L'horloge de la parentalité - The parenthood Clock ( parenting clock)

f
L

L'horloge de la parentalité - The parenthood Clock ( parenting clock)

ESREA 2014 Life History and Biographic Research network
Pierre-Alain lüthi doctorant Université de Genève

 

How I Become PARENT:  A Clock of parenthood Articulation between the course and the story of parenting?

Our communication will focus on the articulation and comparison of data produced by the biographical narrative of a parent with indicators from the description of his life course. Beyond autobiography, we articulate the specific events reported by the parent throught the kinetic analysis and historical indicators of the life course. The voice of parents is often overlooked in research and writings about parenthood, which convinced us to use the theoretical and methodological framework of biographical research in adult learning to explore the story of parents and emerging parenthood. The first step in our path analysis has led us to observe the omnipresence in the discourse of parents of a standard chronology that seems to impose certain constraints on the narrative of parenthood. Our analysis leads us gradually beyond the usual pattern of social destandardization, to understand parenting biography as recorded in a matrix of constraints and powerful markers that we have called here the standard ordeal of parenthood. We seek in this paper to make more intelligible and to verify the relationship between individual experiences or specific events of the parent and what we have called the standard ordeal. Indeed, the discourse of parents often seems to be inspired or to echo the discourse of professionals and it is seem to be ultimately a game of translation and mediation between parents’ discourse and professionals’ discourse that we have discovered in our analysis of paths of parenting. The Professional Discourse and Actors take up a lot of space in the stories of parenthood in our study. Our communication aims  to present some aspects related to these findings and that we find challenging.

Comment JE deviens PARENT:  L’ Horloge de la parentalité ou l’articulation entre le parcours et le récit de parentalité?

Notre communication portera sur l’articulation et la comparaison des données produites par le récit biographique d’un parent avec les indicateurs issus de la description de son parcours de vie. Au-delà de l’autobiographie, nous articulons les épreuves spécifiques du parent signalées par l’analyse cinétique et les indicateurs chronologiques de son parcours de vie. Le discours des parents est souvent négligé dans les travaux et écrits autour de la parentalité, ce qui nous a conduit à faire appel au cadre théorique et méthodologique des recherches biographiques en formation des adultes afin de faire émerger le récit des parents sur la parentalité. La première étape de notre parcours d’analyse nous a amené à observer l’omniprésence dans le discours des parents d’une chronologie standard qui semble contraindre le récit de parentalité. L’analyse du récit de nombreux parents nous conduit progressivement et au-delà du schéma habituel de la déstandardisation sociale, à lire la biographie parentale comme inscrite dans une matrice de contraintes et de repères très forts que nous avons nommés les épreuves standard du parcours de parentalité. Nous cherchons dans cette communication à rendre plus intelligible et à vérifier l’articulation entre les expériences individuelles ou épreuves spécifiques du parent et ce que nous avons nommé les épreuves standard. En effet, les discours des parents semblent s’inspirer ou faire écho aux discours des professionnels et c’est finalement à un jeu de traduction et de médiation des discours des parents et des discours des professionnels que nous conduit l’analyse des récits parentaux. Les discours et les professionnels en tant qu’actants prennent beaucoup de place dans les récits de parentalité de notre étude. Notre communication aura pour objet de présenter certains aspects en lien avec ces constatations, qui nous interrogent.

Mots Clés: Parentalité, Biographie, Parcours de vie, Formation des adultes.

 

Keywords : parenting, biography, life course, adult education .

La parentalité: Un objet de recherche

 

Notre projet de recherche «Comment JE deviens parent?» a émergé en 2009  du croisement  de la conception d’un projet de soutien et d’accompagnement de la parentalité[1] au sens de Giuliani (2013), et du séminaire de recherche : Histoires de vie et processus de formation des adultes conduit par Jean-Michel Baudouin à l’université de Genève. Cette recherche mobilise le récit biographique en vue d’éclairer le parcours subjectif du parent. Dans la dernière revue internationale d’éducation familiale consacrée à la parentalité tout au long de la vie, les auteurs mobilisent la notion de processus de parentalisation (Robin, Fontaine, 2013). Ce néologisme semble valider le fait que la parentalité peut être décrite par les professionnels comme processus standardisé. Aujourd’hui, en pédagogie familiale, le soutien à la parentalité est majoritairement compris comme le soutien au développement de compétences parentales qui répondent aux besoins de l’enfant. La parentalité est constituée premièrement de compétences relationnelles. Elle est déterminée, pour la plupart des experts du domaine, par la qualité de la relation parent-enfant. Le développement des compétences relationnelles du parent est la finalité de dispositifs de formation de parents tels que les décrivent plusieurs auteurs (Sellenet, 2007; Martin, 2003; Lamboy, 2009 ; Serbati & Milani, 2013). Les compétences parentales sont comprises de manière synchronique comme la capacité d’un parent à répondre au défi relationnel posé par les besoins d’un enfant durant les phases de son développement physique et psychique (Milani, P. 2013), cette réponse parentale est inscrite dans un éco-système (Bronfenbrenner, 1979).

