Ajouter un sujet

La question du suicide chez les ados est une problématique essentielle je vous propose dan

Pierre-Alain

La question du suicide chez les ados est une problématique essentielle je vous propose dans discuter dans ce sujet.



Répondre

Yves

posté le 21.01.2008
Au travers de mon activité je rencontre régulièrement des jeunes ou parents de jeunes qui me parles d'envie de tantamen et de familles ayant souffert de la perte d'un enfant par tantamen. Travaillant en Valais comme formateur et coache spécialisé dans les domaines de la violence, j'ai rechercher des statistiques valaisanne concernant le sucide des mineurs. Le canton du valais semble n'avoir aucun sucide à ce niveau. Mensonge et face cachée? Pourquoi traiter cette problématique en tant qu'accident, comme si le sucide d'un mineur ou d'un jeune adulte devait être concidérer à titre d'accident de voiture ou de ménage? Le fait que les catholiques n'admettent pas le sucide est certainement à la base de cette manière de traiter les actes de désespoirs de jeunes! N'y aurait-il pas en fait plus de sucides de jeunes dans les cantons religieux? En réponse je dirais que les victimes de maltraitances ne sont reconnues que du bout des lèvres dans les cantons à tendances fortement religieuse et, la maltraitance des enfants est ouvertement conseillées dans plusieur textes catholiques. Cela vous choque?
Répondre


Educh.ch

posté le 21.01.2008
Ce samedi en en parlant avec des amis et personnes en formations cette problématique des adolescents suicidaires nous exploser à la figure. Il semble qu'il y ait une fréquence très élevée actuellement. Nous pouvons bien comprendre la difficulté de ne pas provoquer une vague de tel comportement en en faisant les unes des journaux. Mais le problème est grave et la situation semble s'aggraver. je n'ai pas plus d'informations sur les stats ... www.ciao.ch est un bon site d'information et je vois que l'umsa au chuv est très attentid à cette problématique. Une recherche a eut lieu dernièrement à l'unil sur l'impact des suicides et tentatives de suicide des ados chez les travailleurs sociaux dans les structures. Donc merci de vos commentaires et échanges sur le sujet
Répondre

