Centre de formation continue Amethyste Coaching Education spécialisée Ethique Analyse transactionne

A propos de cet espace

famille d'accueil
FORMATION
ADRESSES
CESF
ART THERAPIE
FORUM
LISTE EDUC
LISTE EDUCH
CONTES
MOTSD'ENFANTS
OUTILS
HYPNOSE
MASSAGE
FORUM
ATELIER
JUNG
DESSINS
GALERIE
BERALLAZ
PETANQUE
JARDIN
DELAFONTAINE
ASTRONOMIE
ECHEC
DAUPHINS
PNL
ENFANCE
EN MARCHE

ETHIQUE
METHODOLOGIE
MOTS D'ENFANTS
PREVENTION
ADRESSES
LIENS
COURS
BIBLIOGRAPHIE

Educh anglais
Educh allemand

  
Notre collaboration avec la Fondation Ling continue avec le cours d’auto-hypnose. Visitez le site http://www.ling.ch ; pour d’autres renseignements tél. 312.28.84 ou E-mail : info@ling.ch

" Pour ma part, je crois qu’il est possible de dépasser le cul-de-sac dans lequel le droit nous amène au profit d’une conception de l’éthique qui fasse place à l’autonomie humaine sans pour autant nier l’enracinement social de la personne "

André Lacroix

L’humain au centre d’une éthique de société, Editions CGC, Université de Sherbrooke, 2000, p. 12

  Découvrez les infos des cours améthyste en ligne, analyse transactionnelle, coaching, Education, déontologie.

Le centre améthyste vous propose un maximum d'information et de cours d'excellent qualité. Bonne visite et n'hésitez pas à vous inscrire sur le site http://www.amethyste-perf.htm

 Script Janvier 06 : Bon vent pour 2006

Pour tout renseignement contacter directement

A vous tous, amis et fidèles d'Améthyste, clients occasionnels, intervenants et partenaires de toutes sortes vont aujourd'hui nos meilleurs vœux pour un parcours fructueux en 2006, des projets novateurs en dépit des restrictions, des choix judicieux, une conscience aiguisée du sens des actions entreprises.

Les quelques pages du présent site (régulièrement mis à jour par Mathieu Voisard que je remercie pour son excellent travail) vous présentent les sessions prévues jusqu'à la fin de l'année ; www.educh.ch peut également vous renseigner.

Nos habitués (intervenants et participants) sont désormais quasiment chez eux dans les locaux très agréables du centre paroissial œcuménique de Lucens et environs ; ils savent également profiter des offres gastronomiques de la bourgade et de la vue imprenable sur le château.

Grâce au dynamisme de plusieurs participants et à l'encouragement des professeurs Jacques Dekoninck et Jean-François Malherbe, deux associations ont vu le jour en 2005 : l'Académie Romande de Coaching (ARC) et l'Institut Romand d'Éthique Appliquée (IRÉA). Leur but est de promouvoir, dans les deux domaines en question, de nouveaux projets de formation continue ou de supervision, d’échanges, de recherche et de réflexion. Nous nous réjouissons de l’élan nouveau que les membres de ces deux associations pourront certainement aussi donner aux activités d'Améthyste.

Comme vous pourrez le constater, le thème de la BIENTRAITANCE continue de nous accompagner en 2006 ; plusieurs sessions permettront de l'aborder de différentes manières (voir l’encadré en page 2 du Tableau des cours annexé).

Nous nous réjouissons tout particulièrement de la venue, fin avril/début mai prochains, de Jean Bédard, travailleur social, philosophe et écrivain qui nous consacre plusieurs journées. Deux nouveaux ouvrages de sa plume viennent de paraître : Comenius ou combattre la pauvreté par l'éducation de tous, aux éditions Liber à Montréal, et La femme aux trois déserts, son quatrième roman, particulièrement puissant, paru chez vlb éditeur (Québec). C’est pour la troisième fois, cette année, que Jean Bédard nous offre cette possibilité de travail en séminaire, formule originale qu’il pratique depuis plus de dix ans au Québec, avec un grand succès. Une journée de travail aura lieu également sous sa direction le 27 avril prochain à Étoy, journée organisée en collaboration avec l'Espérance et consacrée aux conditions d’une éthique de l'épanouissement réciproque dans l'accompagnement au quotidien des personnes avec handicap.

Au plaisir de vous retrouver en l’une ou l’autre occasion, et avec mes meilleurs messages !

Christiane Besson

À l'écoute de quelques philosophes

Le dialogue chez Socrate

Les dialogues socratiques de Platon nous permettent de vivre une expérience magistrale du dialogue, et plus encore de l'activité même de la pensée et de l'esprit. Quelles en sont les conditions, pour le Socrate qu'on y rencontre ? En voici quelques-unes : chercher une vraie disponibilité intérieure (« savoir », « bienveillance » et « franc-parler ») ; accepter la réfutation ; consentir à l'authenticité ; se connaître soi-même, mais plus encore « prendre soin de soi » et conscientiser son « non-savoir ». La méthode heuristique et maïeutique de Socrate utilise volontiers la métaphore : le taon qui gêne, la poisson torpille qui stupéfie, la purge qui purifie des jugements hâtifs, enfin l'accoucheur qui révèle l'esprit à lui-même.

Sur le plan éthique, le dialogue socratique nous entraîne plus loin encore, par exemple lorsqu'il place l'être bien au-dessus de l'avoir, et surtout lorsqu'il se déclare prêt à subir l'injustice plutôt que de la commettre. Jamais Socrate ne conduit ses interlocuteurs vers une sorte de paradis des certitudes. Leurs questions restent toujours ouvertes ; l'important, c'est le bout de chemin qu'on a fait ensemble. Le maître conserve en toutes situations un côté énigmatique, comme si le dialogue était pour lui une sorte de comédie, ne laissant qu'entrevoir le protagoniste sous son masque… Pour nous aussi, comme pour ses compatriotes athéniens, de nombreuses questions demeurent. Une chose cependant est certaine : le dialogue est un exercice mutuellement stimulant, qui implique une complicité des interlocuteurs dans la construction d'une pensée qu'ils produisent ensemble dans l'espace de la parole échangée.