En complément de cette lecture synchronique de la parentalité, on trouve la notion de processus de parentalisation (Robin, Fontaine, 2013). On cherche à lire la parentalité comme une fonction sociale traversant la vie de l’adulte parent (Robin, Fontaine, 2013). Dans le petit monde du soutien à la parentalité, si les psychologues et les intervenants sociaux s’accordent plus ou moins sur la référence au bien de l’enfant comme critère de qualification des dispositifs (Catarsi & Pourtois, 2011 ; Milani, 2013 ), la définition de ce critère demeure multiple. La conception des dispositifs de soutien ou de formation des parents est influencée directement par la manière dont est décrypté ou décrit le «bien de l’enfant » ou la façon dont est interprété le développement de l’enfant. La parentalité est évaluée à partir des réponses que le parent peut offrir aux besoins de l’enfant. Cette lecture de la parentalité peut être plus particulièrement influencée par une discipline spécifique, qu’elle soit juridique, médicale, sociale ou psychologique. Une illustration de cette évolution et parfois de ses paradoxes est le développement ces dernières années de la garde alternée. La garde alternée est un des challenges majeurs de la parentalité contemporaine et devient, si elle est mal vécue, un non-sens pédagogique. Pourtant, elle répond aux critères de qualité psychologique de l’attachement ou aux termes législatifs modernes d’autorité parentale conjointe.  De plus, les besoins de l’enfant changent tout au long de sa croissance. Le parent est donc amené à faire évoluer sa réponse afin que celle-ci soit en adéquation avec les besoins actualisés de l’enfant. Cette idée d’évolution des besoins de l’enfant suivant des âges typiques est loin d’être nouvelle puisqu’elle correspond à l’esprit des critiques pédagogiques de Rousseau dans Émile (Rousseau, 1762/2009). Celui-ci condamne déjà des pratiques pédagogiques qui ne prendraient pas en compte le développement chronologique de la nature et des besoins de l’enfant, ceux-ci s’inscrivant selon Rousseau dans un déroulement d’étapes distinctes (Thomas, Michel, 1994).

Les auteurs s’accordent sur l’implantation de la notion de parentalité et de sa diffusion à une large échelle dans les milieux professionnels francophones de l’enfance et de la famille à la fin des années 90 (Fablet, 2010; Houzel, 1999; Sellenet, 2007). Le terme de parentalité dérive de l’adjectif parental et est apparu pour traduire le concept anglais «parenthood» utilisé par Thérèse Benedek (1959), puis pour désigner le processus de développement psychoaffectif de l’adulte parent (Martin, 2003). La souplesse sémantique de ce terme est un de ses atouts, car elle permet bien des usages tels que «monoparentalité», «grand parentalité», «coparentalité», «homoparentalité» et accompagne ainsi la description des mutations de la famille ordinaire. L’émergence du terme parentalité est donc indissociable de l’évolution contemporaine de la structure familiale et du statut de l’enfant dans nos sociétés. La parentalité est aussi utilisée pour subsumer l’ensemble des compétences et des responsabilités parentales. La définition des compétences et responsabilités parentales est l’objet de multiples controverses entre les différents experts de l’intervention auprès des familles. Une tentative de synthèse de ces diverses interprétations a été réalisée au travers des déclinaisons de la parentalité décrites dans le rapport Houzel (1999). Rédigé par un groupe de travail composé de professionnels des différents champs d’expertise de la famille, ce rapport a décliné les multiples interprétations qui s’appuient sur des champs d’expertise professionnelle distincts. Cet imposant entrecroisement d’expertises professionnelles sur la parentalité rend d’autant plus importante notre capacité à entendre le discours subjectif du parent sur la parentalité. Les connaissances s’additionnent sur la parentalité et peuvent conduire à un glissement de l’objet parentalité à l’objet parent. L’enjeu de notre démarche est d’introduire une rupture avec cette tendance en vue d’éviter autant que faire se peut la réification du parent au statut d’objet de recherche et de favoriser, par le choix des recherches biographiques, l’émergence d’un sujet adulte qui s’exprime sur son parcours de parentalisation: «On ne naît pas parent, on le devient».