Yves

posté le 31.01.2008
En effet, Il faut relever, tout âge compris, que la problématique du tantament, ou sucide, est très grave dans notre pays. Statistique le taux de mortalité par tantamen est très largement supérieur au nombre de morts liés à la circulation routière. Parler du sucide ou tentative de sucide chez le jeune c'est aussi s'obliger à regarder le contexte, l'environnement socio-culturel et familial , la périeode de vie (l'adolescence étant la plus critique et ficile en terme de maturation). Si les tentatives de tentamen sont chez le jeune une forme de cris d'alarme et demande d'aide, nos réponse elles sont fuyantes et généralement sourdes aux mots des maux, renvoyant à soi-même des choses et sentiments liés à l'insuportabilité. L'idée sucidaire dans le dialogue arrive très tôt et enfant déjà. Lié à la finitude inconcevable de la vie propre de l'enfant à ce moment mais questionnant tout de même sur le risque. Mais ce n'est qu'en pré-adolescence que vient l'idée que le sucide peut être une solution, un moyen violent d'abord d'attirer l'attention de l'adulte avant la fuite de problématiques vécue comme irrésolvable. C'est une demande de reconnaissance des maux pour lesquel le jeune ne trouve aucun mots, ou , ne trouve pas l'écoute active à ces mots. C'est à mon sens une base. Ensuite viennent toutes les problématiques liées à l'alcool (coma éthilique = petit mort = tantamen), aux différentes drogues dures qu'il n'est pas nécessaire de siter ici, mais qui toutes renvoient aux même shéma. Du reste plus de 80% des personnes sucidées ont de l'alcool ou des drogues dans le sang. Dois-je mourir pour vivre? Dois-je prendre le risque de mettre ma vie en danger pour être entendu? Sans compter le sentiment d'imortalité réafirmé par "j'aurais du mourir avec tout ce que j'ai pris et je suis encore là donc..." . Si il est possible de catégoriser la majorité des actes de tentamen, il y a aussi ceux pour lesquels aucune explication satisfaisante ou rassurante ne se trouvent. Ceux qui se passent chez des jeunes chez qui "tout va bien" et pour qui personne ne trouve de réponses, de signes meme pouvant l'expliquer. Notre pays, est en europe, celui qui à le triste record des sucides. C'est un fait. La réflexion doit être donc globale et trans générationnelle. Ce n'est pas uniquement une question politique, ou médicale mais sociétale. En parler dans la presse tant que ce n'est pas pour en faire des choux gras, c'est ok pour moi, mais en général, la presse n'étant pas formée et peu consciente des conséquences liées à la présentation de leurs articles, ne font que renforcer les attitudes liées aux problématiques exposées et développées. La "violence des jeunes" en est un des aspects criant... Il suffit de suivre les statistiques en ragard au nombre d'article pour s'en convaincre. Jusqu'à 40 ans la tentative de sucide est une tentative d'entrer en dialogue. Au delà c'est une échapatoire puis à des âges avancés, une libération de soi ou pour les autres. C'est à nous, professionnels, d'avoir une écoute, une empathie et un non jugement (devoir de réserve), pour pouvoir entrer en dialogue avec des personnes qui posent de tels gestes. Sans quoi c'est notre narcicissment qui prend le dessus et nous perdons de vue que c'est justement eux, et particulièrement ces jeunes qui ont besoin d'être renarcissisés. Sommes-nous vraiment prêt à nous remettre en question, remettre en question nos attentes sociétale, le contrat social pour lequel nous nous battons? Je me pose la question. L'acces au monde adulte, à un monde rassurant, sûre de lui, à un avenir qui puisse se prévoir à disparut et pour les jeunes qui sont déjà en difficulté c'est un trou noir qu'ils voient en face d'eux, se sentant inutile à la société, souvent rejeté, dénigré dans leurs craintes et besoins, et de fait mal considéré et mal mené.... Yves Oppliger, Infirmier formateur, spécialiste en gestion des conflits et de la violence.
Répondre

Jennifer

posté le 18.03.2008
cela ne me choque pas vu ke je suis également suicidaire depuis l'âge de 14 ans...et impossible de m'en défaire. car le sang libère mes colères...
Répondre

lyly du lycée de friville

posté le 16.05.2008
jai moi meme etais suicidaire!cela ma passer quand je me ss mieu sentis ds ma peau,jai donc fais le neccessaire pour men debarasser car moi ossi me faire mal me soulager!quelque chose doit te faire souffrir dans ta vie separ toi s-en!
Répondre


feelys

posté le 27.05.2008
moi du haut de mes 17 ans ce que je peux dire c'est que le suicide n'est pas un choix de vie c'est un etat d'âme.depuis 3 ans deja j'aide des gens en position sociale difficile par le bié d'une association créer par deux amis et moi meme.Nous avons eu a faire a plusieurs personne qui penser que le suicide etait la meilleur solution pour sortir de leur probleme.mais ce n'est pas le cas.si on aider ces gens d'avance je pense que sa irai beaucoup pour eux....en tout cas merci a la personne qui a aborder ce sujet ^^
Répondre

idis

posté le 31.05.2008
moi comme maman je suis desamparèr car mon fils de 18 ans est a malevo car il a essayer de metre fin a tout ses pobleme par le suicide quoi faire aide moi svp.
Répondre

