 et 35 mm

Les boules sont trempées, creuses et non lestées.

 

Les boules de loisir [modifier]

Destinées aux joueurs occasionnels, elles ont en général un poids et un diamètre uniques, pour convenir aux mains et aux forces de tous âges et sexes.

Le poids varie entre 600 et 800 grammes, et la fabrication est régie par la NORME NF S 52-200.

Ces boules sont interdites en compétition.

 

Les boules de compétition [modifier]

Les boules doivent être agrées par la FIPJP. et répondre aux caractéristiques suivantes:

  • Être en métal ;
  • Avoir un diamètre compris entre 7,05 cm et 8 cm ;
  • Avoir un poids compris entre 650 g et 800 g ;
  • La marque du fabriquant et les chiffres correspondant au poids doivent être gravés sur les boules et lisibles ;
  • Elles ne doivent pas être truquées (lestées = « farcies » dans le langage spécifique des joueurs) ;

Le nom et/ou prénom ou surnom du joueur ou ses initiales peuvent y être gravées.

 

Choix de la boule [modifier]

Le diamètre « canonique » de la boule est fonction de la taille de la main (pour permettre une bonne préhension de la boule). Maintenant, ce diamètre a aussi des impacts sur le comportement de la boule, et certains joueurs peuvent choisir un diamètre inférieur ou supérieur :

  • un pointeur choisira plutôt un petit diamètre, qui avantage le point (masse volumique supérieure, qui rend la boule moins sensible aux aspérités du terrain lors de sa course au sol, et qui raccourcit cette dernière) ;
  • un tireur choisira plutôt un gros diamètre, qui avantage le tir (section plus grosse, qui donne plus de chances de toucher la boule cible) ;
  • un milieu choisira plutôt le diamètre correspondant à sa main, qui offre le meilleur compromis.

Le choix du poids est très lié au rôle du joueur :

  • un pointeur choisira une boule « lourde » : au moins 710 g en général (même raison que pour le choix du diamètre) ;
  • un tireur choisira une boule « légère » : au plus 690 g en général (cela permet de fournir un effort moindre) ;
  • un milieu choisira une boule de poids médian : entre 690 et 710 g en général, ce qui offre un bon compromis.

La dureté de la boule influe sur son comportement, tant au point qu'au tir : plus une boule est tendre, plus elle absorbe les chocs (en se déformant), ce qui offre un avantage au joueur :

  • au point car ces boules se comportent mieux au moment de l’impact avec le sol ;
  • au tir où les carreaux sont plus nombreux (et les reculs moins nombreux).

On distingue classiquement trois niveaux de dureté :

  • boule dure,
  • boule demi-tendre,
  • boule tendre.

Si les boules dures peuvent se conserver pendant de longues années, il n’en va pas de même pour les demi-tendres et les tendres, qui s’abiment à chaque choc : les boules tendres ne tiennent en général qu’une saison pour une utilisation régulière.

D’autres niveaux sont proposés par certaines marques :

  • boule très tendre,
  • boule + : qui offre le comportement d’une boule très tendre mais avec un niveau d’usure équivalent à une demi-tendre.

La striation est une affaire de goût : une boule striée accroche plus dans la main.

Le prix est également un critère de choix : si les boules de loisir sont peu onéreuses, le prix de boules de compétition peut atteindre 250 euros. Un budget entre 50 et 150 euros (suivant la dureté souhaitée) permet d’acquérir de très bonnes boules de compétition, les prix supérieurs sont dûs à l’emploi d’aciers inoxydables spéciaux.

Enfin, il faudra choisir la marque en fonction des types de boules proposés, et le cas échéant, de l’affinité personnelle.

 

Le but [modifier]

Les buts en bois de buis sont les préférés des joueurs de pétanque, car ce sont les plus lourds ; ainsi :

  • on peut mieux contrôler le lancer du but,
  • le comportement du but lors d’un déplacement de celui-ci pendant la mène est plus prévisible et moins chaotique qu’avec un but en bois plus léger.

Les buts peuvent être peints, de façon à mieux les distinguer. Notons que les buts vendus déjà peints sont très rarement (jamais ?) en buis.