L’adulte parent: Un sujet en recherche

 

Les parents de notre enquête se définissent comme des équilibristes, des enquêteurs ou même des jongleurs qui doivent trouver un juste équilibre entre parentalité, conjugalité, socialité et professionnalité. Les parents nous décrivent la parentalité comme un défi pour l’adulte, ils doivent non seulement répondre aux besoins quotidiens de l’enfant, mais aussi à sa croissance et à son développement tant corporel que psychique. Aujourd’hui, les pères autant que les mères sont soumis à de fortes pressions et attentes sociales dans ce domaine. Ce qui était adéquat avec tel enfant à tel moment ne l’est plus quelques mois plus tard. Les réponses parentales doivent pouvoir évoluer, changer, s’adapter dans des circonstances qui sont régulièrement bouleversées par la croissance de l’enfant, ses conditions de socialisation et les attentes de l’environnement social et familial dans lequel s’inscrit la dyade parent-enfant. En effet, cette dyade parent-enfant s’inscrit dans un système bien plus complexe, triade éducative avec le conjoint,  fratrie pour le système familial, réseaux sociaux proximal et distal du parent (Bronfenberger, 1979). Ce système évolue et les besoins de l’enfant (Milani, 2013) changent continuellement. Cela impose aux pratiques éducatives parentales une adaptation constante (Serbati , Milani, 2013; Abignente, 2004; Bradley, M.-F., & Pauzé, R. 2008). Tel parent qui s’est senti à l’aise durant la petite enfance se voit complètement dépassé par l’adolescence ou l’inverse.

En pédagogie et plus spécifiquement lors de recherches en formation des adultes, un défi majeur est d’éviter de réifier l’adulte apprenant et de le réduire au simple statut d’objet d’étude (Carré, P. 2006). Pour éviter ce travers épistémologique, nous faisons appel aux méthodes de recherche biographique en pédagogie adulte pour éclaircir l’expérience vécue d’un sujet. Nous sommes conscients que la parentalité est un processus identitaire essentiel de l’adulte contemporain (Robin, Fontaine, 2013). Nous mobilisons le concept d’épreuve issu de nombreux travaux de notre groupe de recherche Mimésis et Formation (Baudouin, 2010; Pita, 2013 ; Martuccelli, 2006). Nous déclinons ce concept d’épreuve sous deux formes. L’épreuve standard décrit le parcours de parentalité dans une chronologie factuelle générique. Cette généralisation est liée aux conditions objectives et spécifiques des étapes de développement de l’enfant qui imposent des défis standards aux parents et que les parents de notre panel nous ont cités de manière générale. Deuxièmement, nous mobilisons le concept d’épreuve spécifique qui relève de l’analyse sémiotique du récit de parentalité. Cela nous amène à étudier le récit de parentalité comme organisé ou structuré autour d’épreuves individuelles relevant de contraintes et de tensions génériques et spécifiques s’imposant au vécu subjectif de la parentalité. les récits de parents révélent dans leurs descriptions la mise en résonnance entre des épreuves individuelles spécifiques et des épreuves standard au niveau social.  Par les références théoriques et méthodologiques inspirées de la sémiotique du récit biographique (Beaudouin 2010, Pita 2013), nous analysons la production de sens par le parent sur la parentalité, de quelle manière le parent sujet décrit, analyse, explicite, rend cohérent son récit de parent en vue de donner sens à son expérience de la parentalité. Nous abordons alors la parentalité comme un processus d’apprentissage expérientiel au cours de la vie. Dans ce sens, la pédagogie adulte est fondée à s’intéresser au processus d’apprentissage de l’adulte à la fonction de parent. Nous ne cherchons pas l’étude de la parentalité en tant que savoir expert et réifié, nous étudions la parentalité comme une suite d’apprentissages expérientiels situés dans un contexte géographique et social (Serbati & Milani, 2013 ; Formenti, 2000 et 2012). Les récits de parentalité  de notre panel sont constitués d’expériences qui mettent en lumière des situations, des scènes et des réseaux d’acteurs. Les parents ordonnent, opposent, et font jouer dans leurs récits les actants dans des déroulements cohérents qui rendent leurs expériences compréhensibles pour l’auditeur. Nous montons en généralité en additionnant dans notre étude les récits de parentalité. Notre conception de la parentalité a évolué dans notre parcours de recherche du statut d’un savoir saisissable, réifiable à un phénomène inscrit dans le temps (déroulement chronologique), dans l’espace (scène d’influence) et dans un réseau de dynamiques relationnelles (réseau soi-autrui du parent) et identitaires (relation soi-soi du parent). Nous ne cherchons donc pas à ajouter une expertise professionnelle de plus sur le savoir parent mais bien à mieux comprendre ce qu’est le vécu du parent dans le flux des contraintes, des épreuves standard et des obligations générées par la parentalité et l’évolution continuelle de l’enfant.

