Pour les Superviseurs  les informations sont les suivantes.

Profession: Superviseur

Niveau: DAS - MAS

Durée:   2 et demi - 3 ans / de 6000 - à  12000.- 

Conditions d'entrée en formation: dépend du diplôme : voir les liens des écoles ci-joints:

Ecoles:   

CEFOC (HETS)

HEP Bejune   (Berne Jura Neuchâtel)

Association:    ARS  (Association romande des superviseurs)

association suisse romande de supervision pastorale

Fiche d'orientation:  Fiche de description

Vous trouverez toutes les informations sur la profession de superviseur et la supervision professionnelle à l'adresse http://www.superviseurs.ch/index.html , bonne visite autrement du site Educh.ch, si vous avez une question n'hésitez pas.

Les formations offertes par Bejune : http://www.hep-bejune.ch/formations/formations-hep-bejune

Voir aussi le CAS de Superviseur dans les équipes et institutions

http://www.ies-geneve.ch/Cefoc/PresentationSession.php?to=1.2.7&coursId=11&Back=catalogue

La supervision est un acte de formation de base ou continue, composé concrètement d’une série d’entretiens entre un professionnel (la supervisée ou le supervisé) et un autre professionnel spécialement formé à cet effet (la superviseuse ou le superviseur). Les entretiens peuvent se faire individuellement ou en groupe restreint. Le processus de supervision, qui fait l’objet d’un contrat, comprend en général 20 entretiens de 90 minutes ou 30 entretiens de 60 minutes, répartis régulièrement sur une période déterminée.

Découvrez aussi l'espace supervision de Eric Stern Superviseur Suisse romande en Education

Voici un formulaire pour vous faciliter la vie, vous pouvez en effet posez vos questions en ligne et si vous laissez votre adresse email je vous répondrais directement.


La formation de superviseuses et superviseurs

Dossier d’information

 


 

DAS - Superviseur-e-s dans le domaine de l’action sociale & psychosociale
 
40 ECTS
 
 
Formation en cours


Ce cours postgrade HES-SO prépare à l’exercice d’une fonction de superviseur-e.
La formation vise l’acquisition de connaissances et de compétences pour réaliser
des supervisions individuelles et en petits groupes, à la demande d’étudiant-e-s
ou de professionnel-le-s. La formation est destinée aux professionnel-le-s du travail
social, aux ergothérapeutes, aux thérapeutes en psychomotricité et aux éducateurs et éducatrices du secteur de la Petite Enfance.

 
 
Objectifs & Contenus
  • Construire et conceptualiser la pratique de la supervision
  • Acquérir par l’expérience concrète des compétences à :
    • définir un contrat de supervision
    • conduire et conclure un processus de supervision
    • assumer sa fonction et ses rôles de superviseur-e
  • Identifier les filiations, les concepts ou cadres référentiels aidant le-la superviseur-e dans sa tâche et dans la lecture de la réalité professionnelle
  • Repérer sa fonction, ses effets, son déroulement dans le temps, les divers outils à utiliser, et les aspects éthiques de l’acte de superviser
  • Différencier les types de supervisions des autres modes d’accompagnement professionnel
  • Construire progressivement son style de superviseur-e.

Module A: construction identitaire et questionnement sur les pratiques professionnelles.
Module B: analyse de situations professionnelles et début de la pratique de la supervision individuelle.
Module C: pratique de la supervision individuelle.
Module D: de la supervision individuelle à la supervision en groupe.


 

 
 
Intervenant-e(-s):     
Jecker Thomas
Kolly Ottiger Isabelle
Monnier Sylvie
Tissot Sylvie
Tschopp Françoise
Date(s): Renseignements pour la prochaine formation: février 2008
Durée: 50 jours sur deux ans et demi (400 heures). La formation en cours se termine en février 2008.

Responsable du programme au cefoc : Sylvie Monnier

Supervision

La formation de superviseuses et superviseurs

 

Dossier d’information

 

Définition de la supervision

(Source: Association Romande des Superviseurs)

Un acte de formation

La supervision est un acte de formation de base ou continue, composé concrètement d’une série d’entretiens entre un professionnel (la supervisée ou le supervisé) et un autre professionnel spécialement formé à cet effet (la superviseuse ou le superviseur). Les entretiens peuvent se faire individuellement ou en groupe restreint. Le processus de supervision, qui fait l’objet d’un contrat, comprend en général 20 entretiens de 90 minutes ou 30 entretiens de 60 minutes, répartis régulièrement sur une période déterminée.

Les entretiens

Les entretiens portent sur des situations concrètes et actuelles de la vie professionnelle, vécues par la supervisée ou le supervisé. Ces situations sont tirées du champ professionnel. La vie privée de la supervisée ou du supervisé n’est pas l'objet de la supervision. La confidentialité est garantie.

Un processus

La supervision est une réflexion approfondie sur le vécu professionnel. Cette réflexion est plus qu’une analyse intellectuelle, elle est un effort de compréhension de la personne totale, intégrant les aspects cognitif, relationnel et émotionnel. Elle n’est pas une forme de thérapie. Elle est une confrontation personnelle de la supervisée ou du supervisé à son propre rôle professionnel.

Une finalité

L’objectif premier de la supervision ne consiste pas à résoudre des problèmes ni à donner des conseils. La supervisée ou le supervisé est accompagné-e dans une démarche qui vise à mieux comprendre et à améliorer son propre fonctionnement professionnel à tous les niveaux, en acquérant une plus grande lucidité sur l’ensemble des aspects personnels et institutionnels de son action professionnelle. Le but final de la supervision est, pour la supervisée ou le supervisé, une meilleure autonomie professionnelle.

Une déontologie

Les superviseuses et superviseurs s'engagent :

  • à préserver la confidentialité du processus ;
  • à se donner des moyens d’évaluation et de contrôle par rapport à leurs supervisions, notamment dans le cadre d'un groupe de référence

 

Caractéristiques et objectifs de la formation

Il s’agit d’une formation complémentaire qui prépare des enseignantes et enseignants, des éducatrices et éducateurs, des travailleuses et travailleurs sociaux à exercer une fonction de supervision auprès d'étudiantes et étudiants ou de professionnelles et de professionnels, au sens de la définition donnée plus haut.

La formation vise notamment à développer des compétences

  • personnelles :  
    • se connaître soi-même, être capable d’écoute et d’évolution ;
  • relationnelles :  
    • être capable de percevoir des situations relationnelles complexes et d’agir dans ces situations ;
  • professionnelles :  
    • être capable de progresser dans sa profession, en lien avec ses pratiques et en fonction de l'évolution des sciences humaines ; – être capable d’élargir sa compréhension du contexte institutionnel et social.
    • Etre capable de formaliser des réflexions (mise en relation théorie-pratique) dans le cadre d'une recherche liée aux problématiques rencontrées ou étudiées lors de la formation en supervision.

 

Contenus de la formation

La méthodologie utilisée vise à l’intégration forte et simultanée des quatre domaines de formation.

I - Pratique de la supervision

Chaque superviseuse et superviseur en formation assure la conduite de trois supervisions en principe de 40 périodes chacune. La première supervision doit être individuelle.

II - Intégration théorie-pratique

Sous la responsabilité d'une formatrice ou d’un formateur, chaque étudiant-e participe à “un groupe de référence” pendant lequel elle-il construit son savoir-faire et sa méthodologie en liant théorie et pratique.

En fin de première année, une formalisation de la pratique sous forme écrite est exigée. En fin de seconde année, une réflexion sur un aspect théorique ou méthodologique lié à la supervision est demandée par écrit.

III - Théorie

Contenus théoriques spécifiques à la supervision (contrat, cadre, processus, ....) Ouvertures à différents courants psychologiques et pédagogiques d’aide, d’explicitation, dynamique des groupes, ...)

Espace relationnel entre superviseuse ou superviseur et supervisé-e-s, notamment communication verbale et non-verbale, Techniques d’entretien et d’animation des groupes (entretien aspects affectifs et émotionnels, ...)

Formation à la recherche dans le domaine de la supervision

IV - Mémoire professionnel

Lectures

Rédaction et soutenance du mémoire professionnel

Déroulement et durée

La formation se déroule sur 3 ans

 

    1ère année 2e année  3e année  Total 
Domaine 1  

Pratique de la supervision

  
 40 périodes


40 périodes


40 périodes


120 périodes

Domaine 2

Groupe de référence

Formalisation de la pratique

  

80 périodes

40 heures

  

80 périodes

40 heures

  

80 périodes

10 heures

    

240 périodes

90 heures

Domaine 3

Théorie

 100 périodes

  76 périodes

64 périodes

 240 périodes

Domaine 4

Aspects théoriques

Lectures

Rédaction et soutenance du mémoire

16 périodes

20 heures

  28 périodes

20 heures

  

16 périodes

20 heures

90 heures

    

60 périodes

60 heures

90 heures

 


Évaluation et validation de la formation

Une évaluation formative permanente a lieu durant la formation.

Au terme de chaque année, une validation formelle intervient. Elle portera sur la présence et l'atteinte des objectifs de la formation notamment la validation des travaux (acquisition des crédits ECTS).

La certification intervient à la fin de la 3ème année par la validation de chaque année de formation, par l'acceptation du mémoire professionnel, par la validation de la soutenance du mémoire.

 

Conditions d'admission à la formation

(Règlement concernant les critères d'admission R.16.8.2, art. 5 et 6).

Les personnes titulaires d'un diplôme d'enseignement, d'éducation spécialisée ou de travail social sont admissibles en vue de l'obtention d'un certificat de superviseuses ou superviseurs (une demande de reconnaissance de la formation complémentaire à la supervision auprès de la CDIP est en cours; cette formation pourrait déboucher sur un "Master of Advanced Studies HEP-BEJUNE in supervision).

Les personnes titulaires d'un titre reconnu équivalent par le Comité de direction sont admissibles.

Les candidates et candidats doivent pouvoir justifier d'une expérience pédagogique, éducative ou de travail social d'au moins 5 ans et d'une formation continue.

Les candidates et candidats doivent assumer une activité dans les domaines de l'enseignement, de l'éducation spécialisée ou du travail social.

Les candidates et candidats doivent avoir vécu, comme supervisée ou supervisé, une supervision professionnelle, individuelle, de 40 périodes attestée par une superviseuse ou un superviseur certifié(e) ou reconnu(e), et réalisée dans les 5 dernières années.

Les candidates et candidats doivent prendre l'engagement de principe de fonctionner comme superviseuse ou superviseur au terme de la formation et de participer à un groupe de référence.

Les candidates et candidats doivent avoir obtenu l'accord de leur employeur.

Les candidates et candidats participent à un entretien sélectif.

 

Procédure d'admission

L'admission se fera sur la base du dossier de candidature, et d'un entretien individuel. Le dossier doit être demandé à la plate-forme 3: formation continue, ou consulté sur le site.

 

Modalités d'inscription

Délai d'inscription: au 31 mai 2006 (Les candidats s'inscrivent au moyen du bulletin reçu sur demande).

La formation ne s'organise qu'à partir de 10 candidats. Le nombre de participants est fixé à un maximum de 14.

 

Finances

(Règlement concernant la formation de superviseuses et superviseurs, R.16.8.1 art. 12, 13 et 14) Il est perçu une taxe auprès des participantes et participants (en principe 7'000.- pour les 3 ans).

Le montant des écolages dus par les cantons ou par les participantes et participants des cantons non signataires du concordat est fixé conformément à l'article 40 du concordat HEP-BEJUNE.

Les autres frais tels que déplacements et subsistance, matériel et moyens d'enseignement, sont assumés par les participantes et participants.

Les participantes et participants ne perçoivent aucune indemnité pour les supervisions effectuées dans le cadre de leur formation.

 

Début de la formation

Août 2006

 

Lieux de la formation

Bienne ou La Chaux-de-Fonds

Demande des dossiers d'information et de candidature :

HEP-BEJUNE - Formation continue
Rue du 1er-Août 33
2300 La Chaux-de-Fonds
Tél 032 886 99 31/37
Josiane.Greub@hep-bejune.ch
www.hep-bejune.ch

Définition de la supervision

(Source : Association Romande des Superviseurs)

 

Un acte de formation

La supervision est un acte de formation de base ou continue, composé concrètement d’une série d’entretiens entre un professionnel (la supervisée ou le supervisé) et un autre professionnel spécialement formé à cet effet (la superviseuse ou le superviseur). Les entretiens peuvent se faire individuellement ou en groupe restreint. Le processus de supervision, qui fait l’objet d’un contrat, comprend en général 20 entretiens de 90 minutes ou 30 entretiens de 60 minutes, répartis régulièrement sur une période déterminée.

Les entretiens

Les entretiens portent sur des situations concrètes et actuelles de la vie professionnelle, vécues par la supervisée ou le supervisé. Ces situations sont tirées du champ professionnel. La vie privée de la supervisée ou du supervisé n’est pas l'objet de la supervision. La confidentialité est garantie.

Un processus

La supervision est une réflexion approfondie sur le vécu professionnel. Cette réflexion est plus qu’une analyse intellectuelle, elle est un effort de compréhension de la personne totale, intégrant les aspects cognitif, relationnel et émotionnel. Elle n’est pas une forme de thérapie. Elle est une confrontation personnelle de la supervisée ou du supervisé à son propre rôle professionnel.

Une finalité

L’objectif premier de la supervision ne consiste pas à résoudre des problèmes ni à donner des conseils. La supervisée ou le supervisé est accompagné-e dans une démarche qui vise à mieux comprendre et à améliorer son propre fonctionnement professionnel à tous les niveaux, en acquérant une plus grande lucidité sur l’ensemble des aspects personnels et institutionnels de son action professionnelle. Le but final de la supervision est, pour la supervisée ou le supervisé, une meilleure autonomie professionnelle.

Une déontologie

Les superviseuses et superviseurs s'engagent  :

  • à préserver la confidentialité du processus  ;
  • à se donner des moyens d’évaluation et de contrôle par rapport à leurs supervisions, notamment dans le cadre d'un groupe de référence.
ARTICLES ET LIENS DU SITE EDUCH.CH PAR CATEGORIESAdolescence Ados coaching
Anorexie, Boulimie, Thérapie
Autisme Parents Enfants
Bourse Aide financière
Burnout Stress et dépression
Cfc et Cap Social-Santé
Coaching Atelier et Formation
Coaching communication médiatrice
Coaching famille et violence
Coaching Soutien Scolaire
Cohérence cardiaque et coaching
Concours Social Prépa Formation
Conflits Parents-Enfants
Contes, Conteurs et Conteuses
Débats
Devenir Coach Formation en ligne
Dyslexie dyslexique
Echec, Jeux, Hobby
Education Coaching et Formation
Education petite enfance
Education spécialisée Formation
Emploi Travail domaine social
Entreprise-indépendant-social
Ethique Charte déontologie et intervention
Formation à distance en ligne
Formation aide vétérinaire
Formation animateur social
Formation Anthroposophe Steiner
Formation Art Thérapie
Formation assistant social
Formation Continue Adulte
Formation Education
Formation Formateur Adulte
Formation Médicale Santé
Formation professionnelle Enseignant
Formation psychologue psychologie
Formation Sociale au Québec
Formation Sociale en Belgique
 
Formation Sociale en Belgique
Formation Sociale en France
Formation Sociale en Suisse
Handicap éducation spécialisée
Handicap Enfants handicapés
Humour, blague, gag
Hyperactivité Hyperactif Ritaline
Hypnose, hypnotique, transe
Information Site Educh.ch
Information Travail social
Informations Institutions Sociales
Infos Educh.ch divers
Internet, Informatique et Education
Israel judaisme kibbutz
Lectures ouvrages
Massage Shiatsu Osthéopathie
Méthodes Educatives Pédagogie
Obésité Régime Diététique
Offres d'emploi CV Coaching
Organisations Non Gouvernementales
Orientation professionnelle et professionnel
Planning et éducation familiale
Prévention Dépendance, toxicomanie, alcoolisme, etc...
Prévention risque suicide
Professions sociales
Protection de l'enfance
Psychiatrie Schizophrénie dépression
Psychothérapie Thérapie comportementale
Relations parents enfants
Spiritualité, sens de la vie
Stages Stagiaire Emploi
Techniques Formation Education
Thérapie, Thérapeute, Psychothérapie
Troubles du sommeil insomnie
Université Masters Bachelor
Validation d'acquis professionnel
Violence et famille
Zoothérapie Formation et Thérapie

 

Caractéristiques et objectifs de la formation

Il s’agit d’une formation complémentaire qui prépare des enseignantes et enseignants à exercer une fonction de supervision auprès d'étudiantes et étudiants ou de professionnelles et de professionnels, au sens de la définition donnée plus haut.

 

La formation vise notamment à développer des compétences

personnelles :

  • se connaître soi-même et être capable d’écoute et d’évolution ;

relationnelles :

  • être capable de percevoir des situations relationnelles complexes et d’agir dans ces situations  ;

professionnelles :

  • être capable de progresser dans sa profession, en lien avec sa pratique de l’enseignement et en fonction de l'évolution des sciences humaines ;
  • être capable d’élargir sa compréhension du contexte institutionnel et social.

Contenus de la formation

La méthodologie utilisée vise à l’intégration forte et simultanée des quatre axes de formation décrits ci-dessous.

AXE I    Pratique de la supervision (120 périodes)

Chaque superviseuse et superviseur en formation assure la conduite de trois supervisions en principe de 40 périodes chacune. La première supervision doit être individuelle.

AXE II   Intégration théorie-pratique (240 périodes)

Sous la responsabilité d'une formatrice ou d’un formateur, chaque étudiant-e participe à « un groupe de référence » pendant lequel elle-il construit son savoir-faire et sa méthodologie en liant théorie et pratique.

AXE III  Théorie (184 périodes)

  • Contenus théoriques spécifiques à la supervision (contrat, cadre, processus, ....)
  • Ouvertures à différents courants psychologiques et pédagogiques
  • Techniques d’entretien et d’animation des groupes (entretien d’aide, d’explicitation, dynamique des groupes, ...)
  • Espace relationnel entre superviseuse ou superviseur et supervisé-e-s, notamment communication verbale et non-verbale, aspects affectifs et émotionnels, ...
     

 

AXE IV  Travaux personnels (116 périodes)

Lectures

Travaux écrits :

  • au terme de la première année, compte-rendu et réflexions sur la première supervision  ;
  • au terme de la seconde année, réflexions sur un aspect méthodologique.

 

Déroulement et durée de la formation

La formation se déroule sur 3 ans.

 

 

PERIODES

  1ère année

2ème année

3ème année

Total

Supervision – axe I

40

40

40

120

Groupe de référence – axe II

80

80

80

240

Cours théoriques – axe III

84

56

44

184

Travail personnel - axe IV

  

  

  

116

 

Evaluation et validation de la formation

Une évaluation formative permanente a lieu durant la formation.

Au terme de chaque année, une validation formelle intervient. Elle porte sur les objectifs et contenus de la formation.


 

 

Conditions d'admission à la formation

(Règlement concernant les critères d'admission R.16.8.2, art. 5 et 6)

Les personnes titulaires d'un diplôme d'enseignement, d'éducation spécialisée ou de travail social sont admissibles en vue de l'obtention du certificat de superviseuses ou superviseurs.

Les personnes titulaires d'un titre reconnu équivalent par le Comité de direction sont admissibles.

Les candidates et candidats doivent pouvoir justifier d'une expérience pédagogique, éducative ou de travail social d'au moins 5 ans et d'une formation continue.

Les candidates et candidats doivent assumer une activité dans les domaines de l'enseignement, de l'éducation spécialisée ou du travail social.

Les candidates et candidats doivent avoir vécu, comme supervisée ou supervisé, une supervision professionnelle, individuelle, de 30 périodes au moins attestée par une superviseuse ou un superviseur certifié(e) ou reconnu(e), et réalisée dans les 5 dernières années.

Les candidates et candidats doivent prendre l'engagement de principe de fonctionner comme superviseuse ou superviseur au terme de la formation et de participer à un groupe de référence.

Les candidates et candidats doivent avoir obtenu l'accord de leur employeur.

Les candidates et candidats participent à un entretien sélectif avec des membres de la commission.

Procédure d'admission

L'admission se fait sur la base du dossier de candidature, et d'un entretien individuel. Le dossier doit être demandé à la plate-forme 3: formation continue.

Modalités d'inscription

Les candidats s'inscrivent au moyen du bulletin reçu sur demande.

Une formation (2002 – 2005) se déroule actuellement et les modalités d’organisation d’une nouvelle volée ne sont pas encore arrêtées.

Finances

(Règlement concernant la formation de superviseuses et superviseurs, art. 12, 13 et 14)

Il n'est pas perçu de taxe auprès des participantes et participants.  

Le montant des écolages dus par les cantons ou par les participantes et participants des cantons non signataires du concordat est fixé conformément à l'article 40 du concordat HEP-BEJUNE.

Vu la conjoncture actuelle, les dispositions légales dans ce contexte sont susceptibles d’être modifiées. 

Les autres frais tels que déplacements et subsistance, matériel et moyens d'enseignement, sont assumés par les participantes et participants.

Il est loisible aux cantons concordataires de participer au financement des frais ci-dessus.

Les participantes et participants ne perçoivent aucune indemnité pour les supervisions effectuées dans le cadre de leur formation.

Début de la prochaine formation

A définir.

Lieux de la formation

La formation se déroule principalement sur le site neuchâtelois de la HEP-BEJUNE, à l’Institut pédagogique neuchâtelois, Rue du 1er Août 33, Case postale 5014, 2305 La Chaux-de-Fonds.

 

Les personnes intéressées peuvent obtenir le dossier de « demande d'admission » à la plate-forme 3 : formation continue.

 

Berne   HEP-BEJUNE
    Plate-forme 3: formation continue
    Institut pédagogique bernois
    Chemin de la Ciblerie 45
    2503 Bienne
     
 Jura HEP-BEJUNE 
   Plate-forme 3 : formation continue
   Rue du Banné 23
   2900 Porrentruy
     
Neuchâtel            HEP-BEJUNE
  Plate-forme 3 : formation continue            
   Institut pédagogique neuchâtelois
   Rue du 1er Août 33
   Case postale 5014
   2305 La Chaux-de-Fonds

 

 

 

 

Formation à la Supervision en Suisse les écoles de références.

Les formations de superviseurs que l'ARS reconnaît actuellement sont :

CEFOC
Centre d'études et de formation continue, Genève


http://www.ies-geneve.ch/Cefoc/default.htm 

HEP-BEJUNE
Haute Ecole Pédagogique BErne JUra NEuchâtel
http://www.hep-bejune.ch/ 

http://www.hep-bejune.ch/fr/supervision_pf3.asp  Voir cette page sur la formation en Supervision


L'Assemblée Générale de l'ARS du 25 novembre 2002 a accepté de reconnaître les écoles de formation qui font partie du BSO (Association Suisse alémanique des superviseurs).



AEB
Akademie für Erwachsenenbildung

www.aeb.ch 

EGIS
Europäische Stiftung für interdisziplinäre Studien Ausbildung "Supervision als Kunst"

www.egis.ch 

Fachhochschule Zürich
Hochschule für Soziale Arbeit Weiter und Fortbildung

www.hssaz.ch

HSL
Höhere Fachschule für Sozialpädagogik Luzern

www.hsl-luzern.ch

IAP
Institut für Angewandte Psychologie Supervisions-Ausbildung

www.iap.psy.ch 

IAS
Institut für angewandte Sozialwissenschaften

www.iasag.ch 

IEF
Institut für systemische Entwicklung und Fortbildung

www.ief-zh.ch 

IFO
Institution für Führungs- und Organisationsentwicklung

e-mail: ifo.ch@datacomm.ch

NLP
Ressource-Training

www.nlp-resources.ch 

Regio-team
Bildungsmanagement GmbH

www.regio-team.com 

SAAP
Rosenbergstrasse 10 6300 Zug
e-mail: ullmann@swissonline.ch oder:
zbindenwerner@compuserve.com


TRIAS
Institut für Supervision und Organisations-Entwicklung

www.trias.ch

ZAK
zentrum für agogik gmbh

www.zak.ch

WPI AG 
Wirtschaftspädagogisches Institut

www.wpi.ch 

 

Pierre-Alain Luthi fort de son expérience de 15 ans dans la relation d'aide et le coaching socio-éducatif est à votre disposition pour des conseils, une supervision, en direct sur sa ligne le 0900 000 143 en Suisse romande 2,50 frs/min.

En effet ne restez pas seul dans le cadre de vos interventions, appuyez vous sur l'expertise d'un professionnel, qui saura vous orienter et vous éviter les ornières de la relation d'aide.

Le coaching socio-éducatif se veut un coaching qui prend en compte l'ensemble des paramètres de la problématique. C'est un coaching holistique, ce n'est en aucun cas un processus thérapeutique, c'est un processus d'accompagnement qui permet à la personne de retrouver la maîtrise de sa situation, de ses choix et de ses actions.

Vous pouvez au travers du service du site Educh.ch, créez votre propre service de coaching en ligne, vous assurez d'un soutien d'un professionnel expérimenté si vous vous trouvez en difficultés. Vous avez des capacités, des dons, des expériences mettez les au profits de vos proches de manières adaptées et nouvelles, grâce au coaching socio-éducatif.

Un coach en ligne

Le site Educh.ch et ses différents services vous permet d'obtenir un coaching en ligne de qualité. Dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la recherche d'emploi en Suisse

 

Pierre-Alain Luthi Coach et consultant socio-éducatif est a votre disposition pour un coaching personnalisé.

Par téléphone, par consultation, email ou chat ce processus de coaching vous permet de faire le point, poser de nouveau objectif, dépasser des difficultés.

- Fixer et mieux gérer ses objectifs

- Travailler sur la confiance, l'estime, l'affirmation de soi.

- Augmenter l'attention, la concentration, la motivation.

- Apprendre à mieux gérer ou contrôler le stress, anxiété, trac.

- Clarifier une situation ou un problème.

- Définir un projet professionnel ou de formation.

- Eviter ou résorber un burnout ou épuisement professionnel

- Coacher vos interventions éducatives

Pierre-Alain luthi se tient à votre disposition au travers de son site et de sa ligne directe au 0900 000 143  2.50 Frs/min en Suisse. Vous pouvez ainsi m'atteindre directement et évaluer rapidement vos besoins et les options en coaching.

En effet le coaching en ligne qui vous est proposé sur Educh.ch est constitué de plusieurs moyens.

- Consultation et rencontre individuelle.

- Contact rapide par le 0900 000 143 ligne directe.

- Echange par Email et le Forum du site.

Chacun de ses moyens est modulable à votre convenance, l'objectif étant votre satisfaction, un coaching de qualité, donc n'hésitez pas à me contacter au 0900 000 143  ou en m'écrivant à consulteduc@bluewin.ch

Alors à bientôt en ligne ....

Pierre-Alain Luthi est praticien formateur, éducateur spécialisé depuis 15 ans. Il a travaillé dans le domaine du handicap, le suivi d'enfants en difficutés sociales, de patient souffrant de troubles psychiques.

Il fait partie comme officier spécialiste du service psycho-pédagogique de l'armée et a ce titre coach les cadres et les nouvelles recrues.

Il maîtrise les outils de base de la pnl, de l'analyse transactionnelle, de la résolution de problème et de la prise de décision.

Il met donc son expérience clinique et son enthousiasme à votre service au travers de ce site ou vous pouvez découvrir les multiples facettes de son activité professionnelle.

Un coach en ligne

Le site Educh.ch et ses différents services vous permet d'obtenir un coaching en ligne de qualité. Dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la recherche d'emploi en Suisse

 

Pierre-Alain Luthi Coach et consultant socio-éducatif est a votre disposition pour un coaching personnalisé.

Par téléphone, par consultation, email ou chat ce processus de coaching vous permet de faire le point, poser de nouveau objectif, dépasser des difficultés.

- Fixer et mieux gérer ses objectifs

- Travailler sur la confiance, l'estime, l'affirmation de soi.

- Augmenter l'attention, la concentration, la motivation.

- Apprendre à mieux gérer ou contrôler le stress, anxiété, trac.

- Clarifier une situation ou un problème.

- Définir un projet professionnel ou de formation.

- Eviter ou résorber un burnout ou épuisement professionnel

- Coacher vos interventions éducatives

Pierre-Alain luthi se tient à votre disposition au travers de son site et de sa ligne directe au 0900 000 143  2.50 Frs/min en Suisse. Vous pouvez ainsi m'atteindre directement et évaluer rapidement vos besoins et les options en coaching.

En effet le coaching en ligne qui vous est proposé sur Educh.ch est constitué de plusieurs moyens.

- Consultation et rencontre individuelle.

- Contact rapide par le 0900 000 143 ligne directe.

- Echange par Email et le Forum du site.

Chacun de ses moyens est modulable à votre convenance, l'objectif étant votre satisfaction, un coaching de qualité, donc n'hésitez pas à me contacter au 0900 000 143  ou en m'écrivant à consulteduc@bluewin.ch

Alors à bientôt en ligne ....

Découvrir le site version en Asp  à cette adresse http://www.educh.ch


 

EDUCATION   FORMATION   EMPLOI  

LISTE INSTITUTIONS   FORUM

 

Ainsi si vous désirez développer un projet de formation, de recherche d'emploi ou un projet éducatif. Recevoir un soutien pour faire émerger vos ressources, développer vos interventions ou votre activité professionnel dans ce domaine je suis à votre service.

Si vous désirez mettre en place une activité, un atelier, une intervention ou tout simplement réfléchir sur votre action, alors vous pouvez faire appel à mes services.

Que ce soit au travers du site educh.ch, du forum, de l'échange d'email ou par le téléphone au travers de ma ligne payante le 0900 000 143, je me tiens à votre disposition.