Depuis peu se vendent des buts de diamètre minimum (25 mm - les buts classiques ayant un diamètre de 30 mm) ; ces buts ont la particularité d’être plus difficiles à tirer que les buts classiques. Le choix du but est donc un élément de la stratégie à considérer.

 

Règles du jeu [modifier]

À la pétanque, l'objectif est de marquer des points en plaçant ses boules plus près du but que son adversaire.

  • Équipes. Dans ce sport, trois combinaisons sont possibles. La triplette, trois contre trois, la doublette, deux contre deux et le tête à tête, un contre un. Toute autre formule est interdite par le règlement officiel. En triplette, chaque joueur dispose de deux boules. Dans les autres configurations, chaque joueur en a trois.
  • Distance. En catégorie senior le jeu doit se dérouler entre 6 et 10 mètres.
  • Le terrain. La pétanque se pratique sur tous les terrains. La plupart du temps en compétition, des « cadres » (un cadre est un terrain sur lequel doit se dérouler une partie) sont tracés ; les dimensions officielles sont alors de 15 mètres de longueur pour 4 de largeur, et a minima de 12 mètres sur 3.
  • Le cercle (de lancer). C'est un rond, tracé sur le sol, dans lequel le joueur doit se tenir pour lancer sa boule. Son diamètre est compris entre 35 et 50 cm.
  • Début de la partie. L'équipe qui gagne le tirage au sort trace le cercle, lance le but et la première boule.
  • Déroulement. Une équipe lance ses boules tant qu'elle en a, et tant qu'elle ne fait pas mieux que l'adversaire. Lorsqu'une équipe reprend le point (une boule de l'équipe est la plus proche du but), c'est à l'équipe adverse de jouer, si elle a encore des boules.
  • Décompte. Lorsque l'ensemble des boules sont lancées, on comptabilise toutes les boules d'une équipe qui se trouvent plus près du but que la plus proche des boules adverses.
  • Fin de la partie. Une partie se joue en 13 points, éventuellement en 11, pour les parties de poules. Les finales des championnats du monde se déroulent en 15 points.
  • But nul. Si le but est sorti en dehors des limites autorisées (généralement suite à un tir) ou s’il n’est pas visible (caché par un arbre, de l’herbe, etc.) - sauf si c'est une boule qui le cache - ou encore s’il flotte librement dans une mare d’eau, on distingue deux cas. Si les deux équipes ont encore des boules, ou si, au contraire aucune des deux n'en a plus, la mène est nulle. Sinon, l'équipe qui a encore des boules comptabilise autant de points qu'elle a de boules en main.

Les règles du jeu sont édictées par la fédération internationale.

 

Stratégie [modifier]

Pétanque au square des Batignolles

Pétanque au square des Batignolles

Une équipe de pétanque comprend:

  • en triplette, un pointeur, un milieu et un tireur ;
  • en doublette, un pointeur et un tireur.

Ces rôles ne sont pas intangibles: en cours de partie, l’équipe peut décider de modifier la « formation », en cas de méforme d’un des joueurs. En général, lorsqu’une boule doit être pointée, c’est le pointeur qui joue, s’il n'a plus de boules, c’est le milieu, et si ce dernier n’a plus de boules, c’est le tireur. Lorsqu’une boule doit être tirée, c’est le même chose dans l’ordre inverse. Dans certains cas (assez rares), cet ordre n’est pas respecté pour des raisons tactiques.

Au point, une boule placée devant le cochonnet a plus de valeur qu’une boule placée derrière à la même distance, car:

  • elle gêne l'adversaire, qui peut accidentellement la pousser et donc améliorer sa position,
  • elle peut être poussée par la suite par un coéquipier pour améliorer sa position,
  • une boule placée derrière peut permettre à l'équipe adverse de réaliser un devant de boule (voir ce terme dans la section « Vocabulaire spécifique »).

À chaque étape du jeu, après lancement de la première boule, l'équipe qui n'a pas le point doit décider s’il vaut mieux pointer ou tirer. Parmi les facteurs à considérer :

  • Proximité de la boule adverse au but,
  • Difficulté du terrain (il est plus facile de reprendre un point à 30 cm sur un terrain bien aménagé que sur un terrain caillouteux),
  • Nombre de boules restant en main dans chaque équipe, et nombre de boules qui « comptent » (qui sont bien placées) dans le jeu. Un mauvais jugement de ce facteur peut conduire une équipe à se découvrir (voir « Vocabulaire spécifique »).

