Faut-il encore apprendre ?

f
Faut-il encore apprendre ?

Faut-il encore apprendre ?

Faut-il encore apprendre ou comment apprendre tel est le défi à relever pour les formateurs, éducateurs et enseignants. Plonger dans un monde en évolution fluide, il semble d eplus en plus difficile de déterminer les savoirs utiles et surtout la manière de les enseigner. Quelles stratégies d'apprentissages sont celle des futures enseignants l'ouvrage de Sandra Enlart tente de réponde d'une certaine manière à ces questions.

Au coeur de l'ouvrage, les nouvelles stratégies d'apprentissages mobilisée par la génération numérique sont bien présentée.

Le plus important finalement est le fait de déléguer à des machines sa mémoire, c'est l'intégration de l'ordinateur comme outil psychologique de première nécessité dans un univers en continuel mouvement. En fait, l'ordinateur personnel, les documents qu'il recèle deviennent des points de repères psychologique pour l'individu. Des éléments sécurisants.

Parlera t'on bientôt d'enracinement virtuel, en effet le virtuel offre au - dela de sa fluidité, une permanence que le réel n'a pas et c'est bien là le paradoxe. Donc les nouvelles générations s'habituent à une connaissance, à un savoir en continuelle mutation, au sein desquels les processus identitaires individuels deviennent le point de repères stable au travers de l'écrit sur le support numérique.

L'ouvrage de Sandra Enlart met en lumière quelques stratégies implicites de rapport au savoir ou à l'apprendre que génère de manière spontanée les nouvelles technologies.

L'attention flottante le grand zapping

Le scanning

La capacité à explorer des informations et à en tirer les élément utiles.

Pour les auteurs la génération numérique développe des stratégies de survie numérique telles que

 

L'ouverture d'esprit

la polarisation: une capacité de tri de l'information tout à fait implicite mais drolement efficace

et la flexibilité d'esprit

Ce qui apparaît devant le développement de ces nouvelles stratégies, c'est qu'elles sont implicites et murissent d'elle-même au contact des outils virtuels. L'être humain est plastique, ses compétences intellectuelles se modulent sans cesse en adéquation avec son environnement. Ce qui semble sur, c'est que ce que l'on a appellé l'adolescence devient de plus en plus l'état adulte, non pas bien sur sur le plan physique, mais sur le plan intellectuel. Cette capacité à modifié rapidement ses schémas de compréhension devient la clef de l'évolution et de la réussite de l'individu dans une société sur - médiatisée.

On parlera alors vraiment de développer inconsciemment des stratégies cognitives qui permettent de vivre dans un environnement en perpétuel mutation.

 

L'économie de la connaissance connaît une révolution sans précédent. Les modèles traditionnels de l'apprentissage sont totalement bouleversés face au déferlement des savoirs mis à disposition comme jamais. Ce livre tente de dessiner les nouveaux modèles d'apprentissage et explique comment nous allons apprendre demain.

 

 

Partager l'article : Faut-il encore apprendre ?

f