Si vous désirez simplement suivre un entretien d'une heure d'échange afin de déterminer vos besoins, préciser vos objectifs ou développer votre projet, je me tiens aussi à votre disposition.

fort d'une expérience clinique de plus de 15 ans et de formations multiples dans le domaine de la pnl, de l'at, de la résolution de problème, et du développement de projet éducatif institutionnelle je met mon expérience à votre disposition. En vue de permettre l'émergence de vos capacités et de trouver une vue réaliste pour vos projets d'avenir.

Ainsi n'hésitez pas à me contacter sur mon email luthip@bluewin.ch et à bientôt en ligne

   

Le métier de coach commandez cet ouvrage

 

QUELQUES DEFINITIONS pour y voir plus clair
La supervision
La supervision offre aux professionnels et aux étudiants un lieu de parole privilégié  où ils travaillent les situations qu’ils rencontrent jour après jour, en particulier dans le domaine des relations professionnelles : relations avec les clients, avec l’institution, les collègues, les supérieurs ; relations avec la communauté et la société ; relation avec soi-même. Elle leur permet une distanciation, une réflexion, une clarification, un soutien en cas de crise, une réorientation éventuelle, une adaptation aux changements.
Dans un sens plus strict la supervision et en particulier la supervision pédagogique permet de se centrer sur la manière de mettre en œuvre sur le terrain les méthodes et techniques enseignées dans les lieux de formation et de relier la  théorie et la pratique.
En supervision, chaque démarche est semblable à un voyage en avion ou en hélicoptère ; quittant le sol, on tente de s’élever ensemble pour découvrir un nouveau paysage, chacun à partir de sa place. Il est vrai que trous d’air et bourrasques nous bousculent durant le périple, que les décollages et les atterrissages sont parfois malaisés ;  montagnes, vallons et plaines, champs et ruisseaux, même s’ils sont bien connus, prennent des aspects nouveaux.
C’est un processus à deux (ou à plusieurs), avec un cadre et une durée fixés d’avance,  et dans lequel le travail s’effectue en partageant non seulement un vécu, mais aussi les représentations subjectives qu’il provoque pour chacun des partenaires en présence.
En principe, le superviseur ne doit pas faire partie des collaborateurs réguliers de l’institution ; il ne lui appartient pas non plus de donner avis ou conseils à la hiérarchie, à moins que le(s) responsable(s) concerné(s) participe(nt) lui(eux)-même(s) à la démarche. Dans ce cas, la question du contrôle reste présente, dans les représentations des intéressés. C’est un point sur lequel il vaut la peine de s’interroger lorsqu’on  met en place un processus de supervision d’équipe où la hiérarchie entend s’impliquer d’une manière ou d’une autre.
Remarque: une supervision n’est pas une thérapie. Ce sont les situations professionnelles qu’on travaille en supervision, et non, comme en thérapie, les situations personnelles. Les travailleurs sociaux, il est vrai, s’appuient sur leur noyau personnel dans leur travail quotidien  “ Le premier outil de l’éducateur, c’est lui-même ” (A Paré). On n’évite donc pas certaines incursions dans la sphère personnelle, mais seulement lorsque c’est nécessaire pour  y voir plus clair dans la sphère professionnelle.
La médiation
Il s’agit d’une procédure de résolution non-violente des conflits avec l’aide d’un médiateur. Ce sont les personnes ou les groupes en conflit qui en font la demande ou qui, du moins, y consentent librement.
Le médiateur, comme son nom l’indique, est celui qui  s’interpose, se “ met au milieu ” (Tosquelles) pour favoriser l’expression des idées ou des sentiments lorsque l’échange n’est plus possible entre les personnes concernées.
La médiation s’est aujourd’hui diversifiée en fonction des contextes (médiation scolaire, conjugale, de quartier etc.).
La consultation
  Les Grecs et les Romains consultaient les oracles chaque fois qu’ils avaient une décision importante à prendre. Actuellement, lorsqu’on cherche une meilleure efficacité, on s’adresse à l’expert, on consulte un avocat ou un médecin, un financier ou un publicitaire, un psycho-sociologue ou un spécialiste en management, et j’en passe.
Ce qu’on cherche en recourant à un consultant, c’est une aide technique précise dans un domaine où l’on ne se juge pas soi-même suffisamment compétent.
La consultation peut déboucher sur un audit lorsqu’on cherche davantage qu’un simple conseil d’ordre technique.
L’audit
Le Robert, à l’article AUDITIONNER, indique : écouter pour juger (abusivement). Le terme audit prend de plus en plus aujourd’hui un sens moins négatif, celui qu’il a depuis les années 1970 aux États Unis où on l’utilise pour décrire l’étude critique d’entreprises ou de services, lorsqu’il s’agit de préparer des décisions de recentrage sur des objectifs pertinents, des aménagements en vue d’une plus grande efficacité et d’indiquer les conditions de faisabilité de changements envisagés. (Le Boterf).
L’audit est commandé par une instance à laquelle les consultants font rapport et qui décide de la suite à donner à la démarche.
Le coaching
De plus en plus à la mode, ce mot vient de l’anglais coach, terme repris du français coché qui provient lui-même du hongrois kocs. Un coach, c’est d’abord une diligence transportant des voyageurs; c’est aussi un entraîneur de chevaux, puis l’entraîneur d’un sportif ou d’une équipe de sportifs. Notons en passant que ceux qui, dans l’antiquité grecque, étaient chargés de coacher les futurs participants aux jeux olympiques ne s’intéressaient pas seulement à leur entraînement physique, mais aussi à leur formation philosophique et artistique.
Le coaching suppose dans tous les cas un contrat clarifiant le cadre, les rôles et les demandes. Il peut revêtir aujourd’hui plusieurs significations et désigner en particulier
1) l’aide à la réflexion, à la prise de décision ou à l’action demandée par un responsable, un collaborateur parfois même un « bénéficiaire », demande adressée à une personne intérieure ou extérieure au service ou à l’institution.
2) le travail de soutien, d’aide à la réflexion, à la prise de décision ou à l’action qu’un responsable hiérarchique effectue auprès de ses collaborateurs, individuellement ou en équipe.
Dans les deux cas, ce qui différencie le coaching de la consultation ou de l’audit, c’est qu’il s’inscrit dans une durée et qu’il représente une forme d’accompagnement.
Jacques Dekoninck, fondateur de l’Académie belge de coaching et promoteur de l’Académie romande de coaching, considère de manière tout à fait générale que le coaching est
 “ un processus d’accompagnement à l’action d’individus ou d’équipes. Cet accompagnement vise la libération et l’expression des ressources et des compétences des acteurs, grâce à une activité de soutien pertinent, concomitant et efficient pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs et ceux du service, de l’institution ou de l’entreprise ”.
Je remarque, pour conclure, que la demande dans tous ces domaines est aujourd’hui importante. Elle tend à augmenter encore depuis quelques années avec la complexification des problèmes et les défis importants liés à la dégradation des finances publiques dont le secteur social est devenu toujours plus tributaire. C’est  pouquoi il est essentiel de bien choisir l’outil de travail à mettre en oeuvre, en fonction de la situation où l’on se trouve.
   Christiane Besson

Chroniques et points de vue

Présentation de l'éditeur
Le coaching est à la mode, mais le coach demeure un inconnu. Au-delà des qualités communément admises en relation d'aide, quels sont en effet les savoir-faire nécessaires à l'exercice de cette nouvelle profession ? En utilisant la forme originale d'une correspondance pédagogique, l'auteur propose et décrit un ensemble de sept compétences fondamentales à déployer dans tout coaching. Il distingue également quatre types de coaching portant respectivement sur les personnes, les relations, les groupes et les organisations. Toutes les questions importantes qui concernent le métier de coach y sont abordées : les techniques d'entretien, la déontologie, la supervision, le " business " de coaching, etc. Le livre retrace également l'histoire du coaching et donne un sens aux raisons de l'engouement actuel pour cette forme d'accompagnement personnalisé. Cette seconde édition clarifie en outre les éléments de connaissance de soi, vigilance et qualité d'être que doit développer un coach pour bien exercer son métier. L'ouvrage est destiné aux coachs confirmés, à ceux qui veulent le devenir, aux prescripteurs de coaching, à tous ceux et celles qui suivent un coaching.

Biographie de l'auteur
François Delivré : polytechnicien, homme d'art et de méthodes, il œuvre dans deux domaines : les entreprises dans lesquelles, après vingt ans de responsabilités opérationnelles, il intervient comme consultant en Relations Humaines et Organisation spécialisé en coaching ; la sculpture qu'il pratique dans son atelier de la Ferté-Milon. Avec François Souweine et Noëlle Philippe, il a créé en 2003 l'Académie du Coaching qui forme des coachs professionnels en entreprise.

 

Pierre-Alain


 


 

Document actualisé au

au 22.01.2012

Tableau synoptique des formations

Mind Map d'orientation Formations

Orientation Suisse

Validation d'acquis

Office fédéral de la formation et du travail

Reconnaissance des diplômes étrangers

Organisation professionnelle sociale

Hes-So

Institut de formation en Suisse



 

Adresse privée Adresse professionnelle

AEBISCHER Gérard

Route de Montaubert 30

1720 CORMINBOEUF

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Jura - Neuchâtel - Vaud

HEF-TS

Rue Jean-Prouvé 10

1762 GIVISIEZ

Tél. : 026 460 85 70 Fax : 026 460 85 71 Tél. : 026 322 41 91 Fax : 026 322 41 62

Domaine d'activité : formation prof. TS

Individuelle/Groupe

Email : g_aebischer@bluewin.ch Email : aebischer@hef-ts.ch

AMIGUET Marianne

Chemin du Levant 43

1005 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 323 98 55

Domaine d'activité : travail social

Individuelle/Groupe

AUBERT Pierre-Yves

Rue de la Mairie 17

1207 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

INFOR JEUNES

Rue Verdaine 13

1204 GENEVE

Tél. : 022 420 56 10 Fax : 022 420 56 09 Tél. : 022 420 56 10 Fax : 022 420 56 09

Domaine d'activité : service de prévention jeunes adultes

Individuelle/Groupe

Email : pya@ge-ariane.ch Email : pya@ge-ariane.ch

Portable : 0033 607 67 00 19

AUBORT Pierre

La Crêtaz

1612 ECOTEAUX

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Genève - Vaud

SERVICE SOCIAL LAUSANNE

Place Chauderon 5

1003 LAUSANNE

Tél. : 021 315 76 10 Tél. : 021 907 82 34

Domaine d'activité : informaation sociale / assistance

Individuelle/Groupe

Email : Pierre.Aubort@bluewin.ch

AVVANZINO Maria

Petit-Vennes 15

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 653 10 23 Fax : 021 653 10 23

Domaine d'activité : service social/Education sociale

Individuelle/Groupe

Email : m.avvanzino@bluewin.ch

Portable : 079 378 28 88

-!1!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

AVVANZINO Pierre

Chemin de Petit-Vennes 15

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Neuchâtel - Valais - Vaud

ART CO

Av. de la Gare 34a

1022 CHAVANNES-PRES-RENENS

Tél. : 021 635 18 72 Tél. : 021 653 10 23 Fax : 021 653 10 23

Domaine d'activité : délinquance violence

Individuelle/Groupe

Email : pavvanzino@romandie.com Email : willartco@worldonline.ch

Portable : 079 661 91 37

BALLY MATZ Colette

Route de Burtigny 12

1268 BEGNINS

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 022 366 18 91

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

BAUER Philippe

Jonchère 7

2052 FONTAINEMELON

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

HEP - BEJUNE

Rue du 1er-Août 33

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 919 73 27

Domaine d'activité : enseignement spécialisé

Individuelle/Groupe

Email : philippe.bauer@hep-bejune.ch Email : philippe.bauer@hep-bejune.ch

Portable : 079 795 28 84

BAUME Claude

Chevreuils 31

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

CENTRE PEDAGOGIQUE LES BILLODES

Route des Monts 24-28

2400 LE LOCLE

Tél. : 032 933 99 00 Fax : 032 933 99 09 Tél. : 032 926 97 45

Domaine d'activité : institution JP

Individuelle/Groupe

Email : claude.baume@ne.ch

BECCO Christian

Chemin de Boissonnet 61

1010 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

OFFICE DU TUTEUR GENERAL

Chemin de Mornex 32

1014 LAUSANNE ADM CANT

Tél. : 021 316 66 92 Fax : 021 316 67 19 Tél. : 021 652 75 13

Domaine d'activité : mandats tutélaires adultes et mineurs

Individuelle

Email : christian.becco@stg.vd.ch

-!2!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

BELISSARD Arlette

Route du Pas-de-l'Echelle 60

1255 VEYRIER

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 784 34 25

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : abelissard@bluewin.ch

BELLONI Tiziano

6981 BEDIGLIORA

Canton(s) de supervision : Tessin

UFFICIO DEL TUTORE UFFICIALE

Via Vergiò 18

6932 BREGANZONA

Tél. : 091 815 31 94 / 90 Fax : 091 815 31 99 Tél. : 091 608 28 49 Fax : 091 608 28 49

Domaine d'activité : travail social

Individuelle

Email : brutit.belloni@bluewin.ch Email : tiziano.belloni@ti.ch

BERGER Annelyse

La Déserte

1167 LUSSY-SUR-MORGES

Canton(s) de supervision : Vaud

CENTRE DE VIE ENFANTINE

Rue de Couvaloup 10

1110 MORGES

Tél. : 021 804 98 98 Fax : 021 801 52 05 Tél. : 021 801 82 60

Domaine d'activité : enfance 0 - 12 ans

Individuelle/Groupe

Email : a.berger@smile.ch Email : annelyse.berger@morges.ch

Portable : 078 824 55 43

BERTALLO Françoise

Chemin de Praz 25

2017 BOUDRY

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

Tél. : 032 842 40 87 Fax : 032 842 40 77

Domaine d'activité : service éducatif itinérant et enseignement

Individuelle/Groupe

Portable : 079 679 28 86

BERTOCCHI Silvie

Villa Hortensia

1854 LEYSIN

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

SPJ

Grand-Rue 50

1814 LA TOUR-DE-PEILZ

Tél. : 021 977 03 73 Tél. : 024 494 15 11

Domaine d'activité : familles en difficulté, spéc. prob. toxicomanie

Individuelle/Groupe

Email : largeshorizons@bluewin.ch

Portable : 079 600 99 65

-!3!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

BESSON Christiane

Impasse de la Dîme

1523 GRANGES-MARNAND

Canton(s) de supervision : Fribourg - Jura - Neuchâtel - Valais - Vaud

Tél. : 026 668 02 78 Fax : 026 668 02 78

Domaine d'activité : handicaps, groupes, réseaux, systèmes, bénévolat

Individuelle/Groupe

Email : chr.besson@bluewin.ch

BIDERBOST Marc

Rue de St Guérin 28

1950 SION

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

Tél. : 027 456 32 76

Domaine d'activité : communication, marketing

Individuelle

Email : mantoine.biderbost@bluewin.ch

Portable : 079 220 24 65

BLANCHET Robert

Beffeux

1895 VIONNAZ

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 024 481 38 26

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Portable : 079 794 39 67

BLANDENIER Eddy

Rue du Four 5

2065 SAVAGNIER

Canton(s) de supervision : Jura - Neuchâtel - Vaud

ASSOCIATION NEUCHATELOISE DE SERVICES BENEVOLES

Rue des Brévards 1a

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 724 06 41 Fax : 032 724 06 00 Tél. : 032 853 43 66

Domaine d'activité : formateur d'adultes

Individuelle/Groupe

Email : eddy.blandenier@ne.ch Email : eddy.blandenier@ne.ch

BLANDU BIDAUX Antoinette

Avenue du Grey 14

1004 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

Tél. : 021 646 28 22

Domaine d'activité : institutions, internat, externat, dir. SPJ EPE

Individuelle

Email : d.a.blandu@surfeu.ch

-!4!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

BLUMER Pierre

Ch. de la Brenaz 21

1241 PUPLINGE

Canton(s) de supervision : Genève

CENTRE DE LOISIRS

Rue François Perréard 2

1225 CHENE-BOURG

Tél. : 022 348 96 78 Fax : 022 348 96 75 Tél. : 022 349 74 25 Fax : 022 349 74 25

Domaine d'activité : animation socio-culturelle

Individuelle/Groupe

Email : plumer21@yahoo.fr

BOHNET Raphaël

Rochettes 5

2022 BEVAIX

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

OFFICE DES MINEURS

Faubourg de l'Hôpital 36

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 889 85 35 Fax : 032 889 60 93 Tél. : 032 846 22 68

Domaine d'activité : protection des mineurs

Individuelle

Email : Raphael.Bohnet@ne.ch

BOSCH Jean-Pierre

Chemin de Pomey 14 C

1800 VEVEY

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 944 00 43

Domaine d'activité : psy du trav. thérapeut énergicien, magnétisme

Individuelle/Groupe

BOSONNET Monique

Ch. de la Bergeronette 33

1228 PLAN-LES-OUATES

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 794 59 36

Domaine d'activité : éducation spécialisée

Individuelle

Portable : 078 612 70 26

BOSSHARD Catherine

Crêt du Jura 3

2208 LES HAUTS-GENEVEYS

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

CENTRE PEDAGOGIQUE LES PERCE-NEIGE

Rue du Port Roulant 5

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 732 99 77 Tél. : 032 853 68 17

Domaine d'activité : pédagogie / éducation

Individuelle

Email : catherine.bossard@ne.ch Email : catherine.bosshard@ne.ch

Portable : 079 433 45 15

-!5!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

BOURGOZ René

Rue Verdaine 11

1204 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

BOURGOZ

Rue Verdaine 11

1204 GENEVE

Tél. : 079 708 70 43 Tél. : 022 312 27 90

Domaine d'activité : prise charge auteurs de violences domestiques

Individuelle/Groupe

Email : rene.bourqoz@cario.fr Email : rené.bourgoz@cario.fr

Portable : 079 708 70 43

BREGNARD Serge

Chemin Mont de Plan

1071 CHEXBRES

Canton(s) de supervision : Vaud

L'APPAR'T DES EPINETTES

Chemin des Epinettes 10

1007 LAUSANNE

Tél. : 021 601 04 04 Fax : 021 601 04 48 Tél. : 021 312 85 03

Domaine d'activité : adolescence en difficulté

Individuelle/Groupe

Email : appart.epinettes@bluewin.ch

BUCHS Yvette

Route de Grandvaux 2

1072 FOREL (LAVAUX)

Canton(s) de supervision : Vaud

FONDATION VAUDOISE CONTRE L'ALCOOLISME

Rue des Pêcheurs 8

1400 YVERDON-LES-BAINS

Tél. : 021 784 34 93

Domaine d'activité : les dépendances

Individuelle/Groupe

Email : yvettebuchs@bluewin.ch Email : ybuchs@fva.ch

BURDET Albert

Beau-Séjour 18

1003 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021/ 312 44 70 Tél. : 021 323 37 32 Fax : 021 323 37 32

Domaine d'activité : form. scol., adultes, médiation, gestion projets

Individuelle/Groupe

Email : burdet@dekpoint.ch

BUSSIEN-BURKLI Dominique

Rue du Temple 5

1031 MEX

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

ART-PSYCHOTHERAPEUTE BUSSIEN DOMINIQUE

Quartier Beau-Site 4A

1023 CRISSIER

Tél. : 021 635 93 23 Fax : 021 635 93 24 Tél. : 021 701 06 03 Fax : 021 635 93 24

Domaine d'activité : enf., adol, adultes, couples, frateries

Individuelle/Groupe

Email : euquinimode@bluemail.ch Email : euquinimode@bluemail.ch

Portable : 079 611 80 79

-!6!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

CANTIN GONCZY Florence

Ch. Maurice Ravel 12 b

1290 VERSOIX

Canton(s) de supervision : Genève

COLLEGES ET ECOLES DE COMMERCE

Rte de St-Julien 25

1227 CAROUGE

Tél. : 022 342 69 50 Tél. : 022 755 62 02

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : Michel_flo@bluewin.ch Email : florence.cantin@etat.ge.ch

Portable : 079 705 96 32

CASAGRANDE Edgardo

Rue Henri-Mussard 15

1208 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 700 05 90

Domaine d'activité : orientation professionnelle

Individuelle

CATTAFI Filippo

Rue Fendt 11

1201 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

CENTRE DE FORMATION DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE

Chemin de Pinchat 22

1227 CAROUGE

Tél. : 022 309 35 22 Tél. : 022 734 47 02

Domaine d'activité : évaluation, ens. spéc., différentiation apprentiss

Individuelle/Groupe

Email : filippo.cattafi@edu.ge.ch

CATTIN Jean-Philippe

rue de la Charbonnière 12

2065 SAVAGNIER

Canton(s) de supervision : Jura - Neuchâtel

CENTRE ALFASET

Rue des Terreaux 50

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 967 96 50 Fax : 032 967 96 51

Domaine d'activité : AI

Groupe

Email : jean-philippe.cattin@ne.ch Email : jean-philippe.cattin@ne.ch

Portable : 079 327 56 64

CEPPI Maria Silva

PREE

6873 CORTEGLIA

Canton(s) de supervision : Tessin

CENTRO COPPIA E FAMIGLIA

Vicolo Confalonieri 4

6850 MENDRISIO

Tél. : 091 646 04 14 Fax : Tél. : 091 993 32 27

Domaine d'activité : famille

Individuelle/Groupe

Email : ccp.mendrisio@ticino.com

Portable : 079 293 91 06

-!7!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

CERRONE Toni

Ruelle de Cojonnex 10

1807 BLONAY

Canton(s) de supervision : Fribourg - Valais - Vaud

FONDATION DES LYS

Ch. des Lys 18

1010 LAUSANNE

Tél. : 021 657 08 41 Fax : 021 657 08 44 Fax : 021 943 18 00

Domaine d'activité : réhabilitation psycho-sociale

Individuelle/Groupe

Email : tonique@bluewin.ch

Portable : 079 252 77 30

CHARPILLOD Evelyne

Rue du Marché-Neuf 14

2502 BIEL/BIENNE

Canton(s) de supervision : Berne

OFFICE DES TUTELLES

Rue Centrale 49

2502 BIEL/BIENNE

Tél. : 032 326 20 76 Fax : 032 326 15 96 Tél. : 032 322 45 76

Domaine d'activité : service juridique et d'enquêtes

Individuelle/Groupe

Email : eveline.charpilloz@biel-bienne.ch Email : eveline.charpilloz@biel-bienne.ch

Portable : 078 800 54 49

CHARRIER Claudine

Rue de la Venoge 2

1028 PREVERENGES

Canton(s) de supervision : Vaud

LE CERF-VOLANT

Chemin des Cigognes 4

1162 ST-PREX

Tél. : 021 806 13 30 Tél. : 021 801 61 28

Domaine d'activité : prime-enfance

Individuelle/Groupe

CHATELAIN Jean-Paul

Rue de L'Ancien-Tir 2

1252 MEINIER

Canton(s) de supervision : Genève

CLINIQUE DE PSYCHIATRIE BELLE-IDEE

Chemin du Petit-Bel-Air 2

1225 CHENE-BOURG

Tél. : 022 305 50 30 Tél. : 022 752 32 09

Domaine d'activité : psychiatrie gériatrique

Individuelle/Groupe

CHRISTEN Pierre-André

Av. des Boveresses 12

1010 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

EESP - ECOLE D'ETUDES SOCIALES ET PEDAGOGIQUES

Chemin des Abeilles 14

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 62 00 Tél. : 021 653 47 75

Domaine d'activité : éducation sociale

Individuelle/Groupe

Email : pachristen@eesp.ch

-!8!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

CHRISTEN MAYOR Evelyne

Sentier Lycée 1

1009 PULLY

Canton(s) de supervision : Genève - Neuchâtel - Valais - Vaud

Tél. : 021 729 89 29 Fax : 021 729 89 33

Domaine d'activité : handicap, violence, crises services sociaux

Individuelle/Groupe

Email : evelynechristen@hotmail.com

CLIVAZ Jean-Daniel

Chemin de la Cabolétaz 21

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Vaud

LE CHATELARD ASSOCIATION

Chemin de la Cigale 21

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 42 00 Tél. : 021 384 35 08

Domaine d'activité : troubles du comportement

Individuelle/Groupe

Email : jdclivaz@urbanet.ch Email : jean-daniel.clivaz@bluewin.ch

Portable : 079 220 36 91

CLOPT NEUVECELLE Chantal

Route de Puplinge 41

1241 PUPLINGE

Canton(s) de supervision : Genève

ECOLE D'EDUCATEURS DU JEUNE ENFANT

Rue Alcide-Jentzer 17

1205 GENEVE

Tél. : 022 807 08 53 Tél. : 022 349 00 52

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : clopt@bluewin.ch Email : chantal.clopt@edu.ge.ch

Portable : 079 467 66 20

COLLAUD FRAGNIERE Marie-Chantal

Mont-Tendre 28

1007 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

ACTION BENEVOLE

Avenue Louis-Ruchonnet 1

1003 LAUSANNE

Tél. : 021 646 21 96 Fax : 021 646 18 97 Tél. : 021 617 67 53 Fax : 021 616 73 92

Domaine d'activité : promotion vie associative

Individuelle

Email : mccollaud@yahoo.com Email : action.benevole@span.ch

Portable : 079 397 83 25

CONOD A, Olivier

La Source

1329 BRETONNIERES

Canton(s) de supervision : Vaud

CENTRE SOCIAL REGIONAL DE LAUSANNE

Place Chauderon 4

1000 LAUSANNE 9

Tél. : 021 315 76 89 Tél. : 024 453 11 58

Domaine d'activité : social

Individuelle

Email : conodolivier@freesurf.ch Email : olivier.conod@lausanne.ch

Portable : 079 450 21 15

-!9!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

CONTESSE Marie

Rue du Temple 20

2114 FLEURIER

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

CENTRE PROFESSIONNEL DU LITTORAL NEUCHATELOIS

Rue Maladière 84

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 861 13 20 Fax : 032 861 16 70

Domaine d'activité : formation professionnelle

Individuelle/Groupe

Email : marie-contesse@net2000.ch

Portable : 079 263 19 68

CONTI Mieke

Chemin du Signal 15

1807 BLONAY

Canton(s) de supervision : Vaud

FONDATION VERDEIL - ECOLE D'ENSEIGNEMENT SPECIALIS

Boulevard d'Arcangier 21

1800 VEVEY

Tél. : 021 943 14 31 Fax : 021 943 14 31

Domaine d'activité : hand mental, troubles comport. ens.+ éduc. spéc.

