Communiqué de presse Parution du nouveau livre NOS ENFANTS, COBAYES DE LA PSYCHIATRIE ? de Pier



Communiqué de presse Parution du nouveau livre NOS ENFANTS, COBAYES DE LA PSYCHIATRIE ? de Pierre Vican Éditions Anagramme, 192 pages, 17,90 € Disponible en France, Belgique (diffusion « Nouvelle Diffusion »), Suisse – toutes librairies et www.fnac.com Le projet national de dépistage systématique des « troubles comportementaux » des jeunes enfants – dès la maternelle – et de leur traitement médicamenteux pour résoudre le problème social de la délinquance, soulève les plus vives inquiétudes en France quant au respect des droits de l’homme. Spécialiste des problèmes de santé et de bien-être, le journaliste indépendant Pierre Vican s’interroge sur la validité des notions psychiatriques appliquées aux enfants telles que l’« hyperactivité ». Il aborde avec clarté et précision les risques de manipulation psychique des enfants par des psychostimulants qui sont des amphétamines. Il révèle que la composition de la Ritaline et du Concerta destinés à traiter le TDAH – trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité – est similaire à la cocaïne. Soumis à une batterie de tests élaborés sur la base des théories anglo-saxonnes de la psychiatrie « neurobiologique », les enfants seront diagnostiqués – sans véritable examen médical – et selon des critères subjectifs largement remis en cause par la communauté scientifique internationale. La personnalité « pathologique » qui sera décelée conduira, à partir de six ans à l’administration de psychotropes dont les effets délétères physiques et mentaux ne peuvent être ignorés. En outre, les enfants dont la personnalité sera considérée « déviante » risquent d’être fichés pour le reste de leur vie comme des sujets potentiellement asociaux ou criminels dans un « carnet de comportement » annexé à leur dossier médical, un casier judiciaire avant la lettre. On découvre dans le livre fort bien documenté de Pierre Vican que les remèdes préconisés font l’objet de controverses virulentes dans les cercles scientifiques. On recommande chaleureusement des molécules considérées par de nombreux spécialistes comme extrêmement dangereuses, que les pychostimulants et les antidépresseurs prescrits aux enfants ont les mêmes effets qu’une drogue dure. Leurs effets secondaires peuvent aller jusqu’à entraîner des phénomènes d’accoutumance et provoquer des lésions graves, notamment des accidents cardiaques, ainsi qu’aboutir à des automutilations, des tentatives de suicide et des morts. Ces risques sont passés sous silence, et l’on va de la simple interrogation à la perplexité, pour conclure avec l’auteur à une franche inquiétude sur le système dans lequel sont plongés les parents en recherche d’une solution pour leur enfant. Plus d’info : http://www.mieux-etre.org/interactif/article.php3?id_article=1327

-

-N'hésitez pas à insérer votre infos dans les articles news sur Educh.ch en utilisant le formulaire a cet effet

Répondre

Insérez une information sur Educh.ch

Les dossiers répondant à la question sont accessible en cliquant sur les liens ci-dessous.

Insérez une information sur Educh.ch

Information Site Educh.ch

Questions similaires

Articles

Questions lié à la réponse

Questions suivantes

Questions populaires