Un capitaine d'équipe, dans un jeu idéalisé, demande à son premier pointeur de placer une boule devant le cochonnet et assez proche (paradoxalement, au niveau de compétition le premier pointeur ne doit pas pointer si bien que sa boule sera inévitablement tirée de suite). Il ou elle alors visualise un cercle imaginaire avec le but au centre et la distance but-boule comme rayon. Le jeu est alors de défendre ce cercle par tout moyen légitime.

Le lancer du but est un élément qui ne doit pas être négligé. Deux degrés de liberté sont à exploiter au mieux:

  • la distance : elle est souvent choisie en fonction des qualités des 2 tireurs : on pourra le jeter :
  • à une distance où le tireur adverse est moins à l’aise,
  • alternativement à 6 et 10 m de façon à « dérégler » le tireur adverse dans le cas où il est bon à toutes distances,
  • à une distance qui ne pénalise pas le tireur de son équipe ;
  • la direction (et la distance) : elle est souvent choisie en fonction des qualités des 2 pointeurs :
  • certains endroits peuvent être plus difficiles à atteindre selon qu’on est gaucher ou droitier,
  • on essaiera de privilégier son pointeur en faisant en sorte qu’il dispose d’une bonne donne pour son coup le mieux maitrisé (demi-donne, donne, etc.),
  • on conservera une distance où on s’aperçoit que son équipe pointe mieux que l’équipe adverse ;
  • dans le cas où l’on n’est pas limité par un cadre, on pourra « changer de terrain », c’est-à-dire envoyer le cochonnet à un endroit différent de celui où on est habitué à jouer depuis le début de la partie. Souvent lorsqu’une équipe est malmenée, elle cherche à marquer pour prendre le but et « changer de terrain », pour essayer de reprendre la partie en main. Quelquefois, plusieurs mènes sont nécessaires pour arriver au terrain convoité (rappelons que le cercle doit être tracé autour du point où se trouvait le but à la mène précédente).

Ce ne sont bien sûr que les idées générales. Au haut niveau, les mènes se jouent très souvent à 10 m, distance à laquelle une différence peut éventuellement se faire au tir.

 

Vocabulaire spécifique [modifier]

Il existe un vocabulaire spécifique à la pétanque. Qui ne connaît pas le fameux « Tu tires ou tu pointes ? ».

  • Bouchon ; cochonnet ; petit ; têt ; gari (en provençal) : le but.
  • Pointer : lancer la boule pour la rapprocher le plus possible du but. L'action de pointer s’appelle le « point » ou l’« appoint ».
  • Tirer : lancer la boule afin de chasser une boule adverse. En règle générale, la boule tirée est perdue, sauf en cas de carreau ou de palet.

 

Vocabulaire lié au point [modifier]

