Créer une offre d'emploi (gratuit)

Médication pour le stress post-traumatique

Partager : f
Médication pour le stress post-traumatique

Médication pour le stress post-traumatique

Une pilule pour «effacer» les souvenirs traumatisants

Nicolas Bérubé

La Presse

 

Des chercheurs de l'Université McGill ont découvert une nouvelle façon de soigner les personnes victimes de flash-backs à la suite d'un événement traumatisant: une pilule qui permet «d'effacer» les souvenirs douloureux.

Présentement à l'étude, ce médicament réussit à briser le lien entre un souvenir et l'état de stress qui l'accompagne. Au bout du traitement, les participants qui ont vécu un événement traumatisant comme un viol, un accident d'auto ou une agression, en garderont le souvenir, mais ne seront plus affectés par celui-ci. Les autres souvenirs ne sont pas touchés par le traitement.

Pour le Dr Alain Brunet, chercheur au Centre de recherche de l'hôpital Douglas et professeur adjoint au département de psychiatrie de l'Université McGill, les résultats préliminaires encourageants laissent entrevoir la mise au point d'un traitement qui pourrait révolutionner la façon dont vivent les victimes d'événements traumatisants.

 


 

«En fait, nous avons été très étonnés des résultats. On ne pensait pas que ça marcherait. On est emballés, parce qu'on réalise qu'on est peut-être en train de faire une découverte importante pour le traitement du stress post-traumatique.»


 

Marqué au fer rouge


 

Le souvenir d'un événement traumatisant est conservé de façon particulière dans le cerveau, ce qui permet aux chercheurs de l'isoler et de s'y attaquer, résume le Dr Brunet. «Pour les gens qui souffrent de stress post-traumatique, c'est comme si la mémoire de l'événement était gravée au fer rouge. Le souvenir est trop fort. C'est cet effet-là qui va s'estomper avec les traitements.»

«Quand on accède à un vieux souvenir, celui-ci doit être consolidé de nouveau pour persister dans sa forme originale. Si on arrive à empêcher le processus de reconsolidation, le vieux souvenir pourrait être dégradé ou perdu. On s'attaque ainsi à la mémoire émotionnelle, celle qui se souvient de nos sentiments.»

Le médicament employé par les chercheurs est le propranolol, bêtabloquant inventé il y a 25 ans et utilisé pour traiter l'hypertension. Le propranolol entraîne peu d'effets secondaires et a comme principale fonction de ralentir le pouls des patients.

En cours depuis un an et demi, l'étude compte une vingtaine de participants ayant vécu un événement traumatique qui les empêche de fonctionner normalement. Dans des séances intensives, les participants sont invités à se remémorer l'événement traumatisant dans le détail. Puis ils reçoivent une dose de propranolol ou de placebo, selon le cas. Après quelques semaines, les patients ayant reçu du propranolol présentaient beaucoup moins d'épisodes de flash-backs et de stress liés à leur état. Même après l'arrêt des traitements, l'état des participants restait stable et les bienfaits demeuraient intacts.

«L'étude est toujours en cours, souligne de Dr Brunet. On est à la recherche de participants.» (Les personnes intéressées peuvent appeler au 514-761-6131 #2368).

L'action du médicament ressemble un peu au processus de deuil, qui lui se déroule sur une période de temps plus longue, dit-il. «Si vous vivez un deuil, les premières semaines vont être difficiles. Puis les années passent, et vous vous souvenez de votre deuil, mais vous ne serez pas aussi bouleversé qu'au début. C'est un peu ce qui se passe avec le traitement.»

Cette recherche fait instantanément penser au film Eternal Sunshine of the Spotless Mind, sorti en 2004, dans lequel les personnages pouvaient effacer des souvenirs de leur mémoire au moyen d'une technologie d'intervention cérébrale. «La grosse différence, c'est que dans le film, ils arrivent à effacer complètement les souvenirs. Nous, on n'efface pas les souvenirs. Les gens se souviennent de leur trauma, mais on atténue la mémoire émotionnelle», explique le Dr Brunet.

Les personnes victimes d'un événement traumatisant peuvent voir leur vie complètement bouleversée. «Certaines personnes ne vont plus à tel endroit, car ça leur rappelle un événement. D'autres n'écoutent plus les nouvelles, de peur de voir des images qui vont leur rappeler leur trauma. Les gens deviennent déprimés, ça devient lourd de vivre avec un tel poids.»

Si l'expérience est concluante, le propranolol pourrait devenir le tout premier traitement pour les victimes de stress post-traumatique.

«Présentement, tout ce qui existe, ce sont les antidépresseurs. Ce n'est pas très efficace, ça masque les symptômes et quand on arrête de les prendre, les problèmes reviennent. Il y a aussi la psychothérapie, qui n'est pas à la portée de toutes les bourses», note le Dr Brunet.

L'éventuelle commercialisation du traitement ne risque pas de rapporter une fortune aux chercheurs. Le brevet qui protège le propranolol est expiré, ce qui fait que le médicament peut être facilement copié, et est donc peu attrayant pour les compagnies pharmaceutiques. «Autrement dit, il n'y a pas d'argent à faire avec ça...»

Partager l'article : Médication pour le stress post-traumatique

Partager : f

Poster un commentaire

Commentaires

Annie dit aimerais avoir de l'aide à Québec. stress post traumatique du à la violence conjugale pendant 24 ans les 2 dernières années violence physique à mon fils de 13 à l'époque (drogue, boisson, violences psychologique, envers les objets ...)lorsque le post traumatique est déclenché par un petit évènement de violence je bouffe mes émotions obssession de rechuter dans la drogue, mal de vivre et je tourne en rond prise dans ce piège de stress je suis séparé depuis 3 juillet dernier 2010 s.v.p, m'aider je ne sais pas comment me sortir de ça SOS je rencontre un psychologue et ça change rien du tout. SOS SOS SOS

0
Répondre