Chronologie individuelle: Articulations du Parcours et du Récit de parentalité.

 

Les données et indicateurs du parcours factuel de parentalité

 

Le dernier numéro 2013 de la revue internationale de l’éducation familiale (Robin, M., & Fontaine, A.-M. 2013) a pour titre «  La parentalité tout au long de la vie». L’article d’introduction de cette revue souligne l’importance de regarder la construction de l’identité parentale comme un processus psychologique qui s’inscrit dans une succession d’étapes individuelles et subjectives. Les auteurs font référence à une double entrée psychologique (psychologie de la vie entière/life span theory) et sociologique, celle des parcours de vie (life course theory). Le concept clé retenu est celui de transition (réaménagement de l’individu face aux événements et situations de son parcours de vie). Ces transitions sont observées comme des événements significatifs qui constituent des points tournants de la trajectoire parentale. Ces étapes dans le parcours de vie parentale prennent le sens d’adaptation fonctionnelle à une situation nouvelle dans le milieu ou le réseau de relations à autrui (Boucher, 2011). Les auteurs mentionnent que certaines de ces étapes sont particulièrement liées à l’âge et impactent le processus de construction identitaire individuel des parents (2013, p12).

La notion de transition est très utilisée à l’heure actuelle par différentes disciplines des sciences humaines et sociales pour conceptualiser les réaménagements de l’individu face aux différents événements ou situations de son parcours de vie. Dans cette perspective, le changement et la croissance sont déterminés par l’occurrence d’événements significatifs qui constituent des points tournants de la trajectoire. Ces étapes dans le parcours de vie prennent le sens d’une adaptation fonctionnelle à  une nouvelle situation intervenant dans le milieu du sujet et/ou dans ses relations à autrui. Processus d’adaptation au changement, la notion de transition contribue également au processus de construction identitaire en suscitant chez la personne de nouvelles conduites, de nouveaux projets plus ou moins conscients, accompagnés souvent par une réorientation des buts personnels et des valeurs. Appliquée à la parentalité tout au long de la vie, la notion de transition renvoie donc à celle de passage entre deux états censés être relativement plus stables, au cours duquel se redéfinissent le fonctionnement individuel et les rapports au sein de la famille. Certaines de ces transitions sont clairement liées à des changements de statut liés à l’âge (entrée dans la parentalité, départ des enfants du foyer parental, accès à la grand parentalité). Leur prévisibilité permet de les anticiper et de relativement maîtriser ces transformations faisant partie du déroulement attendu de la trajectoire de vie.

Les auteurs, qui retiennent la perspective du cycle vital familial, considèrent que les vies des parents et des enfants sont liées et leurs étapes s’influencent réciproquement (idem, p.63 ; Legoff & Sapin, 2009). En 2012, lors de la réalisation de nos entretiens biographiques, nous avons complétés ceux-ci  par un questionnaire sur le parcours de vie du parent sur la période de parentalité. Nous avons ensuite réalisé un tableau synoptique qui nous permet d’articuler et de comparer les données du parcours de vie du parent, que nous avons appelé parcours de parentalité, au récit de parentalité, qui est constitué par le récit autobiographique du parent de la période durant laquelle il a été parent. La comparaison parcours et récit permet de relever ce qui est de l’ordre des épreuves standard, des faits, des événements, des transitions en regard des épreuves spécifiques du récit de parentalité.

Les données et indicateurs du récit autobiographique de parentalité

 

L’analyse des processus sémiotiques d’un récit et la mobilisation de l’économie cinétique (Beaudouin 2010) pour analyser les récits autobiographiques sont les instruments habituels de notre groupe de recherche Mimésis et Formation. En complément, nous avons voulu prendre en considération le parcours de parentalité, c’est-à-dire, autant que faire se peut, les faits objectivables du parcours de vie du parent à partir du moment où il est devenu parent. Ce parcours de parentalité est déterminé définitivement par l’âge de l’enfant dont le parent a la responsabilité, car c’est l’âge de l’enfant qui marque les étapes du développement de celui-ci et donc les exigences standard liées au développement de l’enfant. Nous avons décidé, dans notre cadre d’analyse, de comparer récit de parentalité et parcours de parentalité.