La pensée (Arendt et quelques autres)

Car c'est bien un travail de pensée qu'on voit se développer dans les dialogues socratiques, travail qui commence presque toujours par une analyse des termes utilisés. Ce lien étroit entre langage et pensée, sur lequel les philosophes n'ont jamais cessé de mettre l'accent, Hannah Arendt y revient à son tour en insistant sur l'enjeu qu'elle discerne dans toute quête de signification : penser, pour elle, est un devoir. Son maître, Martin Heidegger, déplorait déjà l'évolution d'une société dans laquelle on pense de moins en moins. Dans ce désert que tendent à devenir les communautés et les États, penser est une exigence fondamentale ; Arendt y voit le seul moyen d'éviter la banalisation du mal. C'est ainsi qu'à ses yeux il s'agit d'imprimer, par l'action de la pensée, une exigence éthique à toutes les manifestations de la vie politique. Celui qui pense, depuis toujours, est un « apatride » (un terme qu'elle trouve déjà chez Aristote) ; il habite un pays qui n'est pas le sien. Ce nulle part, ce « non-lieu » est aussi un « non-temps », fugitif intervalle entre passé et futur, où le philosophe se glisse pour y établir sa présence.

Penser, donc, c'est s'arrêter et souffler (l'image du « vent de la pensée » revient souvent sous la plume de Arendt) ; c'est prendre du recul, se reposer pour mieux repartir, revivifier le quotidien, faire peut-être reculer un peu la désertification. Penser, c'est d'abord un travail sur soi-même.

Kant le disait déjà : penser c'est « se parler à soi-même… et donc écouter une voix intérieure ». Arendt le formule d'une manière percutante lorsqu'elle nomme « deux-en-un » ce débat intérieur avec soi-même. Pour elle, le dialogue est d'abord cette recherche d'harmonie entre soi-même et l'autre en soi-même, qui permet ensuite seulement d'entrer en rapport pertinent avec autrui. Il y a d'ailleurs complémentarité entre la nécessité d'un travail sur moi-même pour dialoguer avec les autres, et le besoin que j'ai des autres pour favoriser en moi-même le travail de la pensée.

(à suivre)

Christiane Besson


INTERVENANTS

Jean BÉDARD,écrivain, philosophe et travailleur social, professeur associé à l’Université de Rimouski (Québec).

Christiane BESSON, responsable d’Améthyste, psychopédagogue, formatrice, M.A. en philosophie (Université de Sherbrooke, Québec).

Daniel BOISVERT, professeur à l’Université du Québec, Trois-Rivières (Québec).

Roger CEVEY, éthicien et formateur d’adultes.

Jacques DEKONINCK, philosophe, psycho-sociologue et analyste transactionnel TSTA, fondateur de l’Académie belge de coaching (Bruxelles).

Dr Philippe GABBAÏ, psychiatre, ancien directeur des services médicaux de la Fondation John Bost, La Force (Dordogne, France).

Jocelyne HUGUET MANOUKIAN, ethnologue et psychologue, chargée de cours  à l’Université Lumière (Lyon).

Dr Michel LEMAY, pédo-psychiatre, professeur à l’Université de Montréal (Québec).

Ghislain MAGEROTTE, professeur à l’Université de Mons-Hainaut (Belgique), directeur du Département d’orthopédagogie.

Jean-François MALHERBE, philosophe et éthicien, professeur à l’Université de Sherbrooke (Québec).

Alain MULARD, directeur des centres d’enseignement et de formation continue GRETA Béarn et Soule (France).

Christine WYSS, assistante sociale et formatrice d’adultes (Neuchâtel).

 

FORMATION EDUCATION
FORUM EMPLOI
DOSSIERS FORMATION
OFFRES D'EMPLOI
ACTUALITES EDUCATION
CONSULTANT SOCIO-EDUCATIF
SELECTION SITES EDUCATION
ADRESSES INSTITUTIONS
INFOS FORMATIONS
LISTE EDUC
LISTE EDUCH


FORMATION PROFESSIONNELLE
FORMATIONS SOCIALES
PREPARATION CONCOURS
CONCOURS SOCIAL
CFC-SOCIAL-SANTE
FORMATION PSYCHOLOGUE
FORMATION EDUCATEUR
FORMATION ASSISTANT SOCIAL
FORMATION A DISTANCE
EDUCATRICE PETITE ENFANCE
MONITEUR SOCIO-PROFESSIONNEL
FORMATION SOCIALE SUISSE
FORMATION EDUCATEUR SPECIALISE
FORMATION PROFESSIONNELLE
FORMATION CFC SOCIAL
ADRESSES IRTS
ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF
FORMATION CESF
FORMATION MSP
FORMATION TRAVAIL SOCIAL
FORMATION CFC SOCIAL
ANIMATEUR SOCIAL
CONSEILLER CONJUGAL
CONSEILLER EN PLANNING FAMILIAL
FORMATION ERGOTHERAPEUTE
FORMATION ENSEIGNANT SPECIALISE
STAGE ET STAGIAIRE
FORMATION AMP
BACHELOR MASTER EDUCATIF
FORMATION OSTHEOPATHE
FORMATION LOGOPEDISTE
FORMATION SOINS INFIRMIER
FORMATION KINESITHERAPIE
VALIDATION D'ACQUIS
FORMATION SUPERVISION
UNIVERSITE ONLINE
FORMATION THERAPIE BREVE
FORMATION-EMPLOI-QUESTIONS
FORMATION ART-THERAPIE
FORMATION SYSTEMIQUE
MEDIATION FAMILIALE
ESPACE ERIC STERN
ESPACE GROUPE
ANCIEN SITE
SITES INTERNET EDUCATION
ESPACE EDUCATION
ESPACE DEONTOLOGIE
UNIVERSITE SUISSE
BACHELOR-MASTER-EDUCATION
FORMATION GUIDE PATRIMOINE


