l'art-thérapie, l'art de souffrir et l'art de vivre !

l

l'art-thérapie, l'art de souffrir et l'art de vivre !

L'art-thérapie, l'art de souffrir ou l'art de vivre

Une nouvelle profession, de nouveaux emplois ?

L'art-thérapie, en 2009, se verra reconnaître le statut de profession selon les critères de l'OFFT (par le passage d'un examen fédéral supérieur). Un statut qui permettra de donner toute sa validité à la formation poste-grade HES, telle que proposée par l'EESP. Aujourd'hui pourtant, plusieurs questions demeurent en suspend au sujet cette jeune profession: les débouchés et le positionnement réel de ce métier dans le champ de la pédagogie, de l'éducation, du social, ou de la médecine. Car si cette profession d'art thérapeute provoque un grand enthousiasme auprès de toutes les générations, si les demandes d'orientation affluent tant sur notre site qu'au près des services d'orientation professionnelle, il n'en demeure pas moins que les possibilités d'engagement sont, pour ainsi dire, inexistantes. En effet, si des postes se libèrent, ils seront en général réservés à des professionnels détenant une maîtrise en psychologie ou en éducation.

Définition et identité dans les champs de l'éducation et de la formation.

La deuxième question que je me pose est: quels sont les champs d'intervention et les activités exactes de cette profession, à quel besoin répond-elle, au-delà de l'enthousiasme suscité par l'art et la thérapie fusionné en un seul objet. Je dois constater qu'au fond la misère humaine semble toujours rester le lieu de l'expérimentation thérapeutique, sociale ou politique. Permettez-moi une analogie au monde de la finance. Je vois un parallèle à tirer entre les produits structurés, chimères composées de nombreux sous-produits, et les notions d'art et de thérapie unis pour le meilleur et pour le pire avec la bénédiction de l'OFFT. Aujourd'hui, il est facile de juger les banques, d'en condamner les errances, la langue de bois, le manque de sens critique, sans avoir le courage de reconnaître que la confusion règne tout autant dans les définitions et les lexiques de l'intervention sociale et pédagogique.

Sens et contresens de l'art-thérapie.

Un des critères principaux, qui m'inspire une telle réaction, est donc la polysémie des termes employés. Art et thérapie.  Chacun de ces termes est tellement large, (voir les définitions du littré en fin d'article)  qu'ils permettent toutes les errances. Ces définitions autorisent la construction de modèles d'intervention qui ressemblent plus à des machines à Tinguely qu'à des outils socio-pédagogiques éprouvés. D'ailleurs, aujourd'hui, rien ne peut plus exister dans le champs de l'éducation sans être thérapeutique. Il faudrait  justifier toute intervention, qu'elle soit éducative ou formatrice, par l'importance de pouvoir soigner. Notre société est largement ensablée dans les paradigmes de la finance et de la santé, elle n'a plus d'yeux que pour le soin ou le profit. Personnellement, j'ai envie de penser que l'art, dans les champs de l'éducation et de la formation, n'est pas thérapeutique avant tout. D'ailleurs, je ne pense pas que l'éducation soit vouée uniquement à la résilience, pour moi les champs de l'éducation sont principalement philosophiques, sociaux et techniques.


Pitié laissez nous souffrir

Ce terme " thérapie" me dérange aussi, car il fait référence à la volonté d'occulter la souffrance, un de nos grands tabous contemporains. À l'unisson de bien des penseurs: je déclare vivre c'est souffrir.

Alors par pitié laissez l'art souffrir en éducation comme ailleurs.

Bon pour le coup, je me serais mis à dos l'ensemble d'une profession que j'apprécie. Mais aimer c'est aussi se poser sur ce qui fait sens dans une société du confus, de l'indistinct et des produits structurés où l'on aime à mélanger tout et n'importe quoi. J'aimerais que puisse émerger un art de l'éducation et du questionnement; un art dans le champ de la pédagogie qui ne soit pas uniquement lié à la résilience. En cela, je défends les pratiques d'accompagnement, de formation qui se construise en intégrant la souffrance, les paradoxes, les conflits et l'âpreté du réel. Laissons donc l'art souffler, les artistes souffrir et les éducateurs et les formateurs travailler. Ce qui quoi qu'on en dise est pénible et difficile.


Pierre-Alain Luethi

Pour infos sur l'art-thérapie voir
http://www.afpr.ch/pdf/afpr3967.pdf
( voir le site www.apsat.ch )
Définition du Littré

thérapie (té-ra-pie), s. f.

    Se dit quelquefois pour thérapeutique.

thérapeutique (2) (té-ra-peu-ti-k'), adj.