L’Économie cinétique du récit de parentalité

Pour créer l’économie cinétique du récit de parentalité, nous avons décompté le nombre de mots (ou de secondes) mobilisés par la parent pour s’exprimer sur une période d’une année et nous avons inscrit le résultat dans l’année correspondante. Cela nous permet d’obtenir un graphique qui révèle les accélérations ou les arrêts que réalise le parent sur telle ou telle période de son parcours. Nous considérons à la suite de Baudouin et Pita que la décélération signe dans le récit biographique l’émergence d’une épreuve clé, c’est-à-dire d’une expérience importante du récit de parentalité sur laquelle notre intérêt va se porter. Le tableau nous permet alors de tirer une correspondance sur la période factuelle (parcours de parentalité) durant laquelle le parent s’est arrêté plus spécifiquement sur une expérience qui éclaire son récit. L’épreuve clé s’inscrit donc par notre tableau dans une épreuve standard de la parentalité, dans un environnement, à un âge chronologique et devient ainsi par le fait de notre mise en page comme inscrite dans un environnement temporel et social.

Les Épreuves clés du parent itératives ou singulatives

Finalement, nous distinguons des épreuves clés de type singulatif, c’est-à-dire qui marquent une étape très précise dans un parcours, et des épreuves itératives plus discrètes, qui ne marquent pas directement le récit en matière de vitesse mais signalent pourtant des mini-scènes de la vie quotidienne dont la répétition augmente l’importance (les couchers de l’enfant, les repas). Quand le parent parle de son expérience parentale, il souligne souvent la répétitivité d’un événement comme facteur aggravant parce qu’il conduit à un sentiment d’impuissance: «J’en ai marre de répéter dix fois la même chose…» ; «C’est chaque soir la même histoire…». Nous avons donc souligné qu’il existait des épisodes ou épreuves répétitifs ou itératifs clés qui s’inscrivaient dans la répétition de ces scènes quotidiennes. Quand nous comparons les données issues du parcours de parentalité de Sylvie et l’économie cinétique de son récit de parentalité, nous pouvons rapidement observer un parallélisme entre les faits du parcours de vie et les décélérations du récit. C’est bien l’addition des changements, les tournants ou transitions majeurs que vit Sylvie qui trouvent leur correspondance dans le récit de parentalité. Et on peut d’ailleurs observer un lien très fort entre les événements du parcours de vie de Sylvie (professionnel, conjugal et d’habitation) et la manière donc s’écrit sa biographie de parent.



[1] Histoires de PARENTS, Fondation Jeunesse et Familles VD (CH), www.fjfnet.ch/histoires-de-parents

 

Les Épreuves standard du parcours de parentalité

 

L’analyse de l’articulation des données du parcours de parentalité et des récits de parentalité nous a conduit progressivement à relever une structure chronologique forte du récit de parentalité. Nous avons choisi pour l’instant de décrire cette contrainte sous le terme d’épreuves standard telles que nous les déclinons. dans le tableau ci-dessous. Si la première spécificité de notre recherche est de donner la priorité au discours parental, la deuxième est de porter un regard diachronique sur la parentalité. En effet, nous pourrions étudier le discours de parent sur la base d’une logique synchronique de type thématique (l’apprentissage, l’hygiène, l’autorité, etc.), topologique (le rapport espace public vs espace domestique ou privé) ou éco-systémique (le rapport Parent - Ecole - Société). Nous avons fait le choix méthodologique d’une recherche biographique et donc d’une lecture chronologique en proposant aux parents de nous présenter le déroulement temporel de leur parcours et de leurs expériences de parent. Très rapidement, en écoutant les récits de parentalité et en articulant ceux-ci aux indicateurs du parcours de parentalité, nous avons pu voir émerger en filigrane des décors, des scénarios, des motifs qui organisent la toile de fond du récit parental. Ce décor dans lequel se déploie le récit de parentalité s’inscrit dans une matrice qui, comme les structures de base que l’on offre aux abeilles pour construire leurs alvéoles, semble initier une structure au récit parental de notre panel. Pour rendre compte de cette structure chronologique, nous avons été amené à distinguer 5 grandes périodes ou épreuves standard dont l’indicateur principal est l’âge de l’enfant. L’âge de l’enfant détermine et définit les étapes sociales (scolarisation, majorité), biologiques (naissance, puberté), psychologiques (adolescence, individualisation) de l’enfant.