Individuelle/Groupe

Email : mieke.conti@freesurf.ch Email : mieke.conti@verdeil.ch

Portable : 076 341 52 64

CONTI Roberto

Chemin du Signal 15

1807 BLONAY

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

FONDATION DE VERDEIL - ECOLE D'ENSEIGNEMENT SPECIA

Chemin des Mayoresses 9-11

1012 LAUSANNE

Tél. : 021 943 14 31 Fax : 021 943 14 31

Domaine d'activité : ens., éduc. spéc. handicap, troubles comp. toxico

Individuelle/Groupe

Email : roberto.conti@fresurf.ch Email : roberto.conti@verdeil.ch

Portable : 076 341 12 64

CORNUT PILLER Chantal

Rue du Pré Court 7

1893 MURAZ

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 024 472 73 64 Fax : 024 472 86 92

Domaine d'activité : travail social / chômage

Individuelle/Groupe

Email : chantal.cornut-piller@bluewin.ch

COSTE Florence

Chemin du Crèpillon 157

1220 GRILLON

Canton(s) de supervision : Genève

COSTE

Rue du Stand 40

1204 GENEVE

Tél. : 022 781 31 21 Fax : Tél. : 0450 20 28 91

Domaine d'activité : psychothérapie, formations, supervisions

Individuelle

Email : florence.coste.g@wanadoo.fr

-!10!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

COTTING Marcel

Chemin du Joran 3

2016 CORTAILLOD

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

COTTING MARCEL PSYCHOLOGUE - PSYCHOTHERAPEUTE

Avenue du 1er-Mars 6

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 725 96 66 Fax : 032 725 96 66 Tél. : 032 842 56 15 Fax : 032 725 06 66

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : marcel.cotting@ne.ch Email : marcel.cotting@ne.ch

COULBAULT Catherine

Fergy 877

74410 DUINGT

Canton(s) de supervision : Genève

DIRECTION DE LA PREVENTION PMI

Avenue de Genève 97bis

74000 ANNECY

Tél. : 0033 450 33 50 00 Tél. : 0033 450 68 56 59

Domaine d'activité : secteur médico-social

Individuelle

Email : catherine.coulbault@cg74.fr

CRELIER Véronique

Chambion 11

2853 COURFAIVRE

Canton(s) de supervision : Jura

ECOLE PUBLIQUE PRIMAIRE ET ENFANTINE

Rue Saint-Germain 31

2853 COURFAIVRE

Tél. : 032 426 70 17 Fax : 032 426 70 17 Tél. : 032 426 80 08 Fax : 032 426 80 08

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle/Groupe

Email : veronique.crelier@educanet.ch Email : veronique.crelier@educanet.ch

CRETTOL-ROUGE Chantal

Rue Marc Dufour 5

1007 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

LA MAISONNETTE

Rue de la Pontaise 11

1018 LAUSANNE

Tél. : 021 646 22 01 Fax : 021 646 22 01 Tél. : 021 311 35 48 Fax : 021 311 35 48

Domaine d'activité : tous secteurs, petite enf., enf. ados, adultes

Individuelle/Groupe

Email : chantalcrettol@hotmail.com Email : info@lamaisonnette.ch

DAFFLON Philippe

Chemin du Schoenberg 5

1700 FRIBOURG

Canton(s) de supervision : Fribourg

DAFFLON PHILIPPE / CABINET DE PSYCHOTHERAPIE

Rte des Bonnefontaines 38

1700 FRIBOURG

Tél. : 026 466 31 01 Fax : 026 466 31 01 Tél. : 026 481 40 08

Domaine d'activité : formateur d'adultes

Individuelle/Groupe

Email : phil.dafflon@bluewin.ch Email : phil.dafflon@bluewin.ch

-!11!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

DARIOLI Simon

Rue de Gramois

1965 SAVIESE

Canton(s) de supervision : Valais

SERVICE DE L'ACTION SOCIALE

Rue des Vergers 2

1950 SION

Tél. : 027 606 48 55 Fax : 027 606 48 54 Tél. : 027 722 25 37

Domaine d'activité : social

Individuelle

Email : simon.darioli@bluwin.ch Email : simon.darioli@admin.vs.ch

Portable : 079 447 27 64

DE MONTMOLLIN BOVET Muriel

La Roche 1

2012 AUVERNIER

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

ATELIER «M»

La Roche 1

2012 AUVERNIER

Tél. : 032 731 87 00 Fax : 032 731 87 00 Tél. : 032 731 87 00 Fax : 032 731 87 00

Domaine d'activité : musicothérapie, superv., interv, ateliers divers

Individuelle/Groupe

Email : info@atelierm.ch Email : info@atelierm.ch

DEGOUMOIS Jean-Michel

"Sous-Lavy"

74130 FAUCIGNY

Canton(s) de supervision : Genève

DEGOUMOIS JEAN-MARC CABINET DE PSYCHANALYSE

Rue Liotard 52

1202 GENEVE

Tél. : 022 344 10 28 Fax : Tél. : 0033450 25 67 85

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : jm.degoumois@wanadoo.fr

DELICADO Vincent

Route de Vandoeuvres 110

1253 VANDOEUVRES

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

INFOR JEUNES

Rue Verdaine 13

1204 GENEVE

Tél. : 022 420 55 11 Fax : 022 420 56 09

Domaine d'activité : prévention communautaire

Individuelle/Groupe

Email : vincent.delicado@freesurf.ch Email : vincent.deliccado@ge-ariane.ch

Portable : 078 826 87 84

DELL'EVA Bruno

Chemin des Vignes 15

1121 BREMBLENS

Canton(s) de supervision : Vaud

LA POUPONNIERE ET L'ABRI

Av. de Beaumont 48

1012 LAUSANNE

Tél. : 021 651 61 53 Fax : 021 651 61 02 Tél. : 021 802 19 42 Fax : 021 651 61 02

Domaine d'activité : éduc, social, prévention, petite enf. , enf. mères

Individuelle/Groupe

Email : bruno.dell_eva@pouponnière.ch Email : bruno.dell_eva@pouponniere.ch

Portable : 079 298 41 12

-!12!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

DEMAUREX Annette

Route de la Métraude 5

1092 BELMONT-SUR-LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

UNIONS CHRETIENNES FEMININES VAUDOISES

Rue Pré-du-Marché 15

1004 LAUSANNE

Tél. : 021 311 86 76 Fax : 021 311 86 77 Tél. : 021 784 00 68 Fax : 021 784 44 91

Domaine d'activité : femmes adultes

Individuelle/Groupe

Portable : 079 703 42 13

DESPLOS Henri

Le Verger

1167 LUSSY-SUR-MORGES

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

CEFIL

Avenue de Plan 18

1110 MORGES

Tél. : 021 811 51 61 Fax : 021 811 51 60 Tél. : 021 811 51 61 Fax : 021 811 51 60

Domaine d'activité : formation - social - santé - animation culturelle

Individuelle/Groupe

Email : h.desplos@cefil.ch Email : h.desplos@cefil.ch

Portable : 079 409 02 31

DIZERENS Jacques

Rue du Salève 111

01210 ORNEX

Canton(s) de supervision : Genève

MAISON D'ENFANTS PIERRE GRISE

Chemin des Chênes 15

1294 GENTHOD

Tél. : 022 959 70 10 Fax : 022 959 70 17 Tél. : 0033 450 28 04 65

Domaine d'activité : enseignement spécialisé

Individuelle

Email : jacques.dizerens@tele2.fr

Portable : 078 803 52 48

DOLIVO WALLISER Béatrice

Ecluses 1

2502 BIEL/BIENNE

Canton(s) de supervision : Berne - Jura - Neuchâtel

ANNEE SCOLAIRE DE PREPARATION PROF.

Rue Général-Dufour 22

2502 BIENNE

Tél. : 032 323 95 48 Fax : Tél. : 032 342 32 85 Fax : 032 343 32 85

Domaine d'activité : ens. difficulté, accompagnement individualisé

Individuelle

Email : beado@bluewin.ch

DROZ Anita

Chemin de Fontenelle

1272 GENOLIER

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

LIGUE VAUDOISE CONTRE LE CANCER

Avenue Montagibert 20bis

1011 LAUSANNE

Tél. : 021 314 72 29 Fax : 021 314 72 27 Tél. : 022 366 47 50

Domaine d'activité : service social

Individuelle/Groupe

Email : anitadroz@bluemail.ch Email : anita.droz@lvc.ch

Portable : 078 710 29 76

-!13!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

DUCOMMUN Pierre

Chemin de Flore 3

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

SERVICE D'ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

Rue de l'Ecluse 67

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 889 59 30 Tél. : 032 926 72 21

Domaine d'activité : Enseignement, éducation spécialisée

Individuelle/Groupe

Email : pducommun@vtx.ch Email : Pierre.Ducommun@ne.ch

Portable : 079 460 78 92

DUMAS Jean-Baptiste

Boulevard de Grancy 27

1006 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

IPGL

Route de Chavannes 7

1007 LAUSANNE

Tél. : 021 625 15 26 Fax : 021 625 17 48 Tél. : 021 601 23 41

Domaine d'activité : formation EPE

Individuelle/Groupe

Email : jean-baptiste.dumas@ipgl.ch

DUMONT Jean-Henri

Rue du Rhône 32

1950 SION

Canton(s) de supervision : Valais

HOME LA TOUR EMERA

Av. St-François 18

1950 SION

Tél. : 027 322 22 38 Fax : 027 322 82 51 Tél. : 027 323 22 28 Fax : 027 323 22 28

Domaine d'activité : handicap psychique

Individuelle/Groupe

Email : jhdumont@bluewin.ch

Portable : 079 445 10 79

DUMONT Maïté

Chemin Isabelle de Montolieu 133

1010 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 021 653 57 03 Fax : 021 653 57 03

Domaine d'activité : travail social

Individuelle/Groupe

Email : maite.dumont@freesurf.ch

DUNAND Anne

ch. de Moïse Duboule 25

1209 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

ECOLE D'AIDE FAMILIALE

Avenue de la Roseraie 25

1205 GENEVE

Tél. : 022 322 00 60 Tél. : 022 733 97 37

Domaine d'activité : enseignement, accompagnement de volée

Individuelle/Groupe

Email : anet@bluewin.ch Email : anne.dunand@edu.ge.ch

-!14!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

DUPONT Alain

1211 GENEVE 4

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

AD-CONSULTANTS

Case postale 302

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 328 74 83 Fax : 022 781 60 55 Tél. : 022 328 74 83 Fax : 022 781 60 55

Domaine d'activité : travail social

Individuelle/Groupe

Email : alain@ad-consultants.ch Email : alain@ad-consultants.ch

DUTHEIL DE LA ROCHERE Bruno

Chemin de Bochardon 9

1012 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 617 20 03

Domaine d'activité : supervisions. soutiens éducatifs

Individuelle/Groupe

Email : b.dutheil@bluewin.ch

Portable : 079 476 78 24

ECUYER Joël

Chemin du Moulanais 22

1253 VANDOEUVRES

Canton(s) de supervision : Genève

CLINIQUE DE PSYCHIATRIE

Chemin du Petit-Bel-Air 2

1225 CHENE-BOURG

Tél. : 022 305 41 11 Fax : 022 305 41 62 Tél. : 022 349 01 48 Fax : 022 349 02 13

Domaine d'activité : psychiatrie

Individuelle

Portable : 076 375 77 07

EGGER Joseph

Chemin des Pâquerettes 6

1580 AVENCHES

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

FOYER DE COUR

Avenue de Cour 18

1007 LAUSANNE

Tél. : 021 315 69 00 Fax : 021 315 69 09 Tél. : 026 675 11 78

Domaine d'activité : éducation spécialisée

Individuelle/Groupe

Email : joseph.egger@bluewin.ch Email : joseph.egger@Lausanne.ch

Portable : 078 679 72 71

EGGERTSWYLER André

Villars-Vert 18

1752 VILLARS-SUR-GLANE

Canton(s) de supervision : Fribourg

EGGERTSWYLER ANDRE

Rte de Villars Vert 18

1752 VILLARS-SUR-GLANE

Tél. : 026 402 06 59 Fax : Tél. : 026 402 09 45 Fax : 026 402 09 51

Domaine d'activité : psycho-social en général

Individuelle/Groupe

Email : eggertswyler-a@bluewin.ch

-!15!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

EMERY Didier

Tout-Vent 2

1023 CRISSIER

Canton(s) de supervision : Vaud

FONDATION ST-GEORGE

Rue Verdan

1400 YVERDON-LES-BAINS

Tél. : 024 445 23 33 Fax : 024 445 38 29 Tél. : 021 634 44 10

Domaine d'activité : handicap mental, hébergement

Individuelle/Groupe

Email : st_george@bluewin.ch

EVÊQUOZ-WALTI Dea

Rue de la Sauge 5

1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

EVEQUOZ DEA

Rue du Midi 10

1020 RENENS

Tél. : 021 634 85 32 Fax : Tél. : 021 701 45 03

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : devequoz@eesp.ch

EXQUIS Martine

Av. Grand Champsec 18 B

1950 SION

Canton(s) de supervision : Valais

LA FONTANELLE - FOYER D'ACCUEIL

1891 MEX VS

Tél. : 027 767 11 22

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : martineexquis@netplus.ch

Portable : 079 432 37 69

FACELLI-ISELI Rose-Marie

Route du Puits 19

1740 NEYRUZ

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

Tél. : 026 477 04 45 Fax : 026 477 04 46

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : r.facelli@bluewin.ch

Portable : 079 214 75 80

FAVRE Michel

1723 MARLY

Canton(s) de supervision : Fribourg

ADMINISTRATION COMMUNALE

Route de Chésalles 49

1723 MARLY

Tél. : 026 436 40 50 Fax : 086-079 634 32 84 Fax : 086 079 634 32 84

Domaine d'activité : loisir jeunesse, formateur en promotion de qualité

Individuelle/Groupe

Email : etrier@bluewin.ch Email : anjm@bluewin.ch

Portable : 079 634 32 84

-!16!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

FEHLBAUM Anne

Petit Catéchisme 7

2000 NEUCHATEL

Canton(s) de supervision : Berne - Neuchâtel - Vaud

SERVICE DES MINEURS ET DES TUTELLES - OFFICE DES TUTELLES

Faubourg de l'Hôpital 36

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 889 85 31 Tél. : 032 724 30 47 Fax : 032 724 30 47

Domaine d'activité : mandats office des mineurs

Individuelle

Email : Anne.Fehlbaum@ne.ch

Portable : 078 711 83 39

FISCHER Nina

Ch. de la Chapelle

1077 SERVION

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

EESP - ECOLE D'ETUDES SOCIALES ET PEDAGOGIQUES

Chemin des Abeilles 14

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 62 00 Tél. : 021 903 22 86 Fax : 021 903 22 86

Domaine d'activité : ateliers

Individuelle

Email : nfische_lindema@hotmail,ch

Portable : 076 380 22 86

FIVAZ Monique

Ruelle de Cojonnex 10

1807 BLONAY

Canton(s) de supervision : Fribourg - Valais - Vaud

L'ARTISSAGE

Ch. du Plan-Bourdin 4B

1806 ST-LEGIER

Tél. : 021 943 59 75 Fax : 021 943 59 75 Tél. : 021 943 18 00 Fax : 021 943 59 75

Domaine d'activité : handicap mental, toxicos dépendances

Individuelle/Groupe

Email : tonique@bluewin.ch

Portable : 079 338 45 08

FOL Robert

Ch. Sous-Balme 8

1255 VEYRIER

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

OOFP - CENTRE DES TROIS-CHENE

Chemin de la Montagne 136

1224 CHENE-BOUGERIES

Tél. : 022 869 44 44 Fax : 022 869 44 55 Tél. : 022 784 68 01

Domaine d'activité : orientation scolaire et prof., gestion carrière

Individuelle/Groupe

Email : folrobert@yahoo.fr Email : robert.fol@etat.ge.ch

Portable : 079 478 68 11

FRIBOULET Marguerite

Rue du Marchet 12

1740 NEYRUZ

Canton(s) de supervision : Fribourg

PRO INFIRMIS

Route des Arsenaux 9

1705 FRIBOURG

Tél. : 026 347 15 Fax : 026 347 40 01 Tél. : 026 477 31 25 Fax : 026 347 40 01

Domaine d'activité : personnes handicapées

Individuelle/Groupe

Email : maguerite.friboulet@proinfirmis.ch Email : marguerite.friboulet@proinfirmis.ch

Portable : 078 805 12 26

-!17!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

GAGNEBIN Bertrand

Sous L'Eau Belle 25

2534 ORVIN

Canton(s) de supervision : Berne - Neuchâtel

COLLEGE DU CHATELET

Rue du Châtelet 37

2504 BIEL/BIENNE

Tél. : 032 342 30 38 Tél. : 032 358 15 84 Fax : 032 358 22 54

Domaine d'activité : branches scientifiques

Individuelle

Email : tbgagnebin@yahoo.ca

GAILLARD-KOCHER Marainne

La Pièce

1273 LE MUIDS

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 022 366 23 84 Fax : 022 366 23 13

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : md.kocher@bluewin.ch

GALLAND Sylvie

Chemin des Planches 42

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 784 47 16

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : sygalland@hotmail.com

GAUDARD Jean-Pierre

Chemin du Saux 20

1052 LE MONT-SUR-LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

LA CIGALE

Av. de Montolieu 84

1010 LAUSANNE

Tél. : 021 652 44 17 Fax : 021 652 44 15 Tél. : 021 653 36 60 Fax : 021 653 36 65

Domaine d'activité : éducation

Individuelle/Groupe

Email : jpgaudard@vtx.ch Email : la cygale@swissonline.ch

Portable : 079 366 99 38

GENIER Jean-Marc

Sur les Quais 33

1342 LE PONT

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 841 17 04 Fax : 021 841 17 00

Domaine d'activité : culture et social

Individuelle/Groupe

Email : jmgenier@eesp.ch

Portable : 079 210 20 61

-!18!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

GENOUD Marité

Ch. de la Petite Boissière 44

1208 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

GENOUD MARITE

Rue des Terreaux-du-Temple 4

1201 GENEVE

Tél. : 022 731 01 45 Fax : Tél. : 022 700 46 46

Domaine d'activité : enfants, adultes

Individuelle/Groupe

Email : genoud.marité@freesurf.ch

GILLIOZ Anne

Route de Chenarlier 14

1872 TROISTORRENTS

Canton(s) de supervision : Valais

SCJ

Avenue de France 37

1870 MONTHEY

Tél. : 024 473 35 70 Fax : 024 473 35 71 Tél. : 024 477 20 93

Domaine d'activité : consult. et thérap. indiv.0-18 an, systémique

Individuelle/Groupe

Email : anne.gillioz@admin.vs.ch

Portable : 079 504 23 20

GRABER-BRAENDLIN Anne-Catherine

Rue Floréal 5

1350 ORBE

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Genève - Jura - Neuchâtel - Vaud

Tél. : 024 441 70 48

Domaine d'activité : prom. santé, santé commun., recherche...

Individuelle

Email : ac.graber@bluewin.ch

GREC François

Chemin des Ormeaux 26

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Vaud

AEMO LAUSANNE

Rte d'Oron 77

1010 LAUSANNE

Tél. : 021 651 04 04 Fax : 651 04 00 Tél. : 021 652 27 91

Domaine d'activité : ambulatoire 0 - 18 ans

Individuelle/Groupe

Email : francois.grec@buewin.ch Email : francois.grec@fjfnet.ch

GRESSLIN Philippe

Chemin de Carvalho 5

1009 PULLY

Canton(s) de supervision : Vaud

LA FEUILLERE - MAISON D'ENFANTS

Ch. de la Viane 54

1052 LE MONT-SUR-LAUSANNE

Tél. : 021 651 99 88 Fax : 021 651 99 89 Tél. : 021 729 59 41 Fax : 021 651 99 89

Domaine d'activité : éducation spécialisée

Individuelle/Groupe

Email : philippe.gresslin@bluewin.ch Email : feuillere@bluewin.ch

Portable : 079 509 54 82

-!19!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

GREUB Josiane

Puits 27

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Canton(s) de supervision : Berne - Neuchâtel

HEP-BEJUNE

Ch. de la Ciblerie 45

2503 BIEL/BIENNE

Tél. : 032 919 69 03 Fax : 032 919 60 55 Tél. : 032 968 60 01 Fax : 032 968 95 04

Domaine d'activité : formation continue des enseigant-e-s

Individuelle/Groupe

Email : josiane.greub@bluewin.ch Email : josiane.greub@hep-bejune.ch

Portable : 079 637 86 43

GROS-ZUFFEREY Huguette

Raidillon 5

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

PRO JUVENTUTE LAUSANNE-REGION

Place Chauderon 24

1003 LAUSANNE

Tél. : 021 661 30 38 Fax : 021 661 30 39 Tél. : 021 784 06 69

Domaine d'activité : jeunesse

Individuelle/Groupe

Email : proju-lsne@bluewin.ch

Portable : 079 662 74 60

GRUETTER FURLER Teresa

Via Ronco 28A

6618 ARCEGNO

Canton(s) de supervision : Tessin

Tél. : 091 791 09 43

Domaine d'activité : foyer

Individuelle/Groupe

Portable : 079 293 96 26

GSCHWEND Christine

Rte de Clémesin 8

2057 VILLIERS

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Jura - Neuchâtel

COLLEGE DES ACACIAS

Rue de Pierre-à-Bot 24

2002 NEUCHATEL

Fax : Tél. : 032 853 45 16

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : christine.gschwend@net2000.ch Email : christine.gschwend@rpn.ch

Portable : 076 502 27 16

GUELAT Gabriel

Chemin de Champ-Pamont 31

1033 CHESEAUX-SUR-LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

L'ESPERANCE

Rte de Lavigny 7

1163 ETOY

Tél. : 021 821 13 13 Fax : 021 821 13 14 Tél. : 021 731 38 96

Domaine d'activité : éducation, handicap mental adulte

Individuelle/Groupe

Email : g.guelat@hispeed.ch Email : g.guelat@esperance.ch

Portable : 079 687 13 61

-!20!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

HODEL Danièle

Chemin Château Sec 35

1009 PULLY

Canton(s) de supervision : Vaud

CENTRE MEDICO-SOCIAL PRILLY

Rte de Cossonay 26

1008 PRILLY

Tél. : 021 620 02 70 Fax : 021 620 02 80 Tél. : 021 728 68 83

Domaine d'activité : médico-social

Individuelle/Groupe

Email : danièle.hodel@omsv.vd.ch

HUGUENIN Eric

Av. Fornachon 6

2034 PESEUX

Canton(s) de supervision : Neuchâtel - Vaud

FONDATION DE VERNAND

Chemin de Praz-Lau 5

1033 CHESEAUX-SUR-LAUSANNE

Tél. : 021 731 94 11 Fax : 021 731 94 13

Domaine d'activité : handicap mental

Individuelle/Groupe

Email : ehuguenin@dplanet.ch Email : qualite@fondation-de-vernand.ch

Portable : 076 345 60 11

HUTMACHER Ruth

Rue Montchoisy 74

1207 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 786 76 26 Fax : 0222 786 76 26

Domaine d'activité : anciennement petite enfance, délingance juvénile

Individuelle/Groupe

Email : ruth.hutmacher@bluewin.ch

Portable : 079 359 74 80

ISCHER Olivier

Chemin des Merles 21

1213 ONEX

Canton(s) de supervision : Genève

LE POINT

Rue Ardutius-de-Faucigny 2

1204 GENEVE

Tél. : 022 327 08 08 Tél. : 022 793 84 36

Domaine d'activité : développement collectif, gestion de crise

Individuelle

Email : olivier.ischer@etat.ge.ch

Portable : 079 645 23 43

JECKER Thomas

Route de la Berra 14

1752 VILLARS-SUR-GLANE

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Genève - Jura - Neuchâtel - Valais - Vaud

HEF-TS

Rue Jean-Prouvé 10

1762 GIVISIEZ

Tél. : 026 460 85 70 Fax : 026 460 85 71 Tél. : 026 401 28 88

Domaine d'activité : travail social / santé-social

Individuelle/Groupe

Email : jecker@hef-ts.ch

Portable : 079 669 03 49

-!21!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

JOLY Marc

Av. de la Praille 32

1227 CAROUGE

Canton(s) de supervision : Genève

ARC-EN-CIEL

Route de Soral 12

1232 CONFIGNON

Tél. : 022 757 23 38 Fax : 022 757 49 97 Tél. : 022 342 49 35

Domaine d'activité : éducation, groupe psychodrame, thérapie famille

Individuelle

Email : marcjolych@hotmail.com Email : arcenciel@astural.ch

Portable : 079 661 66 53

KELLER Véréna

Rue des Gares 27

1201 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

EESP - ECOLE D'ETUDES SOCIALES ET PEDAGOGIQUES

Chemin des Abeilles 14

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 62 00 Tél. : 022 733 48 74

Domaine d'activité : service social, pauvreté, politique sociale

Individuelle/Groupe

Email : vkeller@eesp.ch

KOBEL Michèle

Ch. du Motier 5

2024 ST-AUBIN

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

COLLEGE SECONDAIRE LES CERISIERS

Rue Lancelot 1

2023 GORGIER

Tél. : 032 836 29 79 Fax : 032 836 29 80 Tél. : 032 835 48 01

Domaine d'activité : pdagogie, ens., soutien, formation, accompagnement

Individuelle

Email : michele.kobel@rph.ch Email : michele.kobel@rpn.ch

Portable : 079 209 09 16

KOLLY-OTTIGER Isabelle

Rue Fontanel 5

1227 CAROUGE

Canton(s) de supervision : Genève

CEFOC

Rue des Voisins 30

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 33 Fax : 022 781 62 34 Tél. : 022 301 27 36

Domaine d'activité : social - santé

Individuelle/Groupe

Email : ikollyo@freesurf.ch

Portable : 076 576 74 26

KOTTELAT Jacques

Moissons 11

2800 DELEMONT

Canton(s) de supervision : Berne - Jura

AEMO - FONDATION ST-GERMAIN

Chemin du Creux-de-la-Terre 1

2800 DELEMONT

Tél. : 032 422 55 43 Fax : Tél. : 032 422 04 47 Fax : 032 423 01 94

Domaine d'activité : éducation spécialisée, formation d'adultes

Individuelle/Groupe

Email : j.kottelat@bluewin.ch

Portable : 079 280 03 42

-!22!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

KRAYENBUHL BAUDOUIN Chantal

Avenue des Tilleuls 34

1203 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

LE CHATELEINE

Rte de Vernier 92

1219 LE LIGNON

Tél. : 022 796 82 64 Fax : 022 796 83 12 Tél. : 022 345 39 31 Fax : 022 796 83 12

Domaine d'activité : externat pédagothérapeutique

Individuelle/Groupe

Email : chatelaine@astural.ch Email : chatelaine@astural.ch

KREBS Blaise-Alain

Impasse des Pins 6

2016 CORTAILLOD

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

FOYER JEANNE ANTIDE

Rue de la Jardinière 121

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 913 16 14 Fax : 032 914 10 68 Tél. : 032 842 45 37

Domaine d'activité : petite enfance

Individuelle/Groupe

Email : mabak@bluewin.ch Email : blaise-alain.krebs@ne.ch

Portable : 079 635 43 32

KRETSCHMER Micheline

Rue du Conseil Général 18

1205 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève - Jura - Neuchâtel - Vaud

Tél. : 022 328 35 17

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : micheline.kretschmer@bluewin.ch

KRONNER Denis

Maisons familiales 37

1018 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 647 88 08

Domaine d'activité : santé mentale - handicap - éducation

Individuelle/Groupe

KRUTTLI Françoise

Rue du Nord 28

2800 DELEMONT

Canton(s) de supervision : Jura

ECOLE PUBLIQUE PRIMAIRE

Rue des Arquebusiers 9

2800 DELEMONT

Tél. : 032 422 78 33 Tél. : 032 422 45 19

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : françoise.kruttli@educonet.ch

-!23!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

KURZ GUILLOT Josette

Rue Amat 6

1202 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 732 08 86

Domaine d'activité : parents - enfants

Individuelle/Groupe

Email : jokurz@freesurf.ch

LACASA Marie-Josée

Promenade de l'Europe 35

1203 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

LACASA MARIE-JOSE, PSYCHOLOGUE

Rue des Eaux-Vives 94

1207 GENEVE

Tél. : 022 345 40 73

Domaine d'activité : psychothérapie couple, famille

Individuelle/Groupe

Email : laca-mac@bluewin.ch Email : laca-mac@bluewin.ch

Portable : 079 206 44 79

LAPOUILLE Anne-Dominique

Rue des Confessions 5

1203 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

FOYER PICCOLO

Rte du Grand-Lancy 161

1213 ONEX

Tél. : 022 793 86 92 Tél. : 022 340 14 25

Domaine d'activité : enfance

Individuelle/Groupe

Email : alapuille@bluewin.ch

LECHENNE Philippe

Rue du Roveray 11

1207 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

OFFICE PROTESTANT

Rue de la Madeleine 10

1204 GENEVE

Tél. : 022 311 82 11 Fax : 022 312 29 79 Tél. : 022 736 06 89

Domaine d'activité : consultations

Groupe

Email : plechenne@bluewin.ch

LECHENNE-RICHARD Colette

Rue du Roveray 14

1207 GENEVE

Canton(s) de supervision : Valais

LECHENNE COLETTE

Rue du Roveray 14

1207 GENEVE

Tél. : 022 700 41 64 Fax : 022 700 41 64 Tél. : 022 700 41 64 Fax : 022 700 41 64

Domaine d'activité : éducatif, social et thérapeutique

Individuelle/Groupe

Email : clechenne@artsalou.ch

-!24!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

LEDERREY Léo

Les Puisses

1987 HEREMENCE

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

HEVS2 TRAVAIL SOCIAL

Gravelone 5

1950 SION

Fax : o27 281 24 58 Tél. : 027 281 24 58 Fax : 027 281 24 58

Domaine d'activité : relations humaines

Individuelle/Groupe

Email : leo@relationshumaines.ch Email : leo@relationshumaines.ch

Portable : 079 434 85 18

LEIBELT Ruth

Clos de la Fonderie 21

1227 CAROUGE

Canton(s) de supervision : Genève

CENTRE LE PONT

Place de l'Octroi 11

1227 CAROUGE GE

Tél. : 022 342 00 23 Tél. : 022 300 44 24

Domaine d'activité : adolescence et autres

Individuelle/Groupe

LEYMARIE PADUANO Maire-Françoise

1613 MARACON

Canton(s) de supervision : Fribourg - Neuchâtel - Vaud

CENTRE COMMUNAL POUR ADOLESCENTS

Avenue de Valmont 35

1010 LAUSANNE

Tél. : 021 653 16 22 Fax : 021 653 16 62 Tél. : 021 907 94 84

Domaine d'activité : éducation spécialisée

Individuelle/Groupe

Email : marie_francoise.leymairie@lausanne.ch Email : marie-francoise.leymarie@lausanne.ch

LIBOIS Joëlle

Rue Centrale 6

1247 ANIERES

Canton(s) de supervision : Genève

INSTITUT D'ETUDES SOCIALES

Rue Prévost-Martin 28

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 52 Fax : 022 322 14 99 Tél. : 022 751 11 58 Fax : 022 322 14 99

Domaine d'activité : animation/analyse du travail/dynamique d'équipe

Individuelle/Groupe

Email : joelle.libois@ies.unige.ch Email : joelle.libois@ies.unige.ch

LOVY REBETEZ Béatrice

Rue Dumont 83

2800 DELEMONT

Canton(s) de supervision : Jura

ECOLE PUBLIQUE SECONDAIRE

Geneveret

2824 VICQUES

Tél. : 032 432 64 92 Tél. : 032 422 81 80

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle

Email : b.lovyrebetez@bluewin

-!25!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MADER Laurent

Combe-Sandoz 11

2400 LE LOCLE

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

FAS

Rue du Collège 11 / C.P. 2163

2302 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 919 75 17 Fax : 032 919 65 16 Tél. : 032 931 65 37 Fax : 032 931 65 37

Domaine d'activité : service social

Individuelle/Groupe

Email : laurent.mader@bluewin.ch Email : Laurent.Mader@ne.ch

MAHLER Jean

En Amont

1784 WALLENRIED

Canton(s) de supervision : Fribourg - Neuchâtel - Vaud

MAHLER

Route du Mont-Carmel 2

1762 GIVISIEZ

Tél. : 026 466 82 22 Fax : 026 466 82 22 Tél. : 026 466 82 22 Fax : 026 466 82 22