Vlad

posté le 03.06.2008
Un de mes apprentis s'est suicidé en septembre 2007. Il avait appelé un de ses amis à passer chez lui et a attendu que ce dernier arrive pour se tirer une balle dans la tête. Il voulait que cet ami le retrouve mort. Il y a donc certainement une volonté de fortement choquer son entourage, une manière de dire aux autres qu'ils n'ont pas été là quand on avait besoin d'eux. C'est peut-être dû à l'égoïsme des rapports humains dans notre société. Trop souvent on s'entend dire: "tu sais, c'est pas mon problème, c'est le tien, tu es grand, résous-le tout seul, comme un adulte". Mais être adulte, n'est-ce pas aussi savoir écouter et faire preuve de compassion? Est-ce que dans ce pays on ne refuse pas trop souvent d'écouter les problèmes des autres car on a peur qu'ils ne déteignent sur nous? Ce n'est pas si dur de prendre sur soi les malheurs des autres car quand ça nous touche pas, ça passe aussi beaucoup plus vite.
Répondre

Educh.ch

posté le 04.06.2008
je pense que l'association le graap www.graap.ch est vraiment une excellente ressource de soutien pour les familles et les parents. Internet est un bon moyen d'échange, entre autre par exemple sur les forum modéré des associations. Pour soutenir quelqu'un il faut avant tout vérifier et s'occuper de son propre équilibre personnel c'est fondamental. Bonne semaine
Répondre

Educh.ch

posté le 05.06.2008
Oui je vous invite à ne pas hésiter à contacter l'équipe du site www.graap.ch ils ont des groupes de parents et de soutien. il est essentiel de ne pas rester seul et isoler dans ce type de problème. Les échanges et le partage avec d'autre parent est fondamental. bonne journée
Répondre


Educh.ch

posté le 05.06.2008
Oui je vous invite à ne pas hésiter à contacter l'équipe du site www.graap.ch ils ont des groupes de parents et de soutien. il est essentiel de ne pas rester seul et isoler dans ce type de problème. Les échanges et le partage avec d'autre parent est fondamental. bonne journée
Répondre

Jean

posté le 28.09.2008
Je ne comprends pas le sens du terme : "Le sang libère mes colères" Qui peut m'expliquer ?
Répondre

Celia

posté le 01.12.2008
Bonjour, Je m'appelle Celia et je suis en troisième année de gymnase à Morges. Pour mon diplôme je dois rentre un travail interdisciplinaire personnel (TIP) et j'ai choisi le sujet "Le suicide chez les adolescents". J'aurais besoin de témoignages de personnes ayant traversé ça. Je ne sais pas si vous vous sentez prête pour en parler... Vous pourrez évidemment témoigner anonymement. En tout cas je vous laisse mes coordonées et j'attend de vos nouvelles. Vous pouvez m'envoyer un mail à l'adresse suivante : celia.araya@hotmail.com
Répondre

Océane

posté le 01.01.2009
boujour je suis une adolescente de 16 ans j ai essycer beaucoup fois de me tuer depuis 8ans... je peux pas vivre comme sa ac des promblemes et des crire de viol et je suis une violence aussi aidez Moi STP
Répondre

estelle

posté le 21.03.2009
sérieu moi jai essayé plu d une dizaine de fois je suis tomber une fois dans le coma je narive tjrs pa a m en sortir ché plu kan ma vi s arétera jai besoin d aide mé ché pa qui
Répondre

mathys alexandra

posté le 26.05.2009
salut océane ? c'est la première fois que je vais sur ce site et ton message me glace le sang , impossible de ne pas y répondre .. J'imagine que ta rage est due à un viol qd tu mentionnes 8 ans et que tu parles de cris de viol ..?? il est possible que je me trompe , mais si tu connais la source de ta blessure , j' èspère que tu as l'occasion d'en parler , si tu as envie de répondre à ce mot je te donne mon adresse e-mail : alexandramathys@skynet;be , si tu en as envie , si tu as envie de t'exprimer . Voilà , c'est un peu imperssonnel mais c'est sincère .porte toi bien d'ici là !!
Répondre