Les Épreuves standards de la parentalité

Enjeux pour le parent

Etapes pour l’enfant

Cadre social et juridique

 

Conception

-1 à 0

Reconnaître -  Choisir et Donner la vie

La santé de l’enfant

Être et Naitre 0 ans

Vivre

Diagnostic

Echographie

Etat civil (prénom)

Autorisation

0 - 3 ans

Etre l’autorité parentale Poser les repères

Petite enfance 0 - 3 ans

S’adapter - apprendre

Autorité parentale

Entrée en scolarité

Scolarisation

4 - 10/12 ans

Soutenir la socialisation et la scolarisation  L’enfance

Scolarité

L’enfance 3 - 9 ans

Intégrer l’école

Autorité parentale

Scolarité obligatoire

Individualisation

10/12 - 16 ans

Favoriser l’individualisation

Apprendre à négocier les choix avec l’adolescent

Communiquer avec l’adolescent

Effet Pygmalion

Puberté

Adonaissance - Adolescence

Choix identitaire et professionnel

 9 - 16 ans

Obtenir sa majorité

Autorité parentale

Scolarité obligatoire

Emancipation

16 - 18 ans

Lâcher prise

Apprentissage - Etudes

Adunaissance

Devenir indépendant

sur le plan du logement, des finances et le plan affectif

Majorité sociale

25 ans, fin des obligations parentales de soutien à la formation

Bien que ce soit souvent le cas, la chronologie des étapes standard de la parentalité ne décrit pas un déroulement standard du vécu de la parentalité mais l’évolution des contraintes imposées à un adulte parent par l’âge de l’enfant dont il a la responsabilité. Nous ne défendons donc pas l’idée d’une succession standard d’épreuves. Par contre, nous relevons la présence d’épreuves standard, de cadres de contraintes types dans lesquels s’inscrit le récit parental. En effet, un adulte beau-parent membre d’une famille recomposée peut être amené par un effet d’alliance à vivre l’épreuve de la scolarisation chez l’enfant de son conjoint et à décrire ainsi une épreuve spécifique inscrite dans cette épreuve standard. Le parent nous relate un entretien difficile avec une enseignante durant lequel il s’est trouvé pris à partie et s’est senti très impliqué sur le plan identitaire, avant de vivre lui-même l’épreuve standard de la conception de son propre enfant. Par épreuves standard, nous entendons donc un cadre de contraintes, de défis posés à l’adulte parent en lien direct avec l’enfant, son développement biologique, psychologique et l’inscription sociale et culturelle de ce processus dans le vécu de parentalité.

Une horloge de la parentalité

 

L’âge de l’enfant est le cœur dynamique du récit de parentalité dans notre étude. Cette dynamique comme une horloge astronomique[1] organise l’environnement matériel et culturel de la parentalité. L’âge de l’enfant fait progresser le rouage biologique, le rouage scolaire, le rouage juridique, le rouage médical. C’est donc bien à la métaphore d’une horloge de la parentalité que nous pourrions faire appel dans notre étude chronologique. Les horloges astronomiques font apparaître une scène, des personnages, des époques en suivant la position des rouages. Cette horloge de la parentalité organisée par l’age de l’enfant, définit  pour les parents de notre recherche des épreuves ou des scènes standard auxquelles le parent est soumis et qui déterminent fortement le récit individuel. Ces épreuves peuvent aussi être lues comme autant d’examens qu’il s’agit de franchir, des épreuves standard qui s’imposent aux parents de par le simple écoulement du temps. Nous avons tenté dans le tableau ci-dessous de mettre en concordance l’âge de l’enfant et différents marqueurs sociaux, juridiques, scolaires, sociologiques et psychologiques qui organisent cette chronologie. Souvent, les auteurs cités dans ce tableau chronologique se prémunissent d’une lecture trop standardisée du déroulement des étapes qu’ils décrivent dans leurs ouvrages et désirent maintenir un certain flou quant à une définition trop fixe des âges de l’enfant. Nous sommes aussi conscients que ces chronologies ne définissent pas un déroulement unique des expériences de la parentalité sachant que, pour certains parents, par les situations d’adoption, de famille recomposée, ou toute autre circonstance particulière, une théorie des stades ne résiste pas à la critique systémique (Formenti, 2000). Le concept d’épreuves standard de la parentalité nous permet de comprendre la parentalité comme déterminée par le développement de l’enfant. Il ne s’agit pas de décrire un déroulement chronologique standard mais plutôt de mettre en lumière des enjeux, des décors, des épreuves génériques des récits de parentalité. Ces épreuves standard correspondent à des étapes qui dépassent le discours du parent ou même celui des experts. Ces étapes décrivent simplement le développement humain bébé - petit enfant - enfant - adolescent - adulte. Toutes les cultures et toutes les sciences de l’enfance construisent spontanément des références culturelles pour lire le développement de l’enfant en les liant à des attitudes, des rites de passage, des défis et des actions éducatives normatives selon les stades de ce développement. Cette chronologie standardisée est bien le fait d’une culture du développement physique et psychique de l’être humain (Abignente, 2004). Il est d’ailleurs intéressant de voir que l’objet d’étude peut alors être l’individu enfant, le groupe famille, le contexte de socialisation ou l’évolution législative encadrant la prise en charge de l’enfant.