  • Avoir le point : posséder une boule (ou plus) mieux placée que celles des adversaires.
  • Reprendre le point : placer une boule en faisant mieux que l'adversaire qui avait le point.
  • Faire un biberon, un têtard : la boule colle le but. (ou "bibe"). Voir aussi "bouchonner".
  • Devant de boule : se placer devant une boule adverse en s'y collant. Ceci est gênant pour l’adversaire car ce sont des boules difficiles à tirer (la plupart du temps, la boule qui est devant reste en place, et c’est la boule qui se trouve derrière qui s’en va).
  • Faire un bec : heurter une boule déjà placée pour faire dévier la sienne vers le but.
  • La donnée ou La donne : zone d'impact au sol de la boule pointée. La recherche d'une bonne donnée est primordiale sur des terrains difficiles.
  • Jouer en demi-portée : pointer en lançant la boule environ à mi-distance (cette distance variant suivant le terrain et la hauteur à laquelle la boule est envoyée) entre le cercle de lancer et le but. C'est le style d'appoint le plus répandu et le plus facile à réaliser.
  • Porter, Plomber ou Envoyer : pointer en lançant la boule très haut, afin qu'elle roule le moins possible en retombant sur le sol (on dit qu’on assomme la boule). Ce style d'appoint demande une très grande maitrise. L’envoi est l’action d'envoyer.
  • Faire glisser (ou Faire rouler) : pointer en lançant la boule assez près du cercle de lancer. Ce coup peut être avantageux sur des terrains bien particuliers, en général lisses et qui répondent mal aux boules piquées.
  • Jouer une boule nature : Jouer la boule sans lui donner d’effet.
  • Tenir (ou Serrer) une boule : au point, donner un effet rétro à la boule, de sorte qu'elle roule moins qu'une boule jouée nature (sans effet). On dit des joueurs qui maitrisent cette technique qu'ils jouent « au poignet ». On dit de ceux qui la maitrisent à son maximum qu’ils « bloquent » la boule (car à la tombée, la boule est comme bloquée, puisqu'elle avance très peu).
  • Lâcher la boule : au point, jouer un peu plus fort que la normale, soit volontairement, soit involontairement.
  • Piquer la boule : la faire frapper le sol avec un angle assez important. La distinction boule piquée / non piquée se fait sur les coups en demi-donnée : la courbe est plus en cloche pour une boule piquée.
  • Jouer haut, bas, au jeu : lorsque le terrain est penché latéralement (ce qui est très souvent le cas), on distingue le haut (le côté le plus haut) et le bas (le côté le plus bas). Ainsi, jouer :
  • au jeu est jouer sur la trajectoire idéale passant par le cochonnet,
  • plus haut que jeu est jouer sur toute trajectoire passant plus haut que le cochonnet,
  • plus bas que jeu est jouer sur toute trajectoire passant plus bas que le cochonnet.
  • Donner de l’effet à ou Tourner une boule : Lancer la boule en lui imprimant un effet de rotation latérale grâce à un mouvement des doigts. Bien maitrisé, ce geste est d’une grande utilité lorsque :
  • une boule se trouve « en plein jeu » (c.-à-d. lorsqu’elle se trouve sur la trajectoire idéale qui permet d’atteindre le but) : dans ce cas, le pointeur envoie sa boule par côté et la « ramène » vers le but grâce à l’effet imprimé.
  • le terrain est très difficile et que les données sont rares: parfois les seules données acceptables ne sont pas « au jeu » et l’effet est nécessaire pour « ramener » la boule vers le but.
  • Répondre : La réponse d’une boule est son comportement à la tombée, lorsque le joueur lui a donné un effet. Une boule peut bien répondre si le comportement est celui attendu, ou mal dans le cas contraire. Comme la réponse d’une boule est en fait due au terrain, on parle aussi de réponse du terrain (ou d’une zone de terrain).
  • Jouer (ou Rentrer) une boule : Pointer dans l’intention de pousser une boule de son équipe qui est devant le but mais qui n’est pas assez près pour marquer (idéalement, après le coup, la boule poussée et la boule jouée marquent). Tout l’art de ce coup est de doser la force de façon à ce que si la boule visée est ratée, le point soit pris quand même.
  • Faire un demi-coup : Jouer la boule plus fort que ce que demanderait un appoint normal (on dit « plus fort que jeu ») afin de venir heurter des boules (ou le but) pour les déplacer sur une faible distance. Il s'agit d'un coup entre le point et le tir, d’où son nom. Il peut être utilisé pour séparer deux boules collées.
  • Serrer : Pointer toutes les boules restantes du mieux possible. La plupart du temps, on serre lorsqu'on n'a pas réussi à tirer une boule adverse qui est très près du cochonnet. On se résigne donc à laisser la mène à l'adversaire, mais on l’empêche de marquer trop de points.
  • Faire un Palouf : (ou aussi: palouffer) se dit lorsqu'un joueur envoie une boule beaucoup trop courte.
  • Jouer volontiers: c'est, à l'inverse du palouf, une boule jouée trop fort.
  • Faire un nari (accent tonique sur le a) : rater complètement son appoint.
  • Escamper ses boules : rater complètement ses appoints dans une mène.
  • Ne pas jouer pour le perdre : lorsqu'un joueur parvient à reprendre le point à l'adversaire alors que le pointage est difficile, on dit qu'il n'a pas joué pour le perdre.
  • Ne pas jeter sa boule : réussir une boule utile (sans forcément prendre le point). Au contraire, on dit qu'un joueur a jeté sa boule lorsqu'il joue un mauvais coup.
  • Faire un vol (on entend souvent: « C’est du vol ! ») : lorsqu'une boule mal jouée embarque le cochonnet, ou heurte involontairement une boule bien pointée, bref, on dit qu'il y a vol dès qu'une boule mal jouée parvient a faire reprendre le point à son équipe.
  • Rétropissette: technique de pointage permettant de s'affranchir des irrégularités du terrain en donnant à la boule un effet rétro.
  • Le point de l'Anglais ou La boule piège : se dit d'un point suffisamment mauvais pour que l'équipe adverse croie pouvoir le reprendre facilement, en vain.