mathys alexandra

posté le 26.05.2009
je te réponds comme je viens de répondre à océane , je trouve vos cris de désespoir hallucinants , mais franchement courageux , je ne sais pas si je pourrais t'aider mais si veux en parler tu peux me contacter sur ma boîte e-mail, alexandramathys@skynet;be , et ne te suicide plus entre temps de grâce !!! je suis tombée sur ce forum par hasard , je ne pensais pas du tout répondre à qui que ce soit , mais impossible d'être indifférente à ce que tu as écrit , voilà je te tends la main .je vais faire à manger pour ma
Répondre

alexandra mathys

posté le 26.05.2009
désolée , je ne sais pas pourquoi ce texte est parti ss que je fasse quoi que ce soit , bon je disais que maintenant je vais faire à manger pour ma fille qui est en examens , je suis maman , si tu veux discuter ,voilà !Bonne soirée à toi !!
Répondre

Yves

posté le 06.07.2009
Bonjour Idis, L'adolescence pour une fille ou un garçon, et tu t'en rappelle sans doutes, est le passage le plus difficile de la vie, et bien plus que celui de la vieillesse puisque les changement physiques, psychologiques et sociologiques sont reconnus comme les plus violent dans la vie d'un être. Tant de changements interviennent durant cette pédiode. Le corps change,et les médias nous dises bien des mensonges à travers des images ou des idéaux iréalistes qui ne nous aide pas à grandir, à murir. c'est aussi la période de la vie ou l'on est poussé à trouver notre place dans la société à devoir prendre son envole avec tous les risques et l'inconnu que cela comporte, et de plus en plus de jeunes comme de moins jeunes ne trouve pas ou plus leur place. c'est aussi la période la plus conflictuelle avec la famille, le moment de la vie ou l'on s'aperçoit que la sécurité totale de la famille, que l'on croyait incassable quand on était enfant, semble se brise mille morceaux. C'est la prise de conscience souvent douloureuse du monde qui nous entoure. c'est aussi le moment de la vie ou tout ce que l'on ressent (amour, haine, douleur, peurs, envie, etc...) se ressent de manière extrêmement forte et violente. Il suffit d'avoir le sentiment de ne rien valoir, de n'avoir aucune importance, d'être un poids pour les autres, d'être nul pour la société, sa famille, ses copains ou encore ses amours, pour qu'une bulle noire se dessine autour de soi. C'est le début d'une spirale auto-destructrice, spirale de désespoir qui ne voit plus que du noir partout ou presque. C'est souvent le début d'une fuite qui commence par l'alcool, la fumette, de la violence qui se retourne contre soi-même ou contre les autres et qui fini par empêcher de voir la plus petite lumière d espoir.... Ce que je peux te dire c'est que le suicide ou l'envie de suicide est un pur cris de désespoir et de cris de S.O.S. Tu peux aider ton fils par ton empathie (ta compréhension sans critique sans jugement), par une écoute active, c'est à dire écouter vraiment sans donner ton avis, sans juger, juste accueillir ses mots, ses cris, ses larmes à lui. Lui dire que tu l'aimes et que tu es là et qu'il y a toujours de l'espoir et cet espoir tu peux sans doute l'aider à le trouver. Si il l'accepte, il peut aussi avoir l'aide d'un coach ou d'un grand frère. Le système psychiatrique de Gravelone est bon mais c'est un centre protégé hors du terrain de la vie réelle mais en collaboration avec un coach de terrain supervisé par son psy, un grand-frère qui fera le lien, cela pourra redonner de la lumière à ton fiston, et ses valises pleines de détresses pourront s'alléger et ainsi il pourra commencer à redevenir le créateur de sa vie de son avenir, de ses solutions et de ses envies et reprendre confiance en lui et en la société.... Il est aussi nécessaire que tu prennes soins de toi.
Répondre

alice

posté le 13.07.2009
j ai 16 ans je suis pas suicide la vie sos la solutions et é aimes homme et famme rependre cofiance a la société sans juger juste cirs sans psychitique ime handicapés c a t handicaps psy sons fou écoute protége toi
Répondre

