Créer une offre d'emploi (gratuit)

Mesure pour l'adolescence

Partager : f
Mesure pour l

Mesure pour l'adolescence

3
Introduction
4
L’adolescence est une période cruciale dont les évènements peuvent marquer toute une vie.
Selon le Haut Comité de la santé publique, plus de 85 % des adolescents se portent bien.
L’apport à notre société des 5,4 millions d’adolescents doit être valorisé ainsi que la richesse
du regard qu’ils nous renvoient.
S’intéresser à la santé des adolescents, les aider à s’engager dans la vie civique ou associative,
participer au développement de leur autonomie, revient aussi à envisager l’état à venir de
notre société. Ainsi, une adolescence épanouie, c’est d’abord :
- utiliser toutes les opportunités d’ouverture au monde
- réussir le passage vers la citoyenneté et vers l’autonomie
- disposer du capital-santé le plus important avant d’aborder l’âge adulte.
Pour tendre vers ces trois objectifs, le Gouvernement a décidé de mettre en place une série de
mesures incitatives qui requièrent l’engagement de tous en faveur de la jeunesse de notre
pays :
1 - Des actions facilitant l’entrée des jeunes dans la vie civique et associative ainsi que la
découverte du monde du travail.
Une adolescence réussie doit conduire à l’autonomie. Pour y parvenir, il convient de préparer
et de favoriser la prise de responsabilités. C’est tout le sens des propositions ayant trait
à l’ouverture de la vie associative aux mineurs. C’est pourquoi cette Conférence de la
famille est l’occasion de lever toute ambiguïté sur les droits associatifs des mineurs,
notamment sur leur capacité à adhérer, et à participer à la gestion d’une association régie par
la loi du 1er juillet 1901.
Il est tout aussi important de redonner du sens et de la valeur à l’acquisition des droits
civiques et politiques. A cette fin, les maires seront incités à organiser un événement lors de
la remise de la carte électorale. Cette cérémonie, qui pourra se tenir par exemple le jour
d’une séance du Conseil municipal, mettra en valeur la participation des jeunes à la vie de la
commune et pourra être préparée avec les conseils de jeunes. Cette rencontre répondra au
besoin de pédagogie souvent exprimé par les jeunes. Dans le même sens, la sensibilisation des
jeunes à l’apprentissage et à la pratique du secourisme concourt à cet objectif.
Enfin, il est essentiel que l’adolescent puisse exprimer ses talents ou sa volonté de découverte
en marge ou hors du cadre scolaire. C’est le sens des propositions autour du passeport de
l’engagement de l’adolescent lui permettant de consigner ses engagements et/ou expériences
dans le domaine associatif, humanitaire, civique, ainsi que les activités effectuées à l’occasion
d’un « job de vacances », d’un stage ou d’une formation. Ce livret participe à la démarche de
reconnaissance par la société de l’acquisition de compétences pratiques ou comportementales
dans le cursus scolaire et hors scolaire.
De nombreux adolescents, et quelques fois leurs familles, ne sont pas en situation de définir
une perspective professionnelle car ils n’ont qu’une connaissance lointaine de la vie du travail
et des métiers. En l’absence d’une connaissance suffisante de l’offre, ils ne sont pas en
situation de choisir et ne perçoivent de la recherche d’un travail saisonnier que les aspects
négatifs. Ceci peut être la cause de leur apparente démotivation. Il s’agit de faire en sorte que
les adolescents qui le souhaitent aient accès à des jobs de vacances qui leur permettent
d’accéder, au titre de leur formation générale, à une réelle connaissance de la vie au travail et
des métiers.
5
L’ensemble de ces mesures a donc pour objet de faire de l’adolescence une période à la fois
moins solitaire et plus favorable à l’acquisition de comportements autonomes et tournés vers
l’apprentissage des responsabilités.
2 - Les dispositifs diminuant les comportements à risques des adolescents,
L’adolescence est la période de l’existence où l’on consulte le moins et où la consommation
de soins est la plus basse. Si la grande majorité des adolescents ne présente pas de signes
pathologiques inquiétants, c’est le moment néanmoins où l’expression de la souffrance et de
la maladie est particulièrement difficile à identifier. Les difficultés de l’adolescence en
