Créer une offre d'emploi (gratuit)

Conteur conteuse une profession ?

Partager : f
Conteur conteuse une profession ?

Conteur conteuse une profession ?

Voici une question qui se pose aujourd'hui.... placé dans les activité d'art-thérapie car faisant appel à l'imagination et à la créativité.

Les contes sont au centre de plusieurs espaces du site Educh.ch.

Actuellement un excellent site vient d'être mis en ligne

http://www.arbreacontes.ch

Quelques liens utiles

La Société Suisse du Conte
http://www.maerchengesellschaft.ch/

La Société Européenne des Contes
http://www.maerchen-emg.de/

Société Suisse des Recherches en Symbolique
http://www.symbolforschung.ch/

Association Au bout du Conte à Genève
http://www.auboutduconte.ch

Proposez une journée enrichissante aux enfants avec un professionnel passionné de nature et d’histoires envoûtantes ! formation conte coaching conteur conteuse enfant éducation contes histoire pnl 

--------------------------------------------------------------------------------

Naturaliste amateur et conteur aux larges intérêts, Pierre-Alain Luthi est un éducateur spécialisé qui a une grande expérience des groupes d’enfants ou de jeunes adultes. Il sait leur transmettre sa curiosité et sa passion pour les histoires de la nature ou pour les contes.

Pierre-Alain Luthi met à votre service ses qualités humaines et professionnelles et vous propose des animations ludiques et pédagogiques, des sorties-découverte ou des conférences notamment sur les thèmes suivants :

 

- Histoires à dormir debout (contes et métaphores)
- Nuit des étoiles (astronomie)
- Quelle espèce de vieux fossile ! (géologie)
- Tout plumé ! (ornithologie)
- A chacun son poisson (pêche)
- Tisse ta toile ! (initiation Internet)

Contes et transe hypnotique texte de l'auteur du site ......

Quand l'imaginaire de l’enfant se met en branle, qu'il commence à imaginer l’histoire, ses yeux se fixent dans le vide, et on le voit rêver tranquillement. Il entre alors dans une légère dissociation entre l’instant présent et l’expérience virtuelle de l’histoire et du conte.

 

Le petit nain se couche tranquillement entre deux racines, il repose sa tête et se détend, le rythme de son cœur se calme et l’arbre l’entoure en douceur de ses branches, il se sent protégé et s’endort doucement…

 

Une deuxième technique importante et consiste en l’utilisation du contexte pour favoriser la transe. Il s’agit de faire référence, à des ressentis instantanés et présents de l’enfant et de les mélanger au conte.

 

L’enfant est couché dans son lit, il fait des grimaces inconsciemment, ou se gratte le nez. Le petit nain se gratte le nez tout en réfléchissant à ce que lui avait appris le champignon (alors que l’enfant se gratte le nez spontanément).

 

Autre possibilité est d'inviter l’enfant à une participation dans l’histoire à en lui demandant de proposer des solutions au héro en difficulté. Il se souvient alors avec beaucoup de précision de cet instant où il semble lui-même être entré dans l’histoire.

 

Le petit Fripouillon est enlevé par des ogres qui l’ont enfermé dans des sacs. Je demande à l’enfant ce qu’il pourrait faire, sa proposition a été de sortir un couteau de sa poche et de couper le tissu pour s’enfuir. Je continue l’histoire en intégrant la solution du petit garçon…. Et Fripouillon saute par terre se retourne et remercie l'enfant de l’avoir aidé.

 

Ils peuvent mimer les comportements du héros, et se sentent alors complètement dans l’histoire, ils prennent pour eux toutes ce que disent les personnages au sujet du héros.

 

De cette manière les messages passent beaucoup mieux que par un discours. Ils sont ouverts, attentifs et ne se bloquent pas. En effet l’émotion déclenchée par un message trop direct provoque le rejet, et la radicalisation de la pensée.

 

J'entame aussi des processus de création de conte à deux.

 

Avec la caméra vidéo, je réalise avec une enfant de notre centre un petit film sur les aventures de Jakayana la petite princesse. Nous créons cette histoire ensemble. Nous utilisons la caméra pour nous filmer réciproquement à tour de rôle. Je raconte un bout de l’histoire et elle me filme, puis je m'arrête de façon impromptue et je la filme à mon tour quand elle raconte la suite. L'enfant prend cette activité très à cœur, elle a fait des dessins qui représentent la princesse Jakayana et son environnement.

 

Durant ces exercices l’enfant a accès à son imaginaire et je peux suivre le processus créatif par le déplacement de son regard. Elle se détend progressivement car la métaphorisation ouvre son imaginaire. Elle vient ensuite spontanément le matin me parler de ses rêves et de ses fantaisies

 

Plusieurs années de suite le constat avait été fait par les éducateurs que les enfants étaient particulièrement agités et en difficulté les semaines de l'Avent. Ne pas pouvoir sortir jouer dehors, se faire des soucis pour les vacances de Noël, toute cette période de fêtes pèse sur les enfants. (Comme sur les adultes d'ailleurs).