 

Vocabulaire lié au tir [modifier]

  • Tirer au fer : lancer une boule directement sur la boule visée. Il s'agit de la façon « classique » de tirer.
  • Tirer devant : lancer une boule à 30 cm (indicatif) maximum devant la boule visée. Ce tir peut se pratiquer sur des terrains qui ne « sautent » pas (c-à-d. où les boules ne rebondissent pas après l’impact), ou bien par des tireurs qui lancent leur boule (trajectoire ou effet spécifique) de manière à ce qu'elle rebondisse très peu.
  • Tirer à la raspaille (ou à la rafle) : contraire du tir au fer, la boule roule avant de toucher la ou les boules visées. Cette technique est généralement assez mal vue par les puristes.
  • Faire un carreau : terme employé quand il y a « tir au fer ». La boule de tir lancée reste dans un rayon maximum de 50 cm (indicatif) autour de l'impact. Trois situations sont décrites par des termes spécifiques :
  • on réalise un carreau parfait ou un arrêt lorsque la boule tirée prend la place exacte de la boule cible,
  • on réalise un carreau allongé lorsque la boule tirée roule vers l’avant après l'impact sur la boule cible,
  • on réalise un recul lorsque la boule tirée repart en arrière après l'impact sur la boule cible.
  • Faire un palet : tirer une boule sur le jeu en tirant « à la raspaille » ou en « tir devant » : la boule lancée reste dans un rayon maximum de 50 cm (indicatif) autour de l'impact. Deux situations sont décrites par des termes spécifiques :
  • on réalise un palet parfait ou un arrêt lorsque la boule tirée prend la place exacte de la boule cible,
  • on réalise un palet allongé lorsque la boule tirée roule vers l’avant après l'impact sur la boule cible.
  • Faire un trou : tirer à côté de la boule visée (c'est un tir raté).
  • Faire un écart : faire un trou en tapant trop à gauche ou trop à droite.
  • Faire un brochet : faire un écart important.
  • Faire une casquette : frapper une boule sur sa « tête » (partie supérieure). La boule cible reste à sa place ou bouge très peu.
  • Faire une sautée : frapper une boule qui se trouve quelques centimètres derrière une autre (sans toucher cette dernière) : ce tir demande bien sûr une précision absolue en distance.
  • Faire un choisi : frapper une boule qui se trouve à côté d'une autre boule, sans déloger cette dernière.
  • Tirer sur l’oreille : frapper une boule sur le côté, de façon à la faire partir de travers.
  • Faire un sifflet ou Faire un ciseau : chasser deux boules adverses en un seul tir. Ce coup requiert de heurter la première boule selon l'angle adéquat afin de chasser la deuxième par ricochet.
  • Tuer le chien : tirer une boule de sa propre équipe, de façon non intentionnelle.
  • Tirer le but (avec toutes les déclinaisons de but) : parfois, si une équipe est mal embarquée dans une mène elle peut essayer de tirer le but pour annuler celle-ci. On dit alors qu'elle tire le but.
  • Pet de vieille : il s'agit d'un tir qui n'est pas au fer, et qui se contente d'effleurer la boule visée sans la faire bouger suffisamment selon les puristes (on qualifie de pet parfait un pet de vieille qui ne permet pas de reprendre le point).
  • Se découvrir : Tirer trop de boules, de sorte à s’exposer à « prendre une grosse mène » si l'équipe adverse réussit ses tirs.