OUTILS EDUCATIFS
FORUM PRATIQUES EDUCATIVES
APPROCHES THERAPEUTIQUES
FORMATION CONTINUE
APPROCHES EDUCATIVES
FORMATION ART-THERAPIE
FORMATION PNL
FORMATION MASSAGE
FORMATION JUNG
DESSIN ET ENFANCE
ATELIER INFORMATIQUE
FORMATION HYPNOSE CLINIQUE
GALERIE DE PHOTOS
FORMATION PETANQUE
FORMATION JARDIN
EDUCATION DELAFONTAINE
ASTRONOMIE ONLINE
FORMATION ECHEC
EDUCATION DAUPHINS
ENFANCE EN MARCHE
ETHIQUE DEONTOLOGIE VALEURS
FORMATION METHODOLOGIE
MOTS D'ENFANTS
PREVENTION ADOS
COURS ET ECOLE
FAMILLE D'ACCUEIL
BIBLIOGRAPHIE EDUCATION
ADRESSES INSTITUTION
FORMATION MUSICOTHERAPIE
METHODE TOMATIS
LOGOTHERAPIE FRANKL FORMATION
FORMATION PARENT
RAPPORT STAGE
FORMATION PARENT


COACHING SUPERVISION
FORUM COACHING
INFOS COACHING
COACHING HYPNOSE
FORMATION COACHING
COACHING ET CNV
FORMATION COACHING PNL
COACHING ET HYPNOSE
COACH ANALYSE TRANSACTIONNELLE
COACHING BENEVOLAT
FORMATION LIFE COACHING
COACHING MOBBING
COACHING CONTES
COACHING BURNOUT
SUPER NANNY COACHING
COACHING HYPNOSE
COACHING EDUCATIF
COACHING BURNOUT
COACHING SOCIO-EDUCATIF
COACHING ONLINE EDUCATION
COACHING-PREVENTION-ADOS
CONSEIL EDUCATIF


ENFANCE ET ANOREXIE
ENFANCE ET AUTISME
ENFANCE ET HYPERACTIVITE
ENFANCE ET DYSLEXIE
ENFANCE ET BOULIMIE


ANPE FORMATION
EMPLOI FORMATION
ANPE EMPLOI
ANPE-FORMATION
CV ANPE
ANNONCES INTERIM

GUIDE INTERNET FORMATION
FORMATION BOURSE
FORMATION DAY-TRADING
BROKER TRADING ONLINE
FORMATION INTERNET
FORMATION-SWISS
FORMATION E-LEARNING
ANALYSE TECHNIQUE

EDUCATION FORMATION ENG
ERZIEHUNG AUSBILDUNG
EDUCATION FORMATION
ERZIEHUNG AUSBILDUNG
TOURISME SUISSE BALLENBERG

 

 
 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ  2006

 

 

 


 

16 et 17 janvier 2006

 Cours no 227

Pour une éducation bientraitante

entre punition et récompense

avec Roger CEVEY

Termes à hautes connotations, souvent péjoratives, et qui pourtant énoncent une réalité éducative qui demande toute notre attention et notre vigilance.

« Sanction » et « reconnaissance » sont des termes plus appropriés pour échafauder une réflexion éthique sur les fonctions et le sens de ces outils éducatifs. Seront aussi explorées la question de l'autorité et celle des limites.

Les éducateurs autant que les parents sont désemparés devant le balancement des politiques éducatives oscillant de la répression au laxisme en passant par le plus grand désarroi. Le fait est que l'incertitude morale paralyse l'action plus qu’elle ne la stimule ; une exploration rigoureuse permettra de poser quelques repères essentiels à l'action éducative.

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

30 et 31 janvier 2006

Cours no 228

L’Analyse Transactionnelle

et son utilité au quotidien

avec Christiane BESSON

L’analyse transactionnelle (AT) est reconnue, à juste titre, comme une référence particulièrement utile aux professionnels dans le domaine des relations humaines, du travail éducatif, pédagogique, social et de la santé. Le but visé au cours de ces journées introductives sera de présenter et exercer les outils les plus pertinents pour les professionnels afin qu’ils puissent s’en saisir rapidement.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

7 et 8 février 2006

 Cours no 229

Les nouvelles manières de « faire famille »

Mieux comprendre pour mieux intervenir

avec Jocelyne HUGUET MANOUKIAN

Le XXème siècle a vu changer deux éléments principaux dans nos sociétés : la place de la femme, d’une part, le lien à l'enfant, d’autre part. Cela a entrainé une ouverture vers de nouvelles manières de « faire famille », sans aucun précédent dans nos sociétés industrielles traditionnelles.

Comment prendre alors en compte la complexité des familles contemporaines lorsqu’il s’agit d’accompagner un enfant en difficulté, un adulte handicapé ou souffrant de troubles mentaux ? Comment s'y retrouver dans les recompositions, décompositions, réarrangements familiaux qui bousculent les normes traditionnelles, bouleversent toute nos lectures habituelles et nous obligent à composer autrement nos modes d'intervention professionnelles ?

Ces deux journées s'adressent aussi bien aux éducateurs travaillant dans le domaine du handicap mental, psychique, social et de la petite enfance. L'intervenante s'efforcera de mettre en évidence l'état des multiples compositions familiales pour envisager comment les prendre en compte dans l’accompagnement à partir des pratiques quotidiennes.

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

13 et 14 février 2006

 Cours no 230

Les personnes avec handicap, leur famille, les professionnels

Face au deuil et à la mort

avec Christiane BESSON

Ces pertes et deuils n'épargnent pas les personnes avec handicap et leur entourage personnel et professionnel ; depuis la naissance d'une personne avec handicap les parents vivent une série de pertes, les professionnels également quand arrive l'avancée en âge et la mort ; ils ont alors à assumer plusieurs accompagnements, celui des personnes qui leur sont confiées, celui des autres résidents, celui des parents et parfois de leurs collègues.

Le " travail de deuil " est un processus à envisager de façon particulière pour chaque situation.

Comment comprendre ces situations ? partager les émotions qu'elles suscitent chez les uns et les autres ? quelle place prendre ? quelle attitude adopter ?

