Messieurs, Par le biais de votre site internet, j’ai reçu quelques renseignements d’ordre généra



Messieurs, Par le biais de votre site internet, j’ai reçu quelques renseignements d’ordre général en rapport avec vos oeuvres de soutien à l’action pastorale. En effet, nous sommes curé de la Paroisse Sainte Marie, Mère et Reine de Kavimvira. Cette Paroisse est l’une des 18 paroisses du diocèse d’Uvira. Celui-ci se trouve á l’Est de la République Démocratique du Congo/Afrique. Les événements atroces dus aux guerres de 1996 et de 1998 ont paralysé les activités pastorales et promotionnelles sur toute l’étendue du Diocèse. Il a, en effet, été le théâtre des affrontements sanglants entre les milices et les différentes bandes armées. Les pasteurs, prêtres, religieux et religieuses ainsi que toute la population en général ont été torturés, maltraités voire assassinés et plusieurs d’entre eux ont dû prendre le chemin de l’exil. Cette situation a occasionné entre autres : -Le déplacement massif des populations vers les pays voisins surtout la Tanzanie et d’autres internes dans la grande forêt équatoriale ne sachant que faire et où aller ; -La destruction méchante et le pillage systématique des infrastructures (bâtiments scolaires, centres de santé, paroisses, presbytères, couvents des sœurs,…), la profanation des églises et d’autres lieux de culte et objets sacrés ; -Déperdition scolaire fort accentuée, chômage très élevé suivi de la délinquance juvénile ; -Viols et violences sexuelles des femmes, filles et même des hommes ; -L’assassinat de cinq prêtres diocésains, de trois religieuses des Filles de la Résurrection, d’un grand séminariste diocésain et de beaucoup de collaborateurs laïcs, … -La fermeture de plusieurs paroisses et couvents de religieuses et religieux, obligés de prendre le chemin de l’exil jusqu’à ce jour à la suite du traumatisme, … - La non scolarisation des enfants Pendant la période des guerres, les militaires occupèrent la colline paroissiale pendant plusieurs mois. Plusieurs choses ont été détruites et saccagées. Une période triste et obscure que l’on peut appeler « l’heure des ténèbres » était certaine. La statue de la vierge Marie fut même maltraitée et les deux bras de l’enfant Jésus furent coupés. Tous les biens de la population ont été pillés. Par conséquent, la majorité de la population vit dans la paupérisation. C’est dans ce souci de rentabiliser les efforts de nos chrétiens pour proteger les enfants, que nous recourrons à votre générosité, sollicitant un partenariat avec vous. In fide, Pere André BASHIGE, Curé de la Paroisse

RDCongo/Diocese d'Uvira/paroisse de Kavimvira

Répondre

Ong infos suisse et à l'étranger

Les dossiers répondant à la question sont accessible en cliquant sur les liens ci-dessous.

Ong infos suisse et à l'étranger

Organisations Non Gouvernementales

Questions similaires

Questions lié à la réponse

Questions suivantes

Questions populaires