Domaine d'activité : psychtérapie, supervision, formation adultes

Individuelle/Groupe

MAHOT Georges

Route d'Ecône 2

1907 SAXON

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

HOME LA TOUR EMERA

Av. St-François 18

1950 SION

Tél. : 027 322 22 38 Fax : 027 322 82 51 Tél. : 027 744 35 39

Domaine d'activité : adultes souffrant de troubles psychiques

Individuelle/Groupe

Email : gmahot@yahoo.fr Email : hometour@emera.ch

Portable : 078 804 11 51

MAILLEFER Fabienne

Rue des Pêcheurs 8

1400 YVERDON-LES-BAINS

Canton(s) de supervision : Genève - Valais - Vaud

MAILLEFER FABIENNE

Centre St-Roch, Rue des Pêcheurs 8

1400 YVERDON-LES-BAINS

Tél. : 024 425 24 27

Domaine d'activité : superv., formation, dom. adductions, ados, adultes

Individuelle/Groupe

Email : fabienne.maillefer@bluewin.ch Email : fabienne.maillefer@bluewin.ch

Portable : 078 640 38 00

MARGUET Jean-Claude

Rue Abraham-Robert 2

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

SERVICE D'ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

Rue de l'Ecluse 67

2001 NEUCHATEL 1

Tél. : 032 889 69 20 Tél. : 032 913 12 12 Fax : 032 913 12 12

Domaine d'activité : enseignement obligatoire

Individuelle/Groupe

Email : jean-claude.marguet@bluewin.ch

-!26!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MARQUIS Annemarie

Avenue des Bosquets-de-Julie 42

1815 CLARENS

Canton(s) de supervision : Vaud

CHUV - FORMATION CONTINUE DES SOINS INFIRMIERS

Mont Paisible 16

1011 LAUSANNE

Tél. : 021 314 18 62 Fax : 021 314 18 28 Tél. : 021 964 33 38

Domaine d'activité : enseignement, consultation et supervision

Individuelle/Groupe

Email : Annemarie.Marquis@chuv.hospvd.ch

MARRO Jean-Jacques

Avenue de la Plage 69

1028 PREVERENGES

Canton(s) de supervision : Vaud

ASSOCIATION RELAIS DE MORGES

Grand-Rue 82

1110 MORGES

Tél. : 021 804 88 11 Fax : 021 801 86 02 Fax : 021 803 47 67

Domaine d'activité : Toxicomanie / sida

Individuelle

Email : jjmarro@relais.ch Email : administration@relais.ch

Portable : 079 233 30 06

MARTIN Philippe-André

Chemin du Frêne 6

1004 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 021 646 24 63

Domaine d'activité : éducatif/paramédical/anim./thérapie famille

Individuelle/Groupe

MARTINAL-BESSERO Brigitte

Rue de la Poste 24

1926 FULLY

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

MARTINAL BESSERO

Rue de la Poste 24

1926 FULLY

Tél. : 027 746 17 00 Fax : 027 746 17 00 Tél. : 027 746 17 00 Fax : 027 746 17 00

Domaine d'activité : privé, 20% institution, chargée de cours HES Sion

Individuelle/Groupe

Email : stephane.bessero@mycable

Portable : 079 611 57 26

MATTHEY Pierre

Rte du Saconnex d'Arve 252

1228 PLAN-LES-OUATES

Canton(s) de supervision : Genève

FOYER CLAIR BOIS - PINCHAT

Chemin Henry Baumgartner 5

1234 VESSY

Tél. : 022 827 89 50 Fax :

Domaine d'activité : adultes poly-handicapés

Individuelle/Groupe

Portable : 078 618 01 09

-!27!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MAURY Odile

Rue Délèze 12

1920 MARTIGNY

Canton(s) de supervision : Valais

LIGUE VALAISANNE CONTRE LES TOXICOMANIES

Rue d'Octodure 10 B

1920 MARTIGNY

Tél. : 027 721 26 33 Fax : 027 723 23 22 Tél. : 027 722 77 57

Domaine d'activité : toxicomanies + alcool

Individuelle

Email : odilemaury@hotmail.com Email : odile.maury@lvt.ch

MAYE Olivier

Ch. des Collines 5

1950 SION

Canton(s) de supervision : Valais

CYCLE D'ORIENTATION DE ST-GUERIN

Avenue Petit-Chasseur 43

1950 SION

Tél. : 027 324 13 32 Tél. : 027 321 31 00

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle/Groupe

MAYOR Simone

Au Praz Derrey

1613 MARACON

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

Tél. : 021 907 82 52 Fax : 021 907 82 52

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : mayor-bieler@bluewin.ch

MERCIER Madeleine

Rue de Lausanne 25

1028 PREVERENGES

Canton(s) de supervision : Vaud

AEMO LAUSANNE

Route d'Oron 77

1010 LAUSANNE

Tél. : 021 651 04 04 Fax : 021 651 04 00 Tél. : 021 801 74 76

Domaine d'activité : milieu ouvert

Individuelle/Groupe

Email : aemo.lausanne@fjfnet.ch

METRAL Alain

Les Neys 11

1872 TROISTORRENTS

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 024 477 30 53 Fax : 024 477 30 53

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : a.metral@econophone.ch

Portable : 079 433 23 14

-!28!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MONARD Philippe

La Porte des Chaux

2405 LA CHAUX-DU-MILIEU

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

OFFICE DES TUTELLES

Rue du Rocher 7

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 919 75 28 Tél. : 032 936 11 35

Domaine d'activité : service social

Individuelle/Groupe

Email : Philippe.Monard@ne.ch Email : Philippe.Monard@ne.ch

MONNERET Gérard

Ch. du Petit Clos 3

1800 VEVEY

Canton(s) de supervision : Vaud

CLASSES ENSEIGNEMENT SPECIALISE 3

Ch. du Petit-Clos 3

1800 VEVEY

Tél. : 021 925 59 81 Fax : Tél. : 021 922 90 74

Domaine d'activité : enseignement branches générales + TM

Individuelle

MONNIER Sylvie

Rampe de Chavant 12

1232 CONFIGNON

Canton(s) de supervision : Genève

CEFOC

Rue des Voisins 30

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 47 Tél. : 022 757 57 90

Domaine d'activité : formation continue

Individuelle/Groupe

Email : sylvie.monnier@ies.unige.ch

MORA-BROGLI Agnès

Route de Genève 36

1180 ROLLE

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

PRE DE VERT - ENSEIGNEMENT SPECIALISE

Route de Genève 34

1180 ROLLE

Tél. : 021 825 30 21 Tél. : 021 825 30 04 Fax : 021 825 30 15

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle/Groupe

Email : lesmora@bluewin.ch

Portable : 079 274 68 30

MORARD Marie-josé

Ch. des Recluses 10

1213 PETIT-LANCY

Canton(s) de supervision : Genève

FONDATION SGIPA

Rue Alexandre Gavard 35

1227 CAROUGE

Tél. : 022 342 62 70 Fax : 022 342 62 70 Tél. : 022 793 73 10 Fax : 022 793 73 10

Domaine d'activité : pers. hand. mentale adultes et enfants

Individuelle

Email : majo.morard@freesurf.ch

Portable : 079 446 32 36

-!29!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MOREL Martine

Le Château

1358 VALEYRES-SOUS-RANCES

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 024 441 03 73 Fax : 024 441 03 73

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : m.morel@bluewin.ch

MOREL-FAVRE Christine

Avenue Glayre 5

1004 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

LE COTEAU

Ch. de Grand-Vennes 32

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 653 11 08 Tél. : 021 647 32 55

Domaine d'activité : encadrement relation parents - enfant

Individuelle/Groupe

Portable : 079 703 52 84

MOSIMANN Bernard

Route des Alpes 883

01280 PREVESSIN-MOENS

Canton(s) de supervision : Genève

MAISON D'ENFANTS PIERRE GRISE

Chemin des Chênes 15

1294 GENTHOD

Tél. : 022 959 70 10 Tél. : 0033 450 28 00 53

Domaine d'activité : internat pédago-thérapeutique

Individuelle/Groupe

Email : bernard.mosimann@hiscali.fr Email : bernard.mosimann@ge-ariane.ch

MOTTET Philippe

Rte de Signèse 38

1966 AYENT

Canton(s) de supervision : Valais

VILLA FLORA

Chemin des Cyprès 4

3964 MURAZ(SIERRE)

Tél. : 027 455 75 51 Tél. : 027 398 30 22

Domaine d'activité : dépendance

Individuelle/Groupe

Portable : 079 540 14 04

MOULIN Daniel

Rue des Vergers 23

1941 VOLLEGES

Canton(s) de supervision : Valais

CMS ENTREMONT

La Cure

1933 SEMBRANCHER

Tél. : 027 785 25 85 Fax : 027 785 25 38 Tél. : 027 785 18 71

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : sms.dmoulin@dransnet.ch

-!30!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

MOULIN Fabien

Rue de l'Eglise 10

1975 ST-SEVERIN

Canton(s) de supervision : Fribourg - Valais - Vaud

MOULIN

Rue du Rhône 29

1950 SION

Tél. : 079 695 57 44

Domaine d'activité : éducation, social

Individuelle/Groupe

Email : fabien.moulin@tvsenet.ch Email : fabien.moulin@tvs2net.ch

Portable : 079 645 57 44

MOUTHON Olivier

Route du Chili 2

1870 MONTHEY

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

CENTRE DES MARMETTES

Case postale 1363

1870 MONTHEY

Tél. : 024 472 19 09 Fax : 024 472 19 42

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : o.mouthon@frsa.ch Email : o.mouthon@frsa.ch

Portable : 079 477 36 29

MUSILLO Italo

c/o Sémaphore C.P. 3074

1211 GENEVE 3

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud - Tessin

COLLECTIF SEMAPHORE

1211 GENEVE 3

Tél. : 022 736 95 81

Domaine d'activité : sociologie d'équipe et d'institutions

Groupe

Email : semaphore5@hotmail.ch

Portable : 079 691 20 78

MUSILLO Simonetta

c/o Sémaphore C.P. 3074

1211 GENEVE 3

Canton(s) de supervision : Genève

COLLECTIF SEMAPHORE

1211 GENEVE 3

Tél. : 022 736 95 81

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : semaphore5@hotmail.ch

PAVILLON WEISS Janine

Montligstrasse 1

2575 TAUFFELEN

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Neuchâtel

Tél. : 032 396 22 19 Fax : 032 396 22 19

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : jpavillonweiss@bluewin.ch

Portable : 079 603 75 90

-!31!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

PERROT Muriel

Rte Suisse 196

1290 VERSOIX

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

Tél. : 022 755 45 39

Domaine d'activité : accompagnement personnes malades et en fin de vie

Individuelle

PETIGNAT Pierre

La Violette 111

2517 DIESSE

Canton(s) de supervision : Berne

HEP-BEJUNE

Ch. de la Ciblerie 45

2503 BIEL/BIENNE

Tél. : 032 366 59 00 Tél. : 032 315 26 13 Fax : 032 315 26 13

Domaine d'activité : pédagogie + divers

Individuelle/Groupe

Email : pierre.petignat@hep.bejune.ch Email : ipb@hep-bejune.ch

Portable : 079 437 25 63

PEZZOLI Lorenzo

Carlo Pasta 3 B

6850 MENDRISIO

Canton(s) de supervision : Tessin

ANTENNA ALICE

Via al Chioso 3

6900 LUGANO

Tél. : 091 973 30 30 Fax : 091 971 87 79 Tél. : 091 646 33 61 Fax : 091 646 19 25

Domaine d'activité : toxicodependance

Individuelle/Groupe

Email : lorenzooezzoli@dplanet.ch Email : alicel@bluewin.ch

Portable : 076 317 10 58

PFISTER Jean-René

Rue Jean-Pelletier 5

1225 CHENE-BOURG

Canton(s) de supervision : Genève

SERVICE DE PROTECTION DE LA JEUNESSE

Rue Adrien Lachenal 8

1211 GENEVE 3

Tél. : 022 327 63 45 Fax : 022 327 63 52 Tél. : 022 348 55 07

Domaine d'activité : divorce

Individuelle

Portable : 078 613 94 79

PFISTNER Sylviane

Sentier de Courtaraye 8

1073 SAVIGNY

Canton(s) de supervision : Fribourg - Neuchâtel - Valais - Vaud

ESPACE RESSOURCES SARL

Rue St-Etienne 4

1005 LAUSANNE

Tél. : 021 320 23 33 Tél. : 021 781 29 70 Fax : 021 781 29 84

Domaine d'activité : institrutions, professionnels socio-éducatifs

Individuelle/Groupe

Email : s.pfistner@espaceressources.com Email : s.pfistner@espaceressources.com

Portable : 079 210 20 27

-!32!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

RAIS Georges

Rue Chanteclair 19

2800 DELEMONT

Canton(s) de supervision : Berne - Jura

Tél. : 032 422 53 88

Domaine d'activité : travail social, éducation, enseignement

Individuelle/Groupe

Email : georgesrais@bluewin.ch

RENAUD Alain

Avenue du Muret 12

1110 MORGES

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 801 76 19 Fax : 021 801 76 24

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : alain.claudin.renaud@bluewin.ch

REUSSER Monique

Av. Glayre 15

1004 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

CENTRE MEDICO-SOCIAL - RESIDENCE DU TALENT

Côte à Tenot 1

1040 ECHALLENS

Tél. : 021 886 16 20 Fax : 021 886 16 29 Tél. : 021 647 29 04

Domaine d'activité : santé-social / maintien à domicile

Individuelle

Email : monique.reu@vtx.ch Email : monique.reusser@omsv.vd.ch

REVERSAT Anny

Chemin du Pré-du-Camp 18

1228 PLAN-LES-OUATES

Canton(s) de supervision : Genève

Tél. : 022 793 26 41 Fax : 022 793 26 41

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : areversat@télé2.ch

REYMOND Anne-Marie

Les Jordils

1080 LES CULLAYES

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

CENTRE SOCIAL REGIONAL DE L'OUEST LAUSANNOIS

Rue de Lausanne 21

1020 RENENS VD

Tél. : 021 903 32 70

Domaine d'activité : Protection de la jeunesse

Individuelle/Groupe

Portable : 079 261 46 74

-!33!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

REYMOND-LECHOT Mireille

Chemin du Polny 9

1066 EPALINGES

Canton(s) de supervision : Fribourg - Genève - Valais - Vaud

CENTRE SOCIAL REGIONAL DE L'OUEST LAUSANNOIS

Rue de Lausanne 21

1020 RENENS VD

Tél. : 021 632 77 42 Fax : 021 632 77 98 Tél. : 021 320 64 29 Fax : 021 320 64 29

Domaine d'activité : protection de la jeunesse

Individuelle/Groupe

Email : mireille.reymond@tmin.vd.ch Email : Anne-Marie.Reymond@admin.vd.ch

Portable : 079 423 76 85

RODARI Riccardo

Boulevard Carl-Vogt 89

1205 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

INSTITUT D'ETUDES SOCIALES

Rue Prévost-Martin 28

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 95 Tél. : 022 328 71 54

Domaine d'activité : travail social

Groupe

Email : r.rodarti@bluewin.ch Email : riccardo.rodari@ies.unige.ch

ROSSIER Claude

Rue du Stade

1992 LES AGETTES

Canton(s) de supervision : Valais

SERVICE ESPACE DE MEDIATIONS

Rue des Remparts 8

1950 SION 1

Tél. : 079 409 14 87 Tél. : 027 207 14 28

Domaine d'activité : jeunesse, famille, médiation, chargé cours

Individuelle/Groupe

Email : Claude.Rossier@admin.vs.ch Email : claude.rossier@admin.vs.ch

Portable : 079 409 14 87

ROSSIER Marc

Rue de Pierre Fleur 65

1958 UVRIER

Canton(s) de supervision : Valais

OFFICE CANTONAL POUR LA PROTECTION DE L'ENFANT

Avenue Max-Huber 2

3960 SIERRE

Tél. : 027 451 20 55 Fax : 027 451 20 59 Tél. : 027 203 67 75

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : marc.rossier@netplus.ch

Portable : 079 224 45 11

ROSSIER DELALOYE Christiane

Chemin de la Cure 11

1012 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

COPAI

Rue des Uttins 38

1400 YVERDON-LES-BAINS

Tél. : 024 447 44 44 ou 48 Fax : 024 447 44 40 Tél. : 021 652 83 57 Fax : 021 653 19 27

Domaine d'activité : socioprofessionnel, évaluation globale

Individuelle/Groupe

Email : christiane.rossier.delaloye@vtxnet.ch Email : christiane.rossier.delaloye@oriph.ch

Portable : 079 273 26 92

-!34!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

ROUGET Etienne

Sous le Vernay

74490 ONNION

Canton(s) de supervision : Genève

CENTRE DE LOISIRS ET DE RENCONTRES

Route de Jussy 39

1226 THONEX

Tél. : 022 348 75 32 Fax : 022 348 31 90 Tél. : 0033 450 35 70 98

Domaine d'activité : animation socioculturelle

Individuelle/Groupe

Email : etienne.rouget@wanadoo.fr

ROULET Délphine

Rue Fontaine-André 7

2000 NEUCHATEL

Canton(s) de supervision : Neuchâtel - Vaud

UNIVERSITE - INSTITUT DE PSYCHOLOGIE BFSH2

Dorigny

1015 LAUSANNE 15

Tél. : 021 692 32 80 Tél. : 032 724 10 15

Domaine d'activité : gérontologie psychosociale

Individuelle/Groupe

Email : Delphine.Roulet@ip.unil.ch Email : Delphine. Roulet@unil.ch

Portable : 076 537 62 63

ROY Louis-Pierre

Ch. de Dallaz 16

1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

EESP - ECOLE D'ETUDES SOCIALES ET PEDAGOGIQUES

Chemin des Abeilles 14

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 62 00 Tél. : 021 701 08 48

Domaine d'activité : enseignement - formation

Individuelle/Groupe

Email : lproy@eesp.ch

RUDAZ Danielle

Quai Capo-d'Istria 7

1205 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

CEFOC

Rue des Voisins 30

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 320 39 75 Fax : 022 781 62 34 Tél. : 022 329 74 34

Domaine d'activité : créativit, écriture, petite enf., aide victimes...

Individuelle

RUDAZ Rita

Chemin de la Comète 11

1096 VILLETTE (LAVAUX)

Canton(s) de supervision : Vaud

Domaine d'activité : social et culturel

Individuelle/Groupe

Email : ritarudaz@yahoo.fr

Portable : 079 250 29 76

-!35!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

RUFER Christiane

Charmettes 79

2000 NEUCHATEL

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

COLLEGE DU MAIL

Av. Bellevaux 52

2000 NEUCHATEL

Tél. : 032 730 22 18

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : crufer@bluemail.ch

SAULMIER-HUMBERSET Judith

Ch. du Vieux-Bureau 96

1217 MEYRIN

Canton(s) de supervision : Genève

ASSOCIATION APPARTEMENT DE JOUR - APAJ

Rue des Asters 4

1202 GENEVE

Tél. : 022 733 07 64 Fax : 022 739 32 04 Tél. : 022 782 79 69

Domaine d'activité : accueil de jour, personne souffrant probl psych.

Individuelle

Email : apaj@asil.ch

Portable : 078 743 68 59

SCHINDELHOLZ Maryvonne

Place de la Foire 8A

2800 DELEMONT

Canton(s) de supervision : Berne - Jura - Neuchâtel

Tél. : 032 422 30 57

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Portable : 078 613 97 97

SCHNEIDER François

Rue Bellevue 9

2206 LES GENEVEYS-SUR-COFFRANE

Canton(s) de supervision : Fribourg - Jura - Vaud

Tél. : 032 857 15 64 Fax : 032 857 15 64

Domaine d'activité : systémique CAM

Individuelle

Email : fschneider@modeleurargile.com

SERMET Isabelle

Rue des Dolaires 6 A

2063 SAULES

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

Tél. : 032 853 53 61 Fax : 032 853 53 61

Domaine d'activité : pédagogie, systémique CHM

Individuelle/Groupe

-!36!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

SEURET Jean-Claude

Route du Grand-Lancy 159

1213 ONEX

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

FONDATION DU MIDI

Chemin du Midi 2

1260 NYON

Tél. : 022 994 75 00 Fax : 022 994 75 30 Tél. : 022 793 41 57 Fax : 022 793 41 57

Domaine d'activité : établissement médico-social

Individuelle

Email : jseuret@infomaniak.ch Email : dir@fondationmidi.org

Portable : 079 344 01 80

SIERRO-CHAVAZ Colette

Rue du Simplon 10

1920 MARTIGNY

Canton(s) de supervision : Fribourg - Neuchâtel - Valais - Vaud

OFFICE CANTONAL POUR LA PROTECTION DE L'ENFANT

Rue d'Octodure 10 B

1920 MARTIGNY

Tél. : 027 721 26 15 Fax : 027 721 26 65 Tél. : 027 722 19 01 Fax : 027 721 26 65

Domaine d'activité : office des mineurs VS

Individuelle/Groupe

Email : colette.sierro@admin.vs.ch

Portable : 079 720 43 85

SILVANIE Jacques

Avenue du Simplon 60

1870 MONTHEY

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

Tél. : 024 471 70 72 Fax : 024 472 25 65

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Portable : 079 254 46 09

SOGUEL Isabelle

Place du Marché 23 A

1880 BEX

Canton(s) de supervision : Valais - Vaud

EESP - ECOLE D'ETUDES SOCIALES ET PEDAGOGIQUES

Chemin des Abeilles 14

1000 LAUSANNE 24

Tél. : 021 651 62 00 Tél. : 024 463 45 75

Domaine d'activité : travail social / formation pratique

Individuelle/Groupe

Email : isabelle.soguel@bluewin.ch

STAUB Marcel

Rue du Château

1376 GOUMOENS-LA-VILLE

Canton(s) de supervision : Vaud

CEPM

Av. de Marcelin 31 C.P. 240

1110 MORGES 1

Tél. : 021 881 39 54

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : netystaub@yahoo.fr

-!37!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

STAUFFER Didier

Chemin de la Colline 36

1400 YVERDON-LES-BAINS

Canton(s) de supervision : Vaud

COM-IMPULS

Rue du Lac 44

1400 YVERDON-LES-BAINS

Tél. : 024 426 51 44 Fax : 024 426 51 44 Tél. : 024 425 40 84

Domaine d'activité :

Groupe

Portable : 079 467 08 36

STAUFFER Jean-Daniel

Rue de l'Helvétie 54

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

OFFICE DES MINEURS

Rue du Rocher 7

2300 LA CHAUX-DE-FONDS

Tél. : 032 919 66 45 Tél. : 032 926 53 22

Domaine d'activité : famille, enfants, protection de l'enfance

Individuelle/Groupe

Email : Jean-Daniel.Stauffer@ne.ch Email : Jean-Daniel.Stauffer@ne.ch

STEGMULLER-HAERING Anne

Près du Puit 3

1273 ARZIER

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

Tél. : 022 366 08 18 Fax : 022 366 08 18

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle/Groupe

STERN Eric

Avenue de la Gare 2

1434 EPENDES

Canton(s) de supervision : Neuchâtel - Valais - Vaud

FONDATION JEUNESSE ET FAMILLES - DIRECTION

Avenue Vinet 19bis

1004 LAUSANNE

Tél. : 021 644 20 37 Fax : 021 644 20 40 Tél. : 024 435 11 12

Domaine d'activité : éducation spécialisée, management

Individuelle/Groupe

Email : ericstern@vtxnet.ch Email : eric.stern@fjfnet.ch

Portable : 079 202 47 69

STITELMANN Jacques

Rue Malnati 9

1217 MEYRIN

Canton(s) de supervision : Genève

L'ATELIER

Av. du Mail 24

1205 GENEVE

Tél. : 022 320 39 93 Fax : 022 320 39 93

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : www.L-atelier.ch

-!38!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

STOCKAR Dana

Rue Georges-Jordil 3

1700 FRIBOURG

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

FOYER DES BONNESFONTAINES

Route des Bonnesfontaines 30

1700 FRIBOURG

Tél. : 026 460 14 32

Domaine d'activité : séjours de rupture en montagne

Individuelle/Groupe

Email : dstockar@yahoo.com

Portable : 079 343 02 06

STUCKY Jean-Pierre

Ch. du Renard 22

1219 AIRE

Canton(s) de supervision : Genève

CLAIR BOIS-LANCY

Av. du Petit-Lancy 7

1213 PETIT-LANCY

Tél. : 022 879 14 86 Tél. : 022 796 66 66

Domaine d'activité : handicap

Individuelle/Groupe

Email : jps@superviseurs.ch Email : formation.lancy@clairbois.ch

THEILLARD Nathalie

Chemin de Lugny 3

1031 MEX

Canton(s) de supervision : Fribourg - Vaud

CENTRE ORIPH

Chemin de Mont-de-Brez

1405 POMY

Tél. : 024 424 12 12 Fax : 024 424 12 13

Domaine d'activité : responsable de l'équipe sociale

Individuelle/Groupe

Email : nt1611@hotmail.com Email : nathalie.theilland@oriph.ch

Portable : 076 320 83 32

THIEBAUT Sylvain

Pré-Baron

1261 MARCHISSY

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

INSTITUT D'ETUDES SOCIALES

Rue Prévost-Martin 28

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 72 Fax : 022 322 14 99 Tél. : 022 368 12 10

Domaine d'activité : enseignement

Individuelle/Groupe

Email : sylvain.thiebaut@ies.unige.ch

Portable : 079 696 91 22

TISSOT Sylvie

Route du Noiret 797

74350 CRUSEILLES

Canton(s) de supervision : Genève

INSTITUT D'ETUDES SOCIALES

Rue Prévost-Martin 28

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 39 Fax : 022 781 62 34 Tél. : 0033 4 50 44 05 18

Domaine d'activité : travail social et psychomotricité

Individuelle/Groupe

Email : sylvie.tissot@ies.unige.ch

-!39!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

TOGNI Giordano

Rue Prévost-Martin 27

1207 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

ARC-EN-CIEL

Route de Soral 12

1232 CONFIGNON

Tél. : 022 757 23 38 Fax : 022 757 49 97 Tél. : 022 328 01 72

Domaine d'activité : enfance, pédago-thérapeutique

Individuelle/Groupe

Portable : 076 505 82 73

TOLOTTI Enrico

Rue St-Randoald 3F

2740 MOUTIER

Canton(s) de supervision : Berne - Jura

FONDATION CONTACT

Rue H.-F. Sandoz 26

2710 TAVANNES

Tél. : 032 481 15 16 Fax : 032 481 15 93 Tél. : 032 493 44 35 Fax : 032 481 15 93

Domaine d'activité : centre de traitement des dépendances

Individuelle/Groupe

Email : etolotti@hotmail.com Email : tolotti-contact@freesurf.ch

Portable : 078 675 51 80

TORRI-GREMAUD Christine

Route du Platy 5A

1752 VILLARS-SUR-GLANE

Canton(s) de supervision : Fribourg

FOYER ST-LOUIS

Rte de Morat 65

1700 FRIBOURG

Tél. : 026 347 27 03 Tél. : 026 402 63 53

Domaine d'activité : handicaps psychiques

Individuelle/Groupe

TRABER Jean

La Joratienne

1509 VUCHERENS

Canton(s) de supervision : Vaud

Tél. : 021 903 13 66

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : jeantraber@bluewin.ch

TSCHOPP Françoise

Rue Goetz-Monin 15

1205 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

CEFOC

Rue des Voisins 30

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 320 39 75 Tél. : 022 320 24 38

Domaine d'activité : formation continue

Individuelle/Groupe

Email : francoise.tschopp@ies.unige.ch

-!40!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

TURELL Jean

Ch. de Pé-Marquis 5 B

1241 PUPLINGE

Canton(s) de supervision : Genève

MAISON BOISSONNAS

Ch. de Grange-Canal 22

1208 GENEVE

Tél. : 022 700 43 43 Fax : 022 700 27 78 Tél. : 022 349 24 36

Domaine d'activité : SMP- enfants 6 à 13 ans

Individuelle

Email : familleturell@freesurf.ch

UDRESSY Olivier

Rue du Purgatoire 1

1204 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève - Valais - Vaud

ASSOCIATION GROUPE SIDA GENEVE

Rue Pierre-Fatio 17

1204 GENEVE

Tél. : 022 700 15 00 Fax : 022 700 15 47 Tél. : 022 348 77 90

Domaine d'activité : soutien, accomp. pers. vivant avec sida +formation

Individuelle/Groupe

Email : olivier@interactions.ch Email : olivier.udressy@groupesida.ch

Portable : 079 382 21 51

VENETZ Annie-Moria

Prolin

1987 HEREMENCE

Canton(s) de supervision : Valais

VENETZ ANNIE-MORIA

Av. de la Gare 24

1950 SION

Tél. : 027 323 48 82 Fax : 027 323 48 82 Tél. : 027 281 28 09 Fax : 027 281 33 29

Domaine d'activité : supervision - psychothérapie

Individuelle/Groupe

Email : amvenetz@bluewin.ch Email : amvernetz@bluewin.ch

Portable : 079 796 93 58

VIGLIARON Annie

Av. Ernest-Pictet 24

1203 GENEVE

Canton(s) de supervision : Genève

CENTRE DE LA FLORENCE (S.M.P.)