 

Expressions diverses [modifier]

  • Embrasser Fanny, Faire fanny, Être fanny ou (Se) Prendre une fanny : Perdre une partie sur le score de 13 à 0. L'équipe ayant gagné peut alors se prévaloir d'avoir mis une grosse mine à ses adversaires.
  • Mettre une fanny : Gagner une partie sur le score de 13 à 0.
  • Une valise : Se dit lorsqu'on prend 5 ou 6 points dans une mène.
  • Un sac à main : Se dit lorsqu'on prend 4 points dans une mène.
  • Un portefeuille : Se dit lorsqu'on prend 3 points dans une mène.
  • Faire la musique ou Faire la chanson : Essayer de déstabiliser l’adversaire en discutant entre les points, soit avec lui, soit avec ses propres partenaires.

 

Idées reçues [modifier]

Pour beaucoup de gens, la pétanque est un jeu, elle est pratiquée en vacances, en tongs, prisée par les retraités, et accompagnée d'un verre de pastis.

Mais c'est un vrai sport, qui demande beaucoup d'entraînement pour parvenir au haut niveau. Simplement, c'est un sport populaire, convivial, sans contre-indications pour la santé, pouvant être pratiqué à tous âges et avec un matériel peu onéreux.

 

La pétanque à l'école [modifier]

Même si pratiquer la pétanque dans le cadre de l'éducation physique et sportive peut prêter à sourire, ce sport permet de travailler des compétences spécifiques :

  • la concentration
  • la précision du lancer
  • la coordination
  • la stratégie
  • l'humour, la camaraderie et la sociabilité

Parfois, cette activité est l'unique occasion pour certains enfants de se distinguer dans le domaine sportif, notamment pour les joueurs peu athlétiques. C'est aussi un domaine où garçons et filles sont sur un pied d'égalité.

 

Liens internes [modifier]

 

Liens externes [modifier]

Le Wiktionnaire possède une entrée pour « pétanque ».

Sites des fédérations nationales membres de la F.I.P,J.P (par continent):

Afrique:

Amérique:

Asie:

Europe:

Océanie:

(à compléter)

Sites de fédérations nationales ou régionales non-membres de la F.I.P.P.:

autres liens:

Portail du sport – Accédez aux articles de Wikipédia concernant le sport.

Pour recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre email.

Sondage
job etudiant geneve job etudiant fribourg formation de auxiliaire de la petite enfance geneve place d apprentissage dans assistante socio educatif job etudiant valais offre d emploi educatrice de la petite enfance garderie lausanne cherche stagiaire pour une annee recherche de poste de psychologue clinicien en suisse salaire assistante socio educatif veilleuse de nuit en maison de retraite hospital auxiliaire de puericulture geneve veilleur de nuit dans un home pour personnes agees ou handicapees couple pour intendance d une ecole quel est le salaire d un educateur specialise en suisse recherche un poste d auxiliaire petite enfance geneve veilleur ou veilleuse remplacante en ems offre d emploi ase foyer st louis fribourg ge suis le promoteur d une ecole passa rdc qui cherche un financement pour la construction d un batiment pour la bonne encadrement des enfants salaire ambulancier salaire auxiliaire recherche poste d intendant cherche poste d assistante en soins et sante communautaire assistant socio educatif geneve technicienne d intervention sociale et familiale offre d emploi dans creche en suisse emploi creche geneve un poste d aide jardinier stage d observation en psychologie clinique non remunere min100h rapport de stage en plomb erie educateur social geneve place d apprentissage comme assc recherche poste d educateur de jeunes enfants ville de quebec place d apprentissage assc professionnelle de l enfance cr che vaud recherche place d apprentissage d ase poste d assc veilleuse cherche maitre d apprentissage en fleuriste responsable de formation technicien en salle d operation recherche poste d infirmier dans service de p recherche d emploi dans une creche halte garderie ecole maternelle professeur d activite physique adaptee offre d emploi veilleur de nuit cours par correspondance suisse cherche emploi d assistante en medecine veterinaire petit boulot sur lausanne un educateur de groupe therapeutique d internat fondation horizon sud poste d auxiliaire educatrice en garderie