Anie

posté le 13.09.2009
c'est magnifique de pouvoir s'exprimer sur ce site, moi aussi j'en ai assez de cette vie et je voudrais en finir, je ne donne plus aucun sens a cette vie, ni trouve une raison pour laquelle je dois etre la?je chercher les moyens de suicides et voila que je suis tombee sur ce site??
Répondre

Pierrette

posté le 18.09.2009
bravo pour avoir eu le courage de décrire ta souffrance. Je t'en supplie, ne te suicide pas.Si tu es venue sur ce forum c'est que tu cherches de l'aide et que ta vie malgré ton désespoir a encore un sens.Tu es précieuse pour quelqu'un j'en suis certaine.Tu viens d'écrire, alors maintenant fais le pas suivant, demande de l'aide à quelqu'un en qui tu as confiance qui saura j'espère te guider vers des professionnels qui seront là pour toi.Tu peux composer le numéro 022 382 42 42 tu y trouveras certainement de l'aide ou alors un numéro d'urgence pour les jeunes en détresse le 147. S'il te plaît, demande de l'aide. Je suis maman d'une ado de 16 ans qui a voulu se suicider dernièrement et qui souffre terriblement des conséquences de ce qu'elle a fait.
Répondre

Barbara

posté le 06.10.2009
Bonjour.J'ai 16ans, cela fait pas mal de temps maintenant que le suicide me fait cogiter...Ce n'est pas rare au contraire, et je n'ai pas besoin de grand chose pour que cette idée me vienne.Bien sur au dernier moment je pense à ceux que j'aime, à mon égoisme si je fais le mauvais geste et finalement cela me sauve mais le mal être n 'est jamais bien loin... Ma mère est fragile donc j'évite de lui exposer mes souffrances par peur de l'inquiéter ou même par peur qu'elle les ressente à son tour...Alors je me tais constament et je fais semblant...Faire semblant est un fardeau lourd à porter et au final on s'épuise. Voilà une des raisons qui m'ont poussé à me mettre une corde au coup.Je suis seule dans mon mal être donc je meurs à petit feu de 'linterieur.Et puis j'ai tellement la rage contre moi même...Je me deteste et suis certaine que peu de gens pourraient me comprendre alors à quoi bon? Mon témoignage est celui d'une gosse pas bien dans sa peau mais qui ne le montre pas.J'ai mal mais je fais semblant.Je suis à demi morte à demi vivante...Morte car c'est ma vérité, vivante car c'est la leur...
Répondre

$$$$$$$$$$$$$$

posté le 13.12.2009
c est normal que notre pays a autan de sucide avec sec billions de brassement d argen ,les bonus de certain con nous en a coi 2000 de plus a noel ses tous , en peut pa dire que la suisse est normal.en suisse et con en voi nos facture, tous les jeune 18 sauf fils son tous au poursuite faudrai augmenter a fon les paie/ en direr con cherche a suprimer les pauvre pour nous remplacer par des gens riche
Répondre

yves - Médiateur / grand-frère

posté le 14.12.2009
Bonjour tous, Depuis quelques mois, et particulièrement en ces fêtes de fin d'années, il y a une écatombe de suicide en Valais et certainement partout ailleurs en suisse romande. Toi qui te sent si mal, qui ne voit plus aucun intérêt à cette vie, qui souffre à l'intérieur, qui te sent seul et totalement incompris(e), donnes toi la chance d'en parler avec quelqu'un qui est passé par là, qui s'en est sortit et qui t'écoutera sans jamais te juger. C'est vrai, on est tout seul toujours à souffrir, à en baver, mais dès que t'es deux ou plus ça devient vraiment plus facile parce que si tu as un grand-frère ou une grande soeur qui n'est pas de ta famille mais qui sait par ou tu passes et qui a les compétence pour t'aider sur le terrain, il ou elle pourra t'aider à te sortir de là quelque soient les problèmes. Alors si ton tunnel n'a plus de sortie et que t'as plus le courage de creuser, laisse un ou une autre finir de creuser jusqu'à la lumière et ne reste plus jamais seul(e) à essyer de faire péter des problèmes. Yves, Yanick, Jamal, Isabelle, Laury vous souhaitent de belles fête
Répondre