Rue du Bachet 14

1212 GRAND-LANCY

Tél. : 022 344 54 38

Domaine d'activité : service médico-pédagogique

Individuelle/Groupe

VOEGELI-ROSSI Gisèle

Avallons 60

1247 ANIERES

Canton(s) de supervision : Genève - Vaud

INSTITUT D'ETUDES SOCIALES

Rue Prévost-Martin 28

1211 GENEVE 4

Tél. : 022 322 14 88 Fax : 022 322 14 99

Domaine d'activité : IES

Individuelle/Groupe

Email : giselle.voegeli@ies.unige.ch Email : gisele.voegeli@ies.unige.ch

Portable : 079 372 92 61

-!41!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

VUILLE Jean

Place du Tilleul 1

2065 SAVAGNIER

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

CENTRE PEDAGOGIQUE DE MALVILLIERS

Malvilliers 3

2043 BOUDEVILLIERS

Tél. : 032 858 22 22 Tél. : 032 853 32 37

Domaine d'activité : enseignement et éducation spécialisée

Individuelle/Groupe

Email : Jean.Vuille@ne.ch

WANDELER Philippe

Route de la Heitera 34

1700 FRIBOURG

Canton(s) de supervision : Fribourg

FOYER DES BONNESFONTAINES

Rte des Bonnesfontaines 30

1700 FRIBOURG

Tél. : 026 460 14 50 Fax : 026 460 14 50 Tél. : 026 481 29 23 Fax : 026 460 14 50

Domaine d'activité : enfants, adultes, familles

Individuelle/Groupe

Email : ph.wandeler@freesurf.ch Email : ph.wandeler@freesurf.ch

WYSS Christine

Rue de l'Evole 8

2000 NEUCHATEL

Canton(s) de supervision : Berne - Fribourg - Genève - Jura - Neuchâtel - Valais - Vaud

Tél. : 032 731 95 52

Domaine d'activité : Trav. soc. de grpe, interv. coll., ens., superv.

Individuelle/Groupe

Email : ch.wyss@freesurf.ch

YERLY Didier

Rue Chasseran 1

2056 DOMBRESSON

Canton(s) de supervision : Neuchâtel

CENTRE PEDAGOGIQUE ET THERAPEUTIQUE

Rue Chasseran 1

2056 DOMBRESSON

Tél. : 032 854 25 25 Fax : 032 854 25 26 Tél. : 032 854 25 25 Fax : 032 854 25 26

Domaine d'activité : social et pédagogique

Individuelle/Groupe

Email : Didier.Yerly@ne.ch

Portable : 079 561 69 29

ZANONE Francesco

Avenue de l' Esplanade 11 D

1012 LAUSANNE

Canton(s) de supervision : Vaud

IPGL

Route de Chavannes 7

1007 LAUSANNE

Tél. : 021 625 15 26 Fax : 021 625 17 42 Tél. : 021 653 22 70

Domaine d'activité :

Individuelle/Groupe

Email : zanonefr@yahoo.fr Email : francesco.zanone@ipgl.ch

-!42!- 07.04.05

Adresse privée Adresse professionnelle

ZUMBACH DE ROUGEMONT Anne

Chemind'Archamps 8

1257 LA CROIX-DE-ROZON

Canton(s) de supervision : Genève

ECOLE D'AIDE FAMILIALE

Avenue de la Roseraie 25

1205 GENEVE

Tél. : 022 322 00 60 Fax : 022 322 00 69 Tél. : 0033 450 43 66 63

Domaine d'activité :

Individuelle

Email : a.zumbach-de-rougement@adm.ge.ch

Portable : 079 217 28 32

ZURN Françoise

Route de Montfleury 52

1214 VERNIER

Canton(s) de supervision : Genève

SERVICE MEDICO-PEDAGOGIQUE

Boulevard St-Georges 16-18

1205 GENEVE

Tél. : 022 327 43 83 Fax : 022 327 43 20 Tél. : 022 930 01 51 Fax : 022 930 01 56

Domaine d'activité : trav. psycho-social avec ado + famille

Individuelle

Email : francoise.zurn@etat.ge.ch

-!43!- 07.04.05

Le coaching
un art, une culture, une attitude !

Cycle de formation « en coaching »sous la direction de Jacques DEKONINCK
de l’Académie Belge de Coaching

Le coaching est un processus d'accompagnement à l'action d'individus ou d'équipes. Cet accompagnement vise la libération et l'expression des ressources et des compétences des acteurs, grâce à une activité de soutien pertinent, concomitant et efficient. Sous cet angle, le coaching peut intéresser tant les intervenants sociaux que les responsables d'équipe, les praticiens formateurs, les consultants et les superviseurs.
La formation se déroulera en quatre séquences, sera complétée par une supervision, et se conclura par une journée de clôture (éventuellement. deux) ; l’ensemble représentera pour chaque participant 16 journées de cours auxquels s’ajoutera la préparation d'un travail final et l'exercice du coaching dans le contexte de travail professionnel (estimation 4 journées). Le cycle comprendra donc au total 20 jours de formation.

______________________________________________________

Premier thème :

Les clefs du coaching
24 et 25 novembre 2004, de 9 h à 17 h

Le coaching est un art, qui se base sur une relation de confiance. Il est interactif et sa démarche est contractuelle. Le pouvoir est en grande partie chez le coaché. La démarche s'inscrit dans une intentionnalité positive et dans la transparence.

 


Deuxième thème :

Les attitudes du coach

13 et 14 décembre 2004 et 21 et 22 février 2005


Le coaching s'inscrit dans un type de relation d'aide avec des attitudes spécifiques. Les attitudes facilitantes et activantes proposées par Carkhuff seront le référent principal de cet entraînement. Les questions éthiques soulevées par le coaching ainsi que la déontologie de ce travail seront également étudiées.

 


Troisième thème :

Les phases du coaching

14 et 15 mars 2005


Le coaching est un processus d'accompagnement avec des phases qui se retrouvent à la fois dans la durée du travail et à l'intérieur de chaque séance. Les sept phases principales sont interactives et renforçantes. L'alliance, la conscience, le changement, le comportement, l'appui, l'évaluation et la fin structurent la démarche.

 


Quatrième thème :

Les outils du coach
27 et 28 avril et 25 et 26 mai 2005


Les méthodes développées dans cette formation : l'analyse des organisations, l'analyse systémique, l'analyse transactionnelle, la théorie de Carkhuff, différentes typologies et des outils PNL en lien avec les niveaux d'analyse personnelle, relationnelle, groupale et organisationnelle.

______________________________________________________

 

La supervision

Elle fait partie intégrante du processus de formation ; elle n'est pas une séance de coaching. On y travaille en deux sous-groupes des situations de coaching individuel et groupal, des analyses de contexte, des questions pratiques et théoriques. Les règles de travail seront établies avec chaque sous-groupe.
La supervision aura lieu pendant la journée suivant chaque session, de 9 h à 12 h pour le premier sous-groupe, 13 h 30 à 16 h 30 pour le second.

 

Les dates fixées sont les suivantes :

26 novembre 2004
15 décembre 2004
23 février 2005
16 mars 2005
29 avril 2005
27 mai 2005.

 


La session de clôture :

Elle permettra une présentation dynamique des travaux de fin de formation et assortis des compléments théoriques utiles ou nécessaires ; elle aura lieu

les 5 et/ou 6 septembre 2005
(une ou deux journées suivant le nombre de participants).

Les indications concernant le travail de fin de formation seront jointes aux confirmations définitives. Le déroulement de la ou des journées de clôture fera l'objet de précisions ultérieures. Sauf avis contraire, la formation aura lieu au Centre Paroissial œcuménique de Lucens (un plan d’accès sera adressé aux participants avec la confirmation du cours).

 

 

Dossiers d'inscription

Les candidats joindront à leur inscription

- Une lettre d’accompagnement précisant leurs intérêts principaux, leurs attentes, leur contexte de travail et les possibilités dont ils disposent pour une pratique du coaching.

- Une copie de leurs diplômes ou attestations de formation (tant pour la formation de base que pour la formation continue).

Délai d’envoi : 15 juin 2004.

Confirmation de l’inscription par la direction du cours : début septembre au plus tard.

Direction et animation : Jacques Dekoninck

Suivi pédagogique et organisation : Christiane Besson

Coût de la formation : fr. 2'650.-
(la somme totale est due dès la confirmation définitive ; versements en cinq tranches de fr. 500.- un mois avant le début de chaque session, versement du solde de fr. 150.- début mai 2005)

 

Ce deuxième cycle de formation est organisé par
l’Académie romande de coaching

 


 

   

Définition du coaching

Selon l'académie romande de coaching

coach interne de l'entreprise

coach externe

manager coach

Le coaching?

Est-ce une nouvelle mode?

Est-ce une réponse à une nécessité?

Mode ou pas Améthyste considère le coaching comme un atout important dans le monde ou nous vivons.

Le coaching en organisation s'inscrit dans une approche contextuelle de l'organisation: c'est à dire de loyauté, reconnaissance, mérite, équité, participation....

Implanter le coaching dans une organisation n'est pas une mission impossible comme certain le pensent, même si cette mission est complexe.

Pourquoi?

Comment?

Il s'agit d'instaurer dans l'entreprise une culture humaniste

Une structure participative

un mode de communication émergent

 

Ch. van haverbeke dans contact 49

déclare que

Plus l'entreprise reconnaîtra les contributions des personnes plus les individus acquerront de la légitimité constructive et plus ils auront envie de coopérer.

Le coach crée les conditions pour que chaque personne trouve et développe son talent propre.

Le coaching est une forme d'accompagnement spécifiquement centré sur la maïeutique. ( démarche socratique d'accouchement des esprits.)

Autrement dit sur un questionnement qui vise l'émergence chez l'interlocuteur d'une série de choses, à commencer par l'autonomisation de la personne en situation, en action et en relation.

Quatre principe fondamentaux du coaching

Développer ses capacités relationnelles

Prendre de la hauteur de vue

Poser les bonnes questions au bon moment

Définir le cadre

Les sept clefs du coaching sont

l'accompagnement

la compétence

le temps

l'émergence

la responsabilisation

le contexte

l'estime de soi

Les définitions du coaching sont multiple, pour il s'agit d'un suivi ouvert et permettant à la personne de progresser dans son propre développement

Les outils de communication utilisé dans le coaching sont une adaptation des outils programmation linguistique, pnl analyse transactionnelle, communication non-violente, ainsi que tout outils permettant une qualité de communication et d'échange de haut niveau.

Le syndrome de notre époque est le SDNG

c'est à dire le syndrome du nez dans le guidon... qui est le précurseur du burnout, ou du burnout professionnel

Ainsi je vous invite à découvrir le coaching ou à me demander un coaching au travers de mon site, considérant que les outils d'interactivité internet sont d'excellent moyen de pratiquer le coaching.

email

chat

téléphone et échange direct

La notion d’accompagnement, une recherche dynamique

entre la supervision et l’intervention.

 

 

La notion d’accompagnement, une recherche dynamique

entre la supervision et l’intervention.

 

Dans les pages qui vont suivre je vais situer, décrire et essayer de comprendre  le processus d’un suivi d’équipe, équipe dont je suis le superviseur.

 

L’intérêt d’une telle démarche ne serait certes pas son originalité, si  parallèlement à mon travail avec cette équipe, je n’avais pas entrepris une formation à l’intervention dans les équipes.

 

Organisée par le  C.E.F.O.C., cette formation à été animée  par une  équipe d’intervenants du Laboratoire de Changement Social, université Paris / Denis Diderot

 

 

 

Cette démarche m’a amené à prendre le risque de modifier  ma manière  d’intervenir et partant, m’a invité à revisiter une vision théorique qui ne  la sous-tendait plus que partiellement.

 

 

 

Si j’ai vécu et vis encore, cette adaptation de ma praxis et la réflexion qui en a découlé  comme un élargissement du  champ d’action et de compréhension, c’est  que, les événements la dynamique et les sujets abordés  dans l’équipe  m’ont conduit à intégrer des éléments en provenance du modèle proposé par les formateurs dans le processus d’une supervision.

 

 

 

Il faut dire qu’une partie de présence plus “active” auprès d’une équipe me convient . En effet si la clé de lecture analytique m’est une aide à la compréhension, elle n’est pas la seule. De plus la neutralité bienveillante n’est pas dans le cadre de la supervision mon attitude  favorite.

 

En conséquence une approche autre, proposant  une interactivité plus “dynamique” me convenait parfaitement. Elle me permettait d’imaginer  prendre en compte, dans l’accompagnement, plusieurs éléments observés auparavant lors d’interventions auprès des  équipes.

 

La perspective d’aboutir à une construction plus élaborée de ma participation durant l’intervention paraissait assez attractive. .

 

 

 

En ce qui me concerne c’est ce jeu incessant, entre le temps passé à peaufiner un dispositif dans  la pratique, et l’élaboration nécessaire à une conceptualisation accompagnatrice, qui est à la fois fondatrice de ma qualité de tiers intervenant  et  garante du degré de qualité que j’apporte à  l’intervention.

 

Il s’agit en somme d’un réel questionnement  éthique. Précisons que l’éthique telle que je la conçois reste avant tout une interrogation  par rapport à des règles d’action. C’est dans mon cadre professionnel un exercice dynamique qui n’a me semble-t-il de valeur que s’il  prend racine dans une pratique, et peut le cas échéant se traduire par des actes.Il ne s’agit pas de confondre ce questionnement qui est tension, avec une application répétitive de concepts issus de la morale normative. L’éthique s’applique je l’ai dit à ma pratique, c’est moi et mes actions qu’elle prend pour objet et non l’autre qu’elle juge, ce que fait plus volontiers la morale. Là où la réponse morale me rassure  et me protège, le questionnement éthique m’engage.

 

 

 

Dans ces pages j’ai essayé, en tenant compte de la spécificité de la supervision dans le champ “socialo-thérapeutico-pédagogique” tel que je le connais dans mon environnement professionnel, de rendre possible un décloisonnement méthodologique  en l’étayant sur un construit théorique.

 

Bien que j’ai la prétention  de travailler sérieusement, je n’ai pas celle de me prendre au sérieux.

 

 

 

Ce qui suit , malgré les termes employés, n’est pas une théorie dans le sens scientifique du terme, j’ai essayé simplement  de dégager et de partager  ma  vision.

 

Bien évidemment je ne cherche pas à livrer un travail fini se suffisant à lui même, mais  je vise à poser les prémisses d’une recherche qui est à considérer comme une explicitation du  “savoir faire”  d’un: superviseur? intervenant? accompagnant? en travail social auprès des équipes qu’il rencontre.

 

S’il s’agit de faire le point c’est bien d’un point de départ que je parle ici.

 

 

 

Présentation

 

 

 

A la base éducateur spécialisé occupant depuis bientôt sept ans la fonction de directeur d’institution sociale, à l’heure où j’écris il y a une dizaine d’années que je suis superviseur en travail social.

 

J’ai obtenu un certificat de superviseur en travail social auprès du CEFOC suite à une formation extraordinaire achevée par la  soutenance d’un mémoire en octobre 92. ( Eric Stern, Chevilly, 1992)

 

 

 

J’avais auparavant supervisé déjà plusieurs professionnels de manière individuelle ainsi que des équipes.

 

 

 

Pour définir au mieux ma position, il est bon de préciser  que j’ai développé  et animé  dans le cadre de mon activité professionnelle entre 1979 et 1986 au Centre Thérapeutique pour Adolescents, Hôpital de Cery, Prilly ,Suisse,  un groupe de thérapie auprès d’adolescents. J’ai  formé à cette approche les thérapeutes qui m’ont succédé.

 

 

 

Le C.T.A. était issu du courant de la communauté thérapeutique il s’agissait d’un lieu de travail qui pratiquait le leaders chips multiple et axait une grande partie de son  action sur le travail de thérapie de groupe.

 

 

 

A cette période j’ai participé en équipe au rythme de deux heures par semaine, alternativement à des séances  d’ analyse institutionnelle et à des séances de supervision, ces dernières se pratiquaient sous forme de jeux de rôles.

 

Parallèlement à mon activité je me me suis formé au travail thérapeutique à médiation corporelle entre 1981 et 1987 auprès de la Société Suisse d’ Analyse de Thérapie Bioénérgétique.

 

 

 

Par la suite  j’ai assumé plusieurs années la supervision et la formation d’une équipe pluridisciplinaire psychiatrique, dans le domaine spécifique du travail thérapeutique psychocorporel individuel et en groupe avec des adolescents.

 

Ceci pour dire qu’il existe dès les origines de ma trajectoire, que ce soit en tant qu’éducateur, thérapeute, superviseur ou supervisant, une inclinaison pour les approches de groupes, qu’elles s’adressent à  des résidents, des clients ou des professionnels.

 

Pour ma part durant mon parcours professionnel et jusqu’à ce jour,  j’ai accumulé comme participant  plusieurs centaines d’heures de supervision individuelles ou d’équipe.

 

 

 

C’est tout naturellement que suite à ma certification de superviseur en travail social, mon nom étant dans le bulletin de l’Association Romande des Superviseurs A.R.S., des  demandes sont arrivées de la part d’équipes, j’ai été  amené à  accepter  des  mandats, ceci  dans   des  secteurs aussi divers que: foyers pour enfants ou adolescents,  garderie, groupes d’enseignants, handicap  mental.

 

J’ai comptabilisé depuis les années quatre vingt dix, près de deux milles heures de supervision, dont près de la moitié étaient et sont des accompagnements d’équipe.

 

Il n’y a encore pas si longtemps  peu de collègues acceptaient de travailler avec des équipes, la place étant laissée à quelques intervenants de préférence systémiciens, universitaires et psychologues.

 

 

 

La supervision d’équipes jusqu’a ces dernières années intimidait, c’est du moins ce que j’entendais  dans les lieux réunissant des superviseurs en travail social affiliés à l’A.R.S.

 

C’est dommage parce que je pense que mes pairs ont autant que d’aucun les capacités d’intervenir dans nos champs professionnels .

 

Mais laissons là le manque de confiance de la profession dans ses compétences il s’agirait d’un autre travail....  

 

 

 

Dès que j’ai su que le C.E.F.O.C. mettait une formation d’intervention dans les équipes sur pied, je me suis logiquement senti concerné et j’ai décidé de m’y inscrire.

 

 

 

Mise au point

 

 

 

Pour des raisons de facilitation et de compréhension, à partir de maintenant je parlerai de “superviseur” ou de “supervision” quand je parlerai de ce que je pratiquais auparavant, “d’intervenant” et “d’intervention” quand je me référerai à quelque chose qui vient du modèle proposé durant ma formation. Je réserve les termes “accompagnant et accompagnement” pour ce que je pense être une intégration que je souhaite créative, du modèle à ma pratique postérieur de superviseur.

 

La terminologie sera peut-être répétitive mais permettra, je l’espère, d’éviter les confusions.

 

Si je détournais un de ces termes des définitions que je viens de leur attribuer, j’en avertirais le lecteur.

 

 

 

La supervision ou rassembler ce qui est épars

 

 

 

La supervision d’équipes dont je parle ici vise, on l’aura compris, les milieux sociaux, pédagogiques et thérapeutiques.

 

Le terme supervision d’équipes recouvre une pluralité d’interventions: groupes Balint, présentations de cas cliniques, mentorat, analyses institutionnelles, gestion d’équipes, analyses de pratiques, résolution de conflit.

 

Souvent il s’agit à mes yeux d’un terme fourre-tout qui dépasse la souplesse adaptative et les compétences multiples que l’on est en droit d’attendre de la personne pilotant ce genre de pratique.

 

 

 

Cette nébuleuse, certes un peu floue, n’a pas que des désavantages. Pour ma part je préfère, référence gardée aux idéaux de la communauté thérapeutique, courir le risque de la spontanéité dans un espace ouvert plutôt que de subir  la rigidité procèdrurière due à une étroitesse de définition. En logique avec ce positionnement,  je me réfère dans ma pratique à un éclairage théorique multi-focal, utilisant selon les besoins  l’approche théorique qui me sert le mieux à conceptualiser à partir de ma pratique.

 

 

 

Mon appartenance à une famille  professionnelle se réclamant d’un modèle prônant l’interaction participative  me pousse a prendre   aussi en considération ce que d’emblée j’ aurais tendance à écarter

 

J’irai même plus loin en reconnaissant que la tension créée par le risque d’un  champ trop ou trop peu délimité, initie  tout mon positionnement en temps que superviseur en ce sens qu’elle inscrit ma démarche dans une contradiction  dynamique me forçant à me positionner.

 

La première question qui me vient à l’esprit face à la supervision n’est pas: qu’est ce que la supervision ? Mais: où en  suis-je par rapport à elle?

 

Dès le début de ma pratique de superviseur  j’ai éprouvé la nécessité de séparer  le suivi des personnes  que je voyais en tant que thérapeute, et les professionnels que je rencontrais comme superviseur. Très vite je me suis aperçu que cela était plus vite dit que fait.

 

 

 

La pratique d’ un superviseur

 

 

 

La frontière si l’on y regarde de plus près n’est pas si précise que cela, la pratique l’est elle plus? J’en doute dans certains cas!

 

Inutile selon moi  de se cacher la réalité. Il existe une zone faite d’affects, de transferts, de projections, de dépendances, de confusions, de désirs qui fait que les deux champs se chevauchent sans qu’il soit possible de dire:” la frontière passe là”.

 

 

 

Il me suffit de me  remémorer le nombre de fois où des futurs supervisés m’ont fait part de   leurs craintes quand au fait d' être entraînés malgré eux dans une forme de thérapie, pour me dire qu’au-delà des positionnements théoriques l’éthique de la démarche réside dans l’empirisme de l’action. C’est en me questionnant que je peux me distancer de mes jugements de valeurs, ces derniers  m'auront renseignés au passage sur mon état interne.

 

 

 

Si je ne peux précisément  tracer la frontière, alors il faut que je connaisse au mieux le chemin qui serpente dans le “no man’s land”.

 

 

 

Où en suis-je par rapport à la supervision? Ou si vous préférez sur quels chemins suis je prêt à accompagner ou à précéder les supervisés en garantissant de les ramener quoi qu’il arrive dans le champ de la supervision professionnelle.

 

J’insiste, il ne s’agit pas de les faire traverser d’un champ à l’autre mais bien de les ramener dans le champs de la supervision. Conduire cette pérégrination entre dans le domaine de mes compétences.

 

En effet si  je ne sais pas bien où passe la frontière,  je sais par contre très bien quand je suis de l’autre côté. On s’ y occupe parfois des mêmes choses mais pas pour les mêmes raisons et pas de la même manière.

 

 

 

Comme je l’ai dis plus haut ce champ est  si large et si flou, les participants si imprévisibles et moi-même si curieux, que je nous dois d' offrir quelques garanties sécurisant l'exercice.

 

 

 

Espace de l’impossible, la supervision d’équipes à été pensée au début comme une continuation de la supervision individuelle. Je veux dire par là qu’au centre de la supervision, on trouve le plus souvent une pratique qui se résume à l’analyse des résonances personnelles d’un ou de plusieurs  professionnels face à un ou des  clients. Ce fait est à relever si l’on considère que la supervision individuelle qui a tendance à mettre en avant les résonances personnelles centre son attention sur l’individu.

 

A la base de cette pratique, il y  a un présupposé historique  né en partie de l’amalgame entre la pensée  charismatique qui  a porté  l’intervention sociale sur les fonds baptismaux, et le courant hygiéniste qui a commencé à amorcer sa ”scientification” laïque.

 

 

 

Je me demande parfois si l’utopie qui consiste à amalgamer dans ma profession identité personnelle et identité professionnelle, ne vient pas de là, et si partant le débat qui a occupé tant de générations sur l’identité de l’éducateur ne se résoudra pas le jour ou l’on travaillera  l’identité de la profession d’éducateur et plus celle des individus qui la compose.

 

En ce qui me concerne  et d’une certaine façon c’est à cela que je travaille aujourd’hui quand j’accompagne une équipe. 

 

 

 

Quoi qu’il en soit cette rencontre entre l’amour sévère et l’hygiènisme rigoureux, propre au protestantisme de nos contrées, à laissé penser, parfois malgré elle, que si la charité nécessaire et la “désinfection” indispensable se donnant la main n’arrivaient pas à sauver de l’indignité toute une couche de la population, la faute était à chercher chez l’individu et sûrement pas dans des considérations d’ordre social.

 

 

 

L’ idée que  “la relation propre en ordre”  va sauver la société et résoudre, par le biais des travailleurs sociaux, des problèmes socio-politiques a encore de beaux jours devant elle.  

 

Que la faute, quand faute il y a, soit celle du déviant ou de l’intervenant n’est que de peu d’importance puisque la responsabilité n’en incombera ni aux  organisations,  ni aux structures et encore moins  à la pertinence du modèle idéologique à  la base de l’action.

 

La difficulté avec l’amour comme avec  la science c’est que leurs désirs qu’ils suscitent chez les acteurs  poussent ces derniers à rechercher la vérité, là où  les besoins repérés par la pratique ne commandent  de s’occuper  que de la réalité inhérente aux éprouvés.

 

 

 

Mon propos n’étant pas de m’étendre plus longuement sur le sujet  je terminerai ce paragraphe en indiquant qu’une assimilation un peu simpliste des modèles issus de la psychologie humaniste, mettant à la suite de C. Rogers et de quelques autres l’émotionnel et la personne à la première place, ont renforcés cette tendance à focaliser l’approche sur l’individu. (Carl R. Rogers, Dunod,1996)

 

 

 

La phrase-clé entendue des dizaines de fois résonne encore à mes oreilles. “ Mais   vous,  est-ce que cette crise de Monique  ne vous  a pas interpellé au niveau de votre propre violence?” 

 

Au-delà de la caricature et sans minimiser les implications personnelles et leur prise en compte je voudrais faire saisir que cette manière de pratiquer  qui prend comme objet la personne du professionnel,  referme la supervision sur elle-même.

 

 

 

Il se peut aussi que se soit les affects du  clients qui soient au centre, quand ce n’est pas le client tout court.

 

La réponse type des équipes quand vous  demandez quel est leur but  principal va ressembler à quelque chose qui  à coup sûr,  surtout si le client en est un, vous confrontera au sempiternel. “ Le bien être de l’enfant  “.

 

 

 

Mon observation m’entraîne cette fois dans une impossibilité aussi  bien conceptuelle que pratique. En effet tant  que l’objet de la supervision, reste le dévoilement de l’affect du professionnel ou du client, que cela soit soulageant dans un cas ou explicatif dans un autre il ne s’agit le plus souvent et au mieux,  que d’un processus d’ élucidation partiel du genre interprétatif relatif au passé. 

 

La constatation réjouis  l’équipe dans le moment mais n’a que peut d’incidence sur l’avenir. La séance d’après on vous dira dans  le meilleur des cas: ” qu’il y loin de la théorie à la pratique et  que Monique  a continué à casser.”  (Et oui l’équipe avait l’espoir qu’elle arrête! ).

 

 

 

Ou alors le professionnel fera part de sa gêne d’avoir pleuré la dernière fois.

 

Je force peut-être le trait mais je me souviens de ces séances durant lesquelles personnes ne dit rien alors que nous manquons tellement de temps d’habitude. La gêne s’installe, nul ne “pipe mot”, c’est un silence porteur de sens penseront d’aucun, alors que l’équipe revient petit-à-petit au stade de fonctionnement d’un mauvais  groupe de développement personnel.

 

Pour ajouter à la confusion un participant, vous-même peut-être  appellera cela de la résistance. Voilà! la frontière est franchie.  “ L’une des caractéristiques exigées du leader est donc, ou qu’il soit sorcier, ou qu’il se comporte comme tel. C’est pourquoi les silences dans les groupes dépendants ne peuvent avoir que deux significations : ou bien ils expriment la détermination de refuser au leader le matériel dont il a besoin pour une recherche scientifique, afin d’éviter l’intrusion d’éléments qui pourraient détruire l’illusion de sécurité fournie par la présence du sorcier; ou bien encore ce sont des signes de dévotion et de respect à l’égard du sorcier”. (Wilfred  Ruprecht Bion. puf 1991 p.54 )     

 

 

 

La difficulté dans ce genre de pratique c’est que la personne est ses affects résument la supervision à de  l’événementiel. Dans le même sens le morcellement des séances vécues comme une succession de photographies instantanées et non comme une projection cinématographique, est compréhensible dans le sens d’une fragmentation protectrice rendant difficile l’avènement d’un sens historico-temporel. 

 

Faute d’objet pouvant être travaillé, la supervision devient  le lieu où les événements sont juste rendus supportables ou, pire encore, le groupe éclipsant l’équipe  prend ses membres pour objets.

 

 

 

 

 

La Tâche, de procédures en processus

 

 

 

Espace du possible la supervision quand la Tâche accomplie par les professionnels au bénéfice de leur clientèle devient l’objet de la supervision.

 

C’est la garantie que je donne à une équipe. Au centre de la supervision il y a la Tâche à accomplir. Toujours nous partirons de là et toujours nous y reviendrons. C’est parce qu’un groupe à une Tâche à accomplir qu’il devient une équipe.

 

Les émotions, les résonances, les conflits, les apprentissages, les études de cas, tout peut  trouver une place légitime en son sein tant que ce que  nous traitons est en rapport avec l’accomplissement  de la Tâche.

 

 

 

Cette déclaration un peu solennelle  a pour but, non poser un cadre, mais de découvrir mon cadre.C’est  le  cadre que je porte plus que le cadre que je pose qui me permets de donner un sens directionnel à l’équipe. A elle de se positionner et de voir si ce sens directionnel permet d’entrevoir l’émergence et le partage d’un sens significatif.

 

Bien sûr il arrive que l’on me pousse à définir ce que j’entends par la Tâche. Je souscris bien volontiers à cette demande tout en stipulant qu’il s’agit d’une hypothèse. Je précise que la seule chose dont je sois sûr, ce sont de mes hypothèses tant qu’elles en restent.

 

 

 

En substance je dis la chose suivante: “ La Tâche dans nos pratiques c’est la manière que nous avons de nous occuper en professionnel de  l’espace interrelationnel entre le ou les clients et nous, pour tendre au objectifs fixés pour le ou les clients”.

 

J’écris la “Tâche” avec majuscule pour cerner un objet global, objet qui représente le coeur de la pratique, et  marquer une différence d’avec des objets partiels qui sont les tâches à accomplir.

 

La Tâche que j’accomplis comme professionnel c’est  la manière  que j’ai d’ assumer ma tâche, prise cette fois dans le sens d’une mission que l’on me donne.