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

8 et 9 mars 2006

 Cours no 231

Mieux penser, mieux dire
mieux intervenir...

... en explorant les sources des mots

avec Jean-François MALHERBE

Les difficiles discussions, les entretiens problématiques auxquels sont confrontés quotidiennement les intervenants dans le domaine de l'éducation spécialisée, du travail social et de la santé, imposent de réfléchir mûrement ce que l'on dit, de chercher le terme propre à faire passer le message. La découverte du sens originel des mots chargés de fortes connotations (par ex. violence, temps, etc.), la connaissance de leur étymologie, de leurs racines à travers les expériences pratiques des intervenants pourra nous permettre de mieux penser, de discuter plus clairement et sereinement, et même de suggérer des solutions à certains problèmes posés par les participants.

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

23 et 24 mars 2006

 Cours no 246

L’autonomisation
des personnes avec handicap

Entre droits et devoirs, mythe et réalité

avec Christiane BESSON

L'autonomisation en appelle à la liberté et à la responsabilité, donc aux droits et aux devoirs. Mais les pratiques éducatives oscillent bien souvent entre contrôle et protection... Dès lors, où (et comment) placer l'autonomisation ? Peut-elle se concrétiser dans le quotidien ? Et comment faut-il l’entendre s’agissant de personnes avec un handicap ?

Nous croyons que certaines pratiques, plus que d’autres, favorisent l’acquisition de l'autonomie. Nous nous efforcerons de les mettre en évidence, tout en répondant à une série de questions :

- quelles sont les valeurs qui sous-tendent ces pratiques ?

- quelles conditions respecter, quels pièges éviter  pour avancer dans la bonne direction ?

- peut-on penser à un processus instaurant une certaine réciprocité entre accompagnants et personnes accompagnées ?

- une réflexion sur les fondements éthiques peut-elle soutenir les pratiques éducatives visant à l’autonomisation ?

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

3 et 4 avril 2006

 Cours no 232

En collaboration avec
ESPACE COMPÉTENCES

Violences en institution

Réfléchir et agir : quelques
considérations en éthique appliquée

avec Christiane BESSON et Roger CEVEY

Violence et agressivité sont inhérentes à toute vie, tant individuelle que collective.

Nous savons bien que l’éducation, le soin, les interventions, l’organisation institutionnelle peuvent être ressenties comme impliquant violence, sous une forme ou une autre. Dans quelles conditions doit-on considérer que cela est nécessaire ou tout au moins acceptable? Comment discriminer ce qui peut l’être et ce qui ne doit l’être en aucun cas ? Selon quels critères ? Comment réagir ?

C’est ce que nous tenterons de dégager durant ces deux journées.

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

25 et 26 avril 2006

 Cours no 233

La douleur

chez les enfants et les adultes avec autisme, handicap ou polyhandicap

Mieux comprendre
pour mieux intervenir

avec Jocelyne HUGUET MANOUKIAN

La perception de la douleur est toujours relative à un contexte historique et sociétal. Aujourd'hui, la douleur s'est en quelque sorte désarrimée d'une interprétation religieuse qu'on pouvait résumer par « souffrir ici bas », et qui tendait à permettre d'obtenir son salut dans l'au-delà. Le mal était donc intrinséquement lié à l'idée de douleur.

Désormais, la douleur est prise en charge par le discours médical. L'évaluation systématique de la perception de la douleur vient en faire un phénomène qu'il faut combattre au nom du désir de santé et de bien-être.Cependant la douleur reste une question complexe et ne peut se réduire seulement à un pur problème médical.

Les changements de perception de la douleur et de ses corollaires — le mal et la souffrance — oblige les personnels travaillant auprès de patients souffrant de handicap ou de pathologie mentale à considérer cette question avec la plus grande attention.

Nous verrons quelle forme et quel sens peut prendre la douleur quand elle est aiguë ou quand elle devient chronique. Nous envisagerons comment rester vigilant face à des enfants, de jeunes adultes ou des adultes qui ne semblent pas souffrir là où habituellement la douleur est le corollaire d'une affection physique. Nous aborderons la complexité des événements de douleur à partir de situations précises.

Nous essayerons également de comprendre la douleur et ses énigmes lorsqu’elle s'installe en l'absence de toute lésion organique, ou encore la douleur liée au maintien d'un équilibre psychique, ou enfin la douleur comme "événement de corps".

Un travail méthodologique sera proposé pour envisager au cas par cas comment distinguer les différents types de douleur, et comment en conséquence les prendre en compte dans le suivi ou et dans le soin.

(prix : fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

27 avril 2006

Cours no 234

En collaboration avec l’institution
de l’Espérance à Etoy

L'accompagnement au quotidien
des personnes avec handicap

 Pour une éthique
de l’épanouissement
réciproque

avec Jean Bédard

Que nous le voulions ou non, la relation avec une personne hautement vulnérable (pour des raisons de santé, d’âge, de handicap, etc.) n’est jamais symétrique.

On peut plus facilement abuser de l’autre que l’inverse (ce qui n’enlève pas à l’autre la possibilité d’abuser de certains pouvoirs que procure la vulnérabilité...).

Les rôles ne sont pas symétriques non plus : une autorité est assignée à l’un, pas à l’autre. Cette non-symétrie dans les responsabilités et la relation exige des précautions particulières mais favorise aussi, au plus haut degré, la maturation sociale de l’intervenant, de l’éducateur ou du gestionnaire.

Quelle éthique permet à une telle relation d’être épanouissante autant pour la personne en état de responsabilité que pour la personne en état de vulnérabilité ?

Quel art de voir, de vivre et de communiquer sont-ils nécessaires à un tel épanouissement ?

Et pourquoi la vulnérabilité d’autrui est-elle l’occasion de retrouver le meilleur de nous-mêmes ?