matière de santé ont des déterminants à la fois physiques, psychiques et sociaux. Les plaintes
somatiques se conjuguent aux doutes portant sur la normalité ; les troubles de l’humeur ou du
comportement s’associent aussi bien aux problèmes scolaires, au surpoids, à la sous-nutrition,
qu’à une entrée dans la sexualité sur fond de sur-médiatisation et de sous-information. Cette
situation conduit à proposer un entretien personnalisé en classe de 5ème, permettant le
repérage des troubles sanitaires et sociaux susceptibles d’altérer le développement des
adolescents. Cet entretien d’écoute et de prévention permettra une prise en charge précoce et
adaptée de pathologies non encore installées. Il permettra l’apprentissage d’un comportement
sanitaire responsable.
De leur côté, les maisons des adolescents, lieux d’accueil, d’écoute et d’information des
adolescents et de leur entourage en matière sanitaire, devraient constituer un pôle de
référence. Il s’agira de mettre en réseau les professionnels compétents du monde de
l’éducation nationale, de la culture, des services des collectivités locales concernés, des
autorités judiciaires, et du milieu associatif autour d’un site de référence et de répondre aux
demandes d’information par une approche pluridisciplinaire des besoins formulés. Plusieurs
déclinaisons sont possibles, l’objectif consistant à réunir des compétences qui sont jusqu’à
présent disséminées. Au-delà d’une coordination des réseaux sociaux et médicaux existants,
ces structures veilleront à associer partenaires institutionnels, monde associatif, et secteur
privé aux acteurs de première ligne (familles, enseignants…), et à assurer la cohérence des
actions menées en faveur des jeunes tant au niveau régional, départemental que municipal.
L’information sur la santé des adolescents doit s’adresser à l’ensemble des partenaires qui
l’accompagnent ou qui les côtoient. Ceux-ci doivent donc accéder à une formation appropriée,
pour proposer un suivi cohérent dans une optique de travail en réseau des professionnels
oeuvrant dans les secteurs de la santé, du sport, de l’éducation, de la justice ou de la culture.
La sensibilisation aux spécificités de l’adolescence auprès de professionnels d’horizons aussi
différents pourra passer par une réorganisation des diplômes inter-universitaires.
Il est également nécessaire de faciliter l’accès des jeunes à l’information, de rendre possibles
très rapidement des comportements correctifs à des conduites à risques, d’éviter des épisodes
suicidaires ou dépressifs et de dédramatiser des représentations déformées de leur santé, de
leur sexualité ou de l’image de leur corps. Ainsi, les services anonymes de téléphonie
existants seront réorientés en direction des publics adolescents.
6
3 - Les mesures favorisant l’autonomie des adolescents par l’accès aux loisirs, à la
culture et au sport
L’épanouissement des adolescents passe par l’exercice d’activités culturelles, sportives et
de découvertes de leur choix. La possibilité offerte aux adolescents entre 16 et 18 ans de
choisir au sein de trois champs d’activité, sportives, culturelles et de séjours en Europe
participe à cette maturation. Cet objectif sera inscrit à l’ordre du jour des négociations de la
prochaine convention d’objectif et de gestion entre l’Etat et la CNAF.
L’organisation et la promotion chaque année d’un “week-end du sport en famille” permettra
de mobiliser l’ensemble des acteurs du monde du sport autour d’activités physiques
intergénérationnelles. D’autres évènements locaux de promotion du sport chez les
adolescents, ou de la pratique de celui-ci en famille, pourront se décliner autour de cette
mesure.
Les adolescents sont, par nature, des vecteurs d’innovations technologiques. Ils pourront
contribuer à la diffusion de l’internet, ce qui leur permettra aussi de valoriser leurs
compétences auprès de leurs aînés.
La cohabitation et l’échange entre générations sont un facteur de stabilité pour l’adolescent.
L’hébergement temporaire nécessaire à l’occasion d’un emploi saisonnier ou d’une formation
par exemple, se situe dans cette logique de solidarité intergénérationnelle à travers la
possibilité d’un accueil de qualité dans un environnement équilibrant.