 

 

 

J’introduis ici dans les équipes la possibilité de considérer le travail  autrement que dans la perspective d’une  tâche définie de l’extérieur qui commande d’exécuter sous certaines conditions et dans un temps donné une succession de tâches.

 

Le possible que je suscite suggère une appropriation de l’action et de ses buts par les équipes en tant que fondement d’une réflexion professionnelle fondée sur le savoir faire. Dans cette perspective la Tâche considérée comme objet d’étude premier, agit comme un espace mouvant  reliant et séparant   les professionnels et les bénéficiaires    

 

  

 

La focalisation sur cet objet-tiers permet de ne pas évacuer les dimensions personnelles événementielles et émotionnelles mais de les restituer dans une perspective  justifiable parce que proposant un objet de travail  au sein d’une équipe   

 

 

 

Je tiens à préciser que quelle que soit la demande,  équipe en crise ou réflexion pédagogique, une fois que j’ai  laissé parler les participants, quels qu’ils soient d’ailleurs, je tiens ces propos.

 

Ils sont en quelques sortes la fondation de ce qui se dessine comme un accompagnement

 

Il s’agit là  d’affirmer   des  positions dimentionnant mon action et la sécurisant, sans la rigidifier.

 

Ces affirmations garantissent à mon avis l’objet et le champ. Elles  sont indicatrices d’une procédure me permet d’accueillir l’imprévu et d’assumer l’incertitude. 

 

Le reste, “feeling” mis à part,  est  de l’ordre  du contractuel  c’est  une question de disponibilité et de prix. Pour précision mes tarifs sont ceux préconisés par l’A.R.S.

 

Si une équipe travaille avec moi je compte les heures de la première  rencontre sinon elle ne me doit rien, je garde ainsi ma liberté de refuser un contrat. Je donne ma réponse dès la fin de la première rencontre (il m’est arrivé de dire non) mais je demande qu’il y aie au minimum une semaine avant d’avoir la réponse de l’équipe.

 

 

 

En pratiquant de la sorte je n’ai pas restreint la nébuleuse  supervision, ni dans sa définition ni  dans les multiples approches possibles qu’elle suscite, mais j’ai proposé son objet (La Tâche) et caractérisé le champ de cet objet  (l’inter-relationnel).

 

J’ai aussi en filigrane nommé les conditions primordiales  auxquelles les participants doivent souscrire s’ils désirent que je sois répondant d’un processus.

 

La définition que je donne de la Tâche protège comme une membrane un noyau incompressible, cette membrane conserve cependant les qualités de souplesse et de perméabilité propres à favoriser les échanges.

 

Elle reste  extensible pouvant, en fonction des apports faits par les membres d’une équipe, englober une définition plus riche. Les différents niveaux de travail proposables aux équipes, ainsi que la possible lecture contextuelle de l’action dans un paysage socio-politique plus large, est sous tendu tant pas la compétence du superviseur que par la souplesse de la membrane.  

 

 

 

Cette position de se centrer sur la Tâche, définie de façon limitée mais extensible avec en corollaire  le travail concret autour de cette notion  me rendait relativement proche sans que je l’appelle de la sorte, d’une position d’intervenant.  

 

 

 

 

 

Un peu d’histoire

 

 

 

Il y a quelques années,  alors que je supervisais  une équipe éducative dans une grande institution vaudoise j’ai été confronté au problème de la dépression d’ un membre de l’ équipe.

 

Nous tournions autour de cette affaire qui perturbait passablement le travail éducatif  de manière récurante depuis plusieurs mois sans y voir plus clair.

 

Pour ma part je me souviens du malaise que j’éprouvais d’autant plus qu’il me semblait que cette équipe progressait par ailleurs dans une démarche  constructive autour de sa Tâche.

 

A un certain moment le responsable ayant annoncé son départ il a fallu consacrer du temps à cet événement. La proposition est venue, je ne sais plus de qui;  comme il y avait plusieurs collègues nouveaux,  que Pierre le responsable  raconte ses débuts dans l’institution.

 

 

 

Très vite cette proposition acceptée, j’ai  été interpellé par  l’attitude attentive des participants. Les gens se sont penché en avant, rapprochés, tout indiquait que l’équipe était dans un mouvement centripète de protection attentive à l’attention de l’orateur. En un mot ils étaient “pendus à ses lèvres”.

 

En écho à ce mouvement, le responsable s’est réinstallé, il s’est déplacé, de manière à voir tout le monde. A partir de là je peux décrire son attitude comme centrifuge dans le sens où il s’est ouvert et a commencé  en confiance à raconter ses débuts dans l’institution. Il se dégageait beaucoup de chaleur et d’empathie de cette assemblée d’une dizaine de personne.  

 

 

 

L’analyse que j’ai su  faire  de ce qui se passait à ce moment était en écho avec ma pratique postérieure de thérapeute de groupe.  

 

La confluence de ces deux mouvements:  centripète pour le groupe et centrifuge pour l’orateur. m’ indiquait que le mode de participation des personnes présentes s’ élargissait. D’une certaine façon les auditeurs participaient non seulement par l’audition au  récit que Pierre faisait de son vécu mais émotionnellement ils participaient du vécu émotionnel de Pierre. Il s’agissait d’une vraie contamination émotionnelle, alliée précieuse  précieuse  des groupes de thérapie, autant que  miroir aux alouettes des équipes en travail.

 

Selon ma  conception antérieure: “ Le terme participation comporte deux significations principales . Le premier sens est défini par les expressions “ avoir part à”, “participer de “, l’autre sens  pouvant être saisi dans l’expression “prendre part à” ,”participer  à”. Ces deux sens sémantiques du concept de participation correspondent à deux mouvements fondamentaux de la personne humaine , à savoir : le mouvement  centripète et le mouvement centrifuge”. ( Stern Eric  E.E.S.P. 1986 p.45

 

 

 

Aujourd’hui, j’émets l’hypothèse, au vue de ces phénomènes qu’il existe une continuité entre les observations de Wilhelm Reich concernant les mouvements d’expansion et de rétractions du vivant, réactions somato-psychiques aux éprouvés émotionnels, apparaissant déjà au niveau cellulaire, et les mouvements centrifuges et centripètes d’ouverture et de fermeture, réaction à l’excitation  d’origine  interne ou externe s’inscrivant dans la dimension psychosociale des sujets. (Reich Wihlhelm, Petite Bibliothèque Payot  1999)

 

D’une certaine manière c’est comme si il n’existait pas de discontinuité entre les sphères somato-psychiques et psychosociales.

 

S’intéresser en tout temps aux aspects corporels et psychiques me permet donc de suivre alternativement ou en même temps les cheminements de la trace physique et du sens cérébral.

 

La dimension émotionnelle et affective restant le pont entre ces interfaces. Ce double regard me sert, en même temps qu’il  sécurise le processus, à choisir la voie appropriée à proposer, le cas échéant , afin de poursuivre la démarche (Pagès Max, Hommes et Groupes,1986)

 

 

 

Je me rendais compte qu’il fallait si je ne voulais pas que les résonances affectives nous emmènent irrémédiablement dans le champ de la thérapie de groupe, non pas que j’arrête ce processus mais que je le recentre dans le contexte professionnel. 

 

 

 

Sans rien dire, je me suis levé et j’ai commencé à inscrire sur  le flap les noms, les dates et les événements.

 

Je n’étais à ce moment plus seulement garant  du processus,  mais animateur  d’ un procédé visant un but. 

 

Pour ce faire,   j’ ai eu à résister au désir de participer  avec les autres de cet état émotionnel. Le fait de m’abstenir de ce qu’il aurait bien fallu regarder comme un passage à l’acte m’a donné   conscience d’intervenir à la fois comme responsable, et leader de l’ équipe.

 

Le fait que je me sois levé pour écrire,  ainsi que  ce qui à commencé à apparaître sur le papier, à ramené les participants d’une dynamique dépendant d’une  sorte d’ illusion groupale, formulée  par le fameux “nous sommes bien ensemble; nous constituons un bon groupe; notre chef est un bon chef” (Didier Anzieu, Dunod, 1984, p.69) à une équipe  de travail découvrant son histoire. La participation consciente à...  avait pris le pas sur la participation inconsciente de... 

 

 

 

L’intervention, c’est à mon avis le terme à employer pour cette séance, était en train par le truchement de mon acte et des traces sur le papier, de montrer que depuis plusieurs “générations” d’éducateurs (cinq  si ma mémoire est bonne) un déprimé avait toujours  été remplacé par une personne devenant à son tour déprimée.

 

L’émotion commençait à nous gagner et je serais malhonnête de dire que je n’en participais pas, seulement cette fois, elle ne me paraissait pas dangereuse. Elle n’était qu’épiphénomène du processus de compréhension en cours.

 

Je remarquais aussi que les participants commençaient à donner leur avis sur la dépression comme ils ne l’avaient pas fait jusque là. Il ne parlaient pas de Louis déprimé, ni de la dépression en général  mais de ce qu’ils imaginaient de la dépression et de ses répercussions dans le travail. J’ai compris  plus tard, lors de ma formation, lorsque j’ai pu  mettre  sur cette expérience des mots me permettant de penser la démarche,  qu’ ils  ne  discutaient  pas mais  partageaient  réellement leurs représentations de la dépression. 

 

Cet échange  n’était pas à dominante algorithmique mais se déroulait plus sur un mode maïeutique. Au delà de formuler  simplement ce qu’il pensaient, les discours devenus  libres révélaient des pensées ignorées des locuteurs eux-mêmes, ce qui fait que des participants se découvraient à eux-mêmes en parlant.  

 

Cet épisode  restait cependant au niveau du partage professionnel tant que j’avais la certitude et je l’avais, que l’on ne faisait que pérégriner  dans le “no man’s land” entre le professionnel et le thérapeutique, et que l’on reviendrait du bon côté de la frontière  avant la fin de séance. 

 

 

 

Pour revenir concrètement à notre récit sachez que notre orateur ne savait pas, de qui le premier éducateur déprimé avait occupé le poste. C’est une  de  ses collègues, depuis peu dans l’équipe mais depuis plus longtemps que lui dans l’institution qui nous a renseigné.

 

Le premier  éducateur a manifester des signes de dépression dans cette équipe  avait remplacé un éducateur qui s’était suicidé.

 

Aujourd’hui encore j’imagine dans quelle position le groupe et moi nous serions trouvés à trois quart d’heure de la fin de la séance si notre fonctionnent n’avait pas été guidé par le fait qu'’ il s’agissait d’ une équipe de professionnels !

 

 

 

La suite de l’histoire  que je connais puisque cette “ presque intervention” s’est poursuivie encore un an, c’est que la dépression n’a plus miné  cette équipe. Du moins plus pour cette cause là! Notre travail aussi a changé, l’équipe est entré dans une quête commune du sens de  la Tâche qu’il serait trop long de développer ici. Par la suite l’équipe a mis sur pied un projet de déménagement et d’accompagnement différent des résidents, et le travail de supervision a cessé en ce qui me concerne . A ce jour je n’ai plus de contact avec les personnes membres de cette équipe.

 

 

 

Je découvrais pour ma part à cette occasion que le transgénérationnel  dont j’allais  abondamment entendre parler quelques années plus tard existait aussi dans les institutions,et que sans trop le savoir  j’avais       fait à mon sens et toute comparaison gardée, une sorte de génocosociogramme institutionnel.

 

(Anne Ancelin Schunzenberger, épi, la méridienne, 1993)

 

 

 

Hors mis cette découverte que je compte approfondir dans un autre texte, ce que  j’ai retiré de cette expérience c’est que la position active que j’avais prise pour montrer et rendre traitable ce qui advenait, avait permis aux émotions d’être présentes  mais dans une forme acceptable parce qu’assimilable à un objet de travail  dans le registre professionnel.

 

 

 

Le risque que l’équipe courait dans un moment  comme celui-là était bien de l’ordre de l’illusion. Cette illusion qui fait croire qu’enfin dans ce moment-ci et avec ce groupe-là,  on peut tout dire et tout partager. Cette illusion qui laisse imaginer que le bien être du groupe est sa propre fin. Cette sorte de supercherie naît  très facilement du glissement feutré qui fait passer les équipes de l’ énoncé des besoins  à  l’ éprouvé du désir .

 

L’envie de réaliser le désir en faisant l’économie du passage par les  défilés de la demande, est inscrit au plus profond de l’humain. Elle  est pour une part gage de notre liberté et se rencontre donc aussi dans les relations  de travail. Simplement, elle demande pour des  individus qui font carrière dans les  professions relationnelles, à être comprise en tant que phénomène.

 

En définitive le fait que j’ai piloté l’intervention a permis, cette fois-là en tous cas, des échanges professionnels permettant l’accession à un autre niveau de qualité du travail tout  en évitant les pièges de la centration  sur les résonances émotionnelles des personnes.

 

 

 

Le supervision comme maturation

 

 

 

Le processus d’intégration des concepts de l’intervention et de certaines de ses applications dans le modèle de supervision tel que je  le pratique, s’est opéré durant une supervision que j’ai conduite auprès du personnel d’ une garderie d’enfants .

 

J’ai commencé la supervision en septembre 98 et la continue à l'heure ou j'écris ces lignes; cette équipe comprend six femmes éducatrices de la petite enfance, pour cinq postes, un responsable éducateur spécialisé.

 

Les sources de ce que je vais retranscrire résident pour une part dans des notes prises de manière non systématique et dans ma mémoire. S’agissant  d’un matériel issu d’une observation participative subjective, j’ai conscience de présenter ici ce qui est déjà  une  déformation de la réalité objective,  mais reste aujourd’hui la trace mnésique a partir de laquelle je comprends le passé et anticipe l’avenir. De mon questionnement, de mes éprouvés et de mes actions ne reste que la lecture que je peux en faire dans l’ici et le maintenant et c’est bien en définitive de là que je parle.   

 

 

 

C’est le directeur qui prend contact avec moi, il le fait en accord avec l’équipe; ils ont entendu parler de moi par quelqu’un qui m’a connu comme superviseur d’équipes. Une quarantaine d’enfants de cinq à huit ans accueillis le matin, à midi, et les fins d’après-midi, plus les mercredis après-midi et une partie des vacances. Comme partout, à mon avis,le personnel est en sous effectif.

 

L’équipe  vient de commencer et mon interlocuteur me dit qu’il en est depuis quelques mois le nouveau directeur.

 

 La présidente du comité à été la directrice de l’institution  quelques années plutôt, elle est décrite comme très contrôlante de l’activité professionnelle. Très vite nous tombons d’accord pour nous rencontrer avec l’équipe. 

 

Il  n’a pas été question de rencontre préalable avec qui que ce soit, et encore moins  de réunion permettant d’établir un prédiagnostic, d’une part parce que je n’aurais pas su comment justifier une telle rencontre, deuxièmement parce que  cette notion m’était alors étrangère .

 

 

 

Quand je rencontre l’équipe pour la première fois les participants me font part de la chose suivante.

 

Le comité est d’accord pour que l’équipe ait une supervision mais sur son ordre express  nous ne pouvons faire que de l’analyse de cas d’enfants. En aucune façon nous ne pourrons nous intéresser à la dynamique de l’équipe.

 

Un autre intervenant s’occupe des problèmes de l’équipe pour aplanir des difficultés relationnelles entre les éducatrices, et entre les éducatrices et la direction. En accord apparent  avec le comité c’est, pour l’équipe , à prendre ou à laisser

 

L’équipe me dira aussi qu’elle  a  contacté d’autres superviseurs.

 

 

 

Je peux aujourd’hui voir comment la commande qui m’était faite par le comité via l’équipe était une demande de ne rien faire qui puisse remettre en cause une organisation caduque. En fait cette commande était une sorte d’aveu de faiblesse.

 

La demande que m’adressait l’équipe était pratiquement inexistence si je la lisais au niveau raisonnable.

 

Les personnes pensaient que c’était bien de parler des enfants, qu’on n’en parlait pas assez, qu’il y avait assez eu d’histoires et que cela suffisait. 

 

Chacun parlait pour soi, disait ce qu’il pensait, sans s’inquiéter de ce que les autres entendaient. Chacun était dans sa logique. Tous parlaient, très professionnellement d’ailleurs, mais sans qu’apparaisse un semblant d’unité. J’avais  à faire à un groupe de professionnels, mais sûrement pas à une équipe professionnelle.

 

Si j’étais resté à ce niveau là de lecture j’aurais simplement dis que je n’avais pas de disponibilité pour ce genre de travail. L’idée  de le faire m’a d’ailleurs effleuré.

 

 

 

Il se trouve cependant qu’au fil des narrations de chacun intriquées au discours raisonnable “ ça parlait sur l’autre scène “ comme en suivant le tore d’un anneau de Moebius, l’intériorité des personnes se manifestait parfois  disant le désarroi d’un groupe de sujets en mal de devenir une équipe professionnelle. ( Thierry Simonetti, cerf, 2000, p.137)

 

 

 

Ce besoin premier à prendre en compte pour  accomplir  la Tâche, n’était pas perçu, et personne ne semblait comprendre les sens de ma question  quand je demandais: ” A  quoi  travaillez- vous ? “

 

La  réponse obtenue  c’est qu’ils faisaient ce qu’ils pouvaient mais que ce n’était pas leur faute si le comité décidait  tout. Le message à passer  était que s’ils n’étaient pas fautifs, ils avaient à devenir responsables du futur professionnel de cette équipe.

 

Malgré mon insistance à leur dire qu’ils ne répondaient pas à ma question, mais me disaient pour qui et non à quoi ils travaillaient ils n’allèrent pas plus loin.

 

 

 

Au-delà de l’observation des petits faits propres à chacun  qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, le lien partageable qui   unissait les personnes était fait  d’une sorte de ronronnement revenant constamment autour de l’impuissance des uns et des autres. Paradoxalement  l’atomisation était le lien,  tous étaient dans un mouvement centripète de repli,  en conséquence de quoi le groupe dans un mouvement centrifuge semblait au bord de la rupture. 

 

Cette lecture au niveau du processus primaire était à mon sens  la réelle commande, celle qui avait le plus de force. La gageure étant de parvenir à travailler au niveau du processus secondaire  sans renier le primaire mais en lui faisant place afin de bénéficier de l’énergie qu’il engendre. Ce dispositif me semble permettre de situer l’intervention  à partir d’un principe la sous-tendant que je formulerai comme visant à  dénoncer la dépendance et suggérer l’autonomie.

 

 

 

J’ai lors de cette séance proposé de rencontrer le comité pour lui faire savoir que travailler avec une équipe sans parler de sa dynamique était très difficile. L’équipe soudée tout à coup s’y est opposé, craignant que la supervision qu’ils avait demandé ne leur soit refusée. Je n’ai pas insisté. Comme le petit discours explicatif sur ma position tel que je l’ai  exposé au début leur à plu, le responsable me téléphonait quelques jours plus tard qu’ils étaient d’ accord de travailler avec moi. J’ai accepté. 

 

Deux heures par mois le soir entre sept et neuf (et on dira que les professionnels ne sont pas motivés!)

 

 

 

Si j’étais sensible à l’inquiétude dite et perçue lors de la première réunion, je me voulais aussi attentif à la reproduction possible d’un schéma de dépendance.

 

Dans quelle mesure ces  éducatrices et ce directeur  travaillant avec une population de petits parfaitement dépendants d’ eux, n’étaient-ils  pas surdéterminés dans leur comportements interrelationnels par la clientèle accueillie? Cette préoccupation était assez forte pour que je m’en souvienne jusqu’à ce jour. Elle a très certainement été une des hypothèse qu' a  influencé le début de la supervision. N’ayant pas de questionnement spécifique,  pas plus que de grille de lecture  organisationnelle, voilà à quoi se résumait si j’en crois mes notes, le “diagnostic relationnel” que je pouvais faire de la situation

 

 

 

Dès le début de nos rencontres formalisées l’étude des cas présentés a eu pour effet de confronter le groupe au superviseur. Cet affrontement-là était à leur portée, il consistait pour l’équipe  à réagir  chaque fois que je rendais apparent ce que la commande énoncée par le comité et acceptée par l’équipe avait d’inapproprié dans le travail. 

 

Plutôt que d’entrer de front dans un conflit situé au niveau organisationnel  je suis resté dans le champ de la Tâche à assumer avec ma question “A quoi travaillez-vous? “. La morcelant au niveau des tâches à accomplir par une interrogation entraînant une véritable explicitation des savoirs faire.” Que faites-vous et comment vous organisez-vous pour le faire?” J’insistais pour amener les participants dans le descriptif le plus détaillé possible de l’ action.

 

Partant de là,  j’ai élargi la vision que l’on m’apportait  des cas présentés. Chaque fois je tentais de situer les actions décrites  dans un espace plus vaste que le seul “ relationnel duel “ pour les restituer dans un contexte. Plus je cherchais à confronter le savoir faire des professionnels, et le savoir qui l‘étayait avec la logique souvent différente des autres partenaire du réseau. En fait j’ai développé au sein de la supervision  une sorte de pédagogie d’intervention amenant à regarder une situation  et pas seulement un cas. La suite logique, coeur de l’action éducative consistant à  rechercher des réponses adéquates à une situation plutôt qu’une réponse à un problème.

 

Cet élargissement de la vision à entraîné logiquement une distanciation d’avec le problème,  ce qui à permis de restituer les événements rapportés dans une chronologie et une  historicité qui nous a amenés à  regarder, comme indiqué plus haut, un film plutôt que de visionner des clichés.

 

 

 

En fait cette période  a été comme une sorte de dynamisation de l’équipe. A chaque fois les séances commençaient par la plainte sur la lourdeur du travail et l’impossibilité que les choses changent; il en était tout autrement à la fin puisque les participants se disaient et étaient réellement plus présents et éveillés. En écrivant ces lignes je me rends effectivement compte à quel point mon attitude au début du processus à été guidée par ce sentiment qu’il ne fallait pas qu’ils soient impuissants et dépendants face à  moi.

 

Offrir un espace de confrontation autour du passage de la  problématisation d’un cas  appelant une solution à l’exposé d’une situation appelant des réponses, elles-mêmes, relevant de la mise en commun, à fait partie d’une stratégie que je qualifierai d’ inductrice.

 

 

 

Cette induction a favorisé chez les participants une  prospective d’action qui, je l’ai dit, recherchait  quelles  réponses adéquates apporter à la situation. Ce dispositif qui mobilise plusieurs intervenants et qui force à chercher des stratégies  communes, à été le fondement du processus de travail tel qu’il s’est développé par la suite.

 

 

 

Il découle de cette manière de faire que, pour travailler la Tâche, il est impératif de parler de la dynamique de l’équipe et de la régulation de ses rapports avec les autres partenaires, comité inclus

 

La confrontation naissait autour de la systématisation du questionnement et de ma réticence à suivre les participants sur le chemin de la plainte événementielle. J’ai d’après mes notes, dès la troisième séance, proposé à nouveau  de rencontrer le comité. Discussion dont il ressort que le responsable rencontrera le comité pour lui transmettre la proposition et lui expliquer mon point de vue. La réticence d’une partie de l’équipe à nous voir aborder la dynamique de travail  semble s’estomper. 

 

La fois d’après j’obtenais via le directeur la réponse du comité, je pouvais aborder les aspects dynamiques des relations interpersonnelles et m’intéresser au réseau, de plus l’autre intervenant n’intervenait plus! Par contre le comité ne jugeait pas opportun de me rencontrer.  

 

 

 

Deux à trois séances se sont passé ensuite à parler des situations beaucoup plus librement, avec pour effet d’amorcer un discours focalisé autour de  la recherche d’une cohérence professionnelle.

 

Lors d’une de ces séances, une éducatrice a fait part du sentiment qu’elle avait à mon endroit, à savoir que je ne l’écoutais pas. Je ne serai en mesure de donner un sens à cet épisode que plus tard, j’ y reviendrai en temps et lieu. Pour l’instant je retiens que, ce qui est ressorti de ce moment,  c’est qu’une fois les affects écoutés, les positions dites, il a été  possible de continuer à travailler ensemble . Je préciserais que l’équipe et son directeur étaient très attentif durant cet échange. 

 

Je relèverai pour  les autres séances que la  relation  duelle,  et les affects par elle engendrés chez le sujet, restait  avec l’événementiel  le thème  privilégié des échanges.

 

 

 

Une séance est particulière qui a consisté en un bilan des premières séances, Je la situe parce qu’elle a eu lieu en février deux mille et que   j’avais commencé la formation CEFOC; la tentation de l’intervention y était présente puisqu’en guise de bilan et après que l’on se soit dit qu’on repartait pour cinq séances j’ai proposé de relever cinq points positifs et cinq points négatifs dans les domaines de la pédagogie, du fonctionnement de l’équipe et des rapports avec l’extérieur. La liste à été conservée en vue d’un travail futur.

 

Ce qui est ressorti le plus fort de ce travail, c’est l’envie d’élaborer un nouveau concept  pédagogique.

 

 

 

C’est je pense à la sixième séance, que lors d’une discussion passionnée se cristallisant dans des  positions qui paraissaient inconciliables, j’ai employé un outil qui nous avait été proposé, à savoir de considérer la position de laquelle nous parlions. (Chema  attribué à Dubosque par Sylvain Ohajon)

 

J’ai dessiné une croix représentant l’axe du savoir et de l’ action avec des gradations sur chaque branche, en nommant les extrémités, respectivement pour celle  du savoir : chercheur et technicien et pour celle de l’action idéologue et praticien. Puis j’ai demandé à chacun de situer premièrement d’où il parlait dans le moment et secondement où il se situait le plus habituellement dans toutes les directions.

 

Le résultat du premier  exercice a été que les acteurs du débat passionné se situant, l’un dans la branche technicienne et l’autre dans la branche idéologue  ont arrêté de se vouloir convaincre!

 

Par la suite, confondus avec les pairs, ils ont commencé  a rechercher une position permettant la cohésion pragmatique de l’action  mais supportant un différent  théorique.

 

Dans le deuxième  exercice,  l’espace délimité par les losanges irréguliers dessinés en superposition  a été tout de suite ressenti comme le champ de réflexion et de discussion immédiatement  partageable par l’équipe.

 

L’échange qui suivra et continuera la séance d’après concernera presque naturellement  la manière que l’on a d’envisager le travail et par extension les représentations que l’on se fait de la Tâche. 

 

 

 

C’est à ce moment que j’ ai proposé de travailler, en rappelant la séance de bilan, une journée entière autour de ce thème des représentations de manière active dans le but de revisiter un concept pédagogique vieillissant.

 

C’est de cette manière qu’après sept séances de “supervision revisitée” étalées sur dix mois je me suis retrouvé dans le rôle d’intervenant en juillet deux mille.             

 

 

 

L’intervention comme mutation

 

 

 

Pour introduire cette partie de mon travail  je ne résiste pas au plaisir de citer  Jean Paul Sartre qui disait, j’espère qu’il ne me tiendra pas rigueur d’avoir oublié où,” un groupe qui travaille se travaille”  l’ ancien médecin chef  du C.T.A.  André Meyer aimait à compléter “ s’il ne travaille pas pour se travailler, mais se travaille pour travailler “!

 

Pour ma part je remplacerais simplement groupe par équipe mais enfin fidélité et respect oblige... Reste que la pertinence de la phrase et de sa paraphrase reste entière et reflète en tout cas l’esprit que je désirais voir présider à cette journée.

 

 

 

J’ai gardé de cette partie de mon intervention et le protocole décrivant le dispositif imaginé, et les notes de la journée. Pour m y  préparer   j’avais lu l ’ancien projet pédagogique de l’institution.

 

Je livre le document décrivant le protocole que j’ai imaginé et qui m’a servi à piloter l’intervention tout au long de la journée. ( voir annexes)

 

   

 

Tous les exercices n’ont pas été employés,  l’ordre de quelques-un a été inversé et un exercice l’ éducation c’est.. a été pêché dans la réserve. Trois sous-groupes de travail de trois personnes chacun se sont constitués.

 

Aux six heures prévues le samedi en question, se sont rajoutées deux heures supplémentaires en fin de journée à laquelle avait été conviées les femmes de ménages. Seul le cuisinier n’a pas pu venir.

 

 

 

Cette intervention  a été l’élément  central de la maturation du groupe en une équipe professionnelle.

 

Deux exercices ont favorisé grandement ce processus.

 

Je parlerai premièrement  du travail créatif autour des représentations. Il s'agit de représenter en petit groupe et en silence d'abord les idées et valeurs  qui sous tendent le travail.

 

Cet exercice se pratique au moyen de peintures, d'écriture, de découpage,  de chiffonnage, de collage  le tout rassemblé et concrétisé au moyen du support offert par de  grandes feuilles de papier sur lesquelles les acteurs peuvent entrer en interactions créatives.

 

Cette technique, pratiquement introductive de la journée, aura été à la fois,  le réceptacle   des contenus personnels extériorisés et,  de par l’échange  de créativité  interactive proposé, le ferment de transformation de l’extériorisation de ces représentations en trois représentés différents.

 

Trois représentés différents , nés de la dynamique des  sous-groupes au travail et de leurs échanges après-coup.

 

Pour parvenir à des  présentations successives du travail  au grand groupe  par les sous-groupes des trois productions qui sont en fait des  “ donné à éprouver “ différents. Les trois  représentés sont mis  en représentation interactive ils ne sont pas seulement  montrés au grand groupe  mais  commentés, questionnés, comparés.  On constate qu’on a représenté  les  mêmes choses autrement  ou des choses différentes pareillement. Toute cette effervescence est ordonnée, elle obéit à une loi.

 

On recherche une représentation commune qui ne soit pas discriminatoire des visions particulières, en fait au bout d’un exercice si simple on accueille la complexité.