1° Qui a rapport au traitement des maladies. Moyens thérapeutiques.

2° S. f. La thérapeutique, partie de la médecine qui a pour objet le traitement des maladies, c'est-à-dire qui donne des préceptes sur le choix et l'administration des moyens curatifs des maladies et sur la nature des médications. Cours, manuel de thérapeutique.

art (1) (ar ; le t ne se lie pas : l'art oratoire, dites : ar oratoire, et non l'ar-t oratoire ; au pluriel l's ne se lie pas, les arts et les sciences, dites : les ar et les sciences ; cependant cette liaison plaît à quelques-uns, qui disent : les ar-z et les sciences), s. m.

1° Manière de faire une chose selon certaine méthode, selon certains procédés. Les arts de la paix. L'art oratoire, l'art de la parole. L'art musical. L'art militaire, l'art de la guerre. Les principes de l'art grec. La logique est l'art de raisonner. Posséder un art. Selon les règles de l'art. Les hommes de l'art. Parler avec art, sans art. Cet ouvrier est très habile dans son art. La plupart des espèces d'animaux, comme les abeilles, les araignées, les castors, ont chacun un art particulier, mais unique, et qui n'a point parmi eux de premier inventeur ; les hommes ont une infinité d'arts différents, qui ne sont point nés avec eux et dont la gloire leur appartient, FONTEN. des Billettes. Le grand art de la guerre attend quelquefois l'âge, CORN. Sert. III, 2. Mettant leur Apollon aux gages d'un libraire, Ils font d'un art divin un métier mercenaire, BOIL. A. poét. IV.
    Les maîtres de l'art, les plus habiles dans la matière dont il s'agit.

2° Au pluriel et absolument, la poésie et tous les arts libéraux et mécaniques. Il fit fleurir les arts, BOSS. Hist. I, 10. Et ses justes faveurs aux mérites données Feront ressusciter l'excellence des arts, MALH. II, 1.
    Les arts libéraux, ceux qui sont du ressort de l'intelligence, de l'esprit.
    Les beaux-arts, la musique, la peinture, la sculpture, l'architecture, l'éloquence et la poésie avant tout, et, subsidiairement, la danse. L'Académie des beaux-arts. Le plaisir instruisant par la voix des beaux-arts Embellira la vie au sein de nos remparts, M. J. CHÉNIER, Charles IX, II, 3.
    Les arts d'agrément, le dessin, la musique et la danse considérés au point de vue de l'amusement.
    Arts mécaniques, ceux qui exigent surtout le travail de la main.

3° Art par opposition à nature. L'art imitera la nature. Démosthène devait plus à l'art, Cicéron à la nature. Ville fortifiée par la nature et par l'art.

4° Adresse dans les moyens employés pour obtenir un résultat. Je sais l'art de punir un rival téméraire, RAC. Brit. III, 8. Il instruira ses fils dans l'art de commander, ID. Phèd. III, 1. Absente de la cour je n'ai pas dû penser, Seigneur, qu'en l'art de feindre il fallût m'exercer, ID. Brit. II, 3. Vous avez trouvé l'art d'être maître des coeurs, CORN. Cinna, V, 3. Son faux art de clémence, ou plutôt sa folie, Qui pense gagner Rome en flattant Cornélie, ID. Pomp. IV, 1. L'art le plus innocent tient de la perfidie, VOLT. Zaïre, IV, 2. Elle eût avec plus d'art trompé ma confiance, ID. ib. III, 7. On s'est fait un art de se ruiner les uns les autres, FLÉCH. Lam. Elle a l'art de me plaire, MOL. Mis. I, 1.

5° S. m. pl. Autrefois, dans les universités, les humanités et la philosophie. Faculté des arts. Maître ès arts, celui qui avait pris ses degrés, et pouvait enseigner la philosophie et les lettres.

    Terme de l'université du moyen âge. Les sept arts, sorte d'enseignement encyclopédique comprenant le trivium et le quadrivium (voy. ces mots).

6° Titre donné à quelques ouvrages didactiques en prose et en vers. L'Art poétique d'Horace, de Boileau.

7° Art sacré ou grand art, nom donné aux doctrines et pratiques des philosophes hermétiques qui cherchaient la pierre philosophale. C'est un synonyme d'alchimie.

8° Terme de pêche. Dans le quartier de Cette, le grand art, la pêche de toutes les espèces pendant toute l'année; le petit art, la pêche pendant la belle saison, Statistique des pêches maritimes, 1874, p. 115.

post? par : le :

Formation Art Thérapie site web : www.educh.ch

Partager l'article : l'art-thérapie, l'art de souffrir et l'art de vivre !

facebook