arnies

posté le 16.12.2009
salut barbara,j'étais en ECJS quand je suis tombé sur ton méssage qui nous a fait beaucoup réfléchir moi et mes amis.Si tu as besoin d'un soutien moral nous pouvons peut etre t'aider a te sentir mieux voici l'adresse msn de l'un de nous trois.blackdragoon94@hotmail.fr. Courage pour t'en sortir
Répondre

Lania

posté le 08.02.2010
Actuellement j'ai telement de problème dans ma vie, niveau travaille cela fait un mois que je bosse plus, niveau famille jamais rien n'a été et mes amis je les perd les un après les autre parce que je fais un petit déprime. Ce soir après m'être engueuler avec mes parents ou j'ai encore failli me prend un coup par mon père. Je me suis enfermée dans ma chambre et j'ai avalé tout mes médicaments que j'avais mais cela n'a rien fait. Maitenant ça va un peu mieux je me suis calmer. Mais je veux me faire aider parce que je sais que c'est pas la première fois et que cela ne serra pas la dernière.
Répondre

cat

posté le 16.02.2010
Bonjour moi j'aimerai quelqu'un qui me comprenne qui vive la meme chose que moi pour qu'on rentre en contact, peut etre creer une amitié. Pour qu'on puisse se parler de nos problemes et qu'on aille mieux car moi je ne vais vraiment pas bien. Voila merci
Répondre

yves

posté le 07.03.2010
Bonjour cat, il faudrait que tu puisses en dire un peu plus si tu veux avoir un peu d'aide. tu peux me répondre directement sur grandfrere@grandfrere.ch prends soins de toi Yves
Répondre

Sophie

posté le 27.03.2010
Bonjour à tous, Je suis aux études au gymnase de Bienne et je fais un travail de maturité sur le mal-être chez les jeunes qui mènent au suicide. Je cherche des gens qui ont passé par-là qui seraient d'accord de témoigner. Si des gens seraient d'accord, ils me seraient d'une grande aide. Je vous laisse mon adresse e-mail : sprunger.sophie@bluewin.ch Sophie
Répondre

Sophie

posté le 27.03.2010
Bonjour à tous, Je fais des études dans un gymnase et je dois faire un travail sur le mal-être des jeunes qui mènent justement au suicide. Je recherche des personnes qui ont passé par-là pour témoigner, ils me seraient d'une grande aide. Voici mon adresse : sprunger.sophie@bluewin.ch Sophie
Répondre

Kathleen

posté le 05.04.2010
bonjours je m'appelle Kathleen.je suis en classe de 1ère et j'ai un TPE a fair et j'ai choisit comme sujet "le suicide chez les adolescent". et j'aurais aimer fair une partie témoignage d'ado que pense a se suicider ou qui on fait des tentative. ne prener surtout pas mal ma demande. si vous préférer écriver
Répondre

Cécile

posté le 28.03.2012
Bonjour Yves, Je suis infirmière depuis 15 ans et je suis interéssée par une formation pour travailler avec les jeunes...Le forum sur les adolescents et leur mal être m'interpelle;comment as tu fais pour arriver à être spécialiste en conflits et violence? Ton parcours m'intéresse, peux tu m'en dire plus? Merci d'avance.
Répondre

Orange 84

posté le 19.04.2012
comment avance cette problématique du suicide en Suisse romande et plus particulièrement à Genève ?
Répondre

Messages similaires

Messages par odre chronologique

Derniers sujets

Dernières réponses

Forums