 

De ce fait, et sur l'impulsion de notre thérapeute jungienne il y a plus de cinq ans nous proposons chaque année une métaphore collective.

 

Un thème est donné pour tout le mois de décembre. A ce jour, nous avons rêvé ensemble sur l’Afrique, le Japon, les Mille et une nuits, les indiens et sur la maison du père Noël

 

Nous construisons un décor particulier, grottes, tentes d’indien, chalets dans l'entrée de l'institution, etc. en rapport direct avec le thème. Dans ce décor, les enfants sont appelés à se réunir tous les soirs avant le souper. Les lumières sont éteintes partout et nous diffusions une musique liée au thème. Quand tous les enfants sont réunis un éducateur conte une histoire ou anime une marionnette. L’important est de profiter de cette activité du soir pour amplifier le phénomène de transe par une histoire bien ciblée qui permette aux enfants de se laisser aller à leur imaginaire. En plus, on pose soir après soir les étapes d'une "énigme" qu'il faudra résoudre ou découvrir pour Noël.

 

Le soir de Noël le conte est plus long puis tout le monde part dans la forêt à la rencontre du héros, le personnage magique en lien avec le thème. Le héros de l'histoire, la marionnette prend vie et rencontre les enfants dans la forêt.

 

Le côté magique de ces rencontres ont pris un sens fort pour les enfants. Nous avons rapidement constaté que l'ambiance était moins lourde, moins difficile. Ils semblent trouver dans cette métaphore collective un peu de calme et de sérénité pendant cette période chargée, qu'ils peuvent encore s'émerveiller et découvrir des instants "magiques".

 

Voilà ce qui m’apparaît comme un exemple pratique de l’utilisation d’une transe collective. Permettre à un groupe de ressentir une certaine fraternité, en visitant ensemble le monde imaginaire et en saisissant ces instants pour vivre une expérience commune.

 


 

Conclusion
Au terme de ma première cession de cours sur l'hypnose je désirais par ce travail écrit faire le point sur les outils découverts directement applicables à notre profession d'éducateur. J’ai pu clarifier mes intuitions et surtout relier dans ma pratique de tous les jours ces nouvelles connaissances.

 

Cette formation me permet des repérages utiles pour mieux comprendre le monde de l'enfant et pour mieux gérer son accès à l'imaginaire. Je possède un outil pour l'aider à intégrer ses expériences et de nouvelles solutions aux  situations qui le préoccupent.

 

Concrètement cela débouche directement sur un projet pratique dans notre institution. Ce projet est déjà en cours d'élaboration. Il consiste à utiliser les contes et les métaphores dans nos approches éducatives. Nous accueillons régulièrement depuis un mois des intervenants et des initiateurs aux contes pendant nos colloques afin de façonner nos outils d'intervention. Nous sommes convaincus de favoriser ainsi le processus de résilience de l'enfant.

 

Toutefois, il est évident que nous ne pouvons suppléer au travail médical. Un enfant qui présente des signes pathologiques ou des états de transe envahissants ou trop fréquents, doit être suivi par un thérapeute professionnel.

 

Je remercie toutes les personnes qui m’ont guidé et soutenu pendant cette nouvelle étape. Je remercie plus particulièrement Eric Bonvin, Gérard Salem, Anne Spagnoli et les collaborateurs de la Fondation Ling, pour la grande qualité des cours et des supervisions. Je tiens encore à remercier Pascale Deppierraz pour son aide au processus d’écriture, à la mise en forme et pour les échanges fructueux d’idées. Merci encore à Pierre et Jannick Viguet et à mes collègues de la Bérallaz qui ont rendu possible, grâce à leur ouverture d’esprit, une telle approche auprès des enfants : les maîtres de la transe.

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------

 
 

 
[1] Simon Victor, Du bon usage de l’hypnose, Col. Réponse, Robert Laffont.

 

[2] Grinder John , Bandler Richard, Transe-formations, Intereditions

 

[3] Salem Gérard, Bonvin Eric, Soigner par l’hypnose, Masson

 

[4] Grinder John , Bandler Richard, Transe-formations  Intereditions

 

[5]. Mills Joyce, Crowley Richard J. Métaphore thérapeutique pour les enfants, Desclée de Brouwer.

 

[6] Bonvin Eric, Les soins par l'imagination, Lettre 24, Fondation Ling

 

post? par : le :

Contes, Conteurs et Conteuses site web :

Partager l'article : Conteur conteuse une profession ?

Partager : f