L’analyse des récits de parentalité et des indicateurs du parcours de parentalité de notre panel nous amène progressivement à voir émerger une sorte de résonnance entre le discours parental et le discours professionnel. Les parents se nourrissent et en appellent souvent au discours professionnel pour constituer leur expertise de parent. Dans les récits de notre étude, l’interaction entre les demandes de conseil, d’éclairage, de traduction des comportements de l’enfant et le discours des professionnels est marquant. Le parent en recherche d’équilibre trouve son centre de gravité en faisant appel aux repères et indicateurs médicaux, culturels et sociaux de son environnement. Nous pouvons donc voir dans notre tableau un simple descriptif de différents langages auxquels le parent fait appel pour constituer son expertise de parent.

 

Quelle origine de ce concept d’épreuves standard dans cette recherche?

 

Bien que très séduisante, cette manière de lire le récit autobiographique  nous interroge. Quelle est l’origine réelle de ces concepts d’épreuves standard et spécifiques de la parentalité dans ma recherche? Quel biais pourrait me faire mobiliser un concept étranger au discours parental? Est-ce un effet d’optique lié à mon statut de praticien qui simplement marquerait mon analyse? Est-ce une illusion ou un biais méthodologique produit par le caractère chronologique du croisement d’un récit et d’un parcours de parentalité dans notre canevas d’entretien? C’est possible et il nous est aujourd’hui difficile de départager un phénomène inscrit dans une démarche où nous souffrons comme chercheur de moult travers dus à notre implication quotidienne dans les dispositifs de soutien parentaux. Pourtant, malgré cette réserve, nous conserverons pour l’instant à l’esprit l’hypothèse que ces épreuves standard de la parentalité sont au contraire la manifestation d’une interaction incessante du discours parental et du discours des professionnels structurée par l’âge de l’enfant. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus lire le discours parental comme distinct du discours des professionnels. L’analyse de notre panel révèle trop souvent l’influence des savoirs savants qui parasitent ou enrichissent continuellement la manière de penser des parents. Que le parent rejette cet envahissement ou s’en accommode, c’est dans les champs lexicaux mobilisés que nous avons relevé l’impact des professionnels sur le discours parental. Que les termes employés soient juridiques, médicaux, psychologiques, leur mobilisation par les parents pour parler de la parentalité montre à quel point celle-ci est devenue le champ du croisement entre les savoirs savants et l’expérience quotidienne parentale. Aimé ou haï, le professionnel est un des actants majeurs du récit de parentalité et son rôle est souvent crucial dans le déroulement des épreuves clés. Nous continuerons à analyser les récits parentaux de notre recherche en mobilisant cette matrice chronologique dans le but d’organiser la présentation de notre analyse des entretiens.

 

Bibliographie

 

Abignente, G. (2004). Les racines et les ailes: ressources, tâches et embûches de la famille. Bruxelles: De Boeck.

Baudouin, J.-M. (2010). De l’épreuve autobiographique: contribution des histoires de vie à la problématique des genres de texte et de l’herméneutique de l’action. Bern [etc.]: P. Lang.

Baudouin, J.-M. (s. d.). Recherche biographique en formation des adultes et déstandardisation des parcours de vie: bifurcation, transition et développement de l’agentivité — AREF 2010.
Consulté 12 août 2011, de https://plone2.unige.ch/aref2010/communications-orales/

Benedek, T. (1959). Benedek, T. (1959). Parenthood as a developmental phase — A contribution to the libid... J. Amer. Psychoanal. Assn., 7:389-417. Journal of the American Psychoanalytic Association, p. 389-417.

Boucher, M. (2011). Gouverner les familles: les classes populaires à l’épreuve de la parentalité. Recherche et transformation sociale. Paris: L’Harmattan.