(prix : fr. 60.—)

___________________________________________________________________________________

1er et 2 mai 2006

Cours no 235

En collaboration avec
ESPACE COMPÉTENCES

Reconnaître et dynamiser
ses compétences

...ses potentialités et celles des collaborateurs pour se maintenir et évoluer dans la vie professionnelle

ou

comment créer
des “ situations apprenantes ”

avec Alain MULARD

Confrontés aux évolutions professionnelles (prise de responsabilités nouvelles, élargissement de ses fonctions, changements d’organisation, restructuration, projets de mobilité...), les professionnels sont de plus en plus amenés à reconnaître et à dynamiser les compétences, à réaliser un bilan des compétences qu’ils ont accumulées tout en cherchant à les mettre en lien avec celles des fonctions qui leur sont proposées, ceci pour eux ou pour et avec leurs collaborateurs, enfin également avec des bénéficiaires.

Cette adéquation et mise en perspective des potentialités ne peut se faire sans l’aide d’outils de repérage des compétences et de questionnement sur les moyens d’entretenir et d’acquérir les compétences souhaitées.

Cette session vise à vous mettre en réflexion autour de la problématique de montée en compétences, et vous propose de vous aider à construire vos propres outils de repérage et surtout de développement de compétences, c’est en ce sens qu’elle présente une originalité par rapport à la façon habituelle d’envisager ces questions. Elle peut être particulièrement utile aux professionnels dans une optique de changement, aux cadres, aux superviseurs, aux praticiens formateurs.

Nous nous proposons de traiter les points suivants :

- Approche de la notion de compétence individuelle et collective ;

- Élaborer son propre portefeuille ou référentiel de compétences ;

- Intérêt et limites de la construction d’outils de positionnement de ses compétences ;

- Du bilan de compétences au plan de formation et à la formation tout au long de la vie ;

- Création de «situations apprenantes» comme moyen d’entretenir et développer son potentiel.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

4 mai (18h-21h), 5 mai (9h-17h), 6 mai 2006 (9h-14h)

 Séminaire no 236

Sur le thème

« Pour une éthique de l’être »

plutôt qu’une accumulation d’interdits
et de prescriptions

avec Jean BÉDARD

La plus grande tentation de l’éthique consiste à se laisser assimiler par une certaine vision du pouvoir et de l’efficacité. Il s’agirait pour elle de « sculpter » les comportements d’autrui ou de « normaliser » les comportements collectifs par des séries d’interdits et de prescriptions, un peu comme on manoeuvre des mobiles dans un jeu vidéo.

Rien n’est moins éthique que cette tentative de contrebalancer les droits et les pouvoirs qu’on accorde d’une main par des conventions comportementales qui les retranchent de l’autre main.

L’être humain n’est pas un mobile manipulable et dirigeable à volonté. Et si par malheur, il se soummet aveuglément à des consignes, c’est  au détriment de l’intelligence de ses comportements. La communauté humaine est perdante.

Il est préférable de faire appel à des valeurs qui répondent à des aspirations humaines car alors, les comportements s’adaptent intelligemment à la spécificité des situations.

Mais comment accroître la sensibilité des personnes aux valeurs les plus favorables à l’épanouissement de tous et de chacun ?

Comment réaliser des actions collectives efficaces en faisant appel à l’intelligence, à la compréhension et à la sensibilité éthique plutôt qu’à des consignes prédéfinies qui manqueront inévitablement d’adaptabilité ?

Bref comment améliorer l’éthique de façon éthique?

(participation aux frais de voyage et de documents,
soit fr. 150.–, repas compris)

___________________________________________________________________________________

8, 9 et 10 mai 2006

 Cours no 237

La prise de décision éthique en milieu institutionnel

Dépasser les contradictions

avec Jean BÉDARD

Le développement éthique constitue une dimension incontournable du développement personnel et organisationnel. Mais dans la plupart des cas, les problèmes éthiques du quotidien se présentent sous la forme de malaises mal identifiés, pouvant exacerber les conflits, favoriser le désengagement des acteurs en présence ou les conduire à la maladie. Les personnes et les organisations en souffrent. Pour ne pas aggraver les choses, l'organisation peut chercher à éviter la discussion et la saine confrontation qui permettraient de sortir du climat oppressant engendré par ces problèmes éthiques.

Comment organiser la discussion, canaliser la saine confrontation en évitant les affrontements ? Comment passer du non-dit à la résolution véritable des problèmes ?

(fr. 450.–)

___________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

11 et 12 mai 2006

 Cours no 238

Les risques d’abus de pouvoir
en institution

Comment les identifier, les prévenir,
les dépasser

avec Jean BÉDARD

Plus une personne est vulnérable et sans défense, plus elle est susceptible d’être soumise au pouvoir d’un autre. Des abus de pouvoir, le plus souvent à partir de très bonnes intentions, peuvent aisément émerger.

Certaines pratiques institutionnelles les favorisent, d'autres les défavorisent. La prévention des abus est donc une responsabilité du personnel, de l’organisation, de l’institution. La prévention passe inévitablement par des changements dans les attitudes, les relations interpersonnelles et la culture de l’institution.

Comment personnellement et collectivement réduire les risques d'abus et transformer le milieu en cadre adéquat au développement des personnes ?

(fr. 300.–)

___________________________________________________________________________________

29 et 30 mai 2006

Cours no 239

Les entretiens

dans les domaines éducatifs, sociaux
et sanitaires : «oui mais»... «oui et»…

Quelles interventions
pour quelles spécificités ?

avec Christiane BESSON

Nous définirons non pas l’entretien, mais les entretiens et leurs contextes. Nous découvrirons en théorie et en pratique ce que représentent ces différents entretiens, leur portée, leurs caractéristiques, les compétences auxquels ils font appel.

Nous tenterons de mesurer l’impact des attitudes personnelles sur la situation d’entretien en nous interrogeant sur le processus d’échange à deux ou plusieurs, sur les dynamiques relationnelles mises en œuvre. Nos contributions théoriques tiendront compte de la communication selon l’école de Palo Alto, des qualités attitudinelles selon Rogers et de quelques points essentiels de l’Analyse transactionnelle.