7
Valoriser l’engagement personnel de l’adolescent
8
Mesure n° 1
Favoriser l’engagement civique
Le constat :
- L’adolescent n’est pas seulement un élève : sa vie extra-scolaire participe aussi à sa
formation personnelle. Or les acquis de l’expérience ne sont pas suffisamment connus,
reconnus voire valorisés. Ces expériences peuvent apporter des compétences pratiques et
une expérience humaine complémentaire de celles apportées par l’école.
- Les adolescents n’ont pas toujours bien conscience de ce que représente la
majorité civique en termes de droits et de devoirs (droit de vote, pleine capacité civile et
pénale).
- Un « passeport de l’engagement » vient d’être lancé sur internet en 2004, à l’initiative du
ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et des sports : il couvre une période de
11 à 28 ans. Or, un document unique ne rend pas suffisamment compte des initiatives
prises pendant la période de l’adolescence.
L’objectif :
- Reconnaître les expériences extra-scolaires de l’adolescent, afin d’encourager sa prise de
responsabilité en dehors de l’école ;
- Valider l’acquisition de compétences et d’expériences qui ne sont pas aujourd’hui
obligatoirement développées ni reconnues dans le cadre scolaire ;
- Favoriser l’entrée des adolescents dans la vie civique : redonner du sens et de la valeur à
l’acquisition des droits civiques et politiques ;
- Redonner aux jeunes le sens de la participation électorale.
La mesure :
1/ Adapter le « passeport de l’engagement ».
Ce document sera réaménagé en précisant la démarche et en distinguant en particulier deux
périodes différentes :
- la première, qui va de l’entrée en 6ème à la fin de la scolarité obligatoire durant laquelle
l’adolescent peut accumuler des expériences dans des domaines très divers ;
- la seconde, à partir de 16 ans, âge auquel les acquis de l’expérience permettent au jeune de
mieux définir ses orientations et ses choix, et jusqu’à 28 ans.
9
Ce passeport sera proposé à l’entrée en 6ème. Il sera constitué de feuillets de couleurs
distinctes, chacun correspondant à un domaine d’action et d’engagement particulier (sport,
culture, expérience du monde du travail). Seul l’adolescent intéressé par cette démarche le
remplira.
Un cadre général sera proposé pour le remplir, permettant à l’adolescent de décrire les
expériences menées et de définir les compétences acquises. L’employeur (pour le stage
professionnel ou pour l’emploi exercé), la personne morale ou physique, qui auront été les
partenaires ou les accompagnateurs de tels projets, attesteront des actions réalisées.
2/ Inciter les maires à organiser un événement particulier à l’occasion de la remise de la
carte électorale.
La cérémonie, qui pourrait se tenir par exemple le jour d’une séance du Conseil
municipal mettra en valeur la participation des jeunes à la vie de la commune et sera
organisée en lien avec les conseils de jeunes. Elle permettra de ce fait de réunir adultes et
grands adolescents. Cette rencontre répondra au besoin de pédagogie citoyenne qu’expriment
souvent les jeunes, et sera l’occasion de conforter les relations entre les générations. Des
informations juridiques et pratiques pourront être données à cette occasion.
L’accès à la citoyenneté serait ainsi davantage solennisé. Il s’agit naturellement d’une
mesure basée sur le volontariat que ce soit du côté de la municipalité ou des jeunes concernés.
10
Mesure n° 2
favoriser l’entrée des adolescents dans la vie associative
Le constat :
- En droit, les mineurs peuvent occuper différentes fonctions dans des associations, adhérer,
élire leurs représentants ou être élus à des fonctions de responsabilité comme celle de
président ou de trésorier. En effet l’article 1990 du code civil n’exige aucun âge
minimum. Se pose néanmoins, en termes de responsabilités, le problème de l’autorisation
des parents. En pratique très peu d’adolescents occupent aujourd’hui des fonctions de
responsabilités.
L’objectif :
- Encourager les adolescents à accéder à des responsabilités via l’engagement associatif. En
effet, la vie associative, caractérisée par sa richesse humaine et l’étendue des activités
possibles, constitue un levier privilégié pour développer l’engagement des adolescents.
La mesure :