Bradley, M.-F., & Pauzé, R. (2008). Cycle de vie familiale, échec dans la résolution des tâches développementales et apparition de l’anorexie à l’adolescence. Thérapie Familiale, Vol. 29(3), 335‑353. doi:10.3917/tf.083.0335

Bronfenbrenner, U. (1979). Ecology of Human Development: Experiments by Nature and Design (New edition.). Harvard University Press.

Carré, P. (2006). L’apprenance: vers un nouveau rapport au savoir. Psycho sup. Psychologie sociale. Paris: Dunod.

Catarsi, E., & Pourtois, J-P. (2011). Les Formations et les recherches en éducation familiale: état des lieux en Europe et au Québec. Savoir et formation. Série Education familiale. Paris: L’Harmattan.

Formenti, L. (2000). Pedagogia della famiglia. Milano: Guerini studio.

Formenti, L.  (2012). RE-inventare la famiglia guida teorico-pratica per i professionisti dell’educazione (Apogeo.). Milano.

Gaulejac, V. de (2007). L’histoire en héritage: roman familial et trajectoire sociale. Paris: Desclée de Brouwer.

Giuliani, F. E. (2013). Accompagner: le travail social face à la précarité durable. PUR, Rennes.

Glevarec, H. (2010). La culture de la chambre: préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial. Paris: Ministère de la Culture et de la Communication.

Houzel, D. (1999). Les enjeux de la parentalité. Paris: Erès.

Lamboy, B. (2009). Soutenir la parentalité: pourquoi et comment? Devenir, 21(1), 31. doi:10.3917/dev.091.0031

Legoff, J.-M., Levy, R., Sapin, M., & Camenisch, M. (2009). Devenir parent: changer de vie? In Oris et al. Sapin, M. (2007) Transitions dans les parcours de vie et construction des inégalités (PPUR.). Lausanne: Dir.

Luethi, P.-A. (s. d.). Parentalité et recherche biographique. La Parole des parents à l’épreuve des interprétations disciplinaires | Archive ouverte UNIGE. Consulté à l’adresse http://archive-ouverte.unige.ch/unige:31358

Martin, C. (2003). La parentalité en questions — perspectives sociologiques. Centre Documentaire: Réseau Enfance. Consulté de http://documentation.reseau-enfance.com/spip.php?article268

Martuccelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve: l’individu dans la France contemporaine. Paris: A. Colin.

Merucci, Margherita. (s. d.). Etre père d’enfant handicapé: une réflexion sur la fonction paternelle. Consulté 21 décembre 2013, à l’adresse http://mhsrvweb.medhyg.ch/revues/r_article.php4?article_id=99930154

Milani, Paola. De quel soutien les parents ont-ils besoin pour que l’enfant grandisse? Présenté à la journée thématique Fédération Formations des parents, Lausanne. Consulté 15 novembre 2013, à l’adresse http://www.formation-des-parents.ch/fileadmin/user_upload/Francais/PDF/Actualit%C3%A9s/PP_Milani_151113_01.pdf

Pita, J. (2010). Histoires de vie en formation et recherches biographiques en éducation – Formes contemporaines des parcours de vie et dynamiques du «sujet».
Consulté à l’adresse http://fapsesrvnt2.unige.ch/Fapse/mimesis.nsf/

Pita Castro, J. C. (2013). Devenir artiste, une enquête biographique. Paris: L’Harmattan.

Robin, M., & Fontaine, A.-M. (2013). La parentalité tout au long de la vie. Paris: L’Harmattan.

Rousseau, J.-J., & Charrak, A. (2009). Émile, ou, De l’éducation.

Sellenet, C. (2007). La parentalité décryptée: pertinence et dérives d’un concept. Paris: L’Harmattan.

Serbati, S., & Milani, P. (2013). La tutela dei bambini: teorie e strumenti di intervento con le famiglie vulnerabili. Roma: Carocci.

Singly, F. de  (2010). Comment aider l’enfant à devenir lui-même? Fayard/Pluriel.

Singly, Francois de (2007). Les adonaissants. Hachette.

Singly, François de (2010). Sociologie de la famille contemporaine: Domaines et approches (4e édition). Paris: Armand Colin.

Stassen, K. B., Bureau, S., Godin, F., Paquet, F., Tousignant, S., Boulard, A., & Born, M. (2012). Psychologie du développement. Bruxelles: De Boeck.

Thomas, R. M., Michel, Claudine, & Landsheere, G. de. (1994). Théories du développement de l’enfant: études comparatives. Bruxelles: De Boeck Université.panel



[1] Horloge de Dasypodius à Strasbourg

Partager l'article : L'horloge de la parentalité - The parenthood Clock ( parenting clock)

f