Nous nous appuyerons sur quelques principes éthiques nécessaires au travail en entretien, en restant au plus près des préoccupations des participants. Des exercices pratiques alterneront avec des temps de réflexion.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

12 et 13 juin 2006

Cours no 240

Travail en réseaux
et en interdisciplinarité

Une manière d’améliorer la collaboration avec les professionnels et les parents

avec Christiane BESSON

La collaboration avec les parents ou l’entourage des personnes accompagnées est actuellement voulue par les institutions, et prend place dans les “ systèmes qualité ” ; elle est désirée aussi par les intervenants et les parents. Cependant, ce n’est pas si simple. Une compréhension des équipes, des professionnels, du système familial et institutionnel est nécessaire.

Ces journées permettront de travailler les conditions, les stratégies et les attitudes nécessaires à la collaboration tant sur le plan institutionnel que professionnel et personnel. La collaboration est un processus, elle n’est pas obtenue une fois pour toutes. Nous étudierons également les écueils, les limites et les conditions éthiques de ce travail pourtant si nécessaire.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

14, 15 et 16 juin 2006

 Cours no 241

En collaboration
avec la Fondation Échaud à Cugy

Les défis de la bientraitance

t mieux comprendre la dynamique des usagers t concilier qualité de vie et auto-détermination t soutenir la recherche du sens véritable de la pratique éducative ou sociale t acquérir des outils d'évaluation et d'intervention novatrice

avec Daniel BOISVERT

Bref, augmenter l'expertise des intervenants par une approche positive des situations, tout en augmentant parallèlement le pouvoir d'agir des usagers, leur autonomie fonctionnelle et leur capacité d'adaptation ; éviter aussi la dérive des pratiques vers une routine inconsciente et le désinvestissement dans la relation en consacrant l’énergie à chercher de nouveaux moyens d'intervention. 

La qualité de vie et l'autodétermination d'une personne présentant des limitations physiques ou mentales importantes ou encore en perte d'autonomie relèvent à la fois d'elle-même et du personnel soignant,  médico-social ou éducatif.  D'elle-même, par l'appréciation de son existence, de l'accès aux services nécessaires au développement de ses aptitudes, de ses intérêts, de ses désirs.  Des autres, par une relation d'aide valorisante et compétente.

Comment soutenir alors ces personnes sans ingérence indue dans leur vie, sans violence vertueuse ?

Comment éviter la maltraitance même involontaire qui engendre souffrance chez la personne et perte de sens dans la pratique sociale ou éducative ? Voilà des défis majeurs de méthode et de compréhension éthique, car on voit bien qu'il ne suffit pas d'ouvrir le droit à l'expression pour assurer une bonne qualité de vie.

Ces trois journées permettront aux participants de s'approprier ces notions importantes à la base des pratiques novatrices actuelles et certains outils d'observation ou de mesure.

(fr. 450.–)

___________________________________________________________________________________

19, 20 et 21 juin 2006

 Cours no 242

L’intelligence émotionnelle
dans le travail d’équipe

Une possibilité de « faire avec » ses ressentis et son stress

avec Daniel BOISVERT

Les membres des équipes et les leaders efficients possèdent une intelligence émotionnelle qui leur permet de prendre en considération la réalité émotionnelle de ceux et celles avec qui ils travaillent.

Pour développer cette intelligence il est nécessaire de reconnaître ses émotions, son stress et ceux des clients (résidents, patients) comme des collègues. Le but de ces journées est de mettre en valeur l’intelligence émotionnelle et d’acquérir des compétences pour « faire avec » ses ressentis et son stress.

(prix fr. 450.—)

___________________________________________________________________________________

19 et 20 septembre 2006

Cours no 247

La confiance en soi

un atout professionnel

Oser s’affirmer et s’exprimer

avec Christiane BESSON

Les travailleurs sociaux ne manquent pas d’occasions où puiser dans leurs réserves de confiance en eux, en particulier lorsqu’ils ont à informer, à prendre position, à faire acte d’autorité, à expliquer, voire légitimer leurs actions. Durant ces deux journées, nous tenterons de cerner en quoi consiste cette confiance en soi dans les contextes professionnels des participants. Nous explorerons les blocages, les défis, les points forts, les étapes vers une meilleure mise en oeuvre du potentiel de confiance en soi. La méthode utilisée proposera à chacun des exercices individuels et en groupe.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

25 septembre 2006

Cours no 248

Face au stress et à la maltraitance

Don, pardon, réparation

avec le Dr Michel LEMAY

Dans tous les cas des sujets résilients que j'ai pu rencontré, écrit le Dr Lemay,  il s'est posé un jour la question du pardon, de la réparation mais aussi du don pris autant dans le sens de recevoir quelque chose d'autrui que de savoir offrir une part de soi-même. Dans tous les cas où j'ai accompagné des sujets en souffrance, j'ai senti combien ils mobilisaient en moi le désir et la crainte de donner, la colère et la révolte devant l'injustice mais aussi l'effort pour pardonner, l'irrésistible envie de réparer tout en sachant qu'il me fallait respecter la demande de chacun. Don, pardon, réparation sont ainsi des termes nous rejoignant tous. Ils nous invitent à définir et à promouvoir une certaine vision de l'être humain confronté à la souffrance tout en nous amenant à réfléchir sur nos propres capacités à rebondir devant les épreuves subies, rencontrées et écoutées. Le Dr Lemay consacrera une journée à réfléchir et discuter sur ce thème fascinant avec les participants de la session.

(prix fr. 150.—)

___________________________________________________________________________________

26 septembre 2006

Cours no 249

Le mal de père...

Une menace pour l’intégrité affective de l’enfant : comment faire face  ?

avec le Dr Michel LEMAY

II est bien difficile de situer les multiples fonctions du père tant elles varient selon les époques et les cultures. il est encore plus malaisé de cerner ce «mal de père» que tant de jeunes et d'adultes ressentent. Jusqu'où ce malaise est-il nécessaire et à quel moment commencent la souffrance morbide et parfois le traumatisme réel ? Comment nous situer face à ces pères absents, écartés, abusifs ou tout simplement maladroits, voire en absence d'images parentales intériorisées ? Comment pouvons-nous leur redonner une place et aider les enfants en difficultés dans leur quête d'un père tantôt rejeté, tantôt trop idéalisé, tantôt menaçant leur intégrité ? Le Dr Lemay abordera toutes ces questions en s'appuyant sur de nombreux exemples cliniques.

