Le cerveau de l'autiste fonctionne différemment

Partager : facebook
Le cerveau de l

Le cerveau de l'autiste fonctionne différemment

Le cerveau de l'autiste fonctionne différemment


 

21 Avril 2007 - Il serait faux de prétendre qu'une personne "souffre" d'autisme. L'autiste ne souffre pas. Son cerveau fonctionne différemment.

C'est ce qu'a précisé à La Voix Michèle Larue, psychoéducatrice au point de service sorelois du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle Montérégie-Est (CRDI).

L'autiste fait partie de ce qu'on appelle les troubles envahissants du comportement (TED). Un autiste a des problèmes à traiter l'information rapidement, il a de la difficulté à fixer son attention, à établir un contact oculaire, il résiste aux caresses, et comprend difficilement les règles "non dites" de la politesse et des émotions.

Mais il ne faudrait pas croire que l'autiste est une personne inintelligente, au contraire. J'ai des clients qui sont beaucoup plus intelligents que moi ! précise Mme Larue. Selon elle, plusieurs d'entre eux sont capables de poursuivre leurs études de façon régulière, il y en a qui sont des premiers de classe, et certains ont même remporté des trophées Méritas à leur école. Et ce n'était pas charité, mais bien grâce à leurs notes, a-t-elle spécifié.

L'autiste a surtout des problèmes de communication avec les gens qui l'entourent. Il a besoin d'aide pour développer ses habiletés sociales.

En fait, l'autiste ne décode pas les informations qu'il reçoit de la même façon que les autres. C'est un peu comme si l'autiste conduisait une automobile manuelle, alors que nous conduisons une automatique, explique Mme Larue. Quand nous conduisons, nous enregistrons inconsciemment une série d'informations sur ce qui nous entoure. On fait des choses de façon automatique, sans se forcer. Mais l'autiste, lui, doit traiter chaque information une à une, et la classer dans son cerveau. Il ne peut pas traiter deux informations à la fois. C'est très difficile pour lui, et ça devient aussi très épuisant. L'abstraction est pour l'autiste un concept difficile. Par contre, il développe souvent une mémoire phénoménale et conserve chaque information acquise jusqu'à la fin de sa vie, a expliqué Mme Larue. Un autiste peut, par exemple, te dire ce qu'il a fait le 22 juillet 2004 en après-midi sans se tromper, et ce, même si c'est pour dire qu'il est allé s'acheter un cornet de crème glacée !

Une particularité des autistes est qu'il y a presque toujours un de leur sens qui ne fonctionne pas ou, au contraire, qui fonctionne trop.

Par exemple, un autiste qui a une audition très développée peut devenir exacerbé par chaque son qu'il entend de façon distincte. Par exemple dans une classe : le professeur qui parle, la personne qui tousse, les pas d'une personne dans le corridor, les enfants dans la cour d'école, le chauffage, le tic-tac d'une horloge, etc. Cela devient intolérable pour lui, soutient Mme Larue.

Même chose pour la vision. Les couleurs vives d'une garderie peuvent leur "brûler" les yeux.

Quant au toucher, le simple fait d'effleurer le bras d'un autiste avec les doigts peut être très douloureux pour lui.

Par ailleurs, la façon de décoder les messages par un autiste est très différentes du monde en général, car il prend tout au pied de la lettre. Si un parent dit à son enfant autiste de vider son assiette, ce dernier va avoir le réflexe de faire exactement ce qui lui est demandé et de vider son assiette... par terre, tout en sachant qu'il va se faire chicaner. Il faut donc faire très attention à ce qu'on lui dit et comment on lui dit, car il ne comprend pas le double sens, ni le 2e degré. Il faut donc éviter des expressions populaires telles que "donner sa langue au chat" ou "il pleut des clous" !

Selon Mme Larue, l'autiste est aussi incapable de mentir. Il n'en comprend pas l'utilité. Ça peut poser quelques problèmes, lors qu'il dit à son professeur que sa cravate est laide !!! a-t-elle donné en exemple.