 

 

 

J’ai pour ma part eu le sentiment d’assister  a quelque chose qui ressemblait au passage de l’imaginaire individuel  à une symbolisation groupale  partagée, permettant  une meilleure confrontation au réel. Peut-être m’ avancerais je trop dans une perspective Lacannienne  mais je rapprocherais volontiers cet épisode, d’une sorte de castration symbolique permettant justement d’introduire la métaphore du nom du Père en substitution du désir de la mère. ( Alex Raffy, érès, 2000, p. 76)

 

Je me demande si ce n’est pas cette sorte de passage instituant la loi qui permet au groupe informel  de devenir équipe professionnelle. Comment ne pas évoquer à cette occasion le passage dynamique d’un processus primaire à un processus secondaire. Dynamique au sein de laquelle s’harmonise et se hiérarchise les poussées de nature pulsionnelle créative avec la prise en compte des exigences extérieures commandant de contrôler la pulsion.

 

 

 

Cette rencontre à permis l’ouverture d’autres   champs d’investigations . La question du jour  que je résumerais par: comment faire pour bien faire quand on est éducatrice de la petite enfance, a été extirpée de son contexte purement éducatif et relationnel de proximité. La créativité d’abord , les présentations ensuite on permis de la  ressentir et de la situer  dans ses dimensions  et ses implications sociales psychosociales , socio-politiques.

 

A ce stade et dans ce foisonnement, la découverte première faite par l’équipe et que je reformule ici se résumait en substance a constater que ce que les structures et l’organisation ne prenaient pas en charge était assumé par les professionnels.

 

 

 

Je postule pour ma part  qu’il s’agit là de la mise en évidence d’une sorte de plus-value ajoutée par les individus à la prestation de service que l’organisme propose.  Cette plus-value  donne une réelle valeur ajoutée à la prestation puisqu’elle fait éponger individuellement à chaque professionnel, le surplus émotionnel que la collectivité ne prend pas en compte. Ceci bien entendu sans la rétribuer et mieux,  en culpabilisant le professionnel  que cette charge  excessive écraserait.

 

Cette hypothèse ne vaut  peut-être pas plus que l’intuition qui est a son origine, il m’a semblé cependant intéressant de la partager parce qu’elle s’est imposée à moi alors que les participants échangeaient sur leurs productions. Elle me permet en tous cas de clarifier encore plus  la différence sémantique que j’indiquais entre le fait de participer à quelque chose de manière consciente,  ou de quelque chose de manière inconscient..  

 

 

 

Il y avait une part de jubilatoire chez les participantes et le participant à prendre en compte ces dimensions, comme un col que l’on dégrafe lorsqu’il fait  trop chaud, cela respirait. La lourdeur du compliqué a  laissé la place à une appréhension de la complexité du réel qui, loin d’effrayer, laissait imaginer le champ des stratégies envisageables parce que justement la réalité est complexe. 

 

 

 

L’ équipe, selon moi, à ce moment de son histoire  ne doit plus  être décrite, cela se fait souvent, comme un outil de travail propre a être utilisé par des tiers!

 

Les qualités qu’elle a développé dans sa maturation peuvent  être appréhendées en comparaison  à une cellule vivante prête à remplir sa fonction.

 

Juste suffisamment souple dans ses mouvements de contriction et d’expansion pour s’adapter à l’extérieur,  sans se déformer, et à la membrane poreuse, juste ce qu’il faut,  pour régulariser ses échanges: internes - externes.

 

 

 

Michel Lemay enseigne qu’en éducation une des attitudes favorisant l’acquisition de compétences est l’anticipation positive. Là où un étranger à entendu le rejeton baragouiner  “agalala” les parents, tout heureux, ont distinctement entendu “Voilà papa”. (Maurice Capul  Michel Lemay, érès, 1996)

 

Mais comparaison n’est pas raison, et mon exemple ne voudrait pas faire entendre qu’il s’est établi une relation de dépendance inadéquate entre l’équipe et moi.

 

Il s’agit simplement d’avoir mis en place un dispositif qui permette à une équipe d’être bénéfique pour elle-même. La réussite de cette opération expliquera voir excusera  je l’espère, mon enthousiasme  de néophyte qui  n’enlève cependant rien au fond du processus. 

 

Que j’anticipe positivement par excès d’optimisme en décodant plus loin que l’équipe ce dont elle n’a pas conscience n’est  pas un mal en soi; tant que je ne lui assène pas ce constat comme une vérité interprètative mais le partage simplement  comme potentiellement prédicatif d’un possible ouvert.

 

On verra par la suite que, bien évidemment, si une équipe ne reste pas toujours à un degré de conscience aussi élevé l’expérience partagée a laissé le souvenir d’un acte fondateur. Elle conserve des  traces d’une  dynamique interne à laquelle il pourra être fait référence en tout temps,  cette mémoire et son rappel potentiel est propre à favoriser à l’ avenir la continuation du travail.

 

Je dis bien l’équipe conserve, parce que cet éprouvé expérienciel a augmenté de manière notable sa cohésion.

 

Le fait de partager des valeurs fondamentales sur le travail n’a pas pu se faire sans la forme nécessaire à cet exercice. Ce qui veut dire que l’équipe, en tant que plus que la somme de ses   membres,  travaillant sur le fond  autour des représentations individuelles  expérimentait les formes qui permettaient ce travail. L’amorce d’une continuité entre l’individu et le social est devenu un éprouvé commun.

 

Plus il ne s’agit plus uniquement de dénombrer des individus. plus petite partie du corps social mais de discerner dans ce moment l’émergence de la personne telle que la conçoit un auteur comme Denis de Rougemont “La  personne,c’est l’homme en acte, libre et responsable, module universel de toute communauté humaine consciemment et volontairement engagé. Distincte de l’individu, la personne représente l’attitude créatrice de l’homme, elle vit dans le risque et dans la décision”. (Cité par: Bruno Ackermann, L’Age d’ Homme, 2000 p.30)

 

Il y a de ces moments comme ça, où , au-delà du frisson de l’envolée, on a la sensation de toucher à quelque chose...

 

Plus pragmatiquement, en tout  temps, il pourra être fait référence à ce construit d’un émotionnel groupal mis en forme, comme à un chemin  possible entre l’expérience primaire d’appartenance et son élaboration discursive secondaire .

 

L’avantage est double qui permet de prendre en compte  les tensions: individu / groupe  ainsi que   forme / fond sans les réduire à un  “juste milieu” insipide  mais en se servant de cette énergie pour produire une danse unissant pour un moment ce qui reste habituellement  différent.

 

Cette métaphore d’unir les contraires par une sorte de  danse et non dans le combat à été très évocatrice de ce moment .

 

 

 

Le deuxième exercice au cours duquel  l’intensité de l’implication était presque palpable je l’ai tiré de ma réserve.

 

Il s’agit de tracer  sur le sol,  à l’aide d’une bande adhésive, une longue droite  à l’extrémité de laquelle je mettrai le signe plus plus, et  à l’autre extrémité le signe moins moins.  Le signe  égal marquera le milieu et logiquement le signe plus sera placé à mi-parcours du côté positif, le signe moins étant simplement en symétrie du côté négatif.

 

 

 

La consigne consiste à demander aux participants qui le désirent de faire à tour de rôle  une affirmation sur un thème choisi. En locurence:  la valeur essentielle pour une éducatrice de la petite enfance c’est....

 

Les autres participants  se  placent  sur  la ligne en fonction de leur adhésion à l’affirmation. On laisse ensuite un temps d’échange.  Cet exercice aurai pu  durer bien au delà de la demi-heure prévue !

 

 

 

Dans sa première partie, la plus importante à mes yeux, il  a consisté pour l’équipe à questionner la pertinence de l’affirmation proposée.

 

Le terme valeur s’est transformé en travail, et le questionnement est devenu: Ce qui est  important dans le travail d’une éducatrice de la petite enfance c’est... 

 

Ce retour par le biais de l’appropriation dans une reformulation plus ouverte par l’équipe de la question du premier exercice: qu’est-ce qu'’ on fait quant on est éducatrice de la petite enfance? me semble un indice du processus de maturation en cours entre les protagonistes.

 

 

 

Une concrétisation s’est opérée qui permet d’ancrer si on le désire la démarche au niveau de l’activité. Toute la subtilité est dans la notion permissive, sous-jacente au questionnement qui permet d’affirmer depuis des priorités différentes.

 

Les affirmations qui vont suivre vont se centrer soit autour de la notion  d’importance qui emmène dans des catégories qualitatives subjectives, par exemple: la gentillesse est ce qui est le plus important dans le travail ... soit sur le contenu du travail qui ramène des catégories de compétences objectives organisées autour  de l’apprenable voir de l’évaluable, par exemple: la communication est ce qui est le plus important dans le travail... Quelques unes réuniront les deux. Par exemple: être motivé et bien préparé les ateliers de bricolage  est ce qui est important dans le travail...

 

J’ai interprété ce moment comme  une amorce de ce qui pourrait à l’avenir  devenir  une séquence,  non induite et  consciente  d’explicitation des savoirs, suscitée et partagée par les membres de l’équipe .

 

 

 

Si je replace ce moment dans la suite chronologique du travail sur les représentations du matin, je trouve cette séquence très importante.

 

J’ai senti que l’équipe prenait son travail en main. Le virage qui recentre  le questionnement sur l’action prend toute sa valeur dans le sens où le partage du matin à amené l’équipe a un degré permettant d’envisager une collaboration respectueuse des différences.

 

Dans cette perspective, la notion d’action est de première importance  puisqu’elle permet de prendre en compte les aspects subjectifs et objectifs de l’ expérience des sujets dans l’accomplissement de la Tâche. 

 

L’amorce de la collaboration commence entre les partenaires au moment où il n ’ y a plus tentative de réduire l’autre à sa merci. L’institution n’est plus uniquement sentie comme une communauté qui doit  faire vivre en ensemble le semblable, mais aussi comme une micro-société qui doit faire se côtoyer le différent.

 

Plus précisément il serait juste d’écrire que la forme donnée au travail , aller de la personne au groupe, passer du silence aux mots a permis de construire une cohérence des représentés. Le fond de la démarche, cheminement de l’expression à l’explicitation, a fait émerger une possible collaboration supportant des positionnements plus différenciés dans leurs expressions que différents sur le fond.

 

Reste qu’a partir de ce moment l’équipe fait l’expérience que des divergences théoriques n’empèchent pas forcément une collaboration réelle au niveau pragmatique.

 

Ce processus s’enclenche au sein de l’équipe. Les séquences-recherches de cohérence et de collaboration s’enchaînent logiquement les unes aux autres.

 

 

 

L’important ne me paraît pas ici de restituer ce qui a été affirmé, ce contenu appartient à l’équipe. Je me contenterais  de dire,  il n’y avait à mon sens sur le fond rien d’exceptionnel. L’essentiel étant à rechercher au niveau du processus,  ce dernier  amène les participants  à imaginer des formes d’échanges,  matrices contenantes, permettant la classification et l’exploitation du matériel  faisant la surface. Écrivant cela, je souhaiterais emmener les lecteurs  vers ce constat  que le primordial dans cette journée  a été le degré de conscience que les professionnels ont eu du travail qui s’opérait. En fait l’approche proposée à permis aux  participants  de garder suffisamment de maîtrise pour devenir véritablement acteurs de cette journée.

 

 

 

Tout le matériel ainsi obtenu à été conservé par  l’équipe. Il est d’ailleurs prévu une deuxième journée qui permettra de continuer à  l’agencer de manière à continuer le travail autour du  projet pédagogique.

 

 

 

 

 

Projets

 

 

 

J’ai revu ensuite l’équipe sept  fois, à  raison d’une séance  par mois environ,  actuellement, le rythme de la supervision à repris. Pour combien de temps ?

 

Je ne sais pas dans l’avenir si le projet de travailler sur une journée va pouvoir se réaliser. Je pense pour ma part qu’il appartiendra à l’équipe de le finalisé.

 

S’il se produisait, alors je pense que nous reprendrions le travail là où nous l’avons laissé. C’est à dire que  que ce qui n’a pu être qu’ébauché et non achevé dans la première rencontre serait poursuivi .

 

A savoir, reprendre le matériel produit et le travailler  selon le schéma suivant: D’ou parle t’on, pour faire quoi, dans quel but, dans quel contexte, pour qui et comment s’y prend-on?

 

 

 

J’ai  déjà imaginé de systématiser l’intervention dans la dynamique de la commande et de la demande, inscrites elles-mêmes dans les matrices d’objectifs à court, moyen, et long termes. Concrètement je pense partir d’une démarche langagière et scripturaire.

 

 

 

Premièrement  entendre et noter à partir des positions idéologiques et idéalisées ce qui devrait apparaître dans un projet pédagogique.

 

 

 

Deuxièmement entendre et noter  les verbes désignant l’action, les adjectifs qualifiant l’action, les noms la précisant.

 

 

 

Le soucis étant chaque fois dans cette deuxième partie de cerner les buts poursuivis à court, moyen, et long terme.

 

Ensuite de repérer  les moyens à disposition et les méthodes proposées pour atteindre les buts fixés.

 

Cette partie du travail à été partiellement entrepris lors de notre première journée mais est loin d’ être achevé

 

Troisièmement, j’aimerais  réfléchir et élaborer un protocole  d’évaluation qui viserait à vérifier la pertinence du mode d’accueil proposé, en tenant compte de la commande sociale mais aussi des moyens à disposition.

 

Cet objectif à plus long terme devrait me permettre d’affiner cette intuition de la plus-value affective. Plus-value au moyen de laquelle le  travailleur social comble,  à  mon avis, le fossé qui existe entre l’idéologie et l’éthique haut de gamme des commanditaires sociaux, et la réalité des moyens avec lesquels le praticien doit opérer sur le terrain.

 

 

 

 Vers un accompagnement synergétique

 

 

 

Pour ce qui est de l’équipe qui m’intéresse plus particulièrement dans ce travail je peux  constater combien l’expression,  les échanges et l’objet des échanges a changé. Paradoxalement si je puis dire nous n’avons pratiquement plus parlé des enfants depuis cette journée, les rapports que l’équipe entretient avec eux n’ont jamais été si présents. Ce résultat qui pourrait surprendre certains m’apparaît comme  un pas mélioratif important dans la conscience que l’équipe professionnelle a dans ses capacités de remplir son mandat. En quelques sortes l’assurance prise les dégage d’avoir besoin d’un “superviseur” qui leur dise si ce qu' ’ils ont fait est bien ou mal. Je crois que mon rôle, et surtout ce qu’il représentait, a été démystifié. L’équipe a conscience d’assumer la Tâche  et par voie de conséquence de  s’assumer elle-même .

 

En fait je devrais préciser que si   nous n’avons plus parlé des enfants, dans la perspective d’analyse de cas, en vogue au début de la supervision, nous nous sommes beaucoup intéressés à ce  les professionnels et l’équipe professionnelle faisaient avec eux  et pour eux. Ce qui veut dire que nous avons eu a regarder de  près les conditions contextuelles favorisant l’accomplissement de la Tâche.

 

 

 

Pour rendre compte de cette évolution dans le travail, suite à la journée d’intervention je parlerais de trois séances qui illustreront je l’espère mon propos.

 

 

 

Première séance

 

Cette séance à été la deuxième après notre journée. Le directeur et deux éducatrices ont rencontré le comité. Au centre de cette rencontre il y avait une demande d’une éducatrice de faire une formation particulière. Cette possibilité  lui a été partiellement refusée par le comité parce qu’il s’agissait en fait de continuer pour elle à se perfectionner dans un domaine où cette personne était déjà très qualifiée.

 

Les retombées dans notre séance sont parties du constat que l’équipe ne s’était pas déterminée au préalable sur le bien fondé ou non de cette démarche de formation.

 

Le fond du problème n’était pas le désintérêt pour la formation proposée, mais la difficulté à se reconnaître le droit de s’autoriser entre  pairs, au préalable  à  l’autorisation des pères.

 

La reconnaissance que nous nous portons ou non a t-elle-valeur ? L’équipe est partagée, il est question de savoir si  les éducatrices sont d’accord de partager entres elles leurs projets de formation pour avoir  l’aval de leur collègues avant de rencontrer le comité, ou si chacune veut jouer sa chance  seule face au comité.

 

Derrière ce propos   apparaît la question suivante. La reconnaissance est-elle horizontale ou verticale? D’ailleurs s’agit-il de reconnaissance ou de pouvoir hiérarchique?

 

Il est fait référence à la journée d’intervention pour rappeler que toutes se reconnaissaient de la compétence et qu’elles pouvaient se faire confiance quant à l’honnêteté de chacune.

 

Si une telle pense qu’elle doit se former dans telle matière, on part du principe qu’on peut lui faire confiance dans son besoin. Dans ce cas il importe d’abord que l’équipe soit informée et que le cas échéant l’éducatrice argumente d’abord devant ses pairs le bien fondé de ses choix.

 

Une différenciation s’opère entre le pouvoir de décider à partir de la compétence ou de décider à partir de la position hiérarchique qui n’a pas forcément la compétence nécessaire pour comprendre les motivations du personnel et juger du bien fondé de telle ou telle formation..

 

Il  est imaginé qu’à l’avenir  une procédure se mettrait en place qui  amènerait devant le comité des demandes de formation soutenues  par l’équipe et relayées par les représentants de cette dernière, une éducatrice et le directeur.

 

J’ ai été très en position d’observateur  durant cette séance les choses s’enchaînaient presque logiquement. J’ai trouvé important la référence faite à  la journée d’intervention dans les sens où la vie quotidienne ayant repris ses droits et des problèmes concrets surgissant, l’équipe a montré que les traces laissées étaient assimilables à son fonctionnent.

 

Durant  dernier quart d’heure nous parlons du degré d’autonomie de l’équipe etdela qualité qu’elle reconnaît à son travail. Je parle de l’échéance de l’été, du temps depuis lequel nous travaillons, et de la fin possible de mon mandat.

 

 

 

Deuxième  séance

 

J’apprends que l’équipe reprend sur un temps de colloques des contenus de nos séances pour les intégrer au mieux, de manière concrète,  à  leur pratique quotidienne. Ces temps servent par ailleurs à travailler le projet pédagogique.

 

Le directeur commence par dire qu’il avait été dérangé la séance précédente par la place que des échanges entre une éducatrice et moi-même avait pris. Il s’agit de la même éducatrice  qui  m’avait interpellé au sujet de mon manque de reconnaissance à  son endroit au début des séances de supervisions.

 

Notre “différent” portait cette fois, sur la conscience vécue d’un discours sous jacent aux échanges, et concernant la fonction de responsable. J'avais avancé une hypothèse laissant entendre que certaines de ses interventions n’étaient pas si naïves qu’elles le prétendaient et moins innocentes   qu’elles paraissaient le croire.

 

L’éducatrice me disant qu’elle ne comprenait pas ce que je voulais dire et que je lui prêtais des intentions qui n’existaient pas ou dont elle n’avait pas conscience.

 

Précisément en fin de séance  le directeur avait raccompagné plusieurs personnes en voiture, c’est à cette occasion que l’éducatrice  avait parlé du fait que je ne la considérais pas et que je ne croyais pas en son honnêteté.

 

 

 

Pour ma part j’ai précisé que je  reconnaissais pouvoir certaines fois, me laisser entraîner à polémiquer  et que j’acceptais l’idée que ma manière de travailler ne convienne pas à tout le monde. J’ai ajouté que je n’avais l’intention de blesser personne mais que bien évidement je n’étais qu’un humain et de ce fait imparfait.  J’ai rappelé aussi que l’important restait ce que nous allions faire de de cet événement.

 

J’ai immédiatement mis en rapport, sans en faire part, cette séance avec celle dont je parle en page seize. Le changement en a été pour moi que l’attitude du  directeur qui ne s’était pas prononcé lors de la première séance un peu ”conflictuelle”, confirmait cette fois  une place de responsable du fonctionnement groupal.

 

Le reproche que le directeur formulait ne portait pas tellement sur le différent en tant que tel, mais sur le temps qu’il avait fait perdre! Une éducatrice précisera que c’était effectivement une perte de temps, sa collègue et moi ne pouvions nous comprendre, elle étant “affective” et moi “cérébral”.

 

Le reste de l’équipe semblait être spectateurs de la prise de position de son directeur.

 

J’ai demandé à quoi aurait du servir ce temps perdu? Y avait- il une urgence ?

 

Une hypothèse s’est fait jour  que peut être il y  avait des choses à se dire concernant les rôles et la fonction de chacun et que le temps avait servi à autre chose. Une participante a repris cette idée que des choses qui  m’étaient adressées auraient dû l’être au responsable. En fait qu’il   avait à se situer quand aux rôles qu’on lui attribuait, et que l’équipe avait à lui préciser ses attentes et ses besoins.

 

Ce que j’ai su lire de cet épisode c’est que j’avais perdu du temps à recevoir et à répondre à des questions qui ne m’étaient pas adressées. Il était plus question d’un temps perdu  dans le sens d’une opportunité que de temps perdu dans le sens d’un écoulement horaire.  La séance avançant, il a de moins en moins été question de faute de l’un ou l’autre que des prises de responsabilité de chacun. 

 

 

 

 

 

Troisième séance

 

Le directeur a écrit au tableau noir avant la séance la phrase suivante. “Il est intolérable que les gens projettent sur vous  à partir  d’une image et pas de la réalité”.

 

A ma surprise les éducatrices ne réagissent pas immédiatement. Les participants reviennent à la  séance passée pour constater que je ne me  suis pas assez exprimé, en fait c’est le directeur qui va faire ce commentaire.

 

Suit un rappel historique de mes interventions au cours des séances, par ce biais le vécu de l’équipe est revisite. J’ai la perception qu’il s’agit d’une sorte bilan et je pense que j’ai fini mon intervention. Je propose que les gens décident d’ici la prochaine séance  ce qu’ils vont faire. L’équipe est d’accord , l’évocation du passé reprend.

 

A un moment une éducatrice fait  un lien avec ce qui a été dit à la dernière séance, à savoir que des choses à moi adressées pouvaient parfois l’être en fait au  directeur.

 

Une autre demande ce que veut dire cette phrase au tableau noir? La mobilisation physique indique que l’attention se porte vers le directeur. Le directeur prend la parole, il veut parler de son rôle et des attentes qu’il sent liées à ce rôle.

 

La clarification de sa position, que fait le directeur, s’adresse corporellement au moins  à l’éducatrice qui manifestait un différent à mon endroit la dernière fois. C’est à elle que le directeur renvoie qu’elle le veut autre qu’il n’est en réalité.

 

J’amène cette piste que l’éducatrice ne parle pas qu’en son nom, mais remplit une fonction pour le groupe. La parole se délie et les éducatrices parlent au directeur .

 

 

 

L’attention est forte, chacun est attentif. En substance la demande est que le responsable soit plus directif, mais qu’il n’impose rien, tout en le  faisant si c’est nécessaire mais cela n’a jamais été le cas.

 

Les éducatrices rient d’elles-mêmes et de leurs contradictions, à la place d’une polarisation du groupe sur l’attitude de l’un de ses membres il s’opère une acceptation de l’ ambivalence de chacun.

 

Les affects contradictoires de l’humain   qui habite le rôle professionnel  sont d’une certaine manière, amenés à la lumière et simplement reconnu comme un paramètre avec lequel il faut composer.

 

 L’émotion présente au début se retrouve là, mais d’une certaine manière dégagée du surplus de mobilisation affective qu’elle suscitait chez les participants. Pour un temps, les tensions sont en équilibre.

 

La séance finira  alors qu’émerge à nouveau des références à l’histoire de l’équipe, aux éducatrices qui sont parties, aux alliances ou aux différents qui liaient les personnes présentes, à celles qui ne sont plus là!

 

Comment continuer un travail sans cesse recommencé parce qu’il y a des départs et des arrivées?

 

- Pourtant quelque chose reste, comme une transmission.

 

- Oui la garderie continue même si  moi je m’ en vais.

 

- C’est vrai on ne travaille plus comme avant, et si j’allais ailleurs je prendrais ça avec moi!

 

Mon intervention s’arrétera la séance d’un commun accord suivante.

 

 

 

Point de suspension ou point de suspension

 

 

 

De la  suite  de cette sorte d’évolution en spirale qui survole les  mêmes endroits mais les considère d’un autre point de  l’espace je ne peux rien dire, elle appartient à un futur que je ne connais pas.

 

Simplement je relève que dans ce temps suspendu, d’où je regarde et décrit le chemin parcouru,  la démarche  est  inscrite  tant  dans un achevé  que  dans un inachevé.

 

Achevé, si je considère le progrès effectué en ce qui concerne, par exemple la qualité des rapports entre les personnes.

 

Inachevé, si je considère le caractère sans doute  éphémère de  cet état et le soin qu’il faudra en prendre pour le rappeler comme un possible des rapports professionnels.

 

A mon sens  une  démarche telle que celle que cette équipe vient d’effectuer,   a  valeur tant par un aboutissement  que par  le processus vécu  qui a permis  justement d’y aboutir.

 

L’augmentation de la conscience qu’ont les participants  des différents  niveaux de vie de l’équipe et  leur prise en compte  dans le travail quotidien direct avec la clientèle, est un indice du degrés de maturité atteint par l’équipe.

 

La mise en lumière et l’acception des principes d’incertitude et d’imprévisibilité de certains paramètres comme étant  générateurs   des tensions polarisant les  relations professionnelles,  permettent d’étayer le fonctionnement du groupe sur  une  dynamique du provisoire qui autorise la collaboration.

 

Les sentiments partagés dans le groupe sont presque conscients, bien plus il sont appréhendés de manière distincte dans les  catégorisations relevant pour une part de l’histoire des sujets et pour l’autre des rôles qu’il joue dans l’équipe de travail.  Ce travail est rendu possible par la mise en forme de la parole, l’accompagnement dans un processus de démocratisation d’un lieu où la parole d’une équipe ne dépend pas plus  de la capacité spéciale des individus, que d’un principe ou d’une reconnaissance extérieure .

 

Les procédures, les différentes  formes de concertation suppléent en partie   à  la relation de dépendance fondée  sur la crainte de la répression  et de besoins de protection.   “ De façon ultime , la fonction de la relation d’autorité dans son ensemble est une fonction de défense collective contre l’angoisse de séparation éprouvée collectivement par les membres  de l’ organisation. (Max Pagès Dunod,1997, p 212)

 

 

 

Cette   relation à l’ autorité vécue par les individus  comme dépositaire et gardienne des  rapports entre les personnes au sein de l’organisation peut laisser plus consciemment place à une autorité basée sur la différenciation des rôles et la reconnaissance des compétences.  Pour amorcer avec leur clientèle un processus, conduisant espérons nous  vers l’autonomie des bénéficiaires  les équipes éducatives  sont dans la nécessité d’expérimenter cette autonomisation dans leur fonctionnement propre . 

 

 

 

Il n’en reste pas moins qu’au-delà des différents bénéfices , il existe une ligne de démarcation entre ceux qui pensent qu’un fonctionnement optimum est possible et ne dépend que de facteurs, somme toute maîtrisables, et ceux qui acceptent la part disfonctionnante et conflictuelle comme faisant intrinsèquement partie de tout groupe humain.

 

La reconnaissance ou le rejet de cette pulsion de mort active  qui inscrit les groupes dans une impermanence, situe   quoi que l’on fasse la faille à un niveau  structurel.

 

L’équipe idéale n’existe ni n’ existera jamais, il faut faire le deuil d’une idéologie par trop  conjecturale, pour tendre à partir de la pratique à un idéal. 

 

Cette acceptation, ce deuil de la toute puissance groupale limite le recours à l’autorité d’un responsable ou d’un leader comme facteur de défense contre le morcellement. et comme vecteur  de la cohésion du groupe. Ce questionnement sur la position de leader que je me propose de traiter dans un autre écrit à des racines lointaines et je devrais à ce travail de l’avoir réactualisé en relisant ces lignes je m’aperçois que moi aussi je revisite en spirale un endroit de ma réflexion. ” En effet ,  admettre que j’ai un réapprentissage relationnel à faire me met, moi éducateur, dans une position qui exclut la neutralité, qui exclut la référence possible à un chef omniscient qui dicte ma conduite. La relation hiérarchique traditionnellement pyramidale s’écroule et me laisse face à l’autre dans un système d’inter-influence où mes mouvements ont autant d’importance que ceux de l’autre.

 

(Stern Eric, E.E.S.F.,1986, p. 52)

 

C’est cette fragilité apparente une fois accueillie par les individus qui fonde, parce qu’elle est vectrice d’éprouvés égalitaires, la cohésion d’une équipe et  permet  au-delà la collaboration entre ses membres.

 

Réfléchir et conceptualiser  des  procédés d’intervention sociale ou pédagogique, oblige à composer avec la complexité. Le degré élevé de ce paramètre de complexité  est augmenté par le fait  que ces praxis s’inscrivent souvent dans l’urgence. Ce dernier point renforce le sentiment d’insécurité, et complique le positionnement face à la complexité.

 

Pour répondre à cette complexification de l’exercice professionnel, souvent déroutant par le fait que seul l’un ou l’autre membre d’une équipe a conscience de la complexification à laquelle les acteurs doivent faire face, il apparaît souhaitable d’employer des moyens permettant de contacter des équipes, tant dans le champ actuel de leurs préoccupations qu'’ au niveau de la perception  groupale. C’est de cette manière que peut se mettre en place une démarche de travail imaginative, de procédures visant une perception adéquate de la Tâche C’est cette perception adéquate qui permet de  réduire l’écart entre ce que nous faisons et ce à quoi nous tendons. C’est dans cette différence entre un idéal né de la pratique et une idéologie théorique que réside l’espace possible  d’augmentation de la compétence professionnelle. 

 

C’est ce que vise modestement le modèle d’accompagnement  d’équipes que je tente, en unifiant sans les mélanger ni les confondre, la supervision et l’intervention.