(prix fr. 150.—)

___________________________________________________________________________________

27 et 28 septembre 2006

Cours no 250

Les interventions intégratives
en autisme

Dépasser les contradictions

avec le Dr Michel LEMAY

Le sujet autiste nous confronte à de multiples interrogations au cours de nos interventions éducatives, pédagogiques, thérapeutiques. Les théories s'affrontent et les approches veulent trop souvent s'inspirer d'une seule école de pensée. Pourtant peu de syndromes ont suscité autant d'essais créatifs de la part des professionnels issus de disciplines différentes. Est-il possible d'intégrer bien des points de vue sans tomber dans un éclectisme excessif mais sans sombrer dans une vision étroite et univoque ?

Le Dr Michel Lemay, auteur du livre L'autisme aujourd'hui publié chez Odile Jacob et responsable de la clinique spécialisée pour enfants autistes à Montréal, abordera ces questions avec les participants en traitant successivement les points suivants : Pourquoi une évaluation préalable et permanente est-elle nécessaire ?- Comment concevoir une intervention précoce - intense et active ? Peut-on concevoir des approches multifocales (comportementales - neuro-sensorielles - psychodynamiques - orthophoniques - cognitives - médicales...) qui s'interpénètrent sans s'opposer ? Que signifie une étroite collaboration avec la famille et la structure socio-communautaire ? Que savons-nous à l'heure actuelle sur les évolutions longitudinales des sujets dits autistes ? Quels liens peut-on établir entre praticiens, parents et chercheurs ?

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

31 octobre et 1er novembre 2006

Cours no 243

De l'enfance à l'âge adulte

Éduquer et former au quotidien

la personne avec handicap ou autisme

avec Ghislain MAGEROTTE

On "éduque" l'enfant, on "forme" l'adulte.

Si l'on utilise une terminologie différente, la méthodologie reste la même : on organise les milieux dans lesquels l'enfant ou l'adulte vit pour leui permettre d’apprendre et de trouver une bonne qualité de vie.

Comme beaucoup d'intervenants et de parents, le sachant ou non, font quotidiennement de "l'éducation comportementale", ils doivent  en connaître les fondements et l'appliquer d'une façon "clinique", afin d'améliorer le style de vie de la personne. Qu'elle vive en famille, qu'elle aille à l'école ou dans une institution, qu'en tant qu'adulte, elle travaille dans un atelier protégé, à des activités socialement valorisées ou de loisirs, etc., elle apprend à tout âge et nous met souvent au défi d'utiliser des stratégies favorisant leur inclusion !

Nous envisagerons quelques stratégies éducatives et de formation déjà bien validées par la recherche, basées notamment sur l'approche TEACCH, les travaux de l'A.B.A. (Analyse Behaviorale Appliquée), comprenant les essais distincts, l'enseignement incident ou dans le milieu, le soutien comportemental positif, etc., en insistant sur le sens de ces stratégies et leur efficacité. Alors que certaines de ces stratégies sont mal connues et mal appliquées, nous les présenterons à l'aide de documents écrits, de dias, de documents vidéo.

Ces deux jours sont à considérer comme une introduction à ces stratégies.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

2 et 3 novembre 2006

Cours no 244

Comment communiquer

avec une personne autiste ou handicapée

Comment lui apprendre à communiquer

avec Ghislain MAGEROTTE

 Les personnes ayant un handicap mental important et/ou de l'autisme ont des difficultés à communiquer verbalement. Nous avons souvent des difficultés à comprendre leurs messages verbaux et non verbaux – ce qui les conduit souvent à manifester des comportements que nous appelons "inadaptés".

Comment donc nous adresser à elle ? Comment nous faire comprendre d’elle ?

Durant ces deux jours, nous aborderons d'abord les difficultés de communication de ces personnes et les difficultés que nous éprouvons dans notre quotidien. Puis nous discuterons de quelques moyens d'améliorer cette communication (via des objets, des pictogrammes, des mots écrits, etc...), particulièrement chez ceux qui n'ont pas la parole ou qui communiquent très peu et pour lesquels "s'exprimer" passe par les troubles du comportement.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

 

14 et 15 novembre 2006

Cours no 245

Femmes et hommes

dans les équipes

Trouver sa place pour mieux collaborer
ou
le «couple éducatif»
est-il toujours d’actualité ?

avec Jocelyne HUGUET MANOUKIAN

Zone de Texte: 8, 9 et 10 novembre 2006 – 6, 7 et 8 décembre 2006 – 17, 18 et 19 janvier 2007 – 7, 8 et 9 février 2007 – 2, 3 et 4 mai 2007 – 30, 31 mai et 1er juin 2007 – deux journées de clôture (à fixer au début du cours avec les participants)
Cours no 251
Quatrième cycle de formation
Le COACHING : des principes de base à l’application concrète
avec Jacques DEKONINCK, fondateur de l’Académie Belge de Coaching
Précarité, mobililté, complexité sont les maîtres-mots qui caractérisent actuellement la vie professionnelle et les organisations.
Le coaching, nouvelle figure de l'accompagnement, offre un contexte d'émergence des ressources et des compétences sur un mode maïeutique – le fameux questionnement socratique – en vue d'une action efficace et intégrée à la culture de l'organisation. Mais c’est aussi une méthodologie d'éveil personnel et professionnel dans les défis de la vie relationnelle. C’est cette double approche qu’Améthyste entend promouvoir afin de favoriser aussi bien le développement des personnes que celui des organisations.
La formation proposée offre donc un programme qui tient compte à la fois des dimensions individuelle, relationnelle, groupale et organisationnelle en abordant les cinq thématiques principales de la méthode : les fondements, les phases et le contexte du coaching, les attitudes et les outils du coach. Elle comprend enfin un suivi sous forme de supervision du travail pratique réalisé sur leur propre terrain par les participants.
Chaque session comporte deux journées de cours et une journée de supervision. Le cycle se termine par deux journées de clôture.
L’ensemble représente au total, pour chaque participant, 20 jours de formation en groupe, auxquels il convient d’ajouter le temps de préparation du travail final et l’exercice du coaching dans les contextes respectifs de travail professionnel (estimation : 4 jours).
(prix total fr. 3’350.—)
Délai d’inscription : 15 juin  2006
(documentation complémentaire à disposition sur demande)
À partir de l’histoire contemporaine, nous nous interrogerons sur l’évolution de la place non seulement des femmes et des hommes, mais du féminin et du masculin dans les institutions d’accompagnement et de soins, avec les rapports complexes qu’ils nouent en termes de pouvoirs. Il s’agit d’approcher au plus près cette notion de pouvoir avec ses dérivés : autorité, cadre, loi, etc. pour essayer de voir comment chacun depuis sa position possède plusieurs façons de faire, de prendre ou d’occuper sa place. En effet, la manière propre à chacun d’être soi-même homme ou femme, revêt une importance particulière dans la dynamique des équipes en travail éducatif, social ou de soin. Comment y être toujours mieux sensible ?