Mais Mme Larue estime qu'il y a même des bons côtés à "être TED". C'est une personne fidèle qui possède une loyauté absolue envers quelqu'un. Il est donc digne de confiance. Il n'a aucun préjugé envers qui que ce soit. Il n'est ni raciste, ni sexiste, à moins que cela leur soit appris. Ils sont passionnés, et leur façon d'appréhender la réalité est basée sur une logique. En fait, les autistes pensent bien souvent que c'est nous qui sommes compliqués, avec notre façon de mentir ou de donner des doubles ou triples sens à ce qu'on dit !

On pense également souvent que l'autiste n'a pas d'émotion ou pas d'empathie, ce qui est faux, selon Mme Larue. En fait, chaque information qu'il a appris, il pense que les autres la connaissent. Encore là, c'est une question de décodage. Pour un autiste, "pleurer de joie" constitue une contradiction.

Mais peu à peu, on comprend en effet de plus en plus l'autisme, car des autistes eux-mêmes ont réussi à expliquer ce qu'ils ressentaient. Il y a même des autistes qui donnent des formations.

À Sorel-Tracy, les services offerts par le CRDI sont considérés comme avant-gardistes, assure Mme Larue. Il existe notamment une classe spécialisée à l'école Saint-Gabriel-Lalemant où le même programme qu'au régulier est enseigné, mais adapté selon le rythme des enfants.

Nous favorisons l'intégration sociale le plus possible. Dans d'autres régions, la "voie de garage est souvent prise plus rapidement qu'ici.

Chose préoccupante, le nombre d'autistes augmente de façon sensible depuis quelques années. Nous avons une liste d'attente de près de deux ans. Partout au Québec, il y a une explosion de cas, et on ne connaît pas encore la raison. Ici, nous avons mis sur pied un groupe de parents pour ceux qui sont sur la liste d'attente, afin de leur offrir des soirées d'information.

La clientèle change également, estime-t-elle. Auparavant, 75% des autistes étaient aussi déficients intellectuels, alors que c'est l'inverse aujourd'hui.

Pour les parents, c'est un choc d'apprendre un tel diagnostic, admet Mme Larue. Ils ont en tête l'image de l'acteur Dustin Hoffman dans le film Rainman, fait-elle remarquer.

Mais nous avons vraiment des beaux jeunes, conclut-elle. Il suffit seulement de trouver le bon "mode d'emploi".

Signalons enfin qu'avril a été consacré "mois de l'autisme". En Montérégie, on estime à plus de 2 000 le nombre de personnes atteintes d'un TED, selon l'Association régionale autisme et TED-Montérégie.

Partager l'article : Le cerveau de l'autiste fonctionne différemment

Partager : facebook

Poster un commentaire

Commentaires

NANI dit l'article reflète vraiment l'autiste mais bien avt sa prise en charge par car mon fils est autiste il avait certains de ces signe mais aujourd'hui il me fait un calin qd je lui demande et me sert plus fort si je lui demande rigole qd on fait une blague genre bois ton lait alors que son verre est vide ,fait des grimaces à sa ptite soeur dont il est jaloux et qui ne lui fesait ni chaud ni froid avant c'est comme si elle n'éxistait pas et commence à dire quelque mots mais trés peu ;il arrive meme à jouer à cache cache avec sa soeur .La question que je me pose quand pourrai_je le mettre dans une crèche pour enfants normaux car il a 4ans .Si un spécialiste ou une personne qui a vécue cette éxpérience lie mon commentaire veiilez me répondre svp car on a beaucoup travailler avec lui depuis qu'il presque 2ans et le temps est trés important chez les autistes chaque jour est important .MERCI DE ME REPONDRE Oui merci de poser la question sur question ici c'est la place pour un commentaires merci Entièrement d'accord avec vous merci

1
Répondre

Pati dit Très bon commentaire! Je reconnais mon fils.

0
Répondre