 

Cette tentative voudrait les positionner  en offrant en alternance, d’une part une intervention ponctuelle s’occupant de mettre en commun les éprouvés et les représentations autour d’un objectif et dans un but précis: concrètement  travailler à la réalisation de... et  d’autre part un espace langagier procédural permettant l’émergence, la maturation et le partage expérienciel,  travailler à donner forme à.... 

 

Cette tentative correspond à la recherche et à la modélisation de moyens adaptés à un travail focalisé sur des pratiques professionnelles à substrats relationnels.

 

 

 

Le lien visible entre la supervision et  l’intervention réside dans  la mise en place d’espaces ritualisés  d’expression. Libérateur  en définitive de la parole parce que, la redéfinissant et l’inscrivant dans des formes exploitables par tous.   Laissant à la porte toutes les inégalités sociales  inhérentes à la condition de l’humain cette pratique vise à créer un espace d’égalité langagière interne. Il n’est plus ici question de vrai ou de faux,  mais d’éprouvés et de réalités, ce qui compte dans cet espace  c’est la forme, c’est elle qui donne une légitimité aux décisions que nous allons prendre. Dans la continuation de  la pédagogie institutionnelle  je propose des matrices de fonctionnement  vides, réceptacles émotionnels en même temps que lieu d’élaboration et de reformulation partagés, porteuses du sens de l’action. (Philippe Merieu, Pemf, 2001)

 

 

 

Dans cette suite l’accompagnement des équipes entend l’intervention comme une   sorte d’acmée dans le processus de supervision. Le crescendo processuel  de la supervision, conduit à l’intervention qui cristallise dans une mise en actes productive, le matériel symbolique et relationnel en même temps qu’elle est  laboratoire de fonctionnement. Puis la supervision  devient le lieu de digestion et d’élaboration de cette production / expérimentation. En quelques sortes l’équipe expérimente que la norme n’est pas forcément l’adaptation à un modèle mais peut aussi être l’invention de nouvelles règles de fonctionnement. Formes différentes des échanges qui permettent d’autres formulations et donc d’autres prises en compte du fond .

 

 

 

Conclusion ou la dynamique du provisoire

 

 

 

Pour finir ce travail je voudrais  relever que c’est la tension créée par le questionnement continuel autour des notions commande / demande qui m’a  fourni l’énergie nécessaire à écrire ces lignes. Je ne sais si ce questionnent est perceptible dans mon texte mais je m’aperçois qu'’ il m’a fallu poser tout mon savoir faire sur le papier avant de pouvoir me faire premièrement,  savoir un positionnement qui a lentement mûri au  fil de la rédaction.

 

J’identifie cette interrogation comme s’effectuant en résonance avec les positions du monde socio-politique qui  passe, au travailleur social que je suis, une commande impossible au vue des moyens alloués en s’abritant derrière des impératifs à la fois financiers et éthiques. C’est ce même monde qui refuse le plus souvent la transformation de la commande unilatérale en une demande ajustable.

 

 

 

Pour ma part, je ne me sens aucunement lié par une quelconque   commande hors acceptation d’un mandat négocié.

 

Quel que soit la ou les personnes qui font appel à mes services,  je ne suis jamais lié à elles que par une partie contractuelle. Si j’entre en matière  c’est parce que   la commande quelle que soit sa forme n’en reste pas moins une demande  de service que j’accepte ou pas de fournir.

 

De fait, il fait partie de mon éthique de rendre attentif les commanditaires à ce que je considère comme étant du domaine du possible.

 

Dans ma réalité je serais donc tenté de dire que c’est bien la demande qui commande puisque c’est elle qui m’indiquera le champ et le niveau d’entrée du travail avec l’équipe.

 

De même dans  l’accompagnement tel que je le conçois, c’est l’évolution de la demande qui commandera tant pour moi que pour les membres de l’équipe les  méandres que nous aurons à suivre. C’est au travers des demandes que les membres de l’équipe s’ajustent et que parfois “ça” parle.

 

L’élaboration des  demandes, en la demande qui commande force  à  adapter l’accompagnement.  La frustration inhérente à ce travail d’élaboration / formulation   institutionnelle, peut se comprendre  comme la marque du  renoncement à  l’ investissement de  l’ équipe en tant qu’objet  de réalisation des désirs. C’est encore une fois cette référence au concept de désir de la mère et de métaphore du Nom du Père qui   me permet de rendre compte  théoriquement de ce fait.

 

L’acceptation de ce renoncement advient au fil de la clarification de la demande, et   ne peut devenir opérant  que si l’organisation du  champ professionnel répond aux besoins et  garantit  un espace ou les désirs pourront passer par les défilés formalisés de la reconnaissance de la parole et de la demande.

 

 

 

Pour terminer j’exposerai ici la réponse proposée à  la commande sociale qui,  en écho avec  la commande du politique, exige des résultats. Elle mérite à mes yeux d’être examinée ici parce qu’elle est  souvent  reformulée en des termes à peine voilés par les équipes  à l’accompagnant. Pour évoquer cette partie du travail d’intervenant je retranscrit ici une réflexion faite à partir d’une fiction qui m’a servi il y a plusieurs mois  à expliciter dans un travail préliminaire de présentation au près du  CEFOC le coeur de ce travail .

 

 

 

Pierre enfant placé vole dans le voisinage. C’est un constat,  la commande de l’extérieur est faite que Pierre arrête de voler .Cette commande est relayée, bien que de manière voilée, par l’équipe à   l’accompagnant. La commande de l’équipe peut se traduire par dites -nous que faire pour pour que Pierre arrête de voler.

 

Cette commande est très influencée par la commande extérieure. Il va falloir métacommuniquer sur la commande pour la restituer dans une demande.

 

 

 

Version une, le superviseur cherche avec l’équipe que faire, en fait ils répondent à un commande. Il répond à une demande non travaillée. La société, l’équipe et le superviseur cherchent une solution événementielle.

 

 

 

Version deux, l’intervenant travaille la demande  et donc la prise de distance par rapport à la tension: action / réaction.

 

Il insère  un temps un espace de pensée, qui ne porte plus premièrement  sur: ”comment faire pour qu’il arrête de voler mais sur les représentations de à quoi ou à qui je réponds en travaillant, si faire se peut, à ce que Pierre arrête de voler “ ?

 

 

 

La question n’est plus seulement  comment remplir la commande mais l’adéquation de la commande; Pierre doit arrêter de voler et c’est votre travail de faire en sorte qu’il arrête, avec la réalité dont il est question.

 

La commande interrogée est restituée dans l’ordre du possible (Est- ce bien fondé,  et pour qui malgré les apparences de chercher à ce que Pierre arrête de voler)?

 

Le fait de se permettre d’interroger la commande dans ses implications tant socio-politiques qu’irréalistes introduit la prise de distance des membres d’une équipe

 

Elle permet  l’émergence du temps nécessaire pour sortir de l’urgence et restituer les responsabilités.  

 

 

 

Cette césure dans la logique de l’immédiateté  causale; il vole,  comment le faire cesser, est un espace de réappropriation de la pensée, pensant les événements et les problématisant dans leur contexte de manière à leur trouver une résolution.

 

C’est le grain de sable qui permet de commencer à prendre en compte la part structurelle organisationnelle et institutionnelle dans la compréhension, la problématisation et la résolution de l’événement, Pierre vole. Même si nous sommes d’accord pour que Pierre arrête de voler le somme nous pour les mêmes raisons? Et  partant, l’action sera-t-elle la même?

 

 

 

De ces raisons dépendent la finesse de la mise en problème, dont dépend elle même la solution à apporter à la question. Si comme on veut pafois le laisser entendre  “gros bon sens” suffisait, on pourrait admettre la commande qui propose ; Pierre vole c’est inadmissible pour les gens et notre image, enfermons-le pour son bien et le notre.

 

Mais selon la finesse du questionnement, justement là ou ronflait l'évidence, on peux perçevoir un murmure ; Pierre vole c’est un événement  qui fait sens dans l’histoire de Pierre, c’est aussi un fait qui mérite réponses dans sa perspective contextuelle et sociale.

 

 

 

Par quel bout prendre le problème, comment le définir, à quelles demandes répondons-nous, quelles questions devons-nous nous poser?  Le fait que des personnes puissent poursuivre pour elles-mêmes, à huis clos pour ainsi dire, de telles réflexions sur le bien fondé de l’action n’a pas de commune mesure avec l’émergence de ce genre de préoccupation  au sein d’une équipe de travail.

 

 

 

En fait l’équipe en pensant sont travail, se pense au travail,  il s’agit d’une forme d’élaboration partagée.

 

C’est le problème posé  qui devient problématique  et pour ma part je pense qu’a partir de là, il est possible de sortir du piège technicien qui tend à rechercher justement  la solution au problème.

 

La perspective de pouvoir penser et imaginer, en lieu et place de la solution au problème,  des réponses à une situation complexe nous dégage du spectre du juste ou faux,  de la réussite ou de l’échec pour nous inscrire dans la perspective de répondre au mieux aux besoins de tous et de chacun mais au désir d'aucuns.

 

 

 

La question nouvellement formulée est, “quelles réponses adéquates apporter à la situation de Pierre en général et par la même au comportement inadéquat  qu’il manifeste en volant “?

 

Se défocalisé de la commande  de  rechercher  la solution  au problème revient bien souvent à renoncer à soigner le symptôme, sans négliger  toute fois de  confronter  le dit sujet aux  conséquences du symptôme.

 

Cette manière de pratiquer qui ouvre d’autres champs et d’autres niveaux de réflexions et d’actions dans les équipes, place ces dernières dans l’incertitude. 

 

 

 

La brèche  créée entraîne une  revisitation de l’objet de réflexion avec en corollaire une inquiétude due à mon avis au fait que l’équipe ne peut plus momentanément jouer sont rôle de réceptacle émotionnel, puisque les assises internes et externes (faire disparaître le problème) légitimant son action  sont remises en cause.

 

Il se produit une sorte de flottement qui s’estompera dans l’exacte mesure où l’équipe commencera un travail qui la légitimera à son propre regard .  

 

 

 

 

 

Pour finir de commencer

 

 

 

C’est a ce moment par exemple que l’accompagnant sortant de son rôle de superviseur, à la fois acteur et témoin d’un processus, agit en tant qu’intervenant proposant une procédure permettant le travail de légitimation.

 

Cette phase, selon mon expérience, passe par le partage des représentations autour de la Tâche. La cohésion due soit a la défense  contre l’extérieur soit à une sorte de suffisance, d’autosatisfaction, fait place à un travail axé sur les différences, les particularités, et la collaboration.

 

Ce travail sur les représentations partagées permet l’acceptation de positions autre que les siennes comme  ayant elles aussi de la valeur.

 

Paradoxalement l’individuation des membres permet  de passer d’une équipe de professionnels (comptage d’individus avec une cohérence rigide fonctionnant dans une équipe de travail) à une équipe professionnelle (addition avec une plus value de personnes individuées collaborant à la Tâche au sein d’une  équipe au travail).

 

 

 

Plus les positions individuées sont reconnues, plus facilement les personnes vont s’intéresser aux procédures et à l’organisation comme si il devenait moins nécessaire de se faire entendre et reconnaître au travers de chacune de ces actions.

 

L’organisation au travers de procédures élaborées relaie en partie ce que les personnes portaient isolément auparavant .

 

 

 

Cette démarche ne peut pas être proposée n’importe quand, ni n’importe comment. La proposer est comparable pour moi à une interprétation faite dans un cadre analytique, il faut qu’elle vienne à son heure ne faisant que nommer ce qui est déjà pressenti ou su par la majorité des membres de l’équipe. A savoir qu’au  fonctionnement du groupe, nourri d’ inconscients individuels,  doit répondre l’organisation d’une équipe ayant comme objet extérieur sa Tâche.

 

Là où le ça règne, le moi  doit advenir, la formule du grand Sigmund Freud, même si elle n’est pas nouvelle, n’en reste pas moins aussi douloureuse que maturative tant il est vrai qu'’ en matière d’ éducation la forme précède le fond.   

 

 

 

 

 

                                                                                Eric Stern ,Chevilly, juin, 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexes

 

 

 

Intervention  institution 1.7. 00

 

Au commencement était l’action, ce qui met la tâche au centre.

 

Projet pédagogique, ou comment  faire quoi, et dans quel but, pour bien faire? 

 

1)

 

Salutation

 

Présentation

 

Pause variable, entre les modules ou en deux temps.

 

But de la journée :

 

Amorcer le travail en vue de l’élaboration d’un projet pédagogique. La condition est de jouer le jeu (Il s’agit bien de jeu). La participation est nécessaire, l’implication reste de la sphère personnelle. On n’a pas le temps de discuter toute les consignes. On va essayer de conserver le matériel. 

 

Condition cadre:

 

Feuilles au mur pour noter tout ce qui passe par la tête  (individuellement) Réflexions, questions, commentaires, idées... pour  garder une trace!

 

Feuille pour se défouler si nécessaire.

 

Ancien projet pédagogique

 

Trace du travail de la dernière fois

 

2)

 

Pour commencer, individuellement, dire en quelques mots ses attentes et les écrire sur les feuilles. Pas ou peu de questions

 

On va choisir trois groupes A.B.C. A ensemble etc.... et  travailler en trois équipes dorénavant il y a trois équipes de travail.

 

La  tâche des équipes  est d’élaborer un projet pédagogique pour l’institution.

 

Les équipes se trouvent un endroit de travail.

 

Les équipes s’arrangent pour qu’il  y ait une trace écrite de tout, pour conserver le matériel.

 

3)

 

En équipe et en silence, représentez  par  tous les moyens à disposition travail sur les représentations 

 

“ Qu’est-ce qu’on fait quand on est  E.P.E?”  “Au nom de quoi?”

 

Représentez ce que l’on fait si on est, ou si l’on imagine qu’on est une E.P.E. 

 

cela peut être interactif dans le travail, mais silencieux.    

 

Temps variable 45- 60 min

 

On  explique ce que l’on a fait individuellement, ou en interaction en équipe

 

Plénière: on se déplace tous et une équipe après l’autre présente le travail aux autres qui questionnent. Là aussi chaque équipe note.

 

 

 

(il s’agit de l’exercice sur les représentations  vécu dans le cadre de la formation) 

 

 

 

Pause 10h45 11h15

 

4)

 

Plénière: trois personnes notent

 

Un projet pédagogique cela sert.... à qui?  à  quoi?   quand?  pour que? de?

 

En cercle, assis, on se lève on va vers quelqu’un en disant un projet pédagogique cela sert à....

 

En Équipe. Mise en commun de l’exercice, vérification des notes, rajouter si l’on se souvient.

 

Chercher les verbes qui devraient impérativement apparaître dans un projet pédagogique.  Pour qui sont-ils là?      exemple: jouer...enfants

 

Chercher les adjectifs qui vont qualifier ces verbes: manger... proprement

 

Chercher les noms qui vont avec ces verbes: apprendre... la politesse

 

12h.30

 

Pause de midi

 

13h.30

 

Plénière: mise en commun des verbes, pour qui sont-ils là?

 

Équipe:

 

Un observateur. Une personne présente la maison entre réalité et fiction, en essayant de tenir compte de ce qui vient d’être dit, à un parent, un prof un enfant, un membre du comité, une autre E.P.E., on roule en continuant.

 

L’observateur note

 

Au vue de tout cela, imaginer une phrase qui explique au mieux la finalité visée par la globalité de l’accompagnement. Illustrer sur un panneau. 

 

Pause 15h 15h30

 

Présentation du panneau

 

Mise en  Forme. Amorce d’une classification Exemple: MANGER: but à long, moyen, et court terme, avec qui, pourquoi, comment.

 

A quoi faut-il penser pour élaborer un projet pédagogique? Liste

 

A quoi doit répondre un projet pédagogique?

 

Réserve

 

Brain storming: une personne note

 

Les mots veulent-ils dire la même chose pour tout le monde. Jouer c’est .... définition!

 

Formuler ses pensées sous formes de questions auxquelles on puisse répondre?

 

Sculpture - Photolangage - dessin ?

 

“L’institution idéale”  Travail à trois, concertation-représentation  autour des verbes importants

 

quelles actions ouvrent? lesquelles ferment?

 

“++ / - -” L’éducation c’est...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie

 

 

 

Ackermann Bruno, Denis de Rougemont. De la personne à l’ Europe L’Age d’ Homme, Lausanne, 2000

 

 

 

Ancelin Schützenberger Anne, Aie, mes aïeux ! 

 

é.p.i. la méridienne, Paris, 1993

 

 

 

Anzieu Didier, Le groupe et l’inconscient

 

 Dunod, Paris, 1984

 

 

 

Bion Wilfred Ruprecht,  Recherche sur les petits groupes

 

puf, Paris, 1991

 

 

 

Carl R. Rogers, Le développent de la personne

 

 Dunod, Paris, 1996

 

 

 

Maurice Capul. Michel Lemay,  De l’éducation spécialisée 

 

érès, Ramonville Saint-Ange, 1996

 

 

 

Meirieu Philippe, Fernand Oury 

 

Pemf, Paris, 2001

 

 

 

Pagès Max, Le Système émotionnel 

 

Homme et Groupes, Paris, 1986

 

 

 

Pagès Max,  La vie affective des groupes

 

 Dunod, Paris, 1997

 

 

 

Raffy Alex, Les psychanalystes et le développement de l’enfant  

 

érès,  Ramonville Saint-Ange, 2000

 

 

 

Reich Wilhelm, L’éther, Dieu et le diable

 

Petite Bibliothèque Payot, Paris, 1999

 

 

 

Stern Eric, Création et développement d’une unité de prise en charge à court terme pour adolescents.

 

Travail présenté pour l’obtention du diplôme d’ éducateur spécialisé 

 

E.E.S.F., Fribourg, 1986

 

 

 

Stern Eric, Résonances.

 

Travail présenté dans le cadre de la formation extraordinaire du CEFOC en vue de l’obtention d’une reconnaissance de superviseur en travail social

 

Chevilly, 1992

 

 

 

Thierry Simonelli, La Théorie Lacan

 

cerf, Paris, 2000

 

 

 

Travail éducatif en Institution

 

 

Formation d'éducateur spécialisé

Formation d'éducatrice de la petite enfance

Formation de moniteur socio professionnel

Formation à distance

formation-coaching.html

formation-online.html

formation-professionnelle.html

formation-travail-social.html

éducation spécialisée formation

Formation Cfc Social

Concours d'entrée formation sociale adresses

éducation spécialisée éducateur spécialisé, éducatrice, formation professionnelle, annonces emploi, ecole

Erziehung

Special Education

Pour les thérapies

anorexie ados enfant infantile suisse association information formation

autisme enfant infantile suisse association information formation

hyperactivité enfant famille ritaline formation traitement infantile

dyslexie dysorthographie ados enfant infantile suisse association information formation

boulimie ados enfant infantile suisse association information formation

Proposez une journée enrichissante aux enfants avec un professionnel passionné de nature et d’histoires envoûtantes !
 
Naturaliste amateur et conteur aux larges intérêts, Pierre-Alain Luthi est un éducateur spécialisé qui a une grande expérience des groupes d’enfants ou de jeunes adultes. Il sait leur transmettre sa curiosité et sa passion pour les histoires de la nature ou pour les contes.
Pierre-Alain Luthi met à votre service ses qualités humaines et professionnelles et vous propose des animations ludiques et pédagogiques, des sorties-découverte ou des conférences notamment sur les thèmes suivants :

- Histoires à dormir debout (contes et métaphores)
- Nuit des étoiles (astronomie)
- Quelle espèce de vieux fossile ! (géologie)
- Tout plumé ! (ornithologie)
- A chacun son poisson (pêche)
- Tisse ta toile ! (initiation Internet)

Chacun de ces thèmes peut se décliner à volonté ou faire l’objet d’une conférence pour adultes (dès 8 pers.) Pour tous renseignements :
0900 000 143 (2.50Sfr./min.)
Avant de composer le numéro, préparez votre demande pour vous assurer une réponse claire et rapide. Soignez les détails tels que thème souhaité, âge des participants, nombre, contexte, etc.
Pierre-Alain Luthi – éducateur spécialisé au mandat sur appel. (voir CV).
 

Questions, informations, emplois au  0900 000 143  (2,50 sfr/min. - Suisse uniquement) par ce numéro vous pouvez me contacter directement pour toutes infos sur la profession d'éducateur, les filières de formations, les institutions, dont vous pouvez trouver les adresses en ligne.

Educh.ch a maintenant passé sur une nouvelle version asp n'hésitez donc pas à la découvrir, Educh.ch est depuis 1997 un site consacré à l'éducation spécialisée, avec des services et des infos pour les professionnels et les amateurs de l'éducation :- Trouvez des articles et échangez des conseils et des renseignements sur les filières de formations sociales et professionnelles, l'éducation spécialisée, le travail d'éducateur spécialisé, le coaching, les écoles et l'emploi dans le dans le domaine social, les méthodes d'interventions éducatives dans les institutions et les familles, les soins des enfants et des personnes handicapées. Les formations, écoles, université dans le domaine éducatif etc. Ce site est consacré à l'intervention éducative, aux formations sociales, à la recherche d'emploi dans le domaine social en suisse romande. Vous pouvez vous inscrire pour obtenir des informations régulières, connaître les membres présents en ligne actuellement en cliquant ici.

Mode d'emploi du site
Pour poser une question sur le forum cliquez ici
Pour un conseil sur une situation particulière en matière d'éducation visitez Consulteduc.ch
Une liste d'adresses de plus de 650 institutions en Suisse romande
http://www.educh.ch/ac.asp
Découvrir les articles par thèmes http://www.educh.ch/articles.asp?cat=0
et les news par thèmes http://www.educh.ch/news.asp  voilà bonne visite

 

Découvrez Consulteduc en cliquant ici

Ce site aborde l'éducation spécialisée ses outils, les formations, les sites, les associations d'éducateurs spécialisés et les écoles traitant de l'éducation spécialisée. Le plus important pour moi est de favoriser la communication entre les différents intervenants de l'éducation spécialisée, les éducateurs, éducatrices, consultants circulant sur le site. Dans ce but vous pouvez échanger sur le chat, le forum, la liste educ. Elargir la communauté des éducateurs et éducatrices travaillant auprès des enfants.

Vous recherchez un guide du patrimoine ou un guide nature pour des sorties découvez  le très joli site de Chouks vadrouilles.ch

Rechercher par une ville au choix, inscrivez la ville
et cliquez .

Ville :

Rechercher par Canton......
 



 

Choisissez un genre d'Institution dans toute la Suisse

Choisissez le genre d'institution et le canton dans la liste déroulante ci-dessous.

Rechercher un terme, un nom d'institution
Web
educh.ch

la base de données complète cliquez ici

Pour tous renseignements appeller  le 0900 000 143   2.50 Chf/min.   depuis la Suisse

 

Envoyez moi directement un commentaire en écrivant ici, précisez votre adresse mail pour que je puisse vous répondre.



 
     

La Transe en éducation spécialisée cliquez ici pour découvrir mon travail de fin de formation en hypnose clinique

Pour des questions socio-éducative inscrivez vous a notre liste de discussion envoyez simplement un email à  educ-subscribe@yahoogroupes.frplus de 600 éducateurs spécialisés en ligne .Vous pourrez alors dès votre inscription validée envoyez votre question à la liste.
Pour recevoir les infos du site Educh envoyez simplement un email à
educh-subscribe@yahoogroupes.fr

Vous voulez mettre une petite annonces sur Educh cliquez ici
Vous voulez échanger sur notre forum cliquez ici

pour découvrir toutes les adresses en ligne

http://www.educh.ch/type.asp par type d'institution

http://www.educh.ch/a3.asp

Par canton Vaud , Genève, Jura, Valais, Berne, Fribourg, Neuchatel,

par type de clientèle et Canton

   http://www.educh.ch/a4.asp


 

Ou sur le site consulteduc consacré aux problématiques familiales

http://www.consulteduc.ch/type.asp par type d'institution

http://www.consulteduc.ch/a3.asp

Par canton Vaud , Genève, Jura, Valais, Berne, Fribourg, Neuchatel,

par type de clientèle et Canton

   http://www.consulteduc.ch/a4.asp

 

 

Pour vos questions sur un emploi d'éducateur spécialisé veuillez cliquer sur ce lien qui vous renseignera Emploi en suisse d'éducateur spécialisé autrement pour papoter venez discuter sur le forum en collaboration avec oasis  Forum éducation spécialisée. Je reçois beaucoup de demande au sujet des formations cliquez sur ce lien Educateur spécialisé et éducatrice spécialisée formations  http://www.perfectionnement.info/hi/index.htm un excellent site sur les cours et formation aux québec.

Cours améthyste LA LISTE DES COURS 2003 - 2004 CLIQUEZ ICI 
 

La Transe en éducation spécialisée cliquez ici pour découvrir mon travail de fin de formation en hypnose clinique

 éducation spécialisée, enfants, éducateur spécialisé, école, bébé, star academy, humour, bricolage, conseiller éducatif

 

éducateur social éducateur spécialisé, éducatrice, formation professionnelle, annonces emploi, ecole

 coach, bénévole, bénévolat, coaching de personne bénévole, conseiller,

Formation d'éducateur spécialisé

Formation Informatique Education éducateur spécialisé, éducatrice, formation professionnelle online ecole

Guide Internet Education formation en ligne formation professionnelle online ecole

Coaching Online Education formation en ligne formation professionnelle online ecole

 coach, bénévole, bénévolat, coaching de personne bénévole, conseiller,

Formation d'éducateur spécialisé

 

Bibliographie Educh.ch
http://astore.amazon.fr/adolescent-21
http://astore.amazon.fr/amp-21
http://astore.amazon.fr/animateur-21
http://astore.amazon.fr/anorexie-boulimie-21
http://astore.amazon.fr/astre-21
http://astore.amazon.fr/autisme-21
http://astore.amazon.fr/budget-familial-economie-21
http://astore.amazon.fr/cesf-21
http://astore.amazon.fr/coherence-cardiaque-heartmath-21
http://astore.amazon.fr/concours-21
http://astore.amazon.fr/contes-21
http://astore.amazon.fr/debat-21
http://astore.amazon.fr/dessin-21
http://astore.amazon.fr/dyslexie-21
http://astore.amazon.fr/educateur-21
http://astore.amazon.fr/educatrice-21
http://astore.amazon.fr/educh
http://astore.amazon.fr/educh-21
http://astore.amazon.fr/educoaching-21
http://astore.amazon.fr/emploi-21
http://astore.amazon.fr/enseignant-21
http://astore.amazon.fr/entreprise-social-independant-21
http://astore.amazon.fr/ethique-21
http://astore.amazon.fr/formateur-adulte-21
http://astore.amazon.fr/formationcoaching-21
http://astore.amazon.fr/humour-blague-21
http://astore.amazon.fr/hyperactivite-21
http://astore.amazon.fr/infirmier-21
http://astore.amazon.fr/insomnie-21
http://astore.amazon.fr/internet09-21
http://astore.amazon.fr/jeux-educatif-21
http://astore.amazon.fr/kinesitherapie-21
http://astore.amazon.fr/mobbing-21
http://astore.amazon.fr/obesite-21
http://astore.amazon.fr/ong-21
http://astore.amazon.fr/orientation-21
http://astore.amazon.fr/planetarium-21
http://astore.amazon.fr/pnl-21
http://astore.amazon.fr/psychiatrie-21
http://astore.amazon.fr/psychologue-21
http://astore.amazon.fr/sexualite-21
http://astore.amazon.fr/spiritualite-21
http://astore.amazon.fr/stress-21
http://astore.amazon.fr/suicide-21
http://astore.amazon.fr/toxicomanie-21
http://astore.amazon.fr/universite-21
http://astore.amazon.fr/validation-acquis-21
http://astore.amazon.fr/violence-famille-21
http://astore.amazon.fr/voyage-21
http://astore.amazon.fr/zootherapie-21

Pour recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre email.

Sondage
job etudiant geneve job etudiant fribourg formation de auxiliaire de la petite enfance geneve place d apprentissage dans assistante socio educatif job etudiant valais offre d emploi educatrice de la petite enfance recherche de poste de psychologue clinicien en suisse garderie lausanne cherche stagiaire pour une annee salaire assistante socio educatif veilleuse de nuit en maison de retraite hospital veilleur de nuit dans un home pour personnes agees ou handicapees auxiliaire de puericulture geneve couple pour intendance d une ecole recherche un poste d auxiliaire petite enfance geneve quel est le salaire d un educateur specialise en suisse veilleur ou veilleuse remplacante en ems offre d emploi ase foyer st louis fribourg ge suis le promoteur d une ecole passa rdc qui cherche un financement pour la construction d un batiment pour la bonne encadrement des enfants salaire ambulancier cherche poste d assistante en soins et sante communautaire recherche poste d intendant salaire auxiliaire assistant socio educatif geneve technicienne d intervention sociale et familiale offre d emploi dans creche en suisse rapport de stage en plomb erie un poste d aide jardinier stage d observation en psychologie clinique non remunere min100h emploi creche geneve recherche poste d educateur de jeunes enfants ville de quebec educateur social geneve place d apprentissage comme assc professionnelle de l enfance place d apprentissage assc poste d assc veilleuse recherche place d apprentissage d ase cr che vaud responsable de formation technicien en salle d operation recherche poste d infirmier dans service de p cherche maitre d apprentissage en fleuriste professeur d activite physique adaptee recherche d emploi dans une creche halte garderie ecole maternelle cherche emploi d assistante en medecine veterinaire offre d emploi veilleur de nuit cours par correspondance suisse poste d auxiliaire educatrice en garderie petit boulot sur lausanne un educateur de groupe therapeutique d internat fondation horizon sud