C’est ce qu’on tentera de mieux comprendre et entraîner au cours de ces journées où les contributions théoriques alterneront avec des moments de réflexion organisés autour de situations concrètes.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

4 et 5 décembre 2006

Cours no 252

Les émotions des professionnels et des clients :

Soutien ou obstacle dans la relation éducative, d'aide et de soins ?

avec Christiane BESSON

Il peut arriver que les émotions soient vécues par les professionnels comme des obstacles à éviter ou à " maîtriser ".

Ces deux journées ont pour but de montrer la richesse des indications que peuvent nous fournir les émotions quant à ce qu'il se passe dans la relation avec soi-même et avec l'autre. Nous tenterons ainsi d'affiner notre capacité à identifier, distinguer, interpréter et discuter des émotions, à les cultiver dans notre quotidien.

Nous réfléchirons en particulier aux questions suivantes :

- Dans quelle mesure les émotions ont-elles une influence dans nos prises de décision ? notre manière de penser ?

- L'éducation influence-t-elle nos attitudes face aux émotions ?

- Est-il nécessaire d'exprimer les émotions, en particulier dans la relation d'aide ?

- Comment le faire ? comment aider l'autre à le faire ?

- Que se passet-t-il avec les émotions non exprimées ?

- Les émotions ont-elles un lien avec les valeurs, dans quelle  mesure sommes-nous responsable de nos émotions ?

Nous nous laisserons guider par quelques philosophes, éthiciens et  psychologues (en analyse transactionnelle en particulier) à partir de situations concrètes.

(prix fr. 300.—)

___________________________________________________________________________________

11, 12 et 13 décembre 2006

Cours no 253

La trilogie des souffrances psychiques

Angoisse, dépression, délire

Mieux comprendre ces trois pathologies pour les rendre plus supportables

avec le Dr Philippe GABBAÏ

Angoisse, dépression et délire sont les trois modalités essentielles de la souffrance psychique. C'est à les parcourir dans leur diversité d'expression que nous sommes invités : angoisse banale, angoisse névrotique, anaclitique (les états limites !), angoisse psychotique et peut-être même " angoisse " autistique, mais aussi les dépressions banales ou réactionnelles, névrotiques, psychotiques, et la dépression des troubles uni ou bi-polaires, et enfin le délire, cette expérience " créative " d'un monde nouveau, les délires aigus (de l'éthylisme, des expériences psychédéliques, mais plus banalement confuso-oniriques des enfants et des vieillards), les psychoses infantiles et adultes : schizophrénies infantiles et de l'adulte jeune, délires paranoïaques et paraphréniques etc… Toutes ces modalités de la vie psycho-pathologiques nous permettent de comprendre quelle est l'expérience particulière du Monde que font les personnes autistico-psychotiques, anaclitiques, malades mentales, qui viennent maintenant vivre dans nos structures socio-éducatives, qu'ils bouleversent de leurs troubles du comportements, de leurs refus d'entrer dans nos concepts et nos projets. Car ces personnes ont toutes en commun une particularité extraordinaire : leur rapport à soi, aux autres et à la réalité n'est pas le nôtre ! Autant dire qu'à leur appliquer notre grille de lecture, on court le risque de ne pas les trouver, de ne pas les rencontrer, et de leur proposer un monde inaccessible. C'est dans ce Monde particulier qu'il nous faut les rejoindre pour entendre la souffrance psychique et tenter de la rendre vivable, communicable, et par la même supportable… un tout autre chemin que celui d'une " normalisation ".

Prix fr. 450.—

___________________________________________________________________________________

19 et 20 décembre 2006

Cours no 254

Quelle communication

lorsque c’est surtout le corps qui parle ?
(en situation de handicaps divers
par ex. autisme, psychose, polyhandicap)

avec Jocelyne HUGUET MANOUKIAN

Cette session a pour objet de réfléchir les pratiques d’accompagnement et de soins auprès des personnes avec handicaps divers, autistes ou psychotiques qui ont peu ou pas accès à la parole.

L’hypothèse de départ, c’est que pour chacun de nous le langage passe aussi par le corps (il faut parfois des maux pour se dire). Aucun sujet n’est donc hors langage, même s’il ne parle pas du tout.

Dès lors, comment prendre en compte la manière dont une personne s’exprime avec son corps et quelles réponses lui apporter dans les pratiques d’accompagnement ?

Nous resterons très près des pratiques quotidiennes des participants et, suivant leurs attentes, nous pourrons également aborder la question des phénomènes psycho-somatiques et la façon dont s’inscrit sur le corps ce qui ne peut s’exprimer par d’autres voies.

Durant ces journées les contributions théoriques alterneront avec un travail de réflexion à partir de situations concrètes apportées par les personnes présentes

(prix fr. 300.)

___________________________________________________________________________________

 


 

 

Dossiers