Il apparaît nécessaire pour favoriser l’engagement des adolescents et permettre
l’apprentissage des responsabilités de :
- Poser clairement le principe selon lequel, en vertu de l’article 1990 du Code civil, les
adolescents peuvent effectivement exercer les fonctions de mandataire et occuper toutes les
fonctions de direction, dont celles de trésorier et de président ;
- Souligner que l’usage autorise les mineurs à adhérer sans autorisation parentale préalable à
une association régie par la loi de 1901 ;
- Inviter les parents, dans le cadre de l’exercice de l’autorité parentale, à accompagner par un
suivi attentif, les mineurs dans les fonctions dont ils sont investis.
11
Mesure n° 3
Apprendre à tous les jeunes les gestes qui sauvent
Le constat :
- En France, à peine 7 % de la population est formée aux premiers secours (contre 22 % en
Suède par exemple) et de nombreuses vies pourraient être sauvées si davantage de
personnes étaient sensibilisées aux gestes élémentaires de secourisme. Savoir donner
l'alerte et protéger une victime, l'installer en position latérale de sécurité ou pratiquer une
réanimation cardio-vasculaire, peuvent être décisifs pour sauver une vie ou, tout au moins,
atténuer les séquelles d'un accident ou d'un malaise.
- Un sondage Croix-Rouge/SOFRES, de septembre 2002, fait apparaître que si 93 % des
Français jugent qu’il est important de se former aux premiers secours, à peine 6 % de la
population est aujourd’hui en capacité d’intervenir lors d’un accident. On estime pourtant
que le simple fait d’augmenter ce pourcentage à 20 % permettrait de sauver chaque année
plus de 20 000 vies.
L’objectif :
- Permettre aux jeunes d’acquérir le sens des responsabilités en situation de crise et dans le
cadre de l’assistance à personne en danger ;
- Sensibiliser les jeunes à la dimension civique que revêtent l’apprentissage et la pratique
du secourisme.
La mesure :
Initier les jeunes au secourisme à l’occasion de la Journée d'Appel de Préparation à la
Défense (JAPD).
Tous les jeunes pourront bénéficier d’une initiation pratique à la gestuelle des premiers
secours d’une durée de 75 minutes. Ils apprendront à réagir face aux situations de détresse et à
effectuer les gestes nécessaires (position latérale de sécurité, massage cardiaque, bouche à
bouche).
12
Mesure n° 4
faciliter la connaissance du monde du travail
avec le développement des « jobs de vacances »
Le constat :
- Aujourd’hui, les employeurs préfèrent dans la plupart des cas avoir recours à des jeunes
majeurs, plutôt qu’à des mineurs, pour des emplois saisonniers et temporaires.
- Pour les parents, la fiscalisation des revenus perçus par l’adolescent représente une
cotisation supplémentaire qui peut avoir des effets dissuasifs (taxation au taux marginal).
- Or le travail des adolescents pendant les vacances scolaires leur permet d’acquérir un
début d’expérience professionnelle. Il participe à leur connaissance concrète du monde du
travail. Il peut aussi éclairer leurs choix d’orientation professionnelle. En leur permettant
d’obtenir par ailleurs des ressources financières, le travail des adolescents facilite le
déroulement du processus d’acquisition d’autonomie.
L’objectif :
- faciliter l’accès des adolescents, dès l’âge de seize ans, à des emplois temporaires pendant
leurs congés scolaires ;
- favoriser les relations entre les adolescents et le monde du travail, notamment celui de
l’entreprise.
La mesure :
- Faciliter l’embauche des jeunes par la promotion auprès des employeurs des « titres
emplois entreprise» (TEE) afin qu’ils puissent recruter des adolescents de 16 à 17
ans comme travailleurs occasionnels ;
- Rappeler aux employeurs qu’ils peuvent bénéficier des exonérations de cotisations
sociales prévues dans le cadre de l’emploi des jeunes ;
- Aligner le régime fiscal des salaires des adolescents pendant leurs vacances scolaires
sur celui des apprentis (exonération de l’impôt sur le revenu sur les sommes perçues
à concurrence d’un plafond) ;
- Communiquer sur le thème de la découverte du monde du travail par les
adolescents, en reliant ce sujet à la politique de l’emploi.

 

post? par : le :

Adolescence Ados coaching site web :

Partager l'article : Mesure pour